AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.32/5 (sur 24 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Stettin , le 21/11/1880
Mort(e) à : Sanary-sur-Mer , le 6/01/1941
Biographie :

Franz Hessel, né le 21 novembre 1880 à Stettin et mort le 6 janvier 1941 à Sanary-sur-Mer, est un écrivain, traducteur et lecteur de maison d´édition allemand.

Franz Hessel est le fils d´un banquier berlinois. Il a un frère, l´historien Alfred Hessel. Franz Hessel fut un familier de Marie Laurencin, de Kurt Weill et de Marlène Dietrich. Parmi les amis artistes qu'il fréquenta à Montmartre et Montparnasse, il y eut Marcel Duchamp, Moïse Kisling, Jules Pascin et Man Ray. Hessel, juif, put gagner la France pendant les derniers jours d'octobre 1938, quelques jours avant la Nuit de cristal. Il se réfugie à Sanary en juin 1940. Un mois plus tard, il se trouve interné dans la briqueterie du Camp des Milles en compagnie de son fils Ulrich qui a raconté comment sa mère refusa de se soumettre aux autorités françaises. Franz et Ulrich furent libérés du Camp des Milles le 27 juillet 1940. Après quoi, ce fut le retour à Sanary et très peu de rémissions : Franz Hessel est épuisé, les fatigues et les privations endurées au camp lui sont fatales, son coeur est malade.
Franz Hessel a publié de nombreux poèmes, volumes de proses et romans, bien souvent construits autour d´expérience réelles, racontées à la première personne par le narrateur. En plus de son travail d´écriture, il a réalisé d´excellentes traductions de classiques français, comme Marcel Proust par exemple. L´œuvre d´Hessel a en grande partie sombré dans l´oubli durant le XXe siècle, suite à sa stigmatisation par le national socialisme, en tant qu´auteur juif.
C´est seulement dans les années 1980 qu´il fut redécouvert, notamment à travers le ménage à trois qu´il avait mené avec Helen Grund, sa future épouse, et Henri-Pierre Roché, qui a raconté cette histoire dans son roman Jules et Jim (1953), devenu célèbre à travers l´adaptation cinématographique qu´en fit François Truffaut. Il est le père du résistant français Stéphane Hessel.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Franz Hessel   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
DELPHINE HORVILLEUR & CAMILLE DE TOLEDO « Les vivants & les morts » Rencontre animée par Victor Pouchet Delphine Horviller et Camille de Toledo évoqueront dans cette rencontre la manière dont les morts et les vivants se relient par des fils visibles – des blessures – ou invisibles – des spectres. Ils évoqueront la trame fine qui lie les générations entre elles, une trame qui est au coeur de leurs livres récents : le roman de Camille de Toledo, Thésée, sa vie nouvelle (Verdier 2020), en lice pour le prix France Inter, le prix SGDL et le prix Franz Hessel, qui tourne autour du suicide d'un frère en suivant les intuitions et les savoirs de la généalogie transgénérationnelle dans une fiction entrelacée à la vie, et l'essai bouleversant de Delphine Horvilleur, Vivre avec nos morts (Grasset, 2021), qui sans cesse se charge de relancer et repenser la vie depuis nos liens aux absents et aux disparus. À lire – Delphine Horvilleur, Vivre avec nos morts, Grasset, 2021. Camille de Toledo, Thésée, sa vie nouvelle, Verdier, 2020.
+ Lire la suite
Podcast (5) Voir tous


Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Les filles des grandes villes, prestes et guindées, à la bouche insatiablement ouverte, se fâchent lorsque mes regards s’attardent le long de leurs épaules qui flottent et de leurs joues qui planent. Non pas qu’elles soient absolument contre le fait qu’on les regarde,mais ce regard au ralenti de spectateur innocent les énerve. Elles remarquent que chez moi, il n’y rien «derrière». Non, il n’y a rien derrière. Je voudrais en rester au premier regard. Je voudrais avoir,ou retrouver, le premier regard pour la ville où je vis...
Commenter  J’apprécie          40
Là, je fouille ; le petit se réveille, se met debout dans son petit lit. Je lui demande : "Tu ne dors pas ? Je peux mettre tes affaires de bébé ?" et lorsque, devant le miroir, j'ai commencé à me vêtir et à me voiler de blanc, Erwin, tout étonné, m'a demandé : "Tu veux donc devenir un petit enfant, maman ? - Oui", ai-je répondu, "je veux recommencer de zéro, et devenir tout autre", et dans la glace, j'ai vu son petit visage, qui d'abord avait ri, se crisper et rester stupéfait à l'idée que je puisse avoir d'autres choix que celui d'être juste "sa mère".
Commenter  J’apprécie          30
N’est « secret » dans ce Berlin ni le chuchotement du vent, ni la galanterie, déplaisante, seul le sévère et antique génie d’une ville, d’une rue, d’une maison, oui, d’une chambre qui, en tant que cella, contient en elle, dans ce livre, la mesure des événements comme celles des pas de danses »
Commenter  J’apprécie          20
- J'étais avec des gens tellement réconfortants, chez lesquels, dès qu'on arrive, on met le tourne-disque en marche et l'on danse, on chante des chansons à l'orgue de Barbarie, avec des rimes de variétés, et rien n'est important, c'est comme si tout était distrayant et divertissant.
Commenter  J’apprécie          20
_Tu pars donc seul. C'est encore ce qu'il y a de mieux. De toute façon, entre toi et les choses, il n'y aura ni médiateur pédant, ni parasite, ni même bienfaiteur. Parmi les jeunes gens de ta génération qui cultivent l'efficacité, tu ne trouveras personne, je crois, avec qui tu pourrais, dans le monde ancien, te laisser aller à la contemplation avec pathos et sobriété tout à la fois, sans but et sans hâte. Voyage seul et reviens jeune.
Commenter  J’apprécie          00
Ah, dans cette maison, ils s'y entendent tous en amour, mais l'art de se faire aimer, ils ne veulent pas l'apprendre.
Commenter  J’apprécie          10
Ils s'y entendent tous en amour, mais, l'art de se faire aimer, ils ne veulent pas l'apprendre.
Commenter  J’apprécie          10
_Tu pourrais aussi bien rester, mais il est préférable que tu partes. Toi non plus je n'ai pas le droit de te retenir. Je vieillis. Va, mon ultime ami, je t'aimerai de loin"
Commenter  J’apprécie          00
Lorsque tu lui auras offert suffisamment de rosées matinales et de crépuscules, de mondes changeants parcourus à pied et de monde limités au cadre de la fenêtre…
Commenter  J’apprécie          00
Les hommes croient – ils encore à cette misérable découverte, cet infâme support, la réalité ?
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Franz Hessel (53)Voir plus

Quiz Voir plus

Le jeu des je, en chansons (2)

Qui chantait : "Je le cherche partout Où est donc passé ce chien Il va me rendre fou" ?

Charles Aznavour
Daniel Balavoine
Nino Ferrer
Jeanne Moreau
Boby Lapointe
Yves Montand
Serge Reggiani

14 questions
21 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanteur , musique , nostalgie , chanson françaiseCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..