AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.66 /5 (sur 1360 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nancy , le 16 août 1960
Biographie :

Élise Fontenaille a suivi des études d'anthropologie, est devenue journaliste à Vancouver au Canada, puis à Paris pour le magazine Actuel, 7 à Paris... .
En 1995, elle se concentre sur l’écriture avec un premier roman publié chez Grasset, "La gommeuse", bien d'autres ont suivi. chez Grasset : Brûlements, Demain les Filles, le Palais de la Femme, l'Enfant Rouge, les Disparues de Vancouver, l'Homme qui Haïssait les Femmes, l'Aérostat... .
A ce jour, elle a publié une quarantaine de romans, qui explorent des univers différents : histoire, jeunesse, faits divers, science-fiction.... "Unica", grand prix de SF, chez Stock: "Le Palais de mémoire", "Ma vie précaire" le "Blue Book" et " Bel Ordure " aux éditions Calmann-Lévy ; une vingtaine de livres pour la jeunesse : Chasseur d'Orages, le Garçon qui Volait des Avions, les 3 soeurs et le Dictateur, Eben ou les yeux de la nuit, Banksy et moi, Kill the Indian in the Child, Alcatraz Indian Land, etc etc ;
en 2018, " l'Extraordinaire Voyage du Chat de Mossoul raconté par lui-même" est paru chez Gallimard-Jeunesse : une histoire vraie ramenée d'un récent voyage en Irak.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Elise Fontenaille   (43)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Calypso, 14 ans, a lu l'histoire de Dorothy Counts - Affronter la haine raciale de Elise Fontenaille, chez Oskar éditeur. #speedbook #jebouquine #lectureado #romanado #Books ------------------------------------------ Abonnez-vous à notre chaîne Youtube : https://tinyurl.com/ya2scuvg

Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (205) Voir plus Ajouter une citation
Shan_Ze   15 septembre 2017
EBEN ou les yeux de la nuit de Elise Fontenaille
En 1900, il fallait sept Noirs pour contrer la parole d'un Blanc. Au tribunal, les Blancs avaient toujours raison : la loi était faite pour ça.
Commenter  J’apprécie          311
le_Bison   16 décembre 2017
Kill the Indian in the child de Elise Fontenaille
Il retira l'omoplate d'orignal qu'il avait enfouie sous la braise, et entreprit de lire le présage.

[...]

Qu'avait-il vu sur l'os d'orignal ?

Rien de bon sans doute...

Mais fallait-il encore croire à ces anciens oracles ?

Un homme venait de marcher sur la Lune pour la première fois, et nous, nous jetions au feu des os de bêtes sauvages pour y lire notre avenir...
Commenter  J’apprécie          271
rabanne   21 octobre 2018
Kill the Indian in the child de Elise Fontenaille
Je voyais les mèches noires tomber une à une sur le lino, je me sentais comme un corbeau à qui on plumerait les ailes.

Me raser la tête, c'était un peu me tuer.

Tuer l'Ojibwé en moi.
Commenter  J’apprécie          260
le_Bison   07 décembre 2017
Kill the Indian in the child de Elise Fontenaille
- Tu n'as pas besoin d'avoir peur : nous sommes ici pour sauver ton âme.

A croire qu'il lisait dans mes pensées.

- Grâce à nous, tu échapperas à l'enfer. Sans nous, tu étais voué à la damnation éternelle. Mais ici, grâce à la bonté de Notre-Seigneur miséricordieux, tu es sauvé : nous extirperons le sauvage en toi.

Je restais immobile, les yeux baissés.

Tout mon corps brûlait, et aussi ma gorge et mes yeux. J'étais couvert de traces de coups, de marques sanglantes infligées par la nonne, mais cela, le prêtre feignit de ne pas le voir.

Sur un ton radouci :

- On s'habitue vite, tu verras.

S'habituer à quoi ? Soudain, il se leva, et, sans dire un mot, éteignit la lumière. Il prit mon sexe recroquevillé entre ses doigts, et se mit à le caresser, en me fixant dans la pénombre avec un sourire narquois. A mon grand effroi, mon sexe se durcit, gonfla, je ne pouvais rien y faire : c'était plus fort que moi. Je me sentais défaillir, je ne parvenais même plus à respirer. Autour de moi, les murs vacillaient.

Je dus me tenir pour ne pas tomber.

- Tu es un beau garçon... dit-il en se redresssant. (Il ralluma la lumière.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
domisylzen   13 octobre 2016
Chasseur d'orages de Elise Fontenaille
Et ils se sont mis à chanter un gospel, avec de belles voix de basses - un chant à faire pleurer les pierres.

Commenter  J’apprécie          250
orbe   08 janvier 2014
Les trois soeurs et le dictateur de Elise Fontenaille
On a besoin de connaître l'histoire de ses origines, pour être en paix avec soi-même.
Commenter  J’apprécie          240
manU17   22 novembre 2017
Kill the Indian in the child de Elise Fontenaille
Dans les wagons de troisième classe destinés aux enfants indiens, tout le monde pleurait.

Même chose sur les quais, puis tout le long du trajet.

Railway of tears...

Jamais train n'avait aussi bien porté son nom.
Commenter  J’apprécie          220
manU17   16 juin 2016
La révolte d'Éva de Elise Fontenaille
Quand il veut cogner, il trouve toujours quelque chose.

Avant notre naissance, c’est la Mère qui prenait tous les coups. Il lui a cassé toutes les dents, à coups de manche à balai en pleine gueule, c’est elle qui nous l‘a dit.
Commenter  J’apprécie          210
Nastie92   19 décembre 2016
L'homme qui haïssait les femmes de Elise Fontenaille
La tête dans ses mains, il revoit le sourire de Lara, il entend la fraîcheur de son rire, le 6 décembre, à la cafétéria ; ils avaient déjeuné ensemble ce jour-là... D'autres étaient là aussi, mais il ne voyait qu'elle, si heureux à l'idée du rendez-vous du soir. Ils devaient dîner au marché Jean-Talon dans un petit resto libanais ; ensuite, ils avaient prévu d'aller au cinéma.

Et après, après... Il espérait bien aller chez elle, ou l'emmener chez lui, oublier pendant toute une nuit qu'ils étaient deux étudiants en ingénierie, n'être plus qu'un homme et une femme, ensemble, dans la moiteur d'une chambre.
Commenter  J’apprécie          190
Nastie92   30 juin 2016
L'homme qui haïssait les femmes de Elise Fontenaille
Vous savez, à l'armée, on apprend qu'il y a deux sortes d'individus : les défensifs et les agressifs. Pour savoir à quel genre un quidam appartient, faites le test. Vous le suivez dans la rue, vous le poussez... Vous observez. S'il a peur, s'il s'enfuit, c'est un défensif ; s'il vous saute dessus sans réfléchir, c'est un offensif. J'ai essayé, je sais dans quelle catégorie je me place, mais tant qu'on ne s'est pas retrouvé dans cette situation..., impossible de savoir comment on va réagir, face à une agression.
Commenter  J’apprécie          190

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Elise Fontenaille (1520)Voir plus


Quiz Voir plus

Le garçon qui volait des avions

Où a grandi Colton ?

dans un foyer
avec ses parents
avec une amie
avec ses grands parents

11 questions
152 lecteurs ont répondu
Thème : Le garçon qui volait des avions de Elise FontenailleCréer un quiz sur cet auteur