AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.77 /5 (sur 95 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bram , le 8/07/1925
Mort(e) à : Paris , le 18/06/1993
Biographie :

Jean Cau, né à Bram dans l'Aude le 8 juillet 1925 et décédé à Paris le 18 juin 1993, est un écrivain et journaliste français. Il repose au cimetière La Conte de Carcassonne. Il fut le secrétaire de Jean-Paul Sartre, il recevra en 1961 le prix Goncourt pour son roman "La Pitié de Dieu", et fut diabolisé par la gauche, qui ne lui a pas pardonné ses dénonciations de "la Grande Prostituée", c'est-à-dire la gauche.

Il naît d'un père ouvrier, et d'une mère femme de ménage, le 8 juillet 1925 à Bram, dans le département de l’Aude. Jean Cau fait d'abord ses études au lycée de Carcassonne où il obtient le baccalauréat ; et peu après une licence de philosophie, il monte à Paris pour préparer l’Ecole Normale supérieure à Louis-le-Grand.
Il fut secrétaire de Jean-Paul Sartre ainsi que journaliste et grand reporter à l'Express, au Nouvel Observateur, au Figaro et à Paris-Match. Venu de l'extrême gauche, il s'est rapproché du Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne (GRECE, appelé aussi "Nouvelle Droite") et a écrit des textes polémiques fustigeant le gauchisme, la décadence de l'Europe ou exaltant le combat et les traditions européennes. Il fut également parolier, notamment pour Régine.
À partir des années 1970, les romans de Jean Cau, ainsi que plusieurs de ses essais et divers articles confiés à la revue Éléments, sont teintés d'un paganisme solaire.
Il fut le compagnon de l'actrice Louisa Colpeyn, mère de Patrick Modiano.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Radioscopie : Jacques Chancel reçoit Jean Cau

Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
diablotin0   11 juillet 2020
Sévillanes de Jean Cau
" on dit que je suis superstitieux mais ce n'est pas vrai. A preuve, quand je vois entrer dans l'arène un toro à cinq pattes, je n'ai jamais peur..." On riait mais le maestro ajoutait :" Si, si, ça existe les toros à cinq pattes mais pour les voir il ne faut pas être superstitieux"
Commenter  J’apprécie          130
Sepo   23 avril 2014
Réflexions dures sur une époque molle de Jean Cau
Aujourd'hui Montherlant n'oserait écrire Les Jeunes Filles. Il serait traité férocement de misogyne. Aucun artiste n'oserait sculpter des nègres porte-cochères: il serait traité de raciste. Aucun Balzac ou Proust n'oserait peindre un Goseck, un Nucingen ou un Bloch: il serait traité d'antisémite. Jamais nous n'avons été aussi peu libres d'être innocents. Devant chacune de nos pensées et chacun de nos actes, un chiourme se dresse et nous hurle que nous devons d'abord nous interroger et, à peine d'être coupables, stopper notre marche." p.102
Commenter  J’apprécie          162
pierre31   14 février 2020
Croquis de mémoire de Jean Cau
Il [Lacan] déboule dans le petit bureau, au quatrième étage du 42, rue Bonaparte. Quand il ressortira, je dis à Sartre :

— Il avait l'air agité.

— Vous savez ce qui l'a amené? Il me dit : «Sartre, ce qui m'arrive est horrible. Vous n'imaginez pas ce qui m'arrive. C'est horrible. Vous connaissez ma fille, hein? Vous savez comment je l'élève, vous savez avec quel soin, quelle attention, je l'observe, hein? Oui, hein? Eh bien, vous n'imaginerez jamais ce que, ce matin, j'ai surpris cette enfant en train de faire. C'est horrible. Elle avait glissé ses petits pieds dans mes grands souliers et marchait dans sa chambre! Effrayant! Elle me tuait, hein? Elle marchait avec ses pieds minuscules dans mes chaussures et riait. Elle me hait, c'est un meurtre, Sartre...»

— Vous l'avez calmé?

— Difficile. Si je lui avais dit que sa gosse s'amusait, il m'aurait pris pour son complice. Ensuite, il m'a débité dans son emportement toute une théorie, sur les sabots de Noël dans les cheminées, assez marrantes. Je lui ai conseillé d'en écrire.

— Ah oui?

— Quand on veut se débarrasser d'un maboul, il faut toujours lui conseiller d'écrire. C'est radical. Il saute sur son stylo et, avec un peu de chance, vous n'entendrez plus parler de lui pendant trois mois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
SZRAMOWO   05 janvier 2015
Croquis de mémoire de Jean Cau
Vers la fin de sa longue vie, Emmanuel Berl s'était mis à ressembler à Voltaire, qu'il aimait et dont il avait l'esprit vif et sceptique. Il vivait dans un appartement du Palais-Royal, à Paris, avec la Mireille du Petit Conservatoire de la chanson. Il aimait la paix, pour lire, méditer ou rêver, il avait installé des feux de signalisation au-dessus de la porte de sa chambre. Si le feu rouge était allumé, personne n'avait le droit de le déranger; le vert indiquait qu'il était disposé à vous recevoir pour discuter avec vous, en pyjama dans son lit, entouré des volumes de la Pléiade.

Commenter  J’apprécie          140
Albucius   01 septembre 2013
L'agonie de la vieille de Jean Cau
O adolescents, ô étudiants de tous les Mai du monde, vous vous avancez aussi, bruissants et empanachés de mots et de slogans mystérieux. « Le fascisme ne passera pas ! » « Pouvoir-Étudiant ! » etc., ABRACADABRA ! Ça marche ! Ça déchaîne la colère, les coups, les commentaires et même les analyses des sociologues et des psychanalystes ! Provoquer cette rage ? Ah ! C'était trop beau pour être vrai. Or, c,est vrai et, partout, les grenades lacrymogènes fument, les policiers chargent, les voitures flambent... Et voici que le Roi des Adultes, lui-même, à la télévision, est obligé de prendre au sérieux vos incantations et vos danses.

Toute société est primitive et je me demande si vos danses et vos cris ne sont pas, en vérité, d'appel et d'invocation. Cette violence que vous dénoncez, je me demande en caressant rêveusement ma barbe si vous ne la souhaitez pas et ne l'appelez pas à coups de formules et de magies. Au père trop faible l'enfant lance : « Merde ! Tu es un con ! » et, enfin, l'Auguste gronde et, enfin, l'enfant s'émerveille de sourde joie et de terreur. Le chien qui dormait dans sa niche et chassait les mouches à coups de patte sans interrompre son rêve retrousse enfin lentement ses babines sur ses crocs, le poil de son échine se dresse et il tend ses jarrets pour bondir. O joie de le provoquer et de s'enfuir ! La chaîne est encore solide et le monstre réveillé ne vous sautera pas à la gorge. Pas encore. Vous le savez.

Car vous ne me ferez pas croire – à moi – que l'« injustice » vous morfond et que la « démocratie » parfaite est votre souci. Comme ça, en surface, oui. En mousse et en bulles irisées de mots, oui. Parce que pour l'heure, le vent de la fête souffle de ce côté-là et parce que ce sont des airs que l'orchestre joue, en pot-pourri, sous les charmilles.

Vous n'êtes pas démocrates. Aucune jeunesse ne l'est. La Démocratie est une invention d'adultes qui se ménagent et s'effraient des déchaînements du sexe, du sang et de la mort. Et de la vie. Vous rêvez de cartouchières, de commandos, de tribunaux, de torches et de fusillades, de cris et de chants, de drapeaux (rouges, pour l'heure) et de barricades, de complots, d'attentats, d'assauts, de discours enflammés et de fièvre aux joues. Votre jeu d,absolu, je vous apprendrai d'abord qu'il est un jeu et ensuite qu'il relève d'une mentalité et d'une idéologie que vous faites mine d'abominer mais dont vous retrouvez, spontanément, les gestes et les mots et les mythes. Vous rêvez d'être les soldats d'une cause qui vous ferait chanter. Dans le désordre. Mais l'excès de celui-ci précède et provoque toujours l'ordre. Avec des chants, des poignards à la ceinture et des insignes-grisgris, il est très facile de vous y convertir. Il suffit de donner à son exercice l'allure d'un jeu, les formules d'un sacré et – anges – de vous désigner le Diable. Gavroche se retrouve embrigadé et en train de crier : « Vive Staline, Hitler, Mussolini, Castro ou Mao Tsé-toung ! » Vive (un) Dieu, en somme.

Un libéral, un démocrate, un modéré, un parlementaire... pouah ! Des hommes politiques en veston... pouah ! Vous lorgnez du côté du boubou Lumumba, de la vareuse de Mao Tsé-toung, du béret de Che Guevara frappé d'une étoile ou des demi-bottes lacées de Castro. Je vous comprends très bien. Vous lorgnez du côté des Dieux. Si vous saviez comme je vous comprends ! Moi aussi (à mon âge ! J'ai mille ans !) je lace mes bottes, me coiffe d'une chapska, frappe mes revers de veston d'insigne, barre ma poitrine d'une cartouchière, arrime un poignard à mon flanc ! Moi aussi, les libéraux, les démocrates, les modérés, les parlementaires et les vestons m'emmerdent.

[…]

Ainsi, peut-être, ce qu'il y eut de plus déchirant, en France, au mois de mai 1968, fut-il l'appel de votre immense troupeau qui réclamait un berger. Dans les cours de vos facultés et de vos lycées, vous placardiez sur les murs des portraits de chefs politiques. Portraits-incantatoires. Portraits-appels. Voici nos Dieux ! Qui leur ressemble ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Wendat69   06 janvier 2019
Mon lieutenant de Jean Cau
Les congénères du poulet n'avaient prêté aucune attention au sacrifice de leur frère et avaient continué de piailler en picorant férocement le grain. J'ai pensé que tous les peuples étaient ainsi: qu'on leur jette du "bonheur" à la volée et ils se détourneront de ceux qu'on égorge. Jusqu'au jour où les tueurs massacrent toute la basse-cour.
Commenter  J’apprécie          90
ileana   27 mai 2018
Croquis de mémoire de Jean Cau
[Cocteau] pointe l’index paratonnerre lorsqu’il dit ‘du mal’ d’un ‘monde’ qu’il adore et il a un rire qui fuse, [ ] un rire de tête, sec, cassé, cruel, élégant. Oui, car tout est élégant dans ce mince marquis osseux qui croise et décroise sans cesse des mains célèbres. La bouche mince, au passage, pince les mots. Et le nez, tranchant, piqué sur le visage comme un nez de gisant. Et la voix qui susurre, zézaie, boule et roule et catapulte les phrases, les mots, les idées, passe du coq à l’âne, de l’âne au coq et de l’ange à l’arlequin. [ ]



C’était Cocteau. Coque tôt. Coquette tôt. Coc, Coc, Cocteau. Caquette tôt. Bel oiseau sec au long bec. Cabot, touche-à-tout, touche-à-rien, dessinateur, pastelliste, imitateur, copieur, spécialiste en farces et attrapes avec pile électrique dissimulée dans l’objet et qui expédiait, oh ! c’est très drôle, tu vois, mon chéri, la décharge imprévue, mondain, snob, dandy, homo, roi de royaumes de carton et de celluloïd, empereur-ludion entouré de gardes musculairement doux, inquiet, nerveusement, à fleur de peau, inquiet de sa gloire dansante et évitant de faire, sur la corde, le faux pas [ ] p69
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Pchabannes   24 janvier 2011
Proust, le chat et moi : Précédé de L'enfance de l'art de Jean Cau
“Le temps de créer et celui de lire fondent comme du sucre dans l’eau bouillante du siècle. Dans les cervelles transformées en passoire, rien ne se dépose. Vous les râpez : aucun culot. Or la culture, c’était cela. Le précieux culot autour de l’âme d’un peuple.”
Commenter  J’apprécie          80
deuxquatredeux   20 février 2018
Croquis de mémoire de Jean Cau
Jünger, de réputation, de trajet et de légende, me plaisait. Quant à sa littérature, quant à la littérature allemande, autre affaire. Elle m'est une jungle - une forêt ! - où je me suis toujours avancé non sans quelques frayeurs égarées dans ses profondeurs et vers l'horizon toujours reculé de ses sentiers, toujours dérobé de ses clairières. (p. 179)
Commenter  J’apprécie          70
Wendat69   06 janvier 2019
Mon lieutenant de Jean Cau
"A Rethondes! Jamais je n'aurais cru... C'est un cauchemar... Des sadiques... Le commandement rauque du capitaine qui a raidi les soldats de la "Leibstandarte" a tout pétrifié: les hommes, les arbres, les feuilles qui ne frémissent plus, les oiseaux sur les branches et le vol d'un busard soudain immobile dans le ciel. À quoi pense le général Français? A rien. Il entend seulement le bruit des pas, derrière lui, du cortège qu'il conduit. Le bruit des pas, sur la terre sèche, des membres de la famille qui viennent enterrer la France. Rien que ce bruit, au milieu du silence absolu, dans ce cimetière peuplé de statues noires. Ensuite il a fallu monter dans le wagon.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur