AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.87 /5 (sur 376 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Reims , le 27/07/1929
Mort(e) à : Paris , le 06/03/2007
Biographie :

Jean Baudrillard est un philosophe français théoricien de la société contemporaine.

C'est au lycée Henri-IV à Paris, où il prépare le concours d'entrée à l'École normale supérieure, qu'il fait sa première rupture radicale, en tournant le dos au concours, pour aller s'établir comme ouvrier agricole puis maçon à la tâche, dans la région d'Arles.

À son retour, il finit ses études supérieures à l'université des langues de la Sorbonne, et obtient le CAPES en allemand. Nommé successivement dans différents lycées en France, puis lecteur résident des universités en Allemagne et lecteur de littérature allemande aux éditions du Seuil, il traduit plusieurs ouvrages. Il publie plusieurs articles critiques en littérature internationale dans "Les Temps modernes".

Jean Baudrillard fait sa seconde rupture en cessant l'enseignement secondaire, et opte pour la philosophie politique en entreprenant une thèse de doctorat en troisième cycle de sociologie de la vie quotidienne. Son premier ouvrage théorique, "Le système des objets", paraît en 1968.

En même temps, Jean Baudrillard est devenu chargé de cours, puis assistant et maître de conférences à l'Université de Nanterre. N'ayant jamais voulu soutenir de thèse, il n'obtiendra le statut de professeur des universités, malgré plus de vingt ans passés à enseigner à Nanterre.

Il est également l'un des créateurs de la revue-groupe "Utopie" (1967-1980), directeur scientifique à l'Université Paris-IX Dauphine (1986-1990), et cofondateur du comité de rédaction du CCI en 1967 puis du CNAC Pompidou, "Traverses" (1975).

Jean Baudrillard est un théoricien de la société contemporaine, connu surtout pour ses analyses des modes de médiation et de communication de la post modernité, bien que la portée de son œuvre se soit étendue à travers le temps à des sujets plus variés et parfois liés aux événements contemporains, et présentés comme tels par l'ensemble du système médiatique comme la consommation, les relations de couples, la compréhension sociale de l'histoire à travers des commentaires sur le SIDA, le clonage, l'affaire Rushdie, la première guerre du Golfe et les attentats du World Trade Center. Sa philosophie l'a amené à accepter l'honneur de Satrape du Collège de 'Pataphysique en 2001.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jean Baudrillard — Mots de passe (documentaire 1999). 02:53 L'objet 08:04 La séduction 17:02 La valeur 24:06 L'échange impossible 30:54 L'obscène 35:28 Le virtuel 40:23 L'échange symbolique 46:37 La transparence du mal 54:14 La fin 01:02:09 Le crime parfait 01:09:03 Le destin 01:15:11 La dualité 01:21:32 La pensée
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (212) Voir plus Ajouter une citation
Jean Baudrillard
Piatka   05 avril 2015
Jean Baudrillard
Ce qu'on appelle "mourir" c'est achever de naître et ce qu'on appelle "naître" c'est commencer à mourir. "Vivre" c'est mourir en vivant. Nous n'attendons pas la mort : nous vivons perpétuellement avec elle.
Commenter  J’apprécie          581
Jean Baudrillard
Piatka   17 juin 2013
Jean Baudrillard
Il est difficile de remédier à notre propre tristesse parce que nous en sommes complices.

Il est difficile de remédier à celle des autres parce que nous en sommes captifs.
Commenter  J’apprécie          510
Jean Baudrillard
Piatka   18 juin 2013
Jean Baudrillard
La séduction des yeux. La plus immédiate, la plus pure. Celle qui se passe de mots, seuls les regards s'enchevêtrent dans une sorte de duel, d'enlacement immédiat, à l'insu des autres, et de leur discours : charme discret d'un orgasme immobile, et silencieux. Chute d'intensité lorsque la tension délicieuse des regards se dénoue en mots par la suite, ou en gestes amoureux. Tactilité des regards où se résume toute la substance virtuelle des corps (de leurs désirs ?) en un instant subtil, comme en un trait d'esprit - duel voluptueux et sensuel, et désincarné à la fois - épure parfaite du vertige de la séduction, et qu'aucune volupté plus charnelle n'égalera par la suite.
Commenter  J’apprécie          432
Jean Baudrillard
colimasson   13 décembre 2015
Jean Baudrillard
Ce qu’on appelle « mourir » c’est achever de naître et ce qu’on appelle « naître » c’est commencer à mourir. « Vivre » c’est mourir en vivant. Nous n’attendons pas la mort : nous vivons perpétuellement avec elle.
Commenter  J’apprécie          392
Jean Baudrillard
wellibus2   03 décembre 2015
Jean Baudrillard
Aujourd'hui, l'ennui est sidéral : c'est l'ennui de tout pouvoir faire, de jouir de tout, d'avoir parcouru tout l'espace et d'être au point inerte autour duquel tout tourne.
Commenter  J’apprécie          360
Jean Baudrillard
isajulia   28 avril 2013
Jean Baudrillard
Pourquoi la débilité des débiles est-elle devenue un fait de culture, alors que le fait bien plus épouvantable de la bêtise ordinaire ne bouleverse personne ?
Commenter  J’apprécie          350
Piatka   06 août 2013
De la séduction de Jean Baudrillard
La séduction représente la maîtrise de l'univers symbolique, alors que le pouvoir ne représente que la maîtrise de l'univers réel.
Commenter  J’apprécie          281
vincentf   04 juillet 2010
De la séduction de Jean Baudrillard
La séduction des yeux. La plus immédiate, la plus pure. Celle qui se passe de mots, seuls les regards s'enchevêtrent dans une sorte de duel, d'enlacement immédiat, à l'insu des autres, et de leur discours : charme discret d'un orgasme immobile, et silencieux. Chute d'intensité lorsque la tension délicieuse des regards se dénoue en mots par la suite, ou en gestes amoureux. Tactilité des regards où se résume toute la substance virtuelle des corps (de leurs désirs ?) en un instant subtil, comme en un trait d'esprit - duel voluptueux et sensuel, et désincarné à la fois - épure parfaite du vertige de la séduction, et qu'aucune volupté plus charnelle n'égalera par la suite. Ces yeux-là sont accidentels, mais c'est comme s'ils s'étaient depuis toujours posés sur vous. Dénués de sens, ce ne sont pas des regards qui s'échangent. Nul désir ici. Car le désir est sans charme, mais les yeux, eux, comme les apparences fortuites, ont du charme, et ce charme est fait de signes purs, intemporels, duels et sans profondeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
PiertyM   24 mars 2014
Cool memories. 3, Fragments, 1991-1995 de Jean Baudrillard
La tristesse de l'intelligence artificielle est qu'elle est sans artifice, donc sans intelligence.



Commenter  J’apprécie          210
Mimimelie   05 juin 2017
Le crime parfait de Jean Baudrillard
Notre culture du sens croule sous l'excès de sens, la culture de la réalité croule sous l'excès de réalité, la culture de l'information croule sous l'excès de l'information. Ensevelissement du signe et de la réalité dans le même linceul.
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur

.. ..