AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.73 /5 (sur 1617 notes)

Nationalité : Irlande
Né(e) à : Dublin , le 31/05/1968
Biographie :

John Connolly est un écrivain irlandais.

Il est surtout connu pour sa série de romans mettant en vedette le détective privé Charlie Parker.

Avant de devenir un romancier à temps plein, John Connolly travaille comme journaliste, barman, fonctionnaire du gouvernement local, serveur et coursier au grand magasin Harrods à Londres.

Après avoir obtenu un Baccalauréat en arts d'anglais au Trinity College de Dublin et une Maîtrise en arts de journalisme à l'Université de Dublin (1993), il travaille pendant cinq ans comme journaliste pigiste pour le journal The Irish Times.

Il devient rapidement frustré par la profession, et commence à écrire "Tout ce qui meurt" (Every Dead Thing, 1999) pendant son temps libre qui obtient un Shamus Award – Best First Private Eye Novel.

Il continue à écrire des articles pour son journal, les plus marquants ayant été une série d'entretiens avec d'autres auteurs établis.

Le film "Instinct de survie" (The New Daughter, 2009), avec Kevin Costner, est partiellement basé sur une nouvelle du même nom du recueil "Nocturnes" (2004).

Il est un lecteur passionné et collectionneur de musique, et a également la cuisine et la gymnastique comme passe-temps.

son site : https://www.johnconnollybooks.com/
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
John Connolly discusses his new book on Stan Laurel
Citations et extraits (321) Voir plus Ajouter une citation
nameless   05 mars 2019
La nuit des corbeaux de John Connolly
Ce n'est pas de la faiblesse d'éviter un combat qu'on ne peut pas gagner. C'est du bon sens.

p. 220
Commenter  J’apprécie          310
nameless   11 septembre 2019
Le Pouvoir des ténèbres de John Connolly
- Vous connaissez la blague des deux légionnaires dans le désert ? (...). Le premier se tourne vers l'autre et lui fait : "Tu sais ce qu'est un chalumeau ? - Non. - C'est comme un dromaludaire, mais avec deux bosses.
Commenter  J’apprécie          305
nameless   03 novembre 2018
Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
- Je déteste les 4 X 4, dit Tell. Une carrosserie super-lourde sur un châssis de pick-up, une tenue de route de merde. Ils sont dangereux et néfastes pour l'environnement.

p. 121
Commenter  J’apprécie          292
nameless   28 juin 2019
La Proie des Ombres de John Connolly
- J'ai pas envie de bière, répondis-je.

Il souleva sa bouteille, me regarda en plissant les yeux et proclama d'une voix de baryton :

- C'est pas de la bière, c'est de la Bud.

p. 92
Commenter  J’apprécie          270
nameless   27 juin 2019
La Proie des Ombres de John Connolly
Mais aujourd'hui j'étais à l'intérieur, en veste et cravate. Cravate rouge sombre Hugo Boss, veste Armani, bien que personne dans le Maine ne fasse beaucoup attention aux marques. Toute le monde pense que, si vous portez des fringues de marque, vous les avez achetées en discount, et que, si vous avez payé plein pot, vous êtes un imbécile.

Je n'avais pas payé plein pot.

p. 33
Commenter  J’apprécie          260
nameless   03 novembre 2018
Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
Dexter but une gorgée de café.

- C'est pas mauvais, mais c'est pas du Starbucks.

- C'est meilleur que du Starbucks, si tu veux mon avis. Au moins, ça a le goût de café.

- Ouais, mais c'est ça le truc avec Starbucks. C'est du café, mais ça n'a pas un goût de café. C'est censé avoir le goût du Starbucks.

- Mais pas du café ?

- Non, pas du café. Du café, tu peux en trouver partout. Mais Starbucks, tu trouves ça que chez Starbucks.

p. 116
Commenter  J’apprécie          220
nameless   21 février 2019
Tout ce qui meurt de John Connolly
- Lorsqu'on a beaucoup d'argent, lui dis-je, on finit parfois par avoir des goûts particuliers, excentriques. Au bout d'un certain temps, si on ne mange pas dans des assiettes en porcelaine de Chine ou en or, on trouve même que les choses ont un goût bizarre. Quand on a beaucoup d'argent et de pouvoir, on ne peut pas se permettre de manger dans les mêmes assiettes que les petites gens.

- Je trouve que ça va trop loin [...]. Il y a quelque chose qui ne va pas dans tout ça. Il y a des goûts qu'il ne faut pas encourager, parce qu'ils sont vulgaires. Obscènes. Ils offensent la nature.

p. 134
Commenter  J’apprécie          200
nameless   26 juin 2019
La Proie des Ombres de John Connolly
Il devait travailler plus pour gagner moins, pas encore au point, cependant, d'envisager de renoncer au métier qu'il avait choisi. Que pourrait-il faire d'autre ? Débarrasser les tables d'une cafétéria ? Se tenir derrière le comptoir d'un McDo, comme certains des retraités les plus désespérés qu'il connaissait, réduits à nettoyer après le passage de bébés vagissants et d'adolescents insouciants ?

p. 11
Commenter  J’apprécie          200
Evilysangel   02 décembre 2010
Le livre des choses perdues de John Connolly
Il se trouva devant la femme la plus grande et la plus grosse qu'il eût jamais vue. Son visage était couvert d'une épaisse croûte de fond de teint blanc, un bandeau en tissu coloré maintenait ses cheveux noirs en arrière et un vernis pourpre soulignait le dessin de ses lèvres. Elle était vêtue d'une robe rose assez large pour abriter un petit cirque. Dans ses plis était enfoui le camarade n°1 - sans doute pour mieux entendre les bruits curieux provenant du gigantesque estomac. La robe était ornée de tant de boutons et de ruban que David se demandait comme Blanche-Neige s'y prenait pour distinguer ceux qui servaient à fermer le vêtements des autres, purement décoratifs. Ses pieds étaient enfoncés dans une paire de pantoufles de soie trop petites d'au moins trois tailles et ses bagues disparaissaient presque sous les plis de chair de ses doigts.
Commenter  J’apprécie          190
Evilysangel   02 décembre 2010
Le livre des choses perdues de John Connolly
"Il était une fois - car c'est ainsi que toutes les histoires devraient débuter - un petit garçon qui avait perdu sa mère.



A vrai dire, il avait commencé à la perdre voilà bien longtemps. La maladie qui la rongeait était une chose terrifiante et sournoise, un mal qui la dévorait de l'intérieur, consumant à petits feux sa lumière de sorte qu'au fil des jours ses yeux perdaient un peu de leur éclat et sa peau devenait un peu plus pâle."
Commenter  J’apprécie          190
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
32 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur
.. ..