AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070323498
Éditeur : Gallimard (15/11/1996)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 91 notes)
Résumé :
La consommation est devenue la morale de notre monde. Elle est en train de détruire les bases de l'être humain, c'est-à-dire l'équilibre que la pensée européenne, depuis les Grecs, a maintenu entre les racines mythologiques et le monde du logos. L'auteur précise : « Comme la société du Moyen Âge s'équilibre sur la consommation et sur le diable, ainsi la nôtre s'équilibre sur la consommation et sur sa dénonciation. »
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
colimasson
  13 août 2011

« Contempler des monceaux de nourriture durable, n'est-ce point voir du temps de reste et des actes épargnés ? Une caisse de biscuits, c'est tout un mois de paresse et de vie. »
Valéry
Ouvrage post soixante-huitard, La société de consommation propose une réflexion novatrice sur cette idéologie qui se répand aujourd'hui sur la quasi-totalité de la planète.
Visionnaire, Baudrillard semblait avoir compris que la société de consommation déclinerait et finirait par se mordre la queue très rapidement. Après avoir vécu pendant des millénaires dans une société constituée d'hommes, voilà que nous vivons depuis peu dans une société principalement constituée d'objets. Leur cycle de vie est court : de l'achat jusqu'à la destruction en passant par l'utilisation (facultative), les objets doivent se renouveler avec frénésie, et pour justifier les achats compulsifs, le dogme du plaisir et du jouir-à-tout-prix a été établi comme moteur du système.
« A proprement parler, les hommes de l'opulence ne sont plus tellement environnés, comme ils le furent de tout temps, par d'autres hommes que par des OBJETS. Leur commerce quotidien n'est plus tellement celui de leurs semblables que, statistiquement selon une courbe croissante, la réception et la manipulation de biens et de messages, depuis l'organisation domestique très complexe et ses dizaines d'esclaves techniques jusqu'au « mobilier urbain » et toute la machinerie matérielle des communications et des activités professionnelles, jusqu'au spectacle permanent de la célébration de l'objet dans la publicité et les centaines de messages journaliers venus des mass média, du fourmillement mineur des gadgets vaguement obsessionnels jusqu'aux psychodrames symboliques qu'alimentent les objets nocturnes qui viennent nous hanter jusque dans nos rêves. »
« Il n'est pas question pour le consommateur, pour le citoyen moderne de se dérober à cette contrainte de bonheur et de jouissance, qui est l'équivalent dans la nouvelle éthique de la contrainte traditionnelle de travail et de production. L'homme moderne passe de moins en moins de temps de sa vie à la production dans le travail, mais de plus en plus à la production et innovation continuelle de ses propres besoins et de son bien-être. Il doit veiller à mobiliser constamment toutes ses virtualités, toutes ses capacités consommatives. S'il l'oublie, on lui rappellera gentiment et instamment qu'il n'a pas le droit de ne pas être heureux. Il n'est donc pas vrai qu'il soit passif : c'est une activité continuelle qu'il déploie, qu'il doit déployer. Sinon, il courrait le risque de se contenter de ce qu'il a et de devenir asocial. »
Pourtant, Baudrillard n'y voit là qu'une justification facile pour couvrir la véritable nature de la société de consommation : il ne s'agit en réalité de rien d'autre qu'une société de différenciation à travers laquelle les hommes s'expriment dans un nouveau langage, celui des objets.
« Les différences « personnalisantes » n'opposent plus les individus les uns aux autres, elles se hiérarchisent toutes sur une échelle indéfinie, et convergent dans des modèles à partir desquels elles sont subtilement produites et reproduites. Si bien que se différencier, c'est précisément s'affilier à un modèle, se qualifier par référence à un modèle abstrait, à une figure combinatoire de mode, et donc par là se dessaisir de toute différence réelle, de toute singularité, qui, elle, ne peut advenir que dans la relation concrète, conflictuelle, aux autres et au monde. »
La société de consommation est un nouveau mode de communication. Plus des que objets, nous achetons des signes, des symboles qui nous réfèrent à un modèle et à travers lequel nous rejoignons une communauté ou une manière de penser. C'est la raison pour laquelle la consommation est un cycle sans fin. Les besoins de l'homme en tant qu'être social sont intarissables, et ce sont eux qui constituent le moteur de la société de consommation, davantage que la sensation d'un manque objectif.
Dissimuler tout cela sous le couvert du désir est néfaste, surtout lorsque l'on nous fait croire que celui-ci est bon par nature. C'est oublier toute l'ambivalence du désir, que nous ressentons mais que nous ne comprenons pas. La violence, l'agressivité et la fatigue des victimes de la société de consommation découleraient de cette ignorance. Lorsque rien d'extérieur à la personne ne peut servir d'exutoire à sa violence, celle-ci ne peut s'en prendre qu'à elle-même.
« Les moralistes […] parlent tous de culpabilité. […] Or, il est clair que cette culpabilité […] s'approfondit […] au fil de l'abondance. Un gigantesque processus d'accumulation primitive d'angoisse, de culpabilité, de refus, court parallèlement au processus d'expansion et de satisfaction, et c'est ce contentieux qui alimente la subversion violente, impulsive, les acting-out meurtriers contre l'ordre même du bonheur. […] La culpabilité, le « malaise », les incompatibilités profondes sont au coeur du système actuel lui-même, et produits par lui au fil de son évolution logique. / Forcée de s'adapter au PRINCIPE DE BESOIN, au PRINCIPE D'UTILITE (principe de réalité économique), c'est-à-dire à la corrélation toujours pleine et positive d'un produit quelconque (objet, bien, service) et d'une satisfaction, par indexation de l'une sur l'autre, contrainte à cette finalité concertée, unilatérale et toujours positive, toute la négativité du désir, autre versant de l'AMBILVALENCE [économistes et psychologues vivent d'équivalence et de rationalité : ils postulent que tout s'accomplit dans l'orientation positive du sujet vers l'objet dans le besoin. Si celui-ci est satisfait, tout est dit. Ils oublient qu'il n'y a pas de « besoin satisfait », c'est-à-dire quelque chose d'achevé, où il n'y ait que de la positivité, ceci n'existe pas, il n'y a que du désir, et le désir est ambivalent], donc toute cette postulation inverse est laissée pour compte, censurée par la satisfaction même (qui n'est pas la jouissance : la jouissance est, elle, ambivalente) et, ne trouvant plus à s'investir, cristallise en un gigantesque potentiel d'angoisse. »
Le message de Baudrillard est fataliste. Impossible d'échapper à la société de consommation. Sa dénonciation ne se réfère qu'à elle, les marginaux sont uniquement des individus qui en exacerbent certains traits particuliers, et la volonté de consommer « différemment » est un signe sur-ostentatoire.
« Certes, l'homme riche qui conduit sa 2CV n'éblouit plus, c'est plus subtil : il se surdifférencie, il se surdistingue par la manière de consommer, par le style. Il maintient absolument son privilège en passant de l'ostentation à la discrétion (surostentatoire), en passant de l'ostentation quantitative à la distinction, de l'argent à la culture. »
La société du divertissement et les mass media n'échappent pas à la règle. Là où l'on croit pouvoir échapper un peu aux contraintes et à la pression exercée par la société de consommation, nous nous retrouvons à nouveau confrontés aux impératifs du bien-paraître (rien de nouveau ici. Depuis le « temps de cerveau disponible », et même bien avant, nous étions déjà au courant).
« Pour des millions de gens sans histoire, et heureux de l'être, il faut déculpabiliser la passivité. Et c'est ici qu'intervient la dramatisation spectaculaire par les mas médias (le fait divers/catastrophe comme catégorie généralisée de tous les messages) : pour que soit résolue cette contradiction entre morale puritaine et morale hédoniste, il faut que cette quiétude de la sphère privée apparaisse comme valeur arrachée, constamment menacée, environnée par un destin de catastrophe. Il faut la violence et l'inhumanité du monde extérieur pour que non seulement la sécurité s'éprouve plus profondément comme telle (cela dans l'économie de la jouissance), mais aussi pour qu'elle se sente à chaque instant justifiée de se choisir comme telle (cela dans l'économie morale du salut). »
Toutefois, l'ouvrage de Baudrillard est salutaire car il met en lumière de nombreux rouages de ce système, et c'est peut-être dans la lucidité que nous pourrons espérer trouver un peu plus d'indépendance vis-à-vis du monde des objets. Balayant toutes les facettes de cette société sur un ton clair, illustré de nombreux cas concrets et faisant références à de nombreux autres penseurs des sociétés modernes (Galbraith, Sahlins, Chombart de Lauwe…), ce livre ouvre les yeux et propose une explication cohérente au malaise qui caractérise la société de consommation.

Quelques passages qui ont retenus mon attention…
Critique de la croissance et du choix de ses critères :
« Dégradation du cadre collectif par les activités économiques : bruit, pollution de l'air et de l'eau, destruction des sites, perturbation des zones résidentielles par l'implantation de nouveaux équipements (aéroports, autoroutes, etc.). L'encombrement automobile a pour conséquence un déficit technique, psychologique, humain, colossal : qu'importe, puisque le suréquipement infrastructurel nécessaire, les dépenses supplémentaires en essence, les dépenses de soins aux accidentés, etc., tout cela sera quand même comptabilisé comme consommation, c'est-à-dire deviendra, sous le couvert du produit national brut et des statistiques, exposant de croissance et de richesse ! »
La société de consommation ne sera jamais une société d'abondance :
« La société de croissance résulte dans son ensemble d'un compromis entre des principes démocratiques égalitaires, qui peuvent s'y soutenir du mythe de l'Abondance et du Bien-être, et l'impératif fondamental de maintient d'un ordre de privilège et de domination. […] L'égalisation tendancielle des revenus […] est nécessaire à l'intériorisation des processus de croissance, laquelle, nous avons vu, est tactiquement reconductrice de l'ordre social, lequel est une structure de privilège et de pouvoir de classe. Tout ceci désigne les quelques symptômes de démocratisation comme alibis nécessaires à la viabilité du système. »
« […] la société de croissance est le contraire d'une société d'abondance. C'est qu'avant d'être une société de production de biens, elle est une société de production de privilèges. Or, il y a une relation nécessaire, définissable sociologiquement, entre le privilège et la pénurie. Il ne saurait (en quelque société que ce soit) y avoir privilège sans pénurie. Les deux sont structurellement liés. Donc, la croissance, à travers sa logique sociale, se définit paradoxalement par la reproduction d'une pénurie structurelle. Cette pénurie n'a plus le même sens que la pénurie primaire (la rareté des biens) : celle-là pouvait être considérée comme provisoire, et elle est en partie résorbée dans nos sociétés, mais la pénurie structurelle qui s'y substitue est, elle, définitive, car elle est systématisée comme fonction de relance et stratégie de pouvoir dans la logique même de l'ordre de la croissance. »
La consommation comme travail social :
« Encore une fois, la consommation est un travail social. le consommateur est requis et mobilisé comme travailleur à ce niveau aussi […]. Il ne faudrait quand même pas demander au « travailleur de la consommation » de sacrifier son salaire (ses satisfactions individuelles) pour le bien de la collectivité. Quelque part dans leur subconscient social, les millions de consommateurs ont une espèce d'intuition pratique de ce nouveau statut de travailleur aliéné, ils traduisent donc spontanément comme mystification à l'appel de la solidarité publique, et leur résistance tenace sur ce plan ne fait que traduire un réflexe de défense politique. L' « égoïsme » forcené du consommateur, c'est aussi la subconscience grossière d'être, en dépit de tout le pathos sur l'abondance et le bien-être, le nouvel exploité des temps modernes. »
Critique du système « social » :
« Grâce à ses prélèvements et à ses transferts économiques, l'instance sociale (c'est-à-dire l'ordre établi) se donne le bénéfice psychologique de la générosité, se donne comme instance secourable. Tout un lexique maternel, protectionniste désigne ces institutions : Sécurité sociale, assurances, protection de l'enfance, de la vieillesse, allocations chômage. Cette « charité » bureaucratique, ces mécanismes de « solidarité collective » -et qui sont tous des « conquêtes sociales » - jouent ainsi, à travers l'opération idéologique de redistribution, comme mécanisme de contrôle social. […] D'une pierre deux coups : le salarié est bien content de recevoir sous les apparences du don ou de la prestation « gratuite » une partie de ce dont il avait été auparavant dessaisi. »
Pour terminer, un superbe éloge de la fatigue contemporaine :
« […] la fatigue est une contestation larvée, qui se retourne contre soi et s' « incarne » dans son propre corps parce que, dans certaines conditions, c'est la seule chose à laquelle l'individu dépossédé puisse s'en prendre. de la même façon que les Noirs qui se révoltent dans les villes d'Amérique commencent par brûler leurs propres quartiers. La vraie passivité est dans la conformité joyeuse au système, chez le cadre « dynamique », l'oeil vif et l'épaule large, parfaitement adapté à son activité continuelle. La fatigue, elle, est une activité, une révolte latente, endémique, inconsciente d'elle-même. »

Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
GuillaumeTM
  24 août 2013
« La société de consommation » est encore un de ces ouvrages de la période post-68 qui, malgré les décennies qui nous en séparent, a gardé un discours pertinent et perspicace. Seuls les noms et les situations ont changés, le reste demeure tel qu'il a été décrit à la sortie de ces années 60 tant mythifiées de nos jours.
Il s'y trouve un nombre assez conséquent de choses que n'importe lequel d'entre nous a déjà pu observer si tant est qu'on soit capable intellectuellement d'en faire une analyse, pour une ligne de départ en somme assez proche de celle étayée par Baudrillard dans cet essai-ci.
Le concept idéologique premier de la consommation est l'objet, que dis-je, un nombre invraisemblable d'objets dont l'utilité n'est que facultative. ce capharnaüm d'objets prend, à mes yeux, la forme d'un prodigieux festin, qui n'a rien de rimbaldien, où tous les gens y sont conviés sans distinction d 'aucune sorte à part celui de faire partie du même groupe social, où la prodigalité est reine ainsi que le bien-être, l'hédonisme mortifère, à l'image de celui illustré dans le film de Marco Ferreri, « La grande bouffe ». Cette société de consommation nous poussant à la régression, à l'infantilisation, dans cette quête acharnée de retrouver un jour le plaisir simple et subit de l'enfance.
La morale chrétienne a été remplacée par celle de la consommation, les centres commerciaux en sont les églises où l'on y viens prier quotidiennement pour son propre salut .(d'ailleurs, le rappeur américain Kanye West, dans une chanson en compagnie de son compère Jay-Z, n'avait-il pas prétendu, non sans ironie, qu'il irait se marier dans un centre commercial !)
Le mythe de la sainte croissance économique éternelle, celle que l'on attend encore aujourd'hui de nos yeux fébriles, ne peut qu'être néfaste car elle ne fait qu'engendrer du sentiment d'insécurité, de peur de se retrouver abandonné sur le bas-côté de la chaussée parmi les laissés-pour-comptes , de la compétitivité féroce, ce qui provoque donc une violence aussi irraisonnée qu'irréfléchie. le serpent se mord la queue comme le dit le proverbe parce que pour une production optimale, il faut forcément faire un peu de gaspillage sans compter sur l'obsolescence programmée dont on a beaucoup entendu parler ces derniers temps ou la courte utilité que l'on fait des objets dont on s'entoure.
Tout n'est plus que consommation, que ça soit notre rapport avec les autres, la culture transformée en simple marchandise, même et surtout le corps dont il faut prendre soin si on ne veut pas finir par culpabiliser à cause de tous ces messages publicitaires et ces articles de magazine qui sont en fait une véritable campagne de propagande en faveur du narcissisme le plus éhonté.
« La consommation est une institution de classe »
Les marques servent avant tout à se distinguer de la masse, à se différencier. La grande différence étant entre des personnes d'origine populaire et bourgeoise, c'est que les premiers afficheront ostensiblement ces symboles de prestige, de richesse par des vêtements coûteux alors que les seconds se feront plus discrets sur ces signes-là, feront preuve de davantage de subtilité et de raffinement. Seuls ceux capables de décrypter ces codes sauront ce qu'il en est vraiment, de qui est quoi en réalité. de cette façon, on se rend bien compte également qu'il n'y a pas d'égalité entre les gens puisque existe toujours une « ségrégation culturelle plus aiguë et plus subtile » encore.
Il est désormais impossible d'en sortir car même sa dénonciation fait partie de son processus d'assimilation. Toute contestation survenant soudainement est aussitôt avalée et digérée, la preuve étant par exemple l'image du Che affichée sur des paquets de cigarettes ou sur des t-shirts, tout symbole étant vidé de sa substantielle moelle originelle, tout est dilué dans le continuum économique. le pire, c'est que les pays en voie de développement aujourd'hui, comme le Brésil ou la Chine, prennent notre société occidentale comme modèle de consommation. Au train où vont les choses, si une prise de conscience au niveau mondiale n'est toujours pas à l'ordre du jour, nous risquons de finir notre course effrénée dans le fossé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          124
Enroute
  09 janvier 2017
La société de consommation se base sur le mythe de l'abondance miraculeuse. Pour cela, elle élimine tout ce qui pourrait assombrir le mythe : les modes de production, la pénurie, l'argent et jusqu'à la matière. Les objets disparaissent sous le signe qu'ils représentent, la réalité est mise à distance, entre autre tronçonnée par les médias de masse qui mettent à égalité de discours la publicité et les informations. Ainsi mis au niveau de l'artifice du monde des objets produits, la réalité devient elle-même artificielle. Les consommateurs changent leur identité pour une personnalisation de leur être par l'intermédiaire des signes différenciants qu'ils choisissent d'acheter. La société de consommation vise ainsi à créer des liens sociaux comme elle produit des objets. le consommateur y est comme le salarié du XIXème siècle : éduqué, enrôlé, poussé à adopter le comportement voulu. Consommer est un acte social qui remplace celui de payer des impôts. En consommant, je donne à la société puisque je participe à nourrir le mythe de l'abondance en m'aliénant à son fonctionnement.
Dans cette société, tout le monde est sous le joug de l'illusion du mythe. Les signes sont produits par les classes favorisées qui éprouvent plus que les autres le besoin de différenciation, donc de signes. Ils redescendent ensuite dans la société lorsque les populations respectives acquièrent les moyens d'acquisition de ces signes ou éprouvent le besoin de s'en enrichir. de là le kitsch, comme un objet qui fait semblant d'être le signe qu'il n'est pas tout à fait. le problème que pose la spectacularisation du monde, le fait de le mettre à distance et de le rendre artificiel en le mettant en scène, est qu'il favorise la passivité, contraire au système de valeurs d'action et d'engagement qu'elle promeut. Pour concilier les deux, la société de consommation se fait passer pour une "Jérusalem" riche, mais perpétuellement menacée. La menace de la zone de grande prospérité incite donc à l'action sans renier la spectacularisation et la passivité. Dans cette société, les marques de déni ne sont pas l'opposition : elle y est, comme l'ont été les hippies, absorbée. La société de consommation se consolide de sa critique comme le Moyen-Age se consolidait autour des mythes de Dieu et du Diable. Ce qui marque l'opposition à la société de consommation est la fatigue. La vraie passivité est l'accompagnement atone, mais la fatigue est le refus intégré, de celui qui ne trouve plus d'autres solutions d'opposition que sa propre neutralisation.
Preuve de la disparition de la réalité et de son intégration dans le mythe de l'abondance, la société de consommation se parle à elle-même : les célébrités n'ont rien d'autres à leur actif que d'être célèbres, dans une tautologie que l'on retrouve dans les publicités : elle nous incite à devenir ce qu'elle nous montre que nous sommes déjà, dans une sorte de synthèse . La société de consommation est une disparition de la transcendance car elle ne conçoit rien d'autre qu'elle-même, elle se regarde elle-même, se complaît, dans un narcissisme aussi fermé que le consommateur qui consomme des signes pour "personnaliser" sa propre personne.
Aboutissement du processus de domination de la nature par l'homme et le progrès scientifique, la société de consommation est aussi le point ultime de l'aliénation de l'individu, dépossédé de son identité, laquelle ne tient que dans les liens sociaux insincères qu'il doit créer pour exister sur le mode du sourire artificiel de celui qui a quelque chose à vendre, dépossédé de son travail mis à profit par le système de production de la société de consommation, enfermé en lui-même sans échappatoire. La solution pour en sortir ne peut être, pour Baudrillard, qu'une auto-désagragation ou une "irruption "brutale et imprévisible.
Le tableau est noir, et il manque sans doute les raisons fondamentales qui justifient l'existence de cette horrible société (mais après tout, sait-on expliquer facilement les sources relatives au psychisme humain de l'ordre de l'ancien-régime ou de l'empire romain ?), mais on ne peut que noter la formidable anticipation de Baudrillard. La société de consommation crée industriellement des liens sociaux (que sont les réseaux sociaux aujourd'hui ?...), la société se regarde elle-même (la téléréalité ?..), le mythe de l'abondance et le soutien de la société par sa propre critique (la fonte des glaces ne justifie-t-elle pas que l'on consomme "mieux" pour éviter la pénurie des ressources de la planète ?), la "Jérusalem" menacée (le mythe du conflit orient-occident, l'état-nation menacé, la spectacularisation d'un pseudo conflit islam-christianisme...). Bref, un essai brillant, qui montre qu'en 1970, à une époque où pourtant un ménage sur deux ne possédait ni voiture ni machine à laver, la société de consommation n'était déjà pas perçue comme un idéal. Une remarque encore : les Etats-Unis sont présentés par Baudrillard comme les premiers promoteurs de l'aliénante société de consommation ; si la solution se trouve dans les populations, celles d'Europe sauraient-elle impulser un autre modèle ?...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
enkidu_
  12 octobre 2014
Ce livre essentiel nous montre que la société de consommation est d'abord un réseau d'objets qui remplace l'homme, et que ces objets, potentiels de sens et d'inter-connections, font en sorte que nous tendons toujours vers plus de consommation, par la logique interne même de celle-ci ; cette lubie de la consommation secondaire si ce n'est frivole cisèle aussi non seulement les rapports sociaux, par exemple le concept de "pauvreté" est lié à la société de consommation et introuvable chez les primitifs qui ne visent pas l'abondance mais le nécessaire (et, dans une verve communautaire, ne sont pas dans la métaphysique de la "concurrence du marché"), mais aussi déstructure le rapport narcissique de l'individu, celui étant projeté dans un imaginaire collectif, où il obéit à des ingérences de ladite collectivité sociale (sur le plan esthétique, par exemple, l'idée de "minceur"), ce qui fait que la consommation n'est pas une "jouissance" qui serait "individuelle", mais plutôt un ordre moral de la communauté toute entière, de laquelle on ne peut donc se soustraire, sans se sentir "désintégré".
Ce type de société schizophrène engendre aussi - et surtout ? - de la violence, contre soi (dépression, "fatigue" généralisée, ...), les autres (petite et grande délinquance) et même quand des mouvements de "contestation" de masse lancent une inquisition contre ce modèle social (hippies, ...) ils restent, malgré eux, dans sa logique lugubre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
lema
  10 avril 2009
Ce livre est un basique pour toutes les personnes qui se questionnent sur le bien-fondé de la société de consommation. Baudrillard y analyse en détail les comportements des personnes face aux biens de consommation. le message essentiel de ce livre est que la consommation est un mode decommunication au sein de la société. Toutes les personnes qui nese laissent pas trop emporter par cette société trouveront dans ce livre une réflexion très intéressante.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (63) Voir plus Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   12 octobre 2014
Il faut abandonner l’idée reçue que nous avons d’une société d’abondance comme d’une société dans laquelle tous les besoins matériels (et culturels) sont aisément satisfaits, car cette idée fait abstraction de toute logique sociale. Et il faut rejoindre l’idée reprise par Marshall Sahlins dans son article sur la « première société d’abondance », selon laquelle ce sont nos sociétés industrielles et productivistes, au contraire de certaines sociétés primitives, qui sont dominées par la rareté, par l’obsession de rareté caractéristique de l’économie de marché.

Plus on produit, plus on souligne, au sein même de la profusion, l’éloignement irrémédiable du terme final que serait l’abondance - définie comme l’équilibre de la production humaine et des finalités humaines.

Puisque ce qui est satisfait dans une société de croissance, et de plus en plus satisfait au fur et à mesure que croît la productivité, ce sont les besoins mêmes de l’ordre de production, et non les « besoins » de l’homme, sur la méconnaissance desquels repose au contraire tout le système, il est clair que l’abondance recule indéfiniment : mieux – elle est irrémédiablement niée au profit du règne organisé de la rareté (la pénurie structurelle).

Pour Sahlins, c’étaient les chasseurs-collecteurs (tribus nomades primitives d’Australie, du Kalahari, etc.) qui connaissaient l’abondance véritable malgré leur « pauvreté ». Les primitifs n’y possèdent rien en propre, ils ne sont pas obsédés par leurs objets, qu’ils jettent à mesure pour mieux se déplacer. Pas d’appareil de production ni de « travail » : ils chassent et cueillent « à loisir », pourrait-on dire, et partagent tout entre eux.

Leur prodigalité est totale : ils consomment tout d’emblée, pas de calcul économique, pas de stocks. Le chasseur-collecteur n’a rien de l’Homo œconomicus d’invention bourgeoise. Il ne connaît pas les fondements de l’Économie Politique. Il reste même toujours en deçà des énergies humaines, des ressources naturelles et des possibilités économiques effectives. Il dort beaucoup. Il a confiance – et c’est cela qui marque son système économique – en la richesse des ressources naturelles, alors que notre système est marqué (et de plus en plus avec le perfectionnement technique) par le désespoir face à l’insuffisance des moyens humains, par une angoisse radicale et catastrophique qui est l’effet profond de l’économie de marche et la concurrence généralisée. (pp. 90-91)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson   14 août 2011
Cette difficulté d’être dans l’abondance démontrerait à elle seule, s’il le fallait, que la prétendue « naturalité » du désir de bien-être n’est pas si naturelle que ça –sinon les individus n’auraient pas tant de mal à s’y faire, ils sauteraient à pieds joints dans la profusion. Ceci devrait nous faire pressentir qu’il y a dans la consommation autre chose de tout différent, peut-être même l’inverse –quelque chose à quoi il faut éduquer, dresser et domestiquer les hommes- en fait un nouveau système de contraintes morales et psychologiques qui n’a rien à voir avec le règne de la liberté. Le lexique des néo-philosophes du désir est significatif à cet égard. Il n’est question que d’apprendre aux hommes à être heureux, de leur apprendre à se consacrer au bonheur, d’aménager chez eux les réflexes du bonheur. L’abondance n’est donc pas un paradis, le saut par-delà la morale dans l’immoralité rêvée de la profusion, c’est une nouvelle situation objective régie par une nouvelle morale. Objectivement parlant, ce n’est donc pas un progrès, c’est tout simplement quelque chose d’autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
colimassoncolimasson   14 août 2011
Notre société se pense et se parle comme société de consommation. Au moins autant qu’elle consomme, elle se consomme en tant que société de consommation, en idée. La publicité est le péan triomphal de cette idée.
[…] Sans cette anticipation et cette potentialisation réflexive des jouissances dans la « conscience collective », la consommation ne serait pas ce qu’elle est et n’aurait pas cette puissance d’intégration sociale. Elle ne serait qu’un mode de subsistance plus proche, plus plantureuse, plus différenciée que jadis, mais elle n’aurait pas plus de nom qu’elle n’en avait jusqu’à nos jours, où rien ne désignait comme valeur collective, comme mythe de référence ce qui n’était qu’un mode de survie (manger, boire, se loger, se vêtir), ou dépense somptuaire (parures, châteaux, bijoux) des classes privilégiées. Ni manger des racines ni donner des fêtes n’avait nom : consommer. Notre époque est la première où aussi bien les dépenses alimentaires courantes que les dépenses « de prestige » s’appellent toutes ensembles « CONSOMMER », et ceci pour tout le monde, selon un consensus total.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
GuillaumeTMGuillaumeTM   25 août 2013
Entrer dans le cycle de la consommation et de la mode, ce n'est pas seulement s'environner d'objets et de services au gré de son propre plaisir, c'est changer d’être et de détermination. C'est passer d'un principe individuel fondé sur l'autonomie, le caractère, la valeur propre du moi à un principe de recyclage perpétuel par indexation sur un code où la valeur de l'individu se fait rationnelle, démultipliée, changeante : c'est le code de la "personnalisation", dont nul individu en soi n'est tributaire, mais qui traverse chaque individu dans sa relation signifiée aux autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
colimassoncolimasson   14 août 2011
Il n’est pas question pour le consommateur, pour le citoyen moderne de se dérober à cette contrainte de bonheur et de jouissance, qui est l’équivalent dans la nouvelle éthique de la contrainte traditionnelle de travail et de production. L’homme moderne passe de moins en moins de temps de sa vie à la production dans le travail, mais de plus en plus à la production et innovation continuelle de ses propres besoins et de son bien-être. Il doit veiller à mobiliser constamment toutes ses virtualités, toutes ses capacités consommatives. S’il l’oublie, on lui rappellera gentiment et instamment qu’il n’a pas le droit de ne pas être heureux. Il n’est donc pas vrai qu’il soit passif : c’est une activité continuelle qu’il déploie, qu’il doit déployer. Sinon, il courrait le risque de se contenter de ce qu’il a et de devenir asocial.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Jean Baudrillard (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Baudrillard
Jean Baudrillard — Mots de passe (documentaire 1999).
02:53 L'objet 08:04 La séduction 17:02 La valeur 24:06 L'échange impossible 30:54 L'obscène 35:28 Le virtuel 40:23 L'échange symbolique 46:37 La transparence du mal 54:14 La fin 01:02:09 Le crime parfait 01:09:03 Le destin 01:15:11 La dualité 01:21:32 La pensée
Dans la catégorie : ConsommationVoir plus
>Macro-économie et sujets connexes>Facteurs affectant le produit et le revenu national>Consommation (6)
autres livres classés : société de consommationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
244 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre