AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.92 /5 (sur 1419 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Malines , le 22/01/1913
Mort(e) à : Louveciennes (Yvelines) , le 21/09/2012
Biographie :

Henry Bauchau est un poète, romancier, dramaturge et psychanalyste belge, de langue française.

Il naît dans une famille de la haute bourgeoisie belge. Sa petite enfance est marquée par l'invasion allemande et l'incendie de la maison de ses grands-parents maternels à Louvain par les soldats germaniques. Le romancier évoquera ce drame dans "L'Incendie Sainpierre". Il fait des études de lettres à la Faculté Saint-Louis, puis de droit à l'université de Louvain. Il est séduit par les idées pacifistes dans les années vingt et trente, il écrit des articles en particulier dans "Cité chrétienne".

Avant d'être mobilisé en 1939, il exerce des activités dans le journalisme et milite dans des mouvements de jeunesse chrétienne. Durant ces années de guerre il a nourri une passion partagée avec une femme mariée comme lui à quelqu'un d'autre. Pendant la guerre, de juillet 40 à juin 43, il sera responsable du Service des volontaires du travail pour la Wallonie (SVTW), avant de rejoindre un mouvement de Résistance armée. Son action dans le cadre du SVTW sera jugée négativement par un tribunal militaire, à la libération. Déçu, il s'éloignera de son pays et vivra en Suisse et en France. De 1947 à 1951, Bauchau entreprend une psychanalyse auprès de l'épouse du poète Pierre Jean Jouve. Cette analyse marquera profondément sa pensée.

C'est en 1958 qu'il publie son premier recueil de poèmes, "Géologie", qui obtient le prix Max Jacob. En 1960, Ariane Mnouchkine monte sa pièce "Gengis Khan" aux Arènes de Lutèce. Entre-temps, il voyage et sa vie se partage entre la France, la Suisse et la Belgique ; entre l'enseignement, la psychanalyse (à Paris, avec Conrad Stein) et l'écriture ; entre succès et difficultés financières. "Essai sur la vie de Mao Zedong" lui demande huit ans de travail et est publié en 1982.

Enfin, il commence son cycle mythologique et donne successivement "Œdipe sur la route" (1990), "Diotime et les lions" (1991) et "Antigone" (1997). Parallèlement, la publication de son "Journal" (1989-1997) éclaire la création, permet de comprendre l'importance que représentent pour l'écrivain la poésie, les rêves, l'inconscient et l'écriture.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Henry Bauchau : cinq entretiens avec Catherine Pont-Humbert (À voix nue / France Culture) [2009]
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (370) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   29 janvier 2014
Poésie complète de Henry Bauchau
Je vis entre deux soleils celui du cœur et celui du temps



Extrait du poème Litanies - La Dogana, poèmes vénitiens
Commenter  J’apprécie          480
araucaria   11 juin 2014
Déluge de Henry Bauchau
Pendant ma promenade ce matin j'ai pensé de nouveau que, jusqu'à la mort de ma mère, je n'ai pas vécu ma vie mais celle qu'elle aurait voulu avoir.
Commenter  J’apprécie          440
Nastasia-B   19 août 2014
Oedipe sur la route de Henry Bauchau
Votre vie n'est pas à vous, elle n'est pas votre bien, et celui qui vit dans l'instant comment pourrait-il déchiffrer la langue épineuse du temps ? La vie, la mort, la maladie sont de grands fauves, d'intrépides joueuses qui lancent leurs dés sans hésiter.

Sans la mort quels terribles combats entre ceux qui ne mourraient plus et ceux qui grandissent, avides de terres et de liberté.



Chapitre 8 : Calliope et les pestiférés.
Commenter  J’apprécie          420
araucaria   22 mai 2014
L'enfant bleu de Henry Bauchau
En arrivant je vois, affiché sur le mur par le professeur d'art, un dessin qui m'enchante et s'accorde à la détresse bien cachée que j'éprouve. C'est une très petite île, une île bleue, entourée de sable blond et couverte seulement de quelques palmiers. Cette île, son ciel, sa lumière, sa minuscule solitude protégée par une mer chaude expriment le désir, la douleur d'un coeur blessé. Le dessin naïf, d'une manière frustre, toute pénétrée de rêve, me fait sentir avec force le silence, l'exil terrifié, la scandaleuse espérance dont il est né.

On me dit que c'est l'oeuvre d'Orion, un garçon de treize ans, en qui alternent l'application, de fortes inhibitions et des crises de violence.
Commenter  J’apprécie          410
araucaria   31 mai 2014
L'enfant bleu de Henry Bauchau
Je sens une tristesse en moi en voyant Roland s'éloigner. Il est venu me voir hier, la séance a été bonne, au moment de partir il m'a donné un petit carton à dessin : "C'est pour toi. C'est un portrait de mon père". Il est parti sans rien ajouter.

En ouvrant le carton j'ai vu un dessin maladroit en noir et blanc. Ce n'est pas du tout un portrait. Roland ne pourrait pas faire un portrait, il ne sait pas dessiner et pourtant ce dessin évoque mystérieusement la mort de son père. C'est un ensemble enchevêtré de lignes lourdes et de taches d'encre noire qui suggère irrésistiblement le malheur né de quelque événement obscur. C'est le témoignage d'une immense tristesse, incomprise, celle qui l'a si longtemps retenu d'évoluer. Roland si doué pour les couleurs, a su avec un peu d'encre exprimer la mort sur un bout de papier, qu'il m'a donné peut-être pour que je partage sa douleur.
Commenter  J’apprécie          370
Nastasia-B   23 août 2014
Oedipe sur la route de Henry Bauchau
Il est parsemé de ces pierres à demi cachées [...], c'est un sentier comme il y en a beaucoup en Grèce. Un chemin qui n'est jamais, qui serpente indéfiniment et sans dire d'avance où il va.



Chapitre 16 : Le chemin du soleil.
Commenter  J’apprécie          380
Nastasia-B   29 juillet 2014
Antigone - Oedipe sur la route - Diotime et les lions de Henry Bauchau
Il ne faut pas qu'ils enferment leur malheur en eux-mêmes, il vaut mieux qu'ils le vivent.



ŒDIPE SUR LA ROUTE, Chapitre 4 : Le refus d'Antigone.
Commenter  J’apprécie          380
araucaria   30 mai 2014
L'enfant bleu de Henry Bauchau
Il bat un peu l'air de ses bras : "Tu as eu peur, Madame, quand le démon a cassé la porte en entrant?

- Très peur. Je n'avais jamais vu le démon avant ça."

Il rit très fort, il est content : "C'est que le démon avait attendu longtemps à la gare. Il avait sauté sans personne pour l'arrêter. Il avait couru jusqu'à la maison, il avait eu le temps de s'emparer de la tête et du corps.

- Est-ce que le démon est sorti maintenant...

- On ne sait pas, Madame."
Commenter  J’apprécie          330
bilodoh   04 octobre 2014
Oedipe sur la route de Henry Bauchau
Chacun va bientôt devoir retrouver l’itinéraire de ses songes et tracer sur la terre et dans le ciel le chemin inconnu qui correspond à son image intérieure

(Le Labyrinthe, J’ai lu, p. 132)
Commenter  J’apprécie          330
araucaria   23 mai 2014
L'enfant bleu de Henry Bauchau
Il rit : "Moi, on veut dessiner. Pas les chevaux blancs, c'est trop difficile. Peut-être quand on sera grand."

Je lui donne une feuille, il commence un nouveau labyrinthe, très différent, toujours avec la même et surprenante rapidité. Attendant le moment où il me demandera peut-être d'intervenir, je me dis : Trois cents chevaux blancs qui poursuivent le démon de Paris, celui qui a vu cela a reçu un don, un rayon de douleur, un rayon de lumière. C'est peut-être un artiste? C'est peut-être sa voie, s'il en a une?
Commenter  J’apprécie          290
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

QUIZ FINAL - Défi Babelio Junior 2019-2020

Ali Blabla : Quel son produit un dromadaire ?

Il déblatère
Il blablatère
Il blatère
Il béguète

30 questions
19 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
.. ..