AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225308669X
Éditeur : Le Livre de Poche (06/09/2017)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 30 notes)
Résumé :
New York, 2009. Pourquoi Dorothy Parker a-t-elle souhaité être enterrée au cimetière de Union City, à Long Island ? Léonard, son fils, obstétricien de renom à Mont Sinai Hospital, n'en a strictement aucune idée. Pourtant, en dépit du serment fait à sa mère, il sent que l'heure est venue d'éclaircir le brouillard qui entoure ses origines et de dérouler le fil de son histoire. Commence alors une folle course-poursuite qui le mènera dans les arcanes du passé, l'obligea... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
diablotin0
  24 juillet 2017
Le titre "le jour se lève et ce n'est pas le tien" m'a attirée lors d'un salon du livre et après un petit échange avec l'auteur me voilà partie avec le livre dans le sac. Je ne le regrette absolument pas.
Deux histoires vont se croiser celle de Léonard et Alice à New York en 2009 et celle de Dolorés et Camilo à Cuba en 1959.
Histoire d'amour, roman historique, roman policier, quête identitaire, oui, ce livre est tout à la fois, oui il est riche. J'ai tout particulièrement aimé les moments passés à la Havane en 1959. Même si ce n'est pas très approfondi ( ce n'est pas le propos du livre) j'ai appris pas mal de petites choses sur la révolutionn cubaine, les frères Castro et Camilo Cienfuegos ( il faut dire que je partais de loin...).
Je viens de voir qu'il était sorti en poche, alors ne vous en privez pas, vous passerez un bon moment.
Commenter  J’apprécie          448
cecille
  08 juin 2019
Comment ai-je pu passer à côté de cet auteur jusqu'à ce jour où ma libraire m'a parlé de lui, Frédéric Couderc ! Tout ce que j'apprécie ! du romanesque au coeur de la grande Histoire. J'adore !
Le jour se lève et ce n'est pas le tien, qui est donc ma première lecture de cet auteur, nous emmène dans un grand et beau voyage, nous racontant deux histoires, dans ce roman choral, qui vont bien évidemment se croiser entre la Havane et New-York, 1959 et 2009.
Deux histoires, deux époques, 1959 à Cuba, la rencontre de Dolores et Camilo Cienfuegos alors que la révolution vient tout juste d'éclore, que Camilo, les deux frères Castro et le Che viennent d'arriver pour anéantir le gouvernement de Batista. Et puis alors qu'au tout début de cette révolution les idées étaient justes et nobles, très vite sous l'influence de l'URSS, les choses ont pris un autre tournant. Camilo a senti ces bouleversements, lui le juste au grand coeur. Et il a vite été, il faut le dire éliminé.
A New-York , l'auteur nous raconte la quête d'un homme sur ses origines. Sa mère vient de mourir, Léonard a une cinquantaine d'année, cet homme, gynécologue, engagé pour l'avortement va vite avec sa femme Alice être pris pour cible par des activistes Pro-life, mettant sa vie en danger. Et tout va basculer.
L'auteur a mis en lumière d'une plume très inspirée ce fameux Camilo, un oublié injustement de l'Histoire dont personnellement je n'avais jamais, de mémoire, entendu parlé ni lu ! Encore un grand merci à la littérature qui nous fait voyager dans L Histoire et découvrir des pans méconnus. Merci Frédéric Couder.
Passionnant tout simplement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
DOMS
  02 septembre 2016
2009, New York. Léonard Parker a été élevé par Dora, mère célibataire qui a travaillé toute sa vie pour qu'il ait la meilleure éducation possible et réussisse dans les quartiers huppés de New York. Il profite de son métier, mais trop peu de sa famille, ses deux garçons et sa femme avec qui la relation est quelque peu chaotique. Léo aime donner la vie, c'est un obstétricien de renom, son travail le satisfait pleinement, et il passe une partie de son temps livre à aider les femmes dans un centre du planning familial fortement controversé par les manifestants « pro life ». Depuis la mort de sa mère, le mutisme de Dora sur son passé le perturbe. le silence sur l'identité de son père en particulier, alors qu'il n'a jamais osé questionner sa mère sur ses origines, puis son incompréhension face au choix de Dora d'être enterrée dans le cimetière cubain du Bronx, réveillent des interrogations enfouies tout au fond de lui.
Victime d'une agression à la sortie du planning familial, Léo se rétabli, mais soucieux d'éclaircir ses questionnements, il décide d'enquêter pour comprendre d'où il vient réellement. Il part pour Cuba, se confronter à son passé, à son histoire, et avancer vers un avenir qu'il espère plus serein. Là il démêlera le fil qui lui fera comprendre que son histoire familiale est liée à celle de la révolution et à l'un de ses principaux héros, Camillo Cienfuegos.
Les chapitres à New York alternent dès le début du roman avec le « livre de Dolores », ce journal qui décrit la vie d'une jeune fille de bonne famille dans le Cuba de 1959. Jeune et jolie, elle se consacre à la danse dont elle rêve de faire son métier. Héritière d'une famille aisée, la fortune de son père pourrait être liée aux sombres affaires et aux malversations approuvées par Batista, le dictateur en place, aux Etats Unis et à la mafia, principal pourvoyeur de cash de l'ile. La rencontre de Dolores avec Camillo, qu'elle a connu plus jeune et qui est devenu l'un des héroïques camarades de Fidel Castro et de son frère Raoul, au plus fort de la révolution qui est en marche dans le pays, va changer sa vie.
"Le jour se lève et ce n'est pas le tien" nous dévoile un pan de l'histoire et des relations entre les USA et Cuba. A la fois roman historique, polar, et roman d'amour, c'est un mélange savamment dosé qui transporte le lecteur dans une folle aventure qui se poursuit sur plusieurs décennies.
J'ai particulièrement aimé sentir l'âme de la revoluciòn, celle qui portait les plus sincères de ses combattants. Mais également découvrir les conflits intérieurs qui pouvaient agiter les individus et les familles qui croyaient en une révolution qui sauverait leur pays de la corruption et de la mainmise des mafieux sur leurs richesses. Ces cubains ont parfois aidé des révolutionnaires qui se sont à leur tour laissés envahir par l'est, pour établir une dictature qui a laissé le pays à la traine et exsangue. Bien écrit, rythmé, particulièrement d'actualité et tout à fait crédible, j'ai dévoré ce roman absolument passionnant avec un énorme plaisir.
Lien : https://domiclire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
MelleFifi
  17 octobre 2016
Léonard est médecin-obstétricien de renom aux Etats-Unis. Sa mère, Dora Parker décède. Comme dernières volontés, elle souhaite être inhumée au cimetière d'Union City à New-York. Ce souhait intrigue Leonard. Il découvre, qu'il s'agit d'un vieux cimetière situé dans le Bronx et dans lequel sont enterrés beaucoup de cubains. L'auteur nous fait suivre la quête d'identité de Léonard. En parallèle, nous vivons aussi la vie de Dolores, 50 ans plus tôt, en 1959. Une jeune fille de bonne famille passionnée de danse qui croisera la route de Camillo Cienfuegos, un proche de Fidel Castro pendant la révolution.
Re découverte de la révolution Cubaine. Un roman sur la quête d'identité. Comment accepter 50 ans de secrets et mensonges ?
Une belle découverte de la rentrée littéraire. J'ai aimé les secrets dévoilés peu à peu comme un puzzle qui se reconstitue.
Commenter  J’apprécie          130
Mome35
  04 mars 2017
Dans quelle catégorie doit-on classer ce livre de Frédéric Couderc : roman historique, thriller historique, roman d'aventure, polar sentimental ? Il est un peu tout cela. L'auteur a choisi la révolution cubaine et un héros méconnu hors des frontières des Caraïbes, Camilo Cienfuegos pour construire un scénario qui mêle réalité et légendes.
Camilo Cienfuegos a péri à 27 ans dans un accident d'avion. Assassinat, panne, intempéries, toutes les suppositions se sont faites jour selon les camps, balancées par les Castristes, anticastristes, maffiosi, CIA. Ce héros de la révolution était adulé de la grande majorité des Cubains, beaucoup plus même que Che Guevara, qu'ils soient de la basse classe ou de la bourgeoisie. Beau, charismatique, intelligent, il était un pur, un modéré, partisan d'une révolution tranquille, progressive, plutôt que radicale. Dès lors, il gênait.
On voyage dans ce roman dans deux époques à 50 ans d'intervalle. En 1959, avec la chute de Batista et en 2009.
Dans cette dernière période très contemporaine, un médecin-accoucheur new-yorkais Léonard Parker devient le personnage central. Il enterre sa mère. Un mystère couvre ses origines. Il en apprend un peu plus sur sa naissance, sur son identité et après un grave accident, un lourd traumatisme cranien provoqué par un anti-avortement convaincu, il recherchera la vérité sur l'île des origines, délaissant pour un temps une femme très amoureuse.
Issu des amours entre une jeune femme, Dolorès, issue de l'aristocratie espagnole, d'une famille fortunée ayant trempée dans les affaires pas très propres du dictateur et d'un héros de la révolution, Léonard a récupéré l'ADN de son père. Une certaine pureté et forme de naïveté qui n'avait plus court en 1959 et toujours en 2009, car certains des protagonistes n'ont pas la mémoire courte.
Dans ce livre addictif, remarquablement bien construit et écrit, on croise des personnages historiques qui n'auront pas toujours le beau rôle, Fidel Castro et son frère Raul, Che Guevara dont la déification actuelle de la jeunesse paraît usurpée, Batista, Lanski le mafioso… etc
Il réjouira autant qu'il cultivera les personnes qui manquent de repères sur la révolution cubaine, ses racines et ses conséquences.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   06 décembre 2016
Quelques heures avant d’enterrer sa mère, Leonard crut entendre le râle d’un animal à l’agonie. Il se redressa dans son lit, à l’affût, mais comprit assez vite que le vent de Manhattan lui jouait un mauvais tour. Nulle plainte, il ne s’agissait que de rafales. Incapable de se rendormir, il se leva lentement pour ne pas déranger Alice.
Il enfila un caleçon et descendit l’escalier. Au salon, il tourna un peu en rond, puis se posta à la vitre glacée du bow-window. La neige s’abattait sur Bedford Street comme si elle n’allait jamais s’arrêter. À l’horizon, il n’y avait plus ni bitume, ni voitures, ni arbres, ni bornes à incendie, juste un dénuement insondable qui donnait une impression de lévitation. Généralement, les New-Yorkais aiment voir leur ville tapissée de flocons. Ils la jugent alors propre, lisse, comme délivrée des figures angulaires, droites et rigides, qui forment son architecture. Face à tout ce blanc, Leonard avait plutôt en tête l’image d’un drap mortuaire.
« Maman est morte. » Il ne savait pas encore de quelle manière cette disparition l’affecterait. Il étouffait – cette souffrance l’empoignait, le désintégrait –, mais l’instant d’après il se persuadait que son décès était dans l’ordre des choses. De façon générale, il ne s’attardait jamais sur les moments d’angoisse. Il menait une vie sous contrôle. Il fallait « enterrer les morts et réparer les vivants ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DOMSDOMS   08 août 2016
Il fit jouer on cigare entre ses doigts et s'en débarassa une fois encore sur la chaussée. Un geste assuré, un comportement de vainqueur. Comme rien de lui résistait, il se pencha vers moi pour m'embrasser. Instinctivement, je me laissai faire et entrouvris légèrement les lèvres. Les yeux clos, je goûtais pour la première fois aux contours de sa bouche. L'amour tombait comme foudre, au premier baiser, suivant le principe de la réaction en chaîne de la bombe atomique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
diablotin0diablotin0   23 juillet 2017
L'hôpital ressemble à un parc de montagnes russes, un train lancé à toute allure, qui hésite à l'aiguillage entre espérance et abattement.
Commenter  J’apprécie          195
cecillececille   08 juin 2019
Pourquoi oublions-nous ? Pour nous protéger ? Qu'est ce qui nous empêche d'aller voir et de régler son compte au passé si tout est là, à portée de connexions entre neurones ? Le cerveau enfouirait-il des scènes douloureuses des les tréfonds de la mémoire pour nous permettre d'avancer cahin-caha sur le chemin de l'existence ?
Commenter  J’apprécie          60
cecillececille   08 juin 2019
Camilo...le gros lot ! Aucune femme ne lui a résisté. Vous n'imaginez pas comme il était beau. La figure romantique du héros dans toute sa splendeur ! Pour nous, Cubanos, l'idéalisme, c'est lui, et pas le Che, certainement pas. L'Argentin était hautain, arrogant, froid ! Dire que son visage couvre les chambres des jeunes sur tous les continents ! Quelle imposture ! C'est Camilo et son beau sourire qui devraient être en poster partout. Mais lui n'a pas croisé l'objectif de Korda. c'est ce portrait de lui portant un béret qui a trompé tout le monde. Bref...Avec Dolores, ils se sont retrouvés par hasard. Moi, je ne connaissais ni l'un ni l'autre. Jusqu'à ce jour où il m'a sauvée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Frédéric Couderc (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Couderc
Retrouvez le live du Camion qui Livre pour cette quatrième étape 2019 à Collioure avec Frédéric Couderc et Mickaël Thévenot.
autres livres classés : révolution castristeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1704 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre