AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 322 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Croix , 1980
Biographie :

Infographiste et développeur web, il aime les maths et la littérature, en particulier le genre fantastique. Son univers, Arnaud Codeville le puise dans son autre passion qu’il pratique depuis l’âge de 17 ans : les jeux de rôle qui le propulsent dans des univers hors du commun.

"La Tour de Sélénite" est son premier roman.

Site : http://www.arnaudcodeville.fr/index.php?page=bio

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
LanaTurner   10 juillet 2019
La tour de Sélénite de Arnaud Codeville
« Juste en face du divan où dormait Éric était assise la poupée de porcelaine. Elle aurait dû croupir dans l’océan, pourtant elle était bien là, juste devant nos yeux ébahis. Je crus percevoir dans ses traits un soupçon de vie, car le jouet semblait regarder Éric avec insistance. Son attitude irréelle déclencha une nouvelle fois en moi une frayeur sans nom. »



Extrait de 

La tour de sélénite

Arnaud CODEVILLE
Commenter  J’apprécie          220
ange77   17 janvier 2019
Parasite de Arnaud Codeville
L’ancien monastère était dans un état plus que lamentable, noyé sous une couche épaisse de végétation, rongé par des années d’abandon sous la coupe des grands arbres. Sa construction semblait dater de plusieurs centaines d’années, et seuls les murs nord et est tenaient encore debout. Plus aucune fenêtre ne possédait de vitraux. La nature avait bel et bien repris ses droits, et certains arbrisseaux avaient même poussé au centre des ruines. Ben sentit ses poils se hérisser bien qu’aucune brise ne souffle. Sans dire un mot, ils contemplèrent longuement les décombres. Puis Alexandre rompit les rangs et descendit le premier en s’accrochant du mieux qu’il pouvait aux rochers et aux arbres. Les trois autres se regardèrent. Le visage de Samuel avait pris la couleur de la craie.

— Vous êt… êtes sûrs de vou… vouloir y a… aller ? bégaya-t-il en se retournant sans arrêt.

— Sois un homme, je t’ai dit ! aboya Chloé.
Commenter  J’apprécie          150
Maks   02 septembre 2016
La tour de Sélénite de Arnaud Codeville
Éric marmonna quelques mots dans son sommeil puis ouvrit brusquement les yeux.

— Putain, mais vous êtes cinglés ! Vous voyez pas que…. Nom de Dieu !

Lorsqu’il vit la poupée, il grimpa aussitôt sur le dossier du sofa et son poids fit basculer le meuble en arrière, entraînant le professeur dans sa chute. Il se leva d’un bond et recula de trois mètres. Il était livide.

— Putain de Nom de Dieu, qu’est-ce que ça fout encore là ça ?

—J’en sais rien ! gueulai-je, je l’ai balancée dans la mer, je te jure sur la tête de mes gosses.

— Adel, paniqua Paul, il faut que tu fasses quelque chose, je t’en supplie.
Commenter  J’apprécie          140
ange77   20 janvier 2019
Parasite de Arnaud Codeville
— Sam ? balbutia-t-il sans se rendre compte qu’il reculait. Bordel, qu’est-ce qu’il t’arrive ?

Le jeune garçon bredouilla quelques mots inintelligibles. Ben n’en comprit le sens que quelques secondes plus tard.

— Surtout… ne… bouge plus…

Samuel n’avait jamais vraiment fait preuve de courage ; d’ailleurs, il s’était lui-même qualifié de peureux suprême lors de leurs nombreuses virées. Seulement, cette nuit-là, l’effroi déformait ses traits : ses lèvres bleuies tremblaient et on entendait ses dents s’entrechoquer.

D’un geste lent, il indiqua la pénombre dans le dos de Ben. Celui-ci sentit son ventre se nouer et fit demi-tour. Il faisait trop noir pour distinguer quoi que ce soit, mais Ben devinait une présence proche de lui.

Il releva la lampe pour en avoir le cœur net… et se liquéfia.
Commenter  J’apprécie          120
ange77   27 janvier 2019
Parasite de Arnaud Codeville
Gabriel pointa la statuette de la Vierge. (…)



— Ceci est un réceptacle d’âme.

— Un quoi ?

— Laissez-moi vous expliquer… Imaginez une boîte dans laquelle vous pourriez enfermer l’âme d’une personne, un esprit ou… un démon…

— Attendez… vous êtes en train de me dire que ce truc-là est une espèce de lampe magique comme celle d’Aladdin ?

— Vous n’êtes pas loin de la vérité… Ces lampes existent, vous savez… Elles servent essentiellement à contenir les Djinns. Et ceci en est une, en quelque sorte…



Un éclair de lucidité traversa la conscience de Ben. L’immonde statue sous le monastère n’était rien d’autre que ça, alors.
Commenter  J’apprécie          120
ange77   18 janvier 2019
Parasite de Arnaud Codeville
— Et si on se cassait ? demanda-t-il au bout d’une demi-minute.

Il n’obtint aucune réponse et insista :

— Ben ? s’il te…

Celui-ci avait fait volte-face et lui avait plaqué la main sur les lèvres pour le faire taire.

— Chut !

— Quoi ? parvint-il à dire entre les doigts de son ami.

— Tu n’entends rien ?

Samuel se frotta la bouche avec la manche de son pull, tendit l’oreille sans percevoir aucun son.

— Non, rien…

— Justement… on n’entend rien parce qu’il n’y a rien… pas même le bruit des insectes de la forêt.

Samuel sentit le sang quitter son visage.

— Comment ça se fait ?

— Aucune idée…
Commenter  J’apprécie          120
ange77   26 janvier 2019
Parasite de Arnaud Codeville
Ben ne pouvait pas le croire. C’était pourtant bien dans le sous-sol de cette maudite maison que la confrontation qu’il redoutait tant se déroulait. Yedok, le démon, s’était matérialisé sous une forme grotesque, dans le corps de son meilleur ami, méconnaissable. Sa tête frôlait les poutres, ses membres disproportionnés et filiformes renforçaient l’allure simiesque que lui donnait déjà son dos voûté. Ses yeux luisaient et d’épais filets de bave coulaient de sa mâchoire aux dents acérées.
Commenter  J’apprécie          100
SZRAMOWO   26 avril 2016
1974 de Arnaud Codeville
La plupart des habitants de la rue Jean Jaurès à Sebourg ignoraient totalement les véritables raisons qui avaient poussé les pompiers ainsi que les autorités de la ville à mettre le feu au numéro seize. On raconte encore

aujourd’hui que l’incendie aurait permis de contenir une invasion de cafards ou, selon les dires de certains, de vermines prêts à infester toute la rue voire le village entier.

La maison fut, bien avant son exécution, sujette à de nombreuses rumeurs plus ou moins étranges. Les enfants des environs s’interdisaient de marcher sur le trottoir qui la jouxtait comme si, inconsciemment, une force bienveillante leur dictait de ne pas s’en approcher. Les vieilles personnes évitaient également de poser leurs regards sur celle-ci et se signaient systématiquement une fois qu’elle était hors de vue. Pourtant, pendant plusieurs générations du commun des mortels qui peuplaient la petite ville, elle ne fit pas parler d’elle, sauf bien entendu : le fait d’avoir la sinistre

réputation d’être hantée. Elle fut bâtie en 1939 par un riche commerçant sur un immense terrain de près d’un hectare sur lequel on éleva un mur d’enceinte en plaques de béton. Au début des années cinquante, le propriétaire disparut mystérieusement et sans doute, sans héritiers

légitimes, la maison fut laissée à l’abandon. Elle était construite sur deux étages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
ange77   18 janvier 2019
Parasite de Arnaud Codeville
On raconte que les enfants se remettent de tout, se persuada Ben. Qu’en est-il des adultes ?
Commenter  J’apprécie          64
raynald66   13 avril 2017
1974 de Arnaud Codeville
Le cadavre s'était redressé et le visage de la morte,

dirigé vers eux, s'était mué en un masque de haine !
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "1974" d'Arnaud Codeville.

Quel mois la maison a t-elle été détruite au début du roman ?

en juin
en juillet
en août

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : 1974 de Arnaud CodevilleCréer un quiz sur cet auteur