AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.61 /5 (sur 109 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Nuoro , le 27/09/1871
Mort(e) à : Rome , le 15/08/1936
Biographie :

Grazia Deledda était une femme de lettres italienne de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

Avec Giovanni Brotzu, Antonio Gramsci et Emilio Lussu, Grazia Deledda compte parmi les Sardes les plus importants du XXe siècle. Autodidacte, elle n'a pas terminé la période de scolarisation primaire.

Fidèle à son personnage, elle a reçu le Prix Nobel de littérature en 1926 sans un sourire. Dans ses livres, qui pour la plupart se déroulent dans la partie la plus profonde de la Sardaigne (la Barbagia), on retrouve la description d'un monde agropastoral qui est gouverné par une loi antique et non écrite appelée balentia. Son roman le plus populaire est probablement Roseaux au vent où la vie des hommes est comparée à des roseaux qui se plient au vent sans être brisés.

Son oeuvre traite des thèmes forts de l'amour, la douleur, la mort, qui nourrissent les sentiments du péché et de la fatalité. On y trouve l'influence du vérisme de Giovanni Verga, mais aussi, du "décadentisme" de Gabriele D'Annunzio.

Œuvres traduites : Les Tentations, Elias Portolu, Le pays sous le vent, Braises.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Grazia Deledda   (17)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Images d'époque: à Stokholm, le 10 décembre 1926, Grazia Deledda reçoit le prix Nobel de littérature . C'est la seconde femme qui reçoit un prix Nobel , après Marie Curie (commentaires en italien).


Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
5Arabella   14 août 2021
Braises de Grazia Deledda
C'étaient les derniers jours qu'Anania passait dans sa famille et il se sentait de plus en plus gai, comme l'oiseau prêt à s'envoler. Mais une tristesse indéfinie voilait parfois sa joie et une crainte anxieuse de l'inconnu le tourmentait. Il se demandait comment était le monde vers lequel il s'élançait déjà en pensée, mais il devait encore faire ses adieux, lentement, jour après jour, au monde triste et humble dans lequel s'était déroulée son enfance sans couleurs, où ne pesaient qu'une seule ombre, la douleur de l'abandon de sa mère, et une seule lumière, l'amour fantastique de Margherita.
Commenter  J’apprécie          181
Gwen21   31 mai 2021
Elias Portolu de Grazia Deledda
Insensiblement les larmes tarirent dans ses yeux, et cette crise le soulagea, le calma. Il s'en aperçut lui-même ; car, lorsque l'accès de désespoir eut pris fin, il ressentit quelque honte des pleurs qu'il avait répandus. Mais il pensa : "Mon père dit que ce sont les lâches qui pleurent, et qu'un Sarde, un Nuorais, ne doit jamais pleurer. Pourtant, les pleurs font tant de bien ! Sans les pleurs, il y a des moments où l'âme éclaterait."
Commenter  J’apprécie          150
psech   13 août 2022
Canne al vento de Grazia Deledda
Mah! Che vuoi! La vita passa e noi la lasciamo passare come l'acqua del fiume, e solo quando manca ci accorgiamo che manca.
Commenter  J’apprécie          00
5Arabella   13 août 2021
Braises de Grazia Deledda
Oli errait de-ci de-là, les yeux voilés par la passion. A l'heure où tombe le long crépuscule lumineux ou dans la lumière aveuglante de midi, lorsque les montagnes se confondent avec le ciel, elle suivait de ses yeux tristes ses petits frères dévêtus, noirs comme des idoles de bronze, qui animaient le paysage de leurs cris d'oiseaux sauvages, et elle pensait au jour où elle devrait les abandonner pour partir avec Anania. Elle avait vu l'anneau que le jeune homme avait trouvé. Elle espérait, elle attendait ; les poisons du printemps lui brûlaient le sang.
Commenter  J’apprécie          109
bilodoh   15 mars 2022
Braises de Grazia Deledda
…la voix des gens qui n’avaient rien à manger, des femmes qui n’avaient pas de vêtements et des hommes qui se soûlaient pour s’abriter et finissaient par frapper leur femme, leurs enfants et leurs bêtes parce qu’ils ne pouvaient pas frapper le destin, les voix des maladies non soignées et de la misère acceptée inconsciemment comme la vie même. Mais qui prêtait attention à cette plainte?



(Cambourakis, p.97)
Commenter  J’apprécie          100
Allantvers   24 août 2021
Le lierre sur l'arbre mort de Grazia Deledda
La veuve regarda le veuf; lui la regardait déjà depuis un certain temps. Ils avaient tous les deux de très beaux yeux, et les beaux yeux sont faits pour se rencontrer, même lorsqu'ils ont déjà versé des larmes et des larmes sur la tombe d'êtres chers.
Commenter  J’apprécie          101
fertiti65   25 mars 2019
Braises de Grazia Deledda
Il lui semblait sentir la force joyeuse de l'eau agitée, lui dont l'âme n'avait été qu'un petit étang aux rives étouffées sous les herbes fétides. Oui les acacias perdus dans les solitudes immobiles du paysage sarde avaient raison ; oui, bouger, marcher, courir à en perdre le souffle, c'était cela la vie.
Commenter  J’apprécie          90
fertiti65   23 mars 2019
Braises de Grazia Deledda
Durant les longs mois d'hiver, le paysage n'était que neige et brume. Mais au printemps, l'herbe envahissait jusqu'aux ruelles escarpées du village, pavées de grosses pierres où les scarabées béats s'endormait au soleil ; les fourmis sortaient de leur trou, puis rentraient sous terre et tournaient tout autour de leur fourmilière, imperturbablement. On apercevait dans les ruelles lés balcons en bois vermoulu, les escaliers entourés parfois de guirlandes de vigne vierge, et les petites portes noires des masures de pierre brune avec leurs toits de lauzes superposées comme des écailles de poisson.
Commenter  J’apprécie          70
fertiti65   25 mars 2019
Braises de Grazia Deledda
Tout cela n'était que mensonge. Un vague indice, soufflé par une vieille femme gâteuse, suffisait à remuer une tempête de boue dans son âme et à lui suggérer l'idée du crime.
Commenter  J’apprécie          80
isabellelemest   30 avril 2013
Le pays sous le vent de Grazia Deledda
Je cachais surtout mes yeux, sous mes larges paupières et mes longs cils, pour dissimuler l'intense besoin de vivre et l'élan qui composaient le fond de mon être, mais peut-être aussi pour fuir la lumière violente de mes rêves, comme ces oiseaux au vol long et puissant, dont les yeux munis de doubles paupières leur évitent, dans l'ardeur de leurs voyages, d'être aveuglés par le soleil et le vent.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

La Révolution française (8) : l'argent n'a pas d'odeur 😉

Enfin le roi termine son discours en recommandant la concorde et la paix à ce bon peuple dont on l'assure qu'il est aimé, quand on veut le consoler de ses peines. À ces derniers mots, tous les assistants éclatent en témoignages de reconnaissance. Le président fait une courte réponse où il exprime le désordre de sentiment qui règne dans tous les cœurs. Le prince est reconduit aux Tuileries par la multitude. L'assemblée lui vote des remerciements à lui et à la reine. Une nouvelle idée se présente : Louis XVI venait de s'engager à maintenir la constitution ; c'était le cas pour les députés de prendre cet engagement à leur tour. On propose donc le ....... civique, et chaque député vient jurer d'être fidèle à la nation, à la loi et au roi ; et de maintenir de tout son pouvoir la constitution décrétée par l'assemblée nationale et acceptée par le roi.

Service
Repentir
Aveu
serment

10 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : tribuCréer un quiz sur cet auteur