AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.12/5 (sur 142 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 04/03/1898
Mort(e) à : Paris , le 11/10/1986
Biographie :

Georges Dumézil est un comparatiste, philologue et académicien, agrégé d'histoire.

Ses études sont interrompues par sa mobilisation en tant qu'officier d'artillerie, de mars 1917 à février 1919. Au mois d'octobre, il est reçu 6e à l'agrégation des lettres. Il enseigne quelques mois à Beauvais puis, en janvier 1921, part comme lecteur de français à l'Université de Varsovie.
En 1922, il rentre en France pour commencer ses deux thèses d'histoire des religions et de mythologie comparée, sous la direction d'Antoine Meillet. Dumézil les soutient en avril 1924. La première est intitulée "Le Festin d'immortalité. Étude de mythologie comparée indo-européenne" et la seconde: "Le Crime des Lemniennes. Rites et Légendes du monde égéen".

En 1925, il part pour la Turquie et y enseigne l'histoire des religions à l'Université d'Istanbul. En 1931, il obtient un poste de lecteur de français à l’Université d'Uppsala, en Suède. Il y parfait sa connaissance de la mythologie scandinave, et en profite pour apprendre une nouvelle langue.
Il est ensuite nommé "directeur d’étude comparative des religions des peuples indo-européens" à la Ve section de l’École pratique des hautes études.

Il enseigne au Collège de France, de 1949 à 1968, à la chaire des civilisations indo-européennes créée pour lui. Il prend alors sa retraite mais, pendant trois ans, il continue de donner des conférences aux États-Unis, aux universités de Princeton, Chicago et Los Angeles.

Son travail sur les sociétés et les religions indo-européennes a ouvert de nouvelles perspectives à de nombreux chercheurs en sciences humaines. Maîtrisant une trentaine de langues, il a procédé à un important travail d'étude comparative exacte et directe des textes les plus anciens des mythologies et des religions des peuples indo-européens.
Il a démontré que beaucoup de ces récits étaient organisés selon des structures narratives semblables et que ces mythes traduisaient une conception de la société organisée selon trois fonctions : la fonction du sacré et de la souveraineté ; la fonction guerrière ; la fonction de production et de reproduction.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Georges Dumézil   (38)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Georges Dumézil - La tripartition indo-européenne


Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Les Nartes subirent un dur hiver : la neige s'accumulait, les bêtes n'avaient plus à manger. Pleins d'angoisse, ils se demandèrent comment les sauver, leurs chevaux surtout : un homme sans cheval, disaient-ils, n'est pas plus qu'un oiseau sans ailes.
Commenter  J’apprécie          80
Les gros livres font peur, et les grands mots, et les grands noms, et les titres aussi, mystérieux, terrifiants. "Mythe", "idéologie", "fonctions", "indo-européen"! Souvenons-nous de la jolie formule de Rainer Maria Rilke : "tous les dragons de notre vie ne sont peut être que des princesses qui attendent de nous voir beaux et courageux". Et les dragons se peuvent dompter de deux manières : par la violence et par l'épée comme les dieux ou héros guerriers, par la douceur et par l'étole comme les saints ou les dieux lieurs ! Apprivoiser, voilà peut-être le secret ! "Apprivoise moi", dit le livre. Redonner sa place au temps, à la flânerie, à la patience!
Commenter  J’apprécie          50
Après cette performance dont furent témoins tous les participants de la fête, ils finirent leurs jours de la meilleuie manière et la divinité se servit d'eux pour enseigner qu'il est plus utile d'être mort que vivant. Les Argiens entouraient les jeunes gens, leur faisant compliment de leur force, et les Argiennes félicitaient leur mère d'avoir de tels enfants. Comblée de joie tant par les louanges que par l'action qui les avait méritées, la mère,debout devant la statue, pria la déesse d'accorder à Cléobis et à Biton, ses deux fils qui l'avaient si bien honorée, ce qu'il peut échoir de plus heureux à l'homme. Après cette prière eurent lieu le sacrifice et le repas rituel, puis lesjeunes gens s'endormirent dans le temple même. Ce fut pour ne plus se réveiller: ils moururent. Les Argiens firent faire leurs statues et les consacrèrent à Delphes, comme celles d'hommes excellents.
Commenter  J’apprécie          20
En Helgeland, il est raconté qu'un pêcheur prit un jour à sa ligne, un être bizarre, de la taille d'un petit enfant, poisson au-dessous de la ceinture, homme au dessus. Non seulement il le traita bien, mais encore, la nuit suivante, quand un voix montant de la mer le réclama et que le petit prodige explique ; "c'est papa qui m'appelle..." il le rejeta dans les eaux. En récompense, le père, le havmann, génie masculin de la mer, lui offrit d'abord un bateau merveilleux, mais l'homme n'osa se l'approprier.
Commenter  J’apprécie          20
Si le sociologue avait l'initiative, il ne manquerait pas de trouver partout, dans l'Inde, en Grèce,à Rome, etc., des rites et des mythes agraires, par
exemple, ou pastoraux. Ces rites existent et ils sont sûrement en un certain sens comparables, ayant le même objet et souvent des formes voisines. Mais ils existent aussi, hors du monde indo-européen,chez tous les peuples dont le niveau culturel et les conditions de vie sont équivalents. Et ils existeraient sans nul doute avec les mêmes analogies dans l'Inde, en Grèce, à Rome, etc., même si ces pays étaient occupés par des peuples sans passé
commun, même s'il n'y avait pas eu une « préhistoire indo-européenne » commune; et il est possible que ces rites agraires ou pastoraux ne proviennent à aucun degré appréciable de cette préhistoire,qu'ils soient simplement de vieux rites indigènes adoptés par les conquérants et substitués par eux aux rites, différents dans le détail mais de même
type et de même destination, qu'ils pratiquaient avant leur dispersion et avant leur installation dans l'Inde, en Grèce; à Rome, etc.
Commenter  J’apprécie          10
« Allons, couchons-nous tous deux et livrons-nous aux joies de l'amour. Jamais encore la passion n'a ainsi enveloppé mon âme depuis que j'ai navigué après t'avoir enlevée de l'aimable Lacédémone et que, sur l'île de Cranaè, je me suis uni à toi dans les plaisirs du lit jamais comme aujourd'hui je n'ai été épris de toi, jamais ne m'a saisi à ce point le doux désir.»
Commenter  J’apprécie          20
Il n'y a aucune raison de supposer qu'il y a déjà eu des « batailles générales » dans cette longue campagne. Les Grecs, pour venger Ménélas, se sont installés fortement à proximité de la ville et, depuis dix ans, ont multiplié les coups de main, les ruses limitées, les actions locales, ont attaqué les îles vassales et gêné les communications des Troyens sans pourtant rendre impossible leur ravitaillement ou l'arrivée de renforts alliés. La réputation du généralissime Hector, les murailles construites par un dieu les ont dissuadés de tenter davantage. De leur côté, les Troyens, à l'abri derrière ces murailles, n'ont jamais risqué un affrontement général en rase campagne. Il n'y a rien d'invraisemblable dans tout cela, ni militairement ni, à plus forte raison,dans la logique de l'épopée, qui a tout intérêt à concentrer l'attention de l'auditeur sur la partie décisive des opérations,sur ce qui annonce et commence la fin, la mort d'Hector.
Commenter  J’apprécie          10
L'éloge est un des ressorts principaux du culte védique et domine les 'rapports des hommes et des dieux, les auteurs des hymnes et les officiants ayant conscience, par leurs panégyriques rituels, de « faire croître » Indra, ou Agni,ou tel autre protecteur, et de le rendre apte au service qu'ils lui demandent. Les allusions que fait aux mythes le Rg-Veda attestent plus d'une fois l'existence, entre dieux, de la même technique;on ne peut séparer par exemple l'épisode du Mahâbhârata cité plus haut des stances où l'on voit, où l'on entrevoit plutôt, Indra engagé dans une dure bataille et non pas aidé matériellement mais fortifié magiquement par la troupe des Marut « Ils firent croître Indra par la louange ».
Commenter  J’apprécie          10
Le Mahabharata, "la grande histoire des descendants de Bharata", est le plus long poème qu'ai produit l'Inde, et l'un des plus longs de toutes les littératures : dans les recensions du Nord, il compte plus de quatre-vingt-dix mille sloka.
p. 61
Commenter  J’apprécie          20
Malheureusement, dans presque tous les cas connus jusqu'à présent, surgit ici une complication facile à prévoir n'ayant pas d'étymologie claire, ne s'appuyant pas sur toute une famille de mots « laïques », et d'autre part exposé aux scrupules,aux tabous comme tous les termes religieux,un mot du type ainsi défini risque d'avoir subi des déformations imprévues qui, sans le défigurer,l'ont altéré, et, quand on compare ses héritiers possibles dans les diverses langues attestées historiquement,on constate bien un air de parenté,mais on n'obtient pas cet incontestable brevet de filiation que seule constitue la minutieuse observation des « lois phonétiques ».
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Georges Dumézil (206)Voir plus

Quiz Voir plus

Pièges d'orthographe

... un homme valeureux qui s'est sacrifié pour sa nation.

Ci-gît
Cigît
Ci-git

14 questions
153 lecteurs ont répondu
Thèmes : orthographe , français , pièges , amusement , amusementCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..