AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.74 /5 (sur 141 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nogent-sur-Marne , le 29/12/1960
Biographie :

Hervé Giraud est un écrivain français.

Après avoir rédigé des articles avec le photographe Jean-Charles Rey pour le compte du groupe Sygma, le duo a publié une quinzaine de carnets de voyage aux éditions PEMF, ainsi qu'une série d'ouvrages intitulés "Enfants du monde".

On y trouve une traversée complète de la cordillère des Andes par tous les moyens de transport possibles, un périple sur toute la longueur du canal du Midi en canoë de course en ligne.

Auteur de documentaires pour la jeunesse, "Pas folle la guêpe" (Thierry Magnier, 2009), un recueil de nouvelles, est sa première incursion dans la fiction.

Suivront chez le même éditeur "Quelle mouche nous pique" (nouvelles, 2010) puis "Ça me file le bourdon" (nouvelles) en Septembre 2012 avant les romans "Le jour où on a retrouvé le soldat Botillon" (octobre 2013) et "Histoire du garçon qui courait après son chien qui courait après sa balle" (2016).

Il est également auteur d'un roman pour adultes, "Le pull où j’ai grandi" (2016).

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
Ziliz   20 décembre 2013
Le jour où on a retrouvé le soldat Botillon de Hervé Giraud
(...) on marche courbés, serrant les rangs et protégeant nos poitrines fragiles en tenant le fusil tout contre, comme si un fusil ça protégeait celui qui le tient. (p. 11)
Commenter  J’apprécie          230
mandarine43   12 décembre 2011
Pas folle la guêpe de Hervé Giraud
Les familles c'est comme les icebergs, il y une partie immergée que l'on ne voit jamais... sauf pour les enterrements.
Commenter  J’apprécie          200
Ziliz   19 décembre 2013
Le jour où on a retrouvé le soldat Botillon de Hervé Giraud
La guerre est une façon un peu différente de faire de la politique. C'est plus vivant, mais ça fait des morts. (p. 10)
Commenter  J’apprécie          200
Ziliz   20 décembre 2013
Le jour où on a retrouvé le soldat Botillon de Hervé Giraud
A quelques pas de moi, le porte-drapeau, allongé dans les larges feuilles répète "Maman" entre deux sanglots, de son torse déchiré le sang s'écoule, c'est un vase qui se vide. Bientôt un râle idiot et il ne sanglote plus. Sa mère ne viendra pas. Il avait le même âge que moi. (p. 15)
Commenter  J’apprécie          170
Ziliz   04 octobre 2012
Ça me file le bourdon de Hervé Giraud
Nous voilà devant le commissariat. Après avoir cadenassé le scooter devant la porte, Joseph se met à avoir la tremblote :

- Mentir à ma mère, OK, mais mentir à la police, je ne l'ai jamais fait. Je ne vais pas y arriver, me dit-il.

- C'est pareil, t'as qu'à faire comme si ta mère elle avait un uniforme.

- Oui, mais elle a pas de flingue, ma mère.

- Elle a pas de flingue, mais elle te file encore des baffes. Les flics, ils n'ont pas le droit de nous taper et leurs flingues, c'est juste en cas de légitime défense après les sommations d'usage... un deux trois, rendez-vous ou bien on tire, tu vois le genre ? Allez vas-y quoi !

(p. 70-71)
Commenter  J’apprécie          160
orbe   11 novembre 2012
Ça me file le bourdon de Hervé Giraud
Comme chaque soir, je raccompagne Eyup chez lui, ensuite il me raccompagne chez moi et puis je n'ai plus qu'à le raccompagner chez lui. Ce soir, on me dit de rapporter du pain, "ça optimisera tes déplacements interurbains", ajoute-t-on.
Commenter  J’apprécie          150
Ziliz   04 octobre 2012
Ça me file le bourdon de Hervé Giraud
Faute de trouver une place acceptable [à la cantine], je m'assieds à côté de Jason Plantier. Il doit se parfumer avec du jus de transpiration pour puer autant. (...) Plantier, c'est le Français de base. Il aime le foot, les dénonciations et les combines. (p. 30-31)
Commenter  J’apprécie          140
Ziliz   09 décembre 2011
Pas folle la guêpe de Hervé Giraud
Pour être humain, on a besoin de l'inhumain, on a besoin de se faire mal et de faire mal aux autres, on a besoin de toucher pour voir si ça brûle, de grimper pour voir si c'est haut, de crier même si on ne nous entend pas. (p. 185)

Commenter  J’apprécie          140
Ziliz   04 octobre 2012
Ça me file le bourdon de Hervé Giraud
Ce matin, toute la classe est réunie sous le préau et il y a une excitation qui ne dit rien qui vaille, la prof de musique est toute pimpante, elle a sorti un chemisier transparent de derrière les fagots, elle se tient droite comme un i en donnant des ordres aimables et elle tient ses avant-bras tendus devant elle avec les coudes le long du corps. Joseph me demande :

- Tu sais ce qu'elle fait avec ses vieux rideaux, la prof de musique ?

- Non ?

- Des fringues hyper sexy pour attirer les chanteurs mâles.

- Oups, faisons gaffe.

(p. 80)
Commenter  J’apprécie          120
Ziliz   09 décembre 2011
Pas folle la guêpe de Hervé Giraud
Je me dis : Si le père du père du père de mon père était mort à la guerre quatorze, son fils n'aurait pas eu de fils et le fils de son fils non plus et ainsi de suite, de fait, je ne serais pas né. Je suis donc, par héritage, un survivant de cette guerre. Un héros de l'armistice régénéré. Quatre générations à moi tout seul. Grandiose. Je cherche mon nom sur le monument, je n'y suis pas, normal, je suis vivant. Si je ne l'étais pas, c'est que mon père ne serait pas né, n'aurait jamais rencontré ma mère, ni eu moi ni roulé en Jaguar. (p. 116-117)

Commenter  J’apprécie          110
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

"Ça me file le bourdon" de Hervé Giraud

Comment s'appellent les deux amis du héros ?

Alexis et François
Eyup et Joseph
Robert et Jean
Pauline et Charlotte

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Ça me file le bourdon de Hervé GiraudCréer un quiz sur cet auteur
.. ..