AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.91 /5 (sur 141 notes)

Nationalité : Chili
Né(e) à : Talca , le 11/07/1950
Biographie :

Hernán Rivera Letelier est un romancier, nouvelliste et poète chilien contemporain.

Il a toujours vécu dans le désert d'Atacama, connu pour ses mines de nitrates.
Longtemps mineur pour les compagnies salpêtrières, à la fermeture de la mine "Pedro de Valdivia", il a 20 ans.

Il émigre à Antofagasta, et suit des cours du soir pour apprendre à lire et à écrire, puis fait des études secondaires. Il se met alors à écrire des poésies, puis des romans. Son parcours apparaît dans "La Reine Isabel chantait des chansons d'amour". Avant d'écrire des romans, il s'est fait remarquer en poésie, mais c'est surtout en tant que conteur qu'il a acquis sa notoriété.

Certains de ses récits ont paru dans des anthologies. Le texte qui l'a consacré est La Reine Isabel chantait des chansons d'amour. (1994) pour lequel il a reçu le grand Prix national des Lettres chiliennes, ce qui confirme le talent de cet auteur comme romancier exceptionnel au sein de la littérature chilienne des années 1990. Ses premiers romans sont adaptés au théâtre et au cinéma.

Il est lauréat du Prix Alfaguara de Novela.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   16 août 2018
L'art de la résurrection de Hernán Rivera Letelier
C’était dimanche. Et, suivant l’exemple des gens qui se pomponnaient et revêtaient leurs plus beaux habits pour sortir dans les rues du campement, le soleil apparut du côté de la cordillère , rond et brillant, exact comme une Longines en or.

p.107
Commenter  J’apprécie          380
Bookycooky   18 août 2018
L'art de la résurrection de Hernán Rivera Letelier
-Il existe donc un miroir magique où les moches deviennent jolies,passager Titichoca?

-L’argent, les amis, dit sentencieusement don Olvido, voilà le miroir qui arrange tout. Par exemple si don Anonimo était riche, on ne le considérerait plus comme un pauvre fou, mais comme un monsieur un peu excentrique. De la même façon, si la brave épouse du boucher recevait un héritage et devenait millionnaire, on ne dirait plus qu’elle est moche à faire peur mais qu’elle a une beauté bizarre et exotique.

p.140
Commenter  J’apprécie          311
le_Bison   05 mars 2017
L'art de la résurrection de Hernán Rivera Letelier
Voyez-vous, mes frères, le démon lui-même ne boirait pas ce vin frelaté, dit-il quand les hommes lui firent remarquer qu'il ne buvait rien.

- Mieux vaut du vin maudit que de l'eau bénite, ami don Cristo, répondirent en riant grassement les poivrots.

Après avoir descendu plusieurs litres de vin en vrac - et un plat de sardines à l'oignon assaisonné d'aji vert, si piquant que les vieux l'appelaient "fils de pute" en écoutant avec résignation les conseils et les sages pensées pour le bien de l'humanité dispensés jusqu'à satiété par le prédicateur, les poivrots purent enfin lui couper la parole, "avec tout le respect que l'on vous doit, don Cristo", et se mirent à raconter leurs sempiternelles histoires de fantômes, de salpêtrières et leurs sublimes mensonges campagnards.
Commenter  J’apprécie          271
le_Bison   22 janvier 2017
L'art de la résurrection de Hernán Rivera Letelier
Le Christ d'Elqui s'excusa :

- Je regrette beaucoup ma soeur, mais je ne crois pas avoir le courage de me montrer les fesses à l'air devant la Statue de la Sainte Vierge même si, comme vous me l'avez dit, vous lui couvrez le visage d'un carré de velours bleu quand vous êtes occupée. Si vous n'y voyez pas d'inconvénient, il vaut mieux rester ici, dans la cuisine. De plus, bien que je n'ai pas soulagé mes glandes ni pratiqué de pollutions nocturnes depuis plusieurs semaines, je ne veux pas d'accouplement dans les règles pour le moment. Je me contenterai de vous demander - ce disant, il relevait sa tunique, baissait son caleçon mortuaire et s'asseyait sur le banc, le dos contre la table - de vous agenouiller un moment là, entre mes jambes et de calmer ces ardeurs animales par une bonne "pipe", comme les mécréants appellent la fellation.
Commenter  J’apprécie          260
viou1108   12 septembre 2016
Les fleurs noires de Santa Maria de Hernán Rivera Letelier
- Rêver, c'est déjà une façon de lutter, don Olegario. Quelqu'un a dit un jour: tous les rêves sont séditieux.
Commenter  J’apprécie          260
le_Bison   11 mars 2017
L'art de la résurrection de Hernán Rivera Letelier
A cette heure hallucinante de la sieste dans le désert, le soleil était une pierre embrasée au milieu du ciel, il n'y avait pas un souffle de vent et l'atmosphère était si pure qu'on pouvait voir à plus de soixante-dix kilomètres à la ronde.

On n'apercevait pas le moindre nuage au loin.

Entassés sur le quai de la gare, les gens scrutaient l'horizon en mettant une main en visière et en s'éventant de l'autre. Quelques femmes avaient allumé des cierges et murmuraient avec ferveur des prières, dégoulinantes de sperme et de transpiration.
Commenter  J’apprécie          240
Aunryz   24 octobre 2020
L'art de la résurrection de Hernán Rivera Letelier
Et quand don Manuel, avec ses jambes torses, sa grosse tête carrée et ses cheveux raides, sortit avec la poule Sinforosa sous le bras, les surveillants eux-mêmes éclatèrent de rire.

Sans se presser le moins du monde, le veuf la déposa à l'arrière de son véhicule où il l'attacha avec la ficelle nouée à une de ses pattes.

Les œufs ne sont jamais de trop, surtout quand ils ont deux jaunes, dit-il avec tendresse à la femme accroupie sur le toit.

Quand il ne resta plus à charger que la statue de la Vierge et le meuble qui lui servait d'autel - la "chapelle" comme elle l'appelait - Magalena Mercado descendit de son perchoir avec l'agilité d'un chat de gouttière. Une fois en bas, elle fit une grimace de mépris à l'intention des surveillants, entra chez elle et en ressortit en portant la Vierge dans ses bras, avec toutes les précautions et toute la tendresse du monde. Auparavant elle lui avait couvert la tête avec le carré de velours bleu.
Commenter  J’apprécie          50
Pecosa   21 mars 2019
La raconteuse de films de Hernán Rivera Letelier
Grâce à Ecran, j'avais découvert que la plupart des acteurs et des actrices célèbres avaient de faux noms car les leurs, les vrais, étaient aussi moches que le mien. Ou même davantage. Pola Negri, la diva du cinéma muet, était le meilleur exemple. J'avais toujours beaucoup aimé son nom. Je le trouvais parfait pour une actrice. Mais, un jour, j'ai découvert avec horreur que c'était un pseudonyme: elle s'appelait en réalité Apolonia Chavulez. Consternée, je me suis dit, ce n'est pas possible. Avec un nom pareil, la pauvrette n'aurait même pas eu assez de grâce pour battre des cils.

J'ai eu une autre déception quand j'ai su que le vrai nom d'Anthony Quinn, un de mes acteurs préférés, était Antonio Quiñones .

Le glamour en prend un sacré coup!
Commenter  J’apprécie          233
le_Bison   25 février 2017
L'art de la résurrection de Hernán Rivera Letelier
Les bras en croix, ses yeux noirs lançant des flammes, il affirma aux gens que le désert était le meilleur endroit pour sentir la présence du Père éternel, le lieu le plus adéquat pour parler avec lui.

- Ce n'est pas pour rien, comme le dit la Sainte Bible, que Jésus lui-même s'est retiré quarante jours dans le désert avant de commencer à prêcher la bonne nouvelle. Par conséquent, mes frères, tout n'est pas mauvais ici. Ce que vous avez vaut mieux que tout l'argent et l'or du monde : le silence du désert. Le silence le plus pur de la planète, le plus indiqué pour permettre à chacun de vous de trouver son âme, le plus approprié pour entendre Dieu, pour écouter la voix du Père éternel.
Commenter  J’apprécie          230
le_Bison   26 février 2017
L'art de la résurrection de Hernán Rivera Letelier
Cependant, mes biens chers frères, grondait-il parfois en marge de ses discours et de ses interminables sermons théologiques, il y a deux choses qui me tapent sur les nerfs et me mettent hors de moi. Primo, je ne supporte pas que certains communistes, ces messieurs qui prétendent savoir lire et écrire - la seule chose qu'ils écrivent c'est Vive Staline sur les murs des toilettes publiques et la seuls chose qu'ils lisent c'est le journal, à table, pendant les repas, une preuve de très mauvaise éducation et un très mauvais exemple pour les enfants -, disent de moi, en se fiant à l'apparence de ma barbe et de mes vêtements, que je suis un Arabe, un Chinois, un Hindou. Ces andouilles m'ont même traité de Mapuche. Et ce n'est pas tout, Vierge sainte, plusieurs de ces crétins ont été jusqu'à me comparer au Juif errant. A-t-on déjà entendu pareille énormité ! Il faut vraiment être un âne bâté.
Commenter  J’apprécie          220

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Luis Sepúlveda (1949-2020)

Luis Sepúlveda est né le 4 octobre 1949:

en Espagne
au Pérou
au Chili

8 questions
135 lecteurs ont répondu
Thèmes : chili , chilien , littérature , littérature hispanique , amérique du sud , hispanique , roman , romanciers , opposant politique , pinochet , dictature , exilCréer un quiz sur cet auteur