AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.82 /5 (sur 147 notes)

Nationalité : Libye
Né(e) à : New York , 1970
Biographie :

Hisham Matar est né à New York City . Il a passé son enfance en Amérique avec ses parents libyens tandis que son père, Jaballa Matar , travaillait pour la délégation libyenne à l' Organisation des Nations Unies . Quand il avait trois ans, sa famille retourne à Tripoli , en Libye , où il a passé son enfance. En raison de persécutions politiques de la Kadhafi régime, en 1979, son père a été accusé d'être un réactionnaire du régime révolutionnaire libyen et a été contraint de fuir le pays avec sa famille. Ils ont vécu en exil en Egypte où Hisham et son frère ont terminé leur scolarité dans Caire . En 1986 Matar déménagé à Londres où il a poursuivi ses études et obtenu un diplôme en architecture de . Toujours à Londres, il a complété la maîtrise en Design Futures au Goldsmiths, University of London.

En 1990, alors que Matar était à Londres , son père Jaballa, un dissident politique, a été enlevé au Caire. Il a été porté disparu depuis. Cependant, en 1996, la famille a reçu deux lettres de la main de son père en déclarant qu'il avait été enlevé par la police secrète égyptienne , a remis au régime libyen, et emprisonné dans la tristement célèbre prison d'Abou Salim en plein cœur de Tripoli . Depuis cette date, il ya eu peu d'informations sur les allées et venues de Jaballa Matar. En 2010 Hisham Matar a indiqué qu'il avait reçu nouvelles que son père avait été vu vivant en 2002, ce qui indique que Jaballa avait survécu à un massacre de 1996 de 1200 prisonniers politiques par les autorités libyennes

2006 "Au pays des hommes"
2011 "Anatomie d'une disparition"
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Hisham Matar   (5)Voir plus

étiquettes
Podcast (2) Voir tous


Citations et extraits (137) Voir plus Ajouter une citation
Hisham Matar
Bookycooky   18 mars 2017
Hisham Matar
"....the most magical moments in reading occur not when I encounter something unknown but when I happen upon myself, when I read a sentence that perfectly describes something I have known or felt all along. I am reminded then that I am really no different from anyone else."

( les moments les plus magiques de la lecture sont, non quand je lis quelque chose qui m'est inconnue, mais quand je lis une chose qui m'est propre, qui décrit parfaitement ce que j'ai connu ou senti. Alors ça me rappelle que je ne suis pas plus différent de qui que ce soit )
Commenter  J’apprécie          512
Hisham Matar
fanfanouche24   11 janvier 2017
Hisham Matar
Les morts vivent parmi nous. Le chagrin n'est pas une énigme policière, pas plus qu'un mystère à résoudre, mais une entreprise active et vibrante. C'est un travail ardu et sincère. IL peut nous briser les reins. [p. 197 / La terre qui les sépare, 2016]
Commenter  J’apprécie          330
palamede   02 juillet 2017
La terre qui les sépare de Hisham Matar
La culpabilité est la compagne éternelle de l'exil. Elle entache chaque départ.
Commenter  J’apprécie          310
palamede   06 juillet 2017
La terre qui les sépare de Hisham Matar
Je me rappelai ce que Sarah Hamoud, qui dirigeait le bureau libyen d'Amnesty International, m'avait dit une fois : " il n'existe aucun autre pays où opprimé et oppresseur soient aussi intimement mêlés qu'en Libye. "
Commenter  J’apprécie          290
palamede   15 juin 2017
La terre qui les sépare de Hisham Matar
... je me rappelle le jour où cet homme qui n'était jamais à court de vers me dit que " connaître un livre par cœur est comme porter une maison à l'intérieur de sa poitrine ".
Commenter  J’apprécie          291
fanfanouche24   12 janvier 2017
La terre qui les sépare de Hisham Matar
Cela, je crois, fait partie de l'intention, du processus. On fait disparaître un homme pour le réduire au silence, mais aussi pour racornir l'esprit de ceux qui restent, pour pervertir leur âme et limiter leur imagination. Lorsque Kadhafi enleva mon père, il m'enferma dans un espace pas beaucoup plus grand que la cellule dans laquelle il l'avait jeté. J'allais et venais dans cet espace, mû par la colère d'un côté, puis par la haine de l'autre, jusqu'à ce que je sente mes entrailles se rassembler et se durcir. (p. 287)
Commenter  J’apprécie          260
fanfanouche24   10 janvier 2017
La terre qui les sépare de Hisham Matar
Les exilés ont si souvent tendance à construire une vision romantique du paysage de leur patrie. Je me suis prémuni contre cela. Rien ne m'irrite davantage qu'un Libyen s'emportant avec des accents lyriques sur "notre mer", "notre terre", "la brise du pays". En mon for intérieur, cependant, je continue de trouver que la lumière de chez nous est incomparable. (p. 58)
Commenter  J’apprécie          250
fanfanouche24   09 janvier 2017
La terre qui les sépare de Hisham Matar
Car sa démarche elle-même était pleine de bravade. Lorsque j'entendis cela pour la première fois, je me dis aussitôt que c'était remarquablement observé. Tout petit déjà, il m'était impossible d'imaginer mon père courbant l'échine. Et très tôt aussi, j'ai voulu le protéger. Il m'est toujours apparu comme la quintessence de l'indépendance. Cette impression très forte, mêlé à l'aspect irrésolu de son destin, a complexifié ma propre aptitude à l'indépendance. Nous avons tous besoin d'un père contre lequel se révolter. Lorsque votre père n'est ni mort ni vivant, lorsque c'est un fantôme, la volonté est impuissante. Je suis le fils d'un homme peu ordinaire, peut-être même le fils grand homme. (p. 51)
Commenter  J’apprécie          230
fanfanouche24   09 janvier 2017
La terre qui les sépare de Hisham Matar
Y retourner, après toutes ces années, était une mauvaise idée, pensai-je soudain. Ma famille en était partie en 1979, trente-trois ans plus tôt. Telle était la mesure du gouffre qui me séparait aujourd'hui du garçon huit ans que j'étais alors. (...)Ce genre de voyage était évidemment risqué. Il pourrait me priver d'une aptitude que j'avais acquise au prix d'un long travail: vivre loin des gens et des lieux que j'aime. Joseph Borodsky avait raison. Nabokov et Conrad aussi. Ces artistes n'étaient jamais retournés chez eux. Chacun d'eux, à sa manière, avait tenté de se guérir de son pays. Ce qu'on laisse derrière soi se dissout. Si l'on y retourne, on se confronte forcément à l'absence ou à la défiguration de ce que l'on a chéri. Mais Dimitri Chostakovitch, Boris Pasternak et Naguib Mahfouz avaient raison, eux aussi: ne quittez jamais votre patrie. Si vous la quittez, ce qui vous lie à la source sera brisé. Vous serez comme le tronc d'un arbre mort, dur et creux.

Que fait-on lorsqu'on ne peut ni partir ni revenir ? (p. 14-15)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
fanfanouche24   11 janvier 2017
La terre qui les sépare de Hisham Matar
Père nous avertissait dans sa première lettre , que nous reçûmes en 1993, que personne ne devait être mis au courant de cette correspondance.(...)

Plus d'une fois, Ziad et moi dûmes demander à notre mère de nous aider à déchiffrer un mot. Personne ne connaît mieux qu'elle l'écriture de Père.

Notre regard était si tendu que nous parvenions à peine à voir. Comme des silhouettes se déplaçant dans le brouillard. Et chacun de nous redoutait de perdre les autres. Mais le chagrin divise; il nous menait individuellement dans un territoire d'ombres intimes, où le tourment devient incommunicable, si affreusement exclu du langage. (p. 207)
Commenter  J’apprécie          210

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Acrostiche de Sphinx (7)....🎨 🖌

Pablo Picasso :

Aha oe feli
Minotauromachie

6 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : acrostiches , art , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur