AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.62 /5 (sur 148 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1965
Biographie :

Sans préjugés ni certitudes, Frédéric Couderc met des mois à se documenter avant de nous embarquer au Cap, à La Havane, à Buenos Aires ou Ajaccio. Ses personnages romanesques et cosmopolites naissent de faits réels pour croiser roman d'amour, secrets intimes, politique, et fable psychologique. Un fil rouge, dans le désordre d'un cycle en cours (bientôt Tel-Aviv) : l'optimisme, comme une réponse au cynisme facile et désolant de notre époque.
Il enseigne l'écriture au Labo des Histoires.



Source : https://www.livredepoche.com/auteur/frederic-couderc
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Retrouvez le live du Camion qui Livre pour cette quatrième étape 2019 à Collioure avec Frédéric Couderc et Mickaël Thévenot.


Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
diablotin0   23 juillet 2017
Le jour se lève et ce n'est pas le tien de Frédéric Couderc
L'hôpital ressemble à un parc de montagnes russes, un train lancé à toute allure, qui hésite à l'aiguillage entre espérance et abattement.
Commenter  J’apprécie          195
missmolko1   11 août 2018
Aucune pierre ne brise la nuit de Frédéric Couderc
Dans le musée étincelant de soleil, Ariane ne fut d’abord qu’une illusion. À sa place, Gabriel imagina Véro, ses yeux tendres et ses lèvres pulpeuses. Cette femme lui ressemblait tant qu’on eût dit sa fiancée, à l’époque où il étudiait aux Beaux-Arts : sa silhouette haut perchée sur ses talons Bally, sa façon de croiser les jambes, de sourire, tout cela le percutait de plein fouet. Malgré les années, ses souvenirs le pétrifiaient encore. Et puisque l’horreur s’infiltrait toujours jusqu’à l’os, il endura un instant sa terreur, le cauchemar de tout ce qu’elle avait vécu.

Gabriel crispa les poings pour ne pas trembler comme une feuille. Il jeta un coup d’œil circulaire à la mezzanine et tâcha de se reprendre en fixant la mer par-delà le port et la capitainerie. Il releva la tête et inspira profondément. C’est ainsi qu’il repoussait les courants du passé et retrouvait son souffle. Lui parvint un parfum de femme, des effluves de fleurs blanches. Bientôt l’odeur recouvrit tout. Elle prit le pas sur ses rêveries. Véro se dilua. Ariane s’imposa dans son champ de vision.

Ils se trouvaient à moins d’un mètre l’un de l’autre, admirant le tableau d’un figuratif argentin. Chacun de leur côté, ils détaillaient avec attention les dockers à l’ouvrage, les grues, les bateaux, les sacs de blé et de charbon. Rien ne manquait à ce spectacle coloré du Nouveau Monde parti pour ravitailler l’ancien.

– Le grupo de La Boca, murmura soudain Ariane.

Intriguée, elle se pencha pour lire une notice à moitié retranscrite, accrochée au panneau mobile avec ce titre énigmatique : « Quand vous traversez le port, évitez les condamnés à mort ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
cecille   08 juin 2019
Le jour se lève et ce n'est pas le tien de Frédéric Couderc
Pourquoi oublions-nous ? Pour nous protéger ? Qu'est ce qui nous empêche d'aller voir et de régler son compte au passé si tout est là, à portée de connexions entre neurones ? Le cerveau enfouirait-il des scènes douloureuses des les tréfonds de la mémoire pour nous permettre d'avancer cahin-caha sur le chemin de l'existence ?
Commenter  J’apprécie          70
DOMS   08 août 2016
Le jour se lève et ce n'est pas le tien de Frédéric Couderc
Il fit jouer on cigare entre ses doigts et s'en débarassa une fois encore sur la chaussée. Un geste assuré, un comportement de vainqueur. Comme rien de lui résistait, il se pencha vers moi pour m'embrasser. Instinctivement, je me laissai faire et entrouvris légèrement les lèvres. Les yeux clos, je goûtais pour la première fois aux contours de sa bouche. L'amour tombait comme foudre, au premier baiser, suivant le principe de la réaction en chaîne de la bombe atomique.
Commenter  J’apprécie          60
christinebeausson   02 août 2015
Un été blanc et noir de Frédéric Couderc
Va... Va vers le ciel, vole vers les étoiles, disparais dans l'invisible. Ne t'en fais pas, trop de gens t'aiment, nous ne t'oublierons jamais.
Commenter  J’apprécie          70
MelleFifi   30 juin 2020
Yonah ou le chant de la mer de Frédéric Couderc
De nombreux acteurs ont de petites manies, des gestes signatures qu’ils reproduisent dans chacun de leurs films. Harrison Ford menace ses partenaires du doigt, Tom Cruise court tout le temps et Brad Pitt mange sans arrêt. Orlando Dito Beck agrémentait son jeu d’un alright caractéristique et ce tic, tout à coup, perturba Yussef...
Commenter  J’apprécie          60
NanouAnne25   15 juillet 2019
Je n'ai pas trahi de Frédéric Couderc
Puisque vous vous intéressez à la résistance en Corse, sachez que les femmes ont été très nombreuses à lutter contre les fascistes. Il y en a eu dans toutes les régions de l'île, jouant un rôle terriblement efficace. Elles ne pratiquaient pas le sabotage comme les hommes, mais elles faisaient du renseignement. Je pense aux réseaux R2 Corse et Pearl Harbour. Le rôle des femmes est toujours minoré, c'est injuste.
Commenter  J’apprécie          50
Lilou08   01 mai 2016
Un été blanc et noir de Frédéric Couderc
Quel que soit l’effort fourni, à l’école, à l’université, au travail, un Noir ou un Coloured savent qu’ils n’arriveront jamais à joindre les deux bouts. Même le plus brillant des étudiants doit exclure une vie convenable dès ses premiers pas dans le monde adulte. Sa condition inférieure s’impose jour après jour…

Je l’écoutais pensivement car il me semblait que sa femme, sa maison, et son poste au Carpe Times témoignaient d’une existence réussie.

- Mais vous, Rony, tout bien considéré, vous êtes presque comme un Blanc.

Presque. Je me mordis les lèvres car sur cet adverbe reposait tout le poids de l’apartheid. Rony sourit avec une satisfaction évidente.

- Finissez votre assiette et allons faire un tour dit-il sur un ton qui ne souffrait aucune contradiction.
Commenter  J’apprécie          40
missmolko1   06 décembre 2016
Le jour se lève et ce n'est pas le tien de Frédéric Couderc
Quelques heures avant d’enterrer sa mère, Leonard crut entendre le râle d’un animal à l’agonie. Il se redressa dans son lit, à l’affût, mais comprit assez vite que le vent de Manhattan lui jouait un mauvais tour. Nulle plainte, il ne s’agissait que de rafales. Incapable de se rendormir, il se leva lentement pour ne pas déranger Alice.

Il enfila un caleçon et descendit l’escalier. Au salon, il tourna un peu en rond, puis se posta à la vitre glacée du bow-window. La neige s’abattait sur Bedford Street comme si elle n’allait jamais s’arrêter. À l’horizon, il n’y avait plus ni bitume, ni voitures, ni arbres, ni bornes à incendie, juste un dénuement insondable qui donnait une impression de lévitation. Généralement, les New-Yorkais aiment voir leur ville tapissée de flocons. Ils la jugent alors propre, lisse, comme délivrée des figures angulaires, droites et rigides, qui forment son architecture. Face à tout ce blanc, Leonard avait plutôt en tête l’image d’un drap mortuaire.

« Maman est morte. » Il ne savait pas encore de quelle manière cette disparition l’affecterait. Il étouffait – cette souffrance l’empoignait, le désintégrait –, mais l’instant d’après il se persuadait que son décès était dans l’ordre des choses. De façon générale, il ne s’attardait jamais sur les moments d’angoisse. Il menait une vie sous contrôle. Il fallait « enterrer les morts et réparer les vivants ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Kesakorly   10 juin 2019
Je n'ai pas trahi de Frédéric Couderc
« Mon petit, cette fameuse « Loi du talion » n’existe pas chez les Juifs. c’est une création du droit romain.Le texte hébraïque a été défiguré pour créer le stéréotype du Juif impitoyable et assoiffé de vengeance. Le livre du Levitique dit clairement ‘ « Ne te venge pas et ne garde pas rancune « . La haine emporte toujours dans une ronde macabre. Laisse la haine aux barbares. Pour leur malheur les hommes a l’esprit guerrier ne savent pas s’arrêter. Garde ton âme pure! Et maudite soit cette guerre « 
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Frédéric Couderc (212)Voir plus


Quiz Voir plus

Historiettes historiques ...

"Souviens-toi du vase de Soissons !" aurait dit Clovis, à l’un de ses soldats qui n’avait pas voulu rendre un vase précieux. En représailles, Clovis aurait ...

fendu le crâne du soldat avec une hache
fait enfermer le soldat dans un vase à sa taille
condamné le soldat à faire de la poterie

10 questions
51 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , historique , anecdotesCréer un quiz sur cet auteur