AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.09 /5 (sur 364 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Tournai , le 02/06/1970
Biographie :

Frédéric Livyns est un auteur et scénariste belge de langue française.

Il publie son premier roman, "Phero Nexafreuse" (1999), aux éditions Chloé des Lys sous le pseudonyme de Kiss Huige. Il prend par la suite son véritable nom. Depuis 2017, il écrit des histoires fantastiques pour les enfants sous le pseudonyme de Livéric.

Il est l’auteur de plusieurs romans et recueils de nouvelles, tant pour les adultes que pour un lectorat plus jeune. On le retrouve également au sommaire de nombreuses anthologies consacrées à la SFFF.

Il a été lauréat à trois reprises du prestigieux Prix Masterton dans la catégorie Nouvelles en 2012 avec "Les contes d’Amy" (Sema éditions), en 2015 avec "Sutures" (éditions Lune écarlate) et en 2018 avec "The Dark Gates of Terror" (Sema éditions) et a été élu en 2020 "Meilleur auteur francophone de fantastique de la décennie" par le Jury du Prix Masterton.

Il a également scénarisé le court-métrage "The friend" pour Cantina Studio, tourné à Paris en avril 2018.

site officiel : http://www.livyns-frederic.com/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Frédéric Livyns   (50)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (136) Voir plus Ajouter une citation
Verdorie   27 juillet 2016
Zone d'ombres de Frédéric Livyns
Avez-vous déjà connu le grand amour ?

Pas celui qui dure éternellement. Celui-là n’est qu’une invention. Il vous dévore un certain temps et puis se transforme en habitude ou s’éteint. C’est un leurre visant à nous séparer de l’animal qui vit en nous.



(Dans "Lilith")
Commenter  J’apprécie          230
Sandra_C   05 mai 2021
L'obscur de Frédéric Livyns
Virginie se réveillait péniblement et s'assit dans le divan. Ses yeux se posèrent sur le nouvel arrivant. Grand, les cheveux noirs tombant sur ses épaules, les yeux verts en amande, la bonne soixantaine. Elle sentit son cœur chavirer et s'en voulut immédiatement. Les circonstances étaient trop dramatiques pour se laisser aller de la sorte face à un inconnu. Même si celui-ci correspondait trait pour traits à l'homme de ses rêves, en beaucoup plus vieux. D'ailleurs que lui prenait-il?
Commenter  J’apprécie          20
Sandra_C   04 mai 2021
L'obscur de Frédéric Livyns
Il jeta un dernier regard sur la façade avant de quitter son poste d'observation et suspendit son geste. Avait-il rêvé? Peut-être était-ce le soleil qui, par un malencontreux jeu de lumière, avait abusé de ses sens? Il aurait cependant juré avoir vu une ombre faire bouger les rideaux du premier étage. Comme si quelqu'un observait la vieille bâtisse engloutir en son ventre les nouveaux venus.
Commenter  J’apprécie          20
XanderOne   24 janvier 2015
Les contes d'Amy de Frédéric Livyns
Je vous promets un vrai voyage…A vos risques et périls, bien entendu…
Commenter  J’apprécie          200
ange77   15 juin 2016
Les contes d'Amy de Frédéric Livyns
Cependant son état ne s'ameliora pas. À sa faiblesse vinrent s'ajouter des propos décousus. Elle disait qu'elle se sentait observée. Cela dura peu de temps. Deux jours plus tard, en rentrant du travail, Christian trouva sa femme inerte dans le canapé.

Elle avait cessé de respirer. Sans aucune raison apparente. Elle n'avait fait aucune attaque cardiaque ou cérébrale. Elle s'était juste éteinte comme une bougie.



[Amour éternel]
Commenter  J’apprécie          140
alberthenri   06 novembre 2020
Le miroir du damné de Frédéric Livyns
Kalvyn était au bord des larmes et il constata que l'épreuve qu'il avait vécu onze ans auparavant ne l'avait pas renforcé. Bien au contraire. Elle l'avait détruit. Il ne s'était pas reconstruit, il avait survécu et il avait fait semblant, dans cette société qui ne voulait pas voir le malheur des autres.
Commenter  J’apprécie          130
Siabelle   15 juillet 2016
Les contes d'Amy de Frédéric Livyns
Un sentiment étrange de bien-être de peur l'envahit. il savait qu'il se passait quelque chose d'anormal, mais ne bougeait pas. Il se sentait si bien. Après tout, que lui important la vie sans Sophie ? Il fit courir ses mains sur le dos de sa bien-aimée

qui posa sur lui un regard aimant teinté d'une lueur luxurieuse. Il passa ses doigts dans les cheveux de sa douce

et, effrayé, remarqua que ceux-ci se détachaient sans effort de son crâne et restaient collés entre ses doigts. Alors qu'il ouvrit la bouche pour hurler, sa femme l'embrassa gou-lûment, étouffant ses cris de sa langue froide et moite.



(Amour Éternel)
Commenter  J’apprécie          125
ange77   26 juillet 2016
Sutures de Frédéric Livyns
(...) il remarqua la porte de la cave entrouverte. Il l'ouvrit à la volée et appela sa fille.

- Élodie ?

Pas de réponse.

Il attrapa son GSM et composa le numéro de sa fille. La sonnerie lui parvint d'en bas des marches. Il alluma et descendit l'escalier. Il arriva dans la petite pièce.

Vide...

La sonnerie continuait de retentir...

L'homme sentit son sang se glacer dans ses veines...

La mélodie provenait de sous le sol...



[La descente]
Commenter  J’apprécie          120
ange77   04 août 2016
Sutures de Frédéric Livyns
- Évitez de vous approcher du petit étang à l'arrière de la propriété. Surtout avec un enfant.

- Pourquoi donc ? ne put-il s'empêcher de demander, sa curiosité piquée au vif.

- Un accident est si vite arrivé, répondit le serviteur, mystérieusement.

- Ne vous inquiétez pas pour cela. Mon fils et moi sommes d'excellents nageurs.

- Il ne s'agit pas de cela. Il est déjà arrivé des... accidents. Même à des nageurs émérites.



[Les mange-chair]
Commenter  J’apprécie          110
ange77   17 juillet 2016
Sutures de Frédéric Livyns
Quelque chose ne tournait pas rond. Henry n'aurait pas su dire quoi, mais ses sens lui disaient de quitter les lieux pour ne plus jamais y revenir. (...)

Une dizaine de personnes se trouvait dans la pièce. Étant donné que la lumière était éteinte, il pouvait juste en deviner les formes. Il s'attendait à ce que la lumière jaillisse et que les personnes crient《Surprise》.

Personne ne cria lorsque les lampes s'allumèrent.

Personne à part Henry.



[Dirty Henry]
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

A....................M

"Le Bal des voleurs" : La ville de Vichy est réputée pour sa tranquillité et ses bienfaits. Mais de drôles de voleurs cherchent à détrousser les curistes et à séduire les jeunes filles de la bonne société... Une comédie gaie et pétillante d'une fantaisie étourdissante.

Eliette Abécassis
Jean Anouilh
Guillaume Apollinaire
Isaac Asimov

13 questions
48 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , écrivain , livres , titres , alphabetCréer un quiz sur cet auteur

.. ..