AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.83 /5 (sur 87 notes)

Nationalité : Liban
Né(e) le : 15-06-1940
Biographie :

Georges Corm, est économiste de profession, spécialiste du Moyen-Orient et de la Méditerranée, consultant auprès d’organismes internationaux et d’institutions financières. Il a été ministre des finances du Liban durant les années 1999 – 2000
Après avoir fréquenté l'Institut d'études politiques de Paris de 1958 à 1961, il obtient un doctorat en droit public en 1969. Il enseigne de 1969 à 1985 dans plusieurs universités libanaise et depuis 2001, il est professeur à l'Université Saint Joseph de Beyrouth où il enseigne la « gestion financière de l’État » et la « coopération économique internationale » dans le cursus de sciences politiques.

Parallèlement, il a occupé les fonctions de consultant pour plusieurs organismes internationaux et régionaux de financement parmi lesquels la Banque mondiale, le Programme des Nations unies pour le développement, la FAO, le Conseil de l'Europe ou l'Union européenne.
+ Voir plus
Source : http://www.georgescorm.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
MPAGE-20130212-1825_0.mp4 Payot - Marque Page - Georges Corm - Pour une lecture profane des conflits
Podcasts (1)

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
enkidu_   18 février 2017
L'Europe et le mythe de l'Occident. La construction d'une histoire de Georges Corm
La nostalgie de la « communauté organique » idéalisée sert à critiquer la société individualiste et bourgeoise, démocratique, dont l’évolution en Europe de l’Ouest, notamment en France et en Angleterre, donne le modèle. Les Considérations d’un apolitique de Thomas Mann, que nous avons déjà citées, peuvent nous servir à nouveau ici pour exprimer cette intensité de sentiments. Les pages écrites par Mann pour défendre la cause allemande au cours de la Première Guerre mondiale sont un plaidoyer vibrant en faveur de la conception nietzschéenne de la vie qui hait la démocratie bourgeoise : « Cette forme d’État et de société est la république radicale, la république des avocats et des littérateurs, avec philanthropie et talent littéraire. […] »

(…)

Thomas Mann explique tout au long des pages de cette chronique fiévreuse le choc d’univers mentaux différents qui entraîne la Première Guerre mondiale : d’un côté celui d’une Allemagne spiritualiste, enracinée dans la mystique protestante, imprégnée de l’unité de la chrétienté médiévale ; une Allemagne héroïque au sens nietzschéen et wagnérien ; une Allemagne qui refuse la démocratisation bourgeoise et les assauts rationalistes venus de l’extérieur ; une Allemagne qui ne refuse pas de regarder en arrière, « par-delà la frontière interdite du XVIe siècle » marquant la modernité utilitaire et matérialiste, qui dépersonnalise et déracine l’être humain. De l’autre côté, celui de l’ « Occident civilisateur, littérateur, rhétoricien, humaniste et impérialiste, cosmopolite, sûr de lui moralement, endurci et grossier » et qui veut ôter à l’Allemagne « sa vérité et son esprit ».



Thomas Mann, tout comme Oswald Spengler que nous évoquerons ci-après, fait une distinction fondamentale entre culture et civilisation : « La culture concerne le plan spirituel et la civilisation le plan matériel. » (pp. 175-176)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
thietelp   13 février 2013
Pour une lecture profane des conflits de Georges Corm
Les progrès fulgurants réalisés dans le domaine de la communication médiatique, loin d’amener à des analyses un peu fouillées et objectives des données d’un conflit, entraînent au contraire une généralisation de quelques idées simples et mobilisatrices destinées à justifier le conflit. Il est malheureux que les recherches académiques, au lieu de prendre leurs distances par rapport au discours des médias, lui fournissent le plus souvent la matière qui alimente ce discours et le légitime
Commenter  J’apprécie          10
thietelp   13 février 2013
Pour une lecture profane des conflits de Georges Corm
au-delà de la chronique des hostilités et des violences, islam arabo-berbère et christianisme européen ont communiqué et dialogué ensemble. Combien chacun est redevable à l’autre de ses progrès et de la richesse enfouie de ses cultures et de ses arts, qu’il s’agisse de l’Andalousie, des royaumes latins du Levant, de la Sicile, de la Méditerranée italienne façonnée par Gênes et Venise, des bienfaits du "régime des capitulations" [...] C’est qu’en pratique les mémoires traumatiques l’ont largement emporté sur les mémoires conciliatrices et ouvertes sur l’Autre.
Commenter  J’apprécie          00
thietelp   13 février 2013
Pour une lecture profane des conflits de Georges Corm
Est-ce parce que les colons immigrés d’Europe sont de confession juive que les Palestiniens leur résistent ? Ou bien est-ce parce qu’il s’agit de colons venus d’outre-mer depuis les débuts de l’aventure israélienne et qu’une colonisation bouddhiste ou hindouiste eût rencontré la même résistance ? Sont-ce les religions ou les civilisations ou les cultures qui provoquent guerres et violences ou bien est-ce l’ambition des hommes, des États et des intellectuels en mal de gloire facile ?
Commenter  J’apprécie          00
thietelp   13 février 2013
Pour une lecture profane des conflits de Georges Corm
Disons aussi qu’une religion est ce que les hommes en font.
Commenter  J’apprécie          20
thietelp   13 février 2013
Pour une lecture profane des conflits de Georges Corm
En vertu de ce principe, toute vision d’une hiérarchie des civilisations, des races, des cultures et des religions est bannie. Derrière chaque civilisation, il y a des hommes qui se valent dans leur humanité, quelles que soient les spécificités de nature anthropologique et historique qui caractérisent les différents groupes humains collectifs
Commenter  J’apprécie          00
thietelp   13 février 2013
Pour une lecture profane des conflits de Georges Corm
La laïcité laïcisée, c’est l’acceptation du pluralisme, mais non celle de la différence de statut juridique, c’est l’affirmation de valeurs communes qui transcendent les différences entre les origines sociales, ethniques ou religieuses des citoyens, leur niveau de fortune matérielle ou culturelle.
Commenter  J’apprécie          00
thietelp   13 février 2013
Pour une lecture profane des conflits de Georges Corm
Et pourtant, si, dans une société démocratique, les différences ethniques et religieuses cherchent à s’affirmer, c’est bien parce que l’égalité de chances économique, culturelle et sociale ne fonctionne plus et que le repli identitaire devient l’expression de la protestation politique
Commenter  J’apprécie          00
thietelp   13 février 2013
Pour une lecture profane des conflits de Georges Corm
La religion redevient ainsi la forme facile de gouvernement arbitraire et autoritaire.
Commenter  J’apprécie          10
marcolido   16 juillet 2017
Pour une lecture profane des conflits de Georges Corm
La nouvelle question d'Orient
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur