AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.22/5 (sur 106 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Knoxville, Tennessee , le 27/11/1909
Mort(e) à : New-York , le 16/05/1955
Biographie :

James Rufus Agee est un romancier, poète, scénariste et critique américain. Il a gagné le Prix Pulitzer en 1958 pour son livre autobiographique A Death in the Family (Une mort dans la famille).

Son père meurt dans un accident de voiture, alors qu'il n'a que six ans. A partir de ce moment, il est envoyé dans des écoles loin de chez lui où il se sent isolé et abandonné par sa mère. Il achèvera ses études à l'Université de Harvard.

Au cours de l'été 1936, le groupe de presse Time-Life charge James Agee, accompagné du photographe Walker Evans, d'effectuer un reportage sur les Blancs pauvres de l'Alabama. Pendant six semaines, Agee et Evans côtoient trois familles de métayers misérables.

Le texte que propose Agee à son commanditaire, dès son retour à New-York, est refusé. Il deviendra finalement un livre parfaitement inclassable, cri d'indignation et de colère en faveur de ces victimes de la Grande dépression, publié en 1940 sous le titre : Louons maintenant les grands hommes (Let Us Now Praise Famous Men).

En 1942, il devient critique de film pour le Time et écrit parfois aussi quelques critiques de livres. En 1948, il quitte ce métier pour devenir écrivain indépendant.

Il meurt à New-York, dans un taxi qui l'amenait chez le médecin. Il était âgé de 45 ans. Étrangement, son père est mort aussi le 16 mai.
+ Voir plus
Source : Wikipedia.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de James Agee   (12)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Retrouvez les derniers épisodes de la cinquième saison de la P'tite Librairie sur la plateforme france.tv : https://www.france.tv/france-5/la-p-tite-librairie/ N'oubliez pas de vous abonner et d'activer les notifications pour ne rater aucune des vidéos de la P'tite Librairie. Quel écrivain américain est l'auteur d'un réquisitoire qui n'a pas vieilli contre la misère noire des fermiers d'un grand pays dit civilisé ? « Louons maintenant les grands hommes », de James Agee, c'est à lire en poche chez Pocket.


Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
L'être âgé vint à ma hauteur pour me couiner quelque chose, tenant à la main un magazine agricole enroulé. Dans l'effort de lui prêter attention de la façon qui lui agréerait le mieux, je me retrouvai stupide. Supposant qu'il voulait me faire lire quelque chose, je le regardai, à moitié interrogatif, et pourtant ne m'emparant pas de ce qu'il m'offrait. La femme, d'une voix qui, quoique méprisante (elle laissait entendre, Vous êtes le plus stupide des deux) pour la première fois m'abandonnait son amitié et celle de son mari, de sorte que je me sentis envahi de bonheur, fit, Il veut vous le donner. Je pris le magazine et l'en remerciai chaudement, regardant dans ses yeux empressés et leur souriant, et il demeura à mes côtés comme un enfant, m'observant avec affection en train de leur parler.
Commenter  J’apprécie          200
La terre aveugle elle-même et l'eau aveugle, le ciel et sa bombarde d'étoiles comme des colombes, l'air, sombre, les essaims de civilisations endormies de la terre végétale, certains reptiles, certains oiseaux, et des personnalités vêtues de fourrures, dont le sommeil est de jour, mais que l'obscurité appelle à leurs affaires, ceux-là jouissaient de tout leur aplomb.
Commenter  J’apprécie          190
La plus grande partie de la terre qui s’étend autour de nous a été prise en charge par des êtres humains, qui s’abusaient, et peut-être s’abuseront toujours, à s’en croire les propriétaires.
Commenter  J’apprécie          190
Un chien, s'il encombre le passage, ou n'obéit pas assez vite à un ordre, reçoit un coup de pied à lui fracasser les côtes, et de cette façon qui fait que l'homme l'appelle son meilleur ami, avec pour seule rivale sa mère, le chien présente ses excuses sur-le-champ. La maladie ou la souffrance causée par la maladie, ou la mort, de tout animal qui n'a pas de fonction à remplir, soit qu'il donne sa chair à manger ou la force de ses muscles, passent à peu près inaperçues, bien que sans malveillance.
Commenter  J’apprécie          172
Prolétaires de tous les pays, unissez-vous et luttez. Vous n’avez rien à perdre que vos chaînes, et un monde à gagner.
Commenter  J’apprécie          160
Les gens suffisamment simples sont profondément courtois et attentionnés, sans se récrier de surprise et sans étalage d’embarras, et s’en tiennent à un respect qui ne pose guère de questions.
Commenter  J’apprécie          140
Nous sommes les premiers à admettre qu'à considérer l'Amérique de long en large, les loisirs de son peuple semblent encore plus sinistres que son travail.

(P146)
Commenter  J’apprécie          120
En lui et autour de lui, hormis son père lui-même, tout était aride, léger, irréel, avec aussi quelque chose de chaleureux et d'impulsif, et aussi une sorte de douceur, comme un cœur de bat. Mais à l'intérieur de cette bizarre et irréelle douceur, à son centre et néanmoins étranger à la nature de tout cela, et présent comme une l'était rien d'autre, son père reposait, grave, et dont, dans sa timidité, il aurait voulu toucher la noble main.
Commenter  J’apprécie          100
James Agee
L'aptitude à essayer de comprendre l'existence, à essayer de reconnaître l'émerveillement et la responsabilité devant sa propre existence, l'aptitude à appréhender la part presque paralysante de beauté, de ténèbres et d'horreur qui submerge presque chaque moment de conscience.
Commenter  J’apprécie          100
...si lachose peut présenter pour vous un interet quelconque, il est important pour vous d'oublier que ceci est un livre , et cela autant que vous le pourrez . Que vous sachiez, autrement dit, qu'il n'a pas sa place au domaine où la suspension de l'incrédulité est habituelle . C'est bien plus simple que ça . Il s'agit simplement d'un effort en vue de se servir des mots de telle façon qu'ils vous en disent autant que j'en ai le désir, et qu'ils vous rapportent une certaine chose qui arriva, et que bien entendu vous n'avez pas d'autre moyen de connaître. Il vaut bien dans une certaine mesure que ce que vous en pouvez savoir soit porté à votre connaissance, non parce que vous éprouvez pour moi un interet quelconque, mais simplement parce qu'il s'agit d'une partie minime de l'expérience humaine en général .
C'est une des façons de dire la vérité : la seule façon possible de dire le type de vérité qu'ici j'éprouve le plus d'intérêt à dire .
Commenter  J’apprécie          81

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de James Agee (194)Voir plus

Quiz Voir plus

Un couple : un tableau et son musée (n°1/2)

"La Joconde" de Léonard de Vinci :

Musée du Louvre à Paris
Galerie des Offices à Florence

10 questions
91 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , art , culture généraleCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..