AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253001454
255 pages
Le Livre de Poche (07/03/1972)
3.74/5   6744 notes
Résumé :
"Vipère au poing", c’est le combat impitoyable livré par Jean Rezeau, dit Brasse-Bouillon, et ses frères, à leur mère, une femme odieuse, qu’ils ont surnommée Folcoche.

Cri de haine et de révolte, ce roman, largement autobiographique, le premier d’Hervé Bazin, lui apporta la célébrité et le classa d’emblée parmi les écrivains contemporains les plus lus.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (347) Voir plus Ajouter une critique
3,74

sur 6744 notes

tiptop92
  04 janvier 2022
Hervé Bazin - Vipère au poing - 1948 : Cette descente au coeur de la haine intime s'accompagnait de la fin crépusculaire d'un monde qui sentait encore l'odeur de la poudre à perruque et des privilèges. On pouvait trouver que le combat qui opposait les enfants Rézeau à leur mère était celui-là même qui opposa à partir de 1789 la jeunesse révolutionnaire à la sclérose nobiliaire issue d'un monde historiquement millénaire. La figure tutélaire de la mère dominait cette famille éreintée par les agissements cruels de cette véritable Médée en jupon. Les jeunes frères et plus particulièrement brasse-bouillon (le surnom du personnage central) s'opposait frontalement à la barbarie d'une femme qui recréait dans son microcosme familial les maux délétères des pires dictatures de l'époque. On suivait avec passion ce combat presque homérique qui sacrifiait sur l'autel de la sévérité excessive une piétaille de précepteurs complices ou pas de la duplicité maternelle. Pauvre hommes en soutane souvent mis au rebus du clergé pour des comportements illicites qui finissaient pour la plupart épuisés par la violence larvée de cet affrontement familial. Hervé Bazin s'inspira en partie de son enfance et de son adolescence pour définir ce personnage de marâtre qui fera tout le sujet de son roman. La plaie visiblement était encore ouverte et c'est à grande poignée que l'écrivain jetait du sel sur le souvenir à vif de ses premières années. le sifflement aigu de la vipère résonnait dans chacune de ces pages qui retentissait comme un hommage à l'esprit mauvais de Paule Rézeau, créature sans limites morales que ses enfants n'appelleront jamais autrement que folcoche (un condensé de folle et de cochonne). Qu'en fut-il ensuite de la vie d'adulte de l'auteur ? réussit-il quand même à s'engager dans une relation sentimentale lui qui n'apprit jamais l'amour ? On imagine assez bien le handicape que du représenter une pareille jeunesse pour aborder sereinement une vie d'adulte. Alors que dans un couple la dureté de l'un était souvent contrebalancé par la bienveillance de l'autre, aucun secours ne vint d'un père pourtant distingué pour son courage dans les tranchées mais qui accepta avec résignation les mauvais traitements subis par ses fils au nom d'une illusoire tranquillité conjugale. "Vipère au poing" reste un classique absolu qu'on lit encore dans bien des écoles pour dénoncer aux yeux des enfants la maltraitance induite par des parents mauvais et indignes... intense
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          17711
Eric76
  27 octobre 2018
L'histoire de « Vipère au poing » se trouve dans les recoins sombres de notre mémoire collective, qu'on ait lu ou pas le livre. Son héroïne, Folcoche, marâtre rusée, calculatrice, haineuse, pétrie de mauvaise religion, au corps sec comme une trique, est à ranger au musée des horreurs.
Ce livre, c'est l'histoire d'une France qui n'existe plus, tombée aux oubliettes dans les fracas de la seconde guerre mondiale. C'est la France de cette vieille noblesses mélangée, pour le meilleur et pour le pire, à cette grande bourgeoisie provinciale, les deux se rejoignant dans leur insupportable arrogance, les deux ayant les mêmes doigts crochus quand il s'agit de défendre leurs petits privilèges, les deux recroquevillées dans leurs manoirs branlants sans voir la marche du monde. C'est la France de Charles Maurras, de la « divine surprise » quand la troisième République s'effondre comme un château de cartes face aux légions nazies.
Ce livre, c'est l'histoire d'une famille de fin de race qui sent confusément que les valeurs qu'ils véhiculent vont disparaître, que leur heure est comptée. D'où ce raidissement, peut-être ? Comme un dernier pied de nez au destin.
Un père veule et insignifiant, des percepteurs au rabais qui préfèrent fuir en courant ou regarder distraitement ailleurs… Personne pour empêcher la sorcière Folcoche de régner en Maître absolu sur le domaine de la « Belle Angerie », et d'humilier de la plus épouvantable manière ses propres fils : Chiffe, Cropette, Brasse-bouillon. Coups de fourchettes sur les mains, surveillance continuelle, mentalité de la méfiance érigée en dogme, crânes tondus, déshabillage des consciences… Aucun abaissement, aucune vexation ne leur sera épargné. Et tout cela au nom de la bien-pensance chrétienne.
Le seul à relever le gant face à la dictature de Folcoche sera Brasse-bouillon, notre narrateur. Plus dur que ses deux frères, plus malin, plus endurant, sa jeunesse finira par la vaincre. Avec un certain plaisir cynique, il se rendra compte en même temps qu'il lui ressemble en tout point avec sa haine et son mépris plantés dans le coeur. Son premier acte d'homme sera d'ailleurs de se moquer et de faire pleurer une pauvre fille. Écoeurant, gratuit, et en même temps tellement prévisible.
C'est mon premier Bazin. le style est d'une puissance peu commune et les sarcasmes mouillés d'acide. La haine et le fiel sont à fleur de peau. Magistral.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          17221
missmolko1
  28 mai 2012
Un classique à lire et à relire et je ne m'en lasse pas...
Malheureusement ayant vu l'excellent film avec dans le rôle de Folcoche, Catherine Frot, ma lecture a été un peu gâché car il n'y avait plus beaucoup de surprise étant donné que le film est assez fidèle au roman.
L'écriture d'Hervé Bazin m'a beaucoup plu et m'a rappelé la narration des films la gloire de mon père et le château de ma mère que je regardais quand j'étais enfant. (je serais sans doute la seule a faire cette comparaison mais c'est parfois agréable de se remémorer des souvenirs d'enfance à travers d'un livre).
Commenter  J’apprécie          1155
si-bemol
  03 janvier 2019
“Elle avait de jolis yeux, vous savez, cette vipère, (...) des yeux de topaze brûlée, piqués noirs au centre et tout pétillants d'une lumière que je saurais plus tard s'appeler la haine et que je retrouverais dans les prunelles de Folcoche, je veux dire de ma mère.”
Avec ce roman, nous pénétrons dans l'effroyable intimité d'une famille de la grande bourgeoisie de province, bien pensante et catholique fervente des années vingt chez qui, derrière les murs clos de la propriété, à l'abri des regards, se joue chaque jour et à huis clos la tragédie de la maltraitance ordinaire poussée à son paroxysme par une mère monstrueuse, une folle, une cochonne : Folcoche.
Le froid, la faim, les privations, les corvées, les sévices, sous les yeux d'un père secrètement compatissant mais d'une absolue lâcheté, une torture psychologique de tous les instants, une destruction systématique, jouissive, du bonheur et de l'innocence, un saccage méthodique de l'enfance… Comment survivre face à une mère qui est l'incarnation du sadisme, de la démence froide et de la haine ? Comment préserver ce qui peut l'être encore et réussir, un peu, à se construire ?
L'école se fait à la maison, sous la houlette d'un vieil abbé aigri, malveillant et vermoulu, les domestiques un peu sensibles ont été renvoyés, il n'y a, pour ces enfants, aucune aide extérieure possible. Pour Chife, Cropette et Brasse-Bouillon, le narrateur et le meneur de la résistance, il n'y aura de solution possible que dans l'affrontement, la révolte, la rage, la vengeance et la haine…
Avec "Vipère au poing", Hervé Bazin signait en 1948 son premier roman, largement autobiographique, qui le rendit aussitôt célèbre, et l'une des dénonciations les plus violentes de l'enfance maltraitée qui, encore aujourd'hui, fait toujours froid dans le dos. Un roman effroyable et très bien écrit qui est devenu un incontournable de la littérature française au point de figurer, soixante-dix ans plus tard, au programme des collèges.
[Challenge MULTI-DÉFIS 2019]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1045
berni_29
  09 octobre 2021
Vipère au poing appartient à notre mémoire collective, la mémoire de l'école. Il m'a ramené à l'élève que je fus. Je me souviens d'avoir lu en classe de cinquième Vipère au poing. C'est ainsi que j'ai découvert en même temps que ce livre son auteur Hervé Bazin. Je ne suis pas sûr qu'aujourd'hui ce livre continue d'être étudié à l'école... Je serais curieux de le savoir...
En le relisant et en abordant les premières pages, je craignais de revenir à un récit qui me paraissait devenu un peu daté. Quelque chose qui sent la naphtaline, l'encaustique sur des meubles anciens et vermoulus.
Le narrateur est Jean, alias Brasse-Bouillon, ce n'est pas un surnom donné par ses camarades d'école, - d'ailleurs il ne va pas à l'école, mais tout simplement par sa mère. Cela vous donne le ton. M'est avis que le narrateur ressemble comme deux gouttes d'eau à l'auteur qui raconte ici quelque chose qui ressemble de près à un pan de sa jeunesse... Bon, ce n'est pas un secret, ce récit est quasiment une autobiographie de l'enfance de l'auteur.
Nous sommes dans les années vingt, en terre rurale, craonnaise précisément. Années vingt, entendez par là 1920 bien sûr... Jean et Ferdinand Rezeau, deux frères, sont élevés par leur grand-mère paternelle dans le manoir familial de la Belle Angerie, tandis que leurs parents séjournent en Indochine avec le plus jeune des trois enfants, Marcel. À la mort de leur aïeule, la mère des enfants, de retour d'Asie, reprend ses droits. Jugeant l'éducation de leur grand-mère trop laxiste, elle entend bien remettre ses fils dans le droit chemin. Rapidement, elle leur inflige des souffrances et des humiliations de toutes sortes. C'est ainsi qu'elle héritera à son insu du nom, du beau nom de Folcoche...
Ici cette famille fait partie de la vieille France traditionnaliste, un mélange d'aristocratie et de bourgeoisie, qui côté aristocratique tente de tenir son rang et qui côté bourgeois ne parvient malheureusement pas à s'enrichir. Pire elle s'appauvrit de jour en jour.
Le rang, c'est celui d'une vieille famille française ultra catholique devenue pauvre à force de ne pas travailler, malgré les terres qu'elle possède. Elle est si pauvre que cela lui coûte moins cher d'engager un précepteur, - un ecclésiastique bien sûr, que d'envoyer les enfants en pension...
Ils ont aussi cette horrible valeur chère au catholicisme, la charité, dégoulinante de belles intentions, mais toujours assortie d'une condescendance, d'un mépris, pour la classe des plus humbles, des plus démunis.
Le narrateur s'en délecte pour égratigner ces valeurs familiales, et moi aussi.
La violence de la mère, la lâcheté du père qui, sous prétexte de chercher la paix familiale, le moins de vague possible, ferme ses yeux veules, détourne son visage vers sa faiblesse et sa médiocrité. Tout d'un coup mes mains tremblent, non ce livre hélas ne sent pas le rance ni l'encaustique... Tant de familles fonctionnent encore comme cela... ! L'un se tait, tandis que l'autre donne les coups.
Le père, parlons en... Il était enseignant jusqu'à ce qu'il revienne d'Indochine. C'est un scientifique, spécialisé dans la diptérologie. Désormais, il passe ses journées à chercher, observer, capturer des mouches rares. À les gober aussi auprès de sa dominante et colérique épouse.
La vocation de certains écrivains s'est-elle forgée sur cette haine sourde ou bruyante, ce terreau familial insupportable, destructeur, ils sont légion à défiler sur les plateaux télés, notamment à La Grande Librairie, et nous autres qui avons connu une enfance heureuse, nous sommes parfois ébahis, sidérés, gênés presque de les voir convier le bruit assourdissant et douloureux des souvenirs de leur enfance, à la façon d'un règlement de comptes.
J'imagine que l'écriture est dans ces cas-là un expiatoire, une thérapie, une manière de se sauver, sauver sa peau...
Certains mettront sur le visage de Folcoche un visage cinématographique marquant, celui des actrices qui ont interprété ce rôle phare, peut-être celui récent de Catherine Frot qui n'a rien à voir avec celui qu'elle tenait dans Un air de famille, d'autres se souviendront de celui d'Alice Sapritch, qui n'a rien à voir non plus avec son interprétation dans La folie des grandeurs, quoique... Dans le grotesque et le ridicule, Folcoche sait aussi y faire...
Moi, j'y ai mis celui du visage des mots, ces mots qui dessinent mon imaginaire, mes représentations quand je lis. Mon imaginaire aime dessiner les visages des personnages que je rencontre dans les romans. Ici Hervé Bazin a réjoui mon attente.
C'est un conte cruel d'une enfance malheureuse, qui forge un enfant à construire son existence sur le combat contre sa mère. C'est terrible.
Comment une mère peut-elle accueillir en son coeur, en son sein, le vertige digne des guerres, nourrir de cette ivresse affreuse les combats impitoyables et machiavéliques contre ses enfants ? Quel est ce coeur indigne capable de cela ?
Ce texte laisse entendre la voix, la tyrannie, la haine d'une mère odieuse obsédée par la rigueur et des règles qu'elle croit souveraines pour protéger le rang familial, cette mère dont le narrateur a peur au début, puis c'est une mère qu'il va détester progressivement, haïr, la désirer en même temps pour le plaisir insolent et ambigu de lui donner rendez-vous et ferrailler avec elle...
C'est un enfant dans l'éveil de l'adolescence, c'est un texte contre les préjugés bourgeois, catholiques.
Et puis, l'écriture d'Hervé Bazin est vive, le ton sarcastique, décochant des répliques qui font mouche, même si le décor social est un peu daté.
Non, finalement ce récit n'a pas pris une ride.
J'ai aimé revenir à ce texte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8619

Citations et extraits (262) Voir plus Ajouter une citation
Marine1608Marine1608   13 juin 2022
Effectivement. Jouer avec le feu, manier délicatement la vipère, n'etait-ce point depuis longtemps ma joie favorite? Folcoche m'était devenue indispensable comme la rente du mutilé qui vit de sa blessure.
Commenter  J’apprécie          20
Marine1608Marine1608   13 juin 2022
Outre notre éducation, Mme Rezeau aura une grande passion : les timbres. Outre ses entants, je ne lui connaîtrai que deux ennemis : les mites et les épinards. Je ne crois rien pouvoir ajouter à ce tableau, sinon qu' elle avait de larges mains et de larges pieds, dont elle savait se servir. Le nombre de kilogrammètres dépensés par ces extrémités en direction de mes joues et de mes fesses pose un intéressant problème de gaspillage de l'énergie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Marine1608Marine1608   13 juin 2022
Ce besoin naturel, car tu le penses tel, est-il donc si gênant de le faire à deux? Tu voulais rester pur, idiot. Est-ce qu'on retient ses glaires, lorsqu'on a envie de cracher? L'hygiène publique a inventé les crachoirs ce Dieu a inventé les femmes. La pureté n'exige pas la rétention, mais l'exutoire.
Commenter  J’apprécie          00
ScribaScriba   20 décembre 2009
Cette vipère, ma vipère, dûment étranglée, mais surtout renaissante, je la brandis encore et je la brandirai toujours, quel que soit le nom qu'il te plaise de lui donner : haine, politique du pire, désespoir ou goût du malheur ! Cette vipère, ta vipère, je la brandis, je la secoue, je m'avance dans la vie avec ce trophée, effarouchant mon public, faisant le vide autour de moi. Merci ma mère ! Je suis celui qui marche, une vipère au poing.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1265
ScribaScriba   20 décembre 2009
J'entre à peine dans la vie et, grâce à toi, je ne crois plus à rien, ni à personne. [...]Celui qui n'a pas cru en sa mère, celui-là n'entrera pas dans le royaume de la terre. Toute foi me semble une duperie, toute autorité un fléau, toute tendresse un calcul. Les plus sincères amitiés, les bonnes volontés, les tendresses à venir, je les soupçonnerai, je les découragerai, je les renierai. L'homme doit vivre seul. Aimer, c'est s'abdiquer. Haïr, c'est s'affirmer. Je suis, je vis, j'attaque, je détruis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1092

Videos de Hervé Bazin (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Bazin
Savourez chaque semaine quelques pépites puisées dans les archives de l'INA qui illustrent avec humour les liens qu'entretiennent les français avec le livre ! Que provoque en nous la lecture ? Que lit-on et pourquoi ? Quand et où lisons-nous ? Le CNL a déniché dans les archives de l'INA un choix de pépites du petit écran pour découvrir ces mille et une façons de lire.
« Les trois quarts du temps, ce sont eux qui vous montrent le plus clairement là où l'on s'est trompé. »
Dans cette brève interview à l'occasion de la première Foire du Livre de poche, à Nogent-sur-Marne, en mai 1968, Hervé Bazin, le célèbre auteur de Vipère au poing, fait humblement l'éloge du lecteur.
Suivez le CNL sur toutes les plateformes sociales :
Site officiel : www.centrenationaldulivre.fr Facebook : Centre national du livre Twitter : @LeCNL Instagram : le_cnl Linkedin : Centre national du livre
+ Lire la suite
autres livres classés : maltraitanceVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le livre dans tout ses états!

Quel est le surnom qu'ont donné les frères à leur mère?

La vipère
Folcoche
Coloche
V.F

3 questions
128 lecteurs ont répondu
Thème : Vipère au poing de Hervé BazinCréer un quiz sur ce livre