AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.49 /5 (sur 189 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Barcelone , le 08/01/1933
Biographie :

Juan Marsé est écrivain (romans, nouvelles), traducteur, scénariste espagnol.

Né Juan Faneca Roca, orphelin de mère, il est adopté par le couple Marsé. À l'âge de treize ans, il travaille comme apprenti joaillier. Lors de son service militaire à Ceuta en 1955, il projette l'écriture de son premier roman "Enfermés avec un seul jouet", publié en 1961.

Entre 1960 et 1965, il travaille à Paris comme garçon de laboratoire à l'Institut Pasteur, et donne des cours d'espagnol à la fille du pianiste Robert Casadesus.

"Térésa l'après-midi" reçoit le Prix Biblioteca Breve en 1965, et Marsé entre au Parti communiste espagnol.

De retour en Espagne, il écrit des scénarios pour le cinéma. Inspiré de son enfance pauvre dans les bas-fonds de Barcelone, "Adieu la vie, adieu l'amour" est censuré en Espagne et ne peut sortir qu'au Mexique.

Il continue cependant de consacrer ses romans suivants à dépeindre Barcelone après la guerre d'Espagne, ce qui ne l'empêche pas de recevoir le prix Planeta en 1978, pour La Muchacha de las bragas de oro, adapté au cinéma par Vicente Aranda en 1980 (ce dernier tournera également "Adieu la vie, adieu l'amour", et "L'amant bilingue" en 1992).

En 1997, il reçoit le Prix Juan Rulfo pour l'ensemble de son œuvre.

En 2004, Fernando Trueba adapte "Les nuits de Shangaï" au cinéma. Il reçoit le Prix Cervantès en 2008.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
El embrujo de Shanghai (trailer) film de 2004 de Fernando Trueba. Adaptation du roman Les nuits de Shanghai
Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
nadejda   03 février 2012
Calligraphie des rêves de Juan Marsé
Des nuages jaunes descendent sur la Montagne d'Or, dit-il en fixant des yeux les buissons de genêts. On est en mai, et leur floraison ceint la colline d'anneaux d'or. Sous le brouillard, au loin, au-delà du Cottolengo du Padre Alegre, Barcelone s'étend vers la mer comme de l'eau de pluie stagnante et sale et tout là-haut, au-dessus de leurs têtes, dans le ciel blanchâtre, un lourd cerf-volant rouge à petits ronds jaunes se balance et crisse dans le vent avec un rire cristallin, en piquant brusquement de la tête parce que la ficelle est maniée, du haut de la Montagne Pelée, par des mains inexpertes. p 57
Commenter  J’apprécie          190
nadejda   25 mars 2012
Boulevard du Guinardó de Juan Marsé
Epigraphe

Il était une fois une coïncidence qui était allée se promener avec un petit accident ; au cours de leur promenade, ils rencontrèrent une explication si vieille, si vieille, qu'elle était toute courbée et toute ridée, et qu'elle avait plutôt l'air d'une devinette.

Lewis Carroll
Commenter  J’apprécie          180
Juan Marsé
SZRAMOWO   05 août 2016
Juan Marsé
On ne réussit jamais 100 % de ce qu'on voudrait faire. Le bonheur est un mot trompeur. On a des moments de bonheur, c'est tout. Par exemple, quand on a beaucoup travaillé un chapitre et que, soudain, un petit détail illumine tout le reste, lui donne du sens. Un détail que, souvent, le lecteur ne verra même pas.

In Le Monde des livres 02 février 2012
Commenter  J’apprécie          160
Pirouette0001   10 février 2018
Cette putain si distinguée de Juan Marsé
Rappelez-vous ce qu'a dit Nabokov : "Il ne sert à rien de lire si on ne lit pas avec sa moelle épinière." Même quand on lit avec l'esprit, le centre de la jouissance artistique se trouve entre les omoplates, un fourmillement dans la moelle épinière.
Commenter  J’apprécie          150
nadejda   09 mars 2012
L'amant bilingue de Juan Marsé
Marés était un homme de cinquante-deux ans, mais il faisait moins, grâce à la caresse du feu, depuis qu'un groupe de nationalistes catalans exaltés qui parcouraient les Ramblas, lors d'une manifestation, trois ans plus tôt, alors que lui-même était assis à ce même coin de la rue Sant Pau, avaient si malencontreusement lancé un cocktail Molotov fabriqué avec une bouteille de Tio Pepe qui avait explosé sur le trottoir devant lui et lui avait laissé un visage et des mains de soie. Le feu avait dessiné sur la peau de ses joues un sourire éternel et moqueur, une ironie rêveuse.
Commenter  J’apprécie          140
nadejda   08 mars 2012
L'amant bilingue de Juan Marsé
Epigraphe

"L'essentiel, dans le carnaval, ce n'est pas de mettre un masque, mais d'ôter son visage." Antonio Machado
Commenter  J’apprécie          150
Juan Marsé
gavarneur   26 mars 2016
Juan Marsé
La culture, c'est savoir sortir de chez toi, t'asseoir sur un banc sur une place, fumer une cigarette ou boire une bière, en harmonie avec toi-même et avec les autres. C'est ça la culture. Le reste c'est barbant. Nous ne sommes pas nés pour écrire des vers, des romans, ni d'autres balivernes. Tout ça, c'est très bien, mais nous sommes nés, surtout, pour être heureux.



La cultura es saber salir de casa, sentarte en un banco, en una plaza, fumarte un pitillo o beberte una cerveza, en armonía contigo mismo y con los demás. Eso es cultura. Lo demás son puñetas. No hemos venido a escribir versos, ni novelas, ni zarandajas. Todo eso está muy bien, pero hemos venido, sobre todo, a ser felices
Commenter  J’apprécie          100
nadejda   03 février 2012
Calligraphie des rêves de Juan Marsé
Il croit que ce n'est que dans ce territoire ignoré et abrupt de l'écriture et de ses résonances qu'il trouvera le passage lumineux qui va des mots aux faits, endroit propice pour repousser l'environnement hostile et se réinventer soi-même. p 207
Commenter  J’apprécie          100
missmolko1   30 août 2015
Un jour je reviendrai de Juan Marsé
Nestor avait seize ans et portait encore son harmonica a la ceinture, comme un pistolet.

Le soir où il apprit que son oncle allait sortir de prison, il faucha une bouteille d'anis au bar Trola et nous primes la premiere cuite de notre vie [...]
Commenter  J’apprécie          90
le-mange-livres   26 juillet 2012
Calligraphie des rêves de Juan Marsé
Refuser son véritable nom avait toujours été un peu plus qu'un jeu ou une idée amusante. Si elle n'était pas si bizarre, et si elle n'avait pas presque deux ans de plus que lui, il le lui expliquerait avec plaisir. Mon nom est Domingo, poupée, mais quand j'étais petit on m'a enlevé le do, la première note de la gamme, et ça a donné Mingo, qui ne me plaît pas du tout. Un prénom mutilé, comme mon doigt. On m'a enlevé la note de musique, mais moi j'ai changé une lettre, une seule, et depuis ce jour-là il faut me chercher dans la prairie de l'Arizona, loin de ce sale quartier ...
Commenter  J’apprécie          80
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Luis Sepúlveda (1949-2020)

Luis Sepúlveda est né le 4 octobre 1949:

en Espagne
au Pérou
au Chili

8 questions
98 lecteurs ont répondu
Thèmes : chili , chilien , littérature , littérature hispanique , amérique du sud , hispanique , roman , romanciers , opposant politique , pinochet , dictature , exilCréer un quiz sur cet auteur
.. ..