AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.04 /5 (sur 1248 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Clatskanie, Oregon , le 25/05/1938
Mort(e) à : Port Angeles, Washington , le 02/08/1988
Biographie :

Raymond Carver est un écrivain, poète, romancier et un nouvelliste de premier plan américain.

Il a grandi à Yakima, dans l'État de Washington. Son père, ouvrier dans une scierie, était alcoolique et sa mère travaillait parfois comme serveuse ou vendeuse. En 1956, à l'âge de 18 ans, il se marie avec son amie de lycée, alors âgée de 16 ans, Maryann Burk, alors enceinte. Carver a 20 ans à la naissance de son deuxième enfant. Après avoir obtenu son diplôme au lycée de Davis, Carver travaille et s'occupe de sa famille comme portier, ouvrier dans une scierie, ou comme vendeur.

Après avoir déménagé en Californie, Raymond Carver s'intéresse à l'écriture et prend des cours d'écriture et de création avec le romancier John Gardner, qui eut une influence importante dans la vie de l'écrivain. Il poursuit ses études à l'université d'État de Chico, puis à l'université de Humboldt en Californie, et enfin à l'université de l'Iowa.

Dans les années 60, Carver et sa famille habitent à Sacramento, où il travaille comme gardien de nuit à l'hôpital. Il étudie aussi à l'université d'État de Sacramento où il apprend beaucoup du poète Dennis Schmitz. Son premier recueil de poèmes, intitulé Near Klamath est publié en 1968 par le club d'anglais de l'université d'État de Sacramento.

1967 est une année charnière pour Raymond Carver marquée par la publication de son recueil de poèmes dans la respectable collection Foley, et par la mort de son père. C'est également cette année qu'il déménage pour la Californie, à Palo Alto, afin de pouvoir travailler comme rédacteur pour Sciences Research Associates, où il travaille jusqu'à 1970.

Dans les années 70 et 80, sa carrière d'écrivain ayant enfin décollé, Raymond Carver enseigne dans diverses universités américaines. De 1980 à 1983, il est professeur d'anglais à l'université de Syracuse. En 1974, après avoir quitté Iowa City, Carver se rend dans un centre de traitement pour lutter contre son alcoolisme. Il continue de boire jusqu'en juin 1977 et arrête alors grâce à l'aide des Alcooliques Anonymes. En 1982, il divorce de Maryann. Il vit en fait, depuis 1979, avec la poétesse Tess Gallagher. Ils se marient en 1988 à Reno, au Nevada. Deux mois plus tard, il décède d'un cancer du poumon.

Sa nouvelle "Parlez-moi d'amour" ("What We Talk About When We Talk About Love", 1981) est adapté au cinéma par Alejandro González Iñárritu sous le titre "Birdman" en 2014.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Raymond CARVER – Et vous trouvez ça drôle ? (Émission de radio, 2001) L’émission « Surpris par la Nuit », par Alain Veinstein, diffusée le mardi 3 juillet 2001 sur France Culture. Invités : Tanguy Viel, Marc Chenetier, Régis Geoffrey, François Bon et Olivier Cohen.

Podcasts (9) Voir tous


Citations et extraits (216) Voir plus Ajouter une citation
Raymond Carver
Nastasia-B   27 février 2018
Raymond Carver
La lucidité, ça n'a jamais fait de bien à personne. Ça rend la vie encore plus difficile.



LES FEUX.
Commenter  J’apprécie          662
Raymond Carver
Sirenna   30 août 2019
Raymond Carver
Fais ça pour moi ce matin.

Tire le rideau et reviens te coucher.

Laisse tomber le café.

On va faire semblant d'être à l'étranger et amoureux.
Commenter  J’apprécie          583
Raymond Carver
Sirenna   06 septembre 2019
Raymond Carver
Paresser



J’ai examiné la chambre il y a quelques instants

et voilà ce que j’ai vu-

mon fauteuil à sa place, près de la fenêtre,

le livre ouvert retourné sur la table.

Et sur le rebord, la cigarette

en train de se consumer dans le cendrier.

Simulateur ! c’est ce que m’avait cri mon oncle

autrefois. Il avait raison.

J’ai mis de côté du temps, aujourd’hui,

comme tous les jours,

pour ne rien faire du tout.
Commenter  J’apprécie          560
Nastasia-B   04 août 2015
Qu'est-ce que vous voulez voir ? de Raymond Carver
— Qu'est-il arrivé ? lui ai-je demandé.

— Il paraît que c'est un radiateur d'appoint qui a pris feu. En tout cas, c'est ce qu'on m'a dit. Il y avait deux gamins dans la maison. Trois, en comptant la baby-sitter. Elle a réussi à s'en sortir, mais pas les enfants, malheureusement. La fumée les a asphyxiés.

On s'est dirigés vers chez nous, à pied. Dotty se cramponnait à mon bras et se serrait contre moi en répétant : « Oh, mon Dieu, mon Dieu ! »

La maison était illuminée par les phares des pompiers. Un homme était debout sur le toit, tenant une lance à incendie dont ne s'égouttait plus à présent qu'un petit filet d'eau. La fenêtre de la chambre avait été brisée. À l'intérieur, j'ai vu un homme qui allait et venait dans la pièce, une hache à la main. Puis la porte de devant s'est ouverte et un autre homme en est sorti, portant quelque chose. Je me suis dit que ça devait être le chien des enfants et ça m'a fichu un coup terrible.

Une camionnette de la station de télé locale était garée dehors. Un opérateur filmait, caméra à l'épaule. Des voisins battait la semelle, blottis les uns contre les autres. Certains étaient habillés, d'autres s'étaient jeté un manteau sur les épaules. Les moteurs des voitures de pompiers tournaient et de temps en temps leur radio se mettait à nasiller. Mais les badauds, eux, ne disaient rien. En les dévisageant, j'ai reconnu Rosemary, debout entre ses parents, la bouche ouverte. Puis les pompiers ont sorti les enfants de la maison, sur des brancards. De grands gaillards bottés, casqués, vêtus de longs manteaux, des hommes à l'air indestructible, qui semblaient avoir encore cent ans de vie devant eux. Ils sont sortis de la maison, chacun à un bout d'un brancard, portant les enfants.



RÊVES.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
Nastasia-B   06 août 2015
Qu'est-ce que vous voulez voir ? de Raymond Carver
— Ce soir, tout le monde me manque, dit-elle. Toi aussi, tu me manques. Ça fait un bon moment que tu me manques. Tu m'as tellement manqué que j'ai fini par te perdre. Je ne sais pas comment l'expliquer, mais je t'ai perdu. Tu n'es plus à moi.

— Nancy, dis-je.

— Non, non, dit-elle en secouant la tête.

Elle se laissa tomber sur le canapé, face à la cheminée, et continua à secouer la tête.

— Demain, je vais prendre l'avion et je vais aller rejoindre ma mère et Richard. Après mon départ, tu n'auras qu'à appeler ta copine.

— Sûrement pas, dis-je. Je n'en ai aucune intention.

— Tu l'appelleras, dit-elle.

— Et tu appelleras Del, dis-je.

J'étais vraiment salaud de lui dire des choses pareilles.

— Tu peux faire ce qui te plaît, dit-elle en s'essuyant les yeux de la manche. Je suis sincère. Je ne veux pas te faire de scène. Mais demain je partirai à Pasco. Maintenant je vais aller me coucher. Je suis morte de fatigue. Je suis navrée, Dan. Je suis navrée pour nous deux, mais ça ne marchera pas. Tout à l'heure, ce pêcheur nous a souhaité bonne chance. ( Elle secoua la tête.) Moi aussi, je nous souhaite bonne chance. On va en avoir besoin.



APPELLE SI TU AS BESOIN DE MOI.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
Nastasia-B   23 août 2015
Neuf Histoires et un Poème de Raymond Carver
Les yeux de l'enfant s'étaient ouverts puis refermés. Ils se rouvrirent. Les yeux regardèrent droit devant eux une minute, puis pivotèrent lentement, se posèrent sur Howard et Ann, puis se détournèrent.

— Scotty, dit sa mère, s'approchant du lit.

— Hé, Scott, dit son père. Hé, fiston.

Ils se penchèrent sur le lit. Howard prit la main de l'enfant dans les siennes et se mit à la tapoter et à la serrer doucement. Ann se pencha et couvrit de baisers le front de son fils. Elle lui prit le visage entre ses mains.

— Scotty, mon chéri, c'est Maman et Papa. Scotty ?

L'enfant les regarda, mais sans les reconnaître. Puis sa bouche s'ouvrit, ses yeux se fermèrent, et il hurla jusqu'à ce qu'il n'eût plus qu'un souffle d'air dans les poumons. Alors son visage se détendit et s'adoucit. Ses lèvres s'écartèrent comme son dernier soupir remontait dans sa gorge et s'exhalait doucement à travers ses dents serrées.

Les docteurs appelèrent ça une occlusion cachée, disant qu'ils en voyaient un cas sur un million. S'ils avaient diagnostiqué son état et opéré immédiatement, peut-être qu'ils auraient pu le sauver. Mais c'était improbable.



C'EST PAS GRAND-CHOSE, MAIS ÇA FAIT DU BIEN.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Nastasia-B   21 août 2015
Neuf Histoires et un Poème de Raymond Carver
J'en pinçais pour Donna, l'autre membre du noyau. Le jour de la soirée, on avait dansé sur des disques de Duke Ellington. La main posée au creux de ses reins tout en évoluant sur le tapis, je la serrais de près, je sentais le parfum de ses cheveux. C'était chouette de danser avec elle. J'étais le seul homme, et il y avait sept filles, dont six dansaient entre elles. Le spectacle du séjour, c'était chouette.

J'étais dans la cuisine quand Donna est entrée avec son verre vide. On s'est regardé. Je l'ai prise dans mes bras et on s'est embrassé. Immobiles, on est resté un moment enlacés comme ça.

Puis elle a dit :

— Non. Pas maintenant.

En entendant ce « pas maintenant », je la lâchai. Je me disais que c'était aussi sûr que de l'argent en banque.



LES VITAMINES DU BONHEUR.
Commenter  J’apprécie          370
Raymond Carver
Sirenna   05 septembre 2019
Raymond Carver
Ce matin

Ce matin était bien. un peu de neige tapissait le sol. Le soleil flottait dans un ciel clair et bleu. La mer était bleue et bleu-vert, aussi loin que portait l’œil. À peine une ondulation. Calme. Je me suis habillé pour aller me promener - résolu à ne pas rentrer avant d’avoir recueilli ce que la Nature avait à m’offrir. J’ai dépassé de vieux arbres inclinés. Traversé un champ semé de rochers où la neige s’était entassée. Marché jusqu’à atteindre une falaise. Où j’ai contemplé la mer, et le ciel, et les mouettes tournoyant au-dessus de la plage blanche loin au-dessous. Tout était beau. Tout baignait dans une pure et froide lumière. Mais, comme toujours, mes pensées se sont mises à errer. Je devais me contraindre à voir ce que je voyais et rien d’autre. Je devais me dire c’est cela qui compte, pas autre chose. (Et je l’ai vraiment vue une ou deux minutes !) Un ou deux minutes elle a refoulé les rêveries habituelles sur ce qui est bien, et ce qui est mal - le devoir, les bons souvenirs, les idées de mort, la façon de me conduire avec mon ex-femme. Toutes ces choses dont j’espérais qu’elles disparaîtraient ce matin. Ce avec quoi je vis chaque jour. Ce que j’ai foulé aux pieds afin de rester en vie. Mais une ou deux minutes j’ai bel et bien oublié moi-même et tout le reste. Je le sais. Car quand j’ai fait demi-tour je ne savais plus où j’étais. Jusqu’à ce que des oiseaux s’échappent des arbres noueux. Et s’envolent dans la direction que je devais prendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          363
Raymond Carver
Bobby_The_Rasta_Lama   29 mars 2020
Raymond Carver
Rain



Woke up this morning with

a terrific urge to lie in bed all day

and read. Fought against it for a minute.



Then looked out the window at the rain.

And gave over. Put myself entirely

in the keep of this rainy morning.



Would I live my life over again?

Make the same unforgiveable mistakes?

Yes, given half a chance. Yes.
Commenter  J’apprécie          378
Nastasia-B   10 août 2015
Qu'est-ce que vous voulez voir ? de Raymond Carver
La conversation des adultes s'orienta sur un sujet qu'ils avaient déjà effleuré eu peu plus tôt — celui du terrorisme. Robert était prof de dessin dans un lycée de Seattle et Carol travaillait dans une boutique de mode, non loin du marché de Pike Street. Aucun des gens qu'ils connaissaient ne comptaient se rendre en Europe ou au Moyen-Orient cet été-là. En fait, plusieurs de leurs amis avaient annulé les vacances qu'ils prévoyaient de passer en Italie ou en Grèce.

— L'Amérique d'abord, c'est ma devise, dit Robert.



VANDALES.
Commenter  J’apprécie          340

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les titres des œuvres de Raymond Carver

Quel est le titre correct ?

Les Pilules du bonheur
Les Gélules du bonheur
Les Molécules du bonheur
Les Vitamines du bonheur

11 questions
41 lecteurs ont répondu
Thème : Raymond CarverCréer un quiz sur cet auteur