AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.99 /5 (sur 216 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Caroline du nord , le 20/08/1945
Biographie :

Kent Anderson est un écrivain et scénariste américain, auteur de roman policier.

Vétéran du Vietnam où il combattait dans une unité des forces spéciales (béret vert), officier de police durant huit années dans les quartiers noirs de Portland et d'Oakland, Kent Anderson vit dans l'Idaho.

Il a publié un premier roman culte : Sympathy for the Devil (1987) (Gallimard, 1993), qui mettait déjà en scène le personnage de Hanson au Vietnam.

Source : www.decitre.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Kent Anderson   (5)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Bande-annonce de PAS DE SAISON POUR L'ENFER - Kent AndersonKent Anderson, auteur du roman culte Sympathy for the devil, est de retour avec un recueil autobiographique inédit. Il a beau essayer d'oublier la guerre du Vietnam en se ressourçant dans...


Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
jeranjou   03 novembre 2014
Chiens de la nuit de Kent Anderson
- Ne nous emballons pas, dit Helen. Elle vient juste pour déposer un devoir. D’ailleurs, ce n’est pas ton genre.

- Ça veut dire quoi « pas ton genre » ?

- Elle est normale.





Helen, la femme de Dana qui fait équipe avec Hanson, le mec pas très normal a priori puisqu'il a fait le Vietnam !
Commenter  J’apprécie          170
jeranjou   30 octobre 2014
Chiens de la nuit de Kent Anderson
Une société armée, songea Hanson, est une société polie.
Commenter  J’apprécie          174
SAINT-JAMES   20 septembre 2014
Chiens de la nuit de Kent Anderson
- Faut réfléchir à deux fois avant de coucher avec une femme flic, mon vieux. T'imagine la scène ? Faut d'abord qu'on enlève nos flingues et nos matraques, nos pompes de sécurité, avant de baisser nos frocs d'uniforme qui ressemblent à des sacs à patates. "Attends ma chérie, je vais t'aider à enlever ton gilet pare-balles." Ouch-Ouch... Un accouplement de tatous.
Commenter  J’apprécie          150
koalas   13 octobre 2020
Un soleil sans espoir de Kent Anderson
Il portait un short bleu marine en élasthanne longueur genoux et un Marcel avec des éclairs SS de chaque côté du mot Blitzkrieg ! Yeux bleus, QI de quatre-vingt-cinq. Blond. Coupe en brosse et, évidemment, moustache à la Fu Manchu. Dans les un mètre quatre-vingts. Des bras aussi longs que les jambes de Hanson. Gros trapèze, pas de cou.

- Bonjour, lui lança Hanson la bouche sèche.

Ses crampes d'estomac revenaient à l'attaque.

- Bonjour ? C'est tout ce qu'y a à dire ? Lui cracha Paul en essayant de ne pas paraître essoufflé. Bonjour, ça marche pas. T'as un mandat, mec ?

- Je n'ai pas besoin de mandat, monsieur. On n'est pas dans une série télé. Votre femme a appelé la police et m'a laissé entrer.

- Ma femme ? C'est ce qu'elle a dit ? Je suis pas marié à cette conne.
Commenter  J’apprécie          110
SAINT-JAMES   19 septembre 2014
Chiens de la nuit de Kent Anderson
Mais les simples agents de police en poste à North, les flics de base, demandaient à être affectés à l'"Avenue", car ils étaient plus près du crime, et ils aimaient ce boulot. C'étaient des provocateurs, des frimeurs, des salopards, des camés à l'adrénaline qui revenaient du Vietnam, des spécialistes des heures sup' qui se faisaient soixante mille dollars par an, des "superflics" ayant tous quelque chose à prouver, tant ils craignaient d'être des tapettes ou des trouillards ; c'étaient des purs et durs, des racistes, des sadiques, des maniaco-dépressifs qui se servaient de l'adrénaline et de la fatigue pour tenir leurs démons en respect, et qui paraissaient sains d'esprit tant qu'ils marchaient dans les rues avec un flingue ; des bons flics pour la plupart.
Commenter  J’apprécie          92
koalas   07 octobre 2020
Un soleil sans espoir de Kent Anderson
Il sortit de sa chemise un objet pendu à sa chaîne d'or, un petit sablier taillé dans un cristal de quartz clair, serti d'or, rempli au lieu du sable, de minuscules pépites de diamants. Il rouvrit les yeux, le prit entre le pouce et l'index, le retourna et observa les grains étincelants couler par le goulet et s'amonceler au fond.
Commenter  J’apprécie          80
milado   15 octobre 2017
Sympathy for the devil de Kent Anderson
Les chars et les APC étaient pis qu'inutiles, dans la fluide guérilla de la jungle mais lorsque les militaires disposent d'un matériel donné, ils doivent impérativement s'en servir et justifier, par cet usage, la production proliférante dudit matériel. C'était bon pour l'Economie. Les sénateurs devaient veiller à maintenir le niveau de l'emploi dans leur district, et même l'accroître, s'ils tenaient à être réélus, et le Pentagone, de son côté, désirait ardemment entretenir la bonne volonté des sénateurs à son égard, pour qu'ils continuent de lui voter les budgets militaires appropriés. Et si un brigadier général comme Frédéric Hart voulait sa seconde étoile, il avait intérêt à utiliser le matériel, et même avec enthousiasme.

Résultat, on assistait à ce spectacle de quatre mômes tout juste sortis du lycée montés sur un char d'un million de dollars et traquant quatre mômes en pyjama noir.
Commenter  J’apprécie          50
Gwendo   05 juin 2013
Pas de saison pour l'enfer de Kent Anderson
La guerre s'est achevée, je suis rentré et je suis retourné à la fac. Je n'étais plus un soldat des Forces spéciales inspirant le respect. Dans ce monde-ci, j'étais juste cinglé et je faisais peur aux gens. Ivre la plupart du temps, je me faisais peur à moi aussi. J'avais peur de tuer quelqu'un et de croupir en taule pour le restant de mes jours.



La marée montait et descendait comme mon propre souffle, le soleil plongeait dans la mer gris métallique, puis la lune apparaissait, et je m'autorisais à espérer que la vie avait une logique. Une logique que je pourrais découvrir si je ne perdais pas courage et ne me faisais pas sauter le caisson.
Commenter  J’apprécie          40
Lalain   18 juin 2016
Sympathy for the devil de Kent Anderson
Dans l'armée, avait-il fini par comprendre, la seule chose que vous possédez en propre, c'est l'espace qu'occupe votre corps. C'est là tout ce qu'ils vous laissent vous approprier, et il n'y a nulle part ailleurs où aller.
Commenter  J’apprécie          50
encoredunoir   02 avril 2014
Chiens de la nuit de Kent Anderson
C’était le seul bar où Hanson se sentait à son aise, où il n’avait pas peur de se saouler. Ici, presque tout le monde était armé. Ils avaient tous vu des gens se faire tuer, certains en avaient tué eux-mêmes. Aucun risque qu’une fois ivres, ils provoquent quelqu’un d’autre sans connaître les conséquences éventuelles. […] Les flics savaient que lorsqu’un type cherchait la bagarre, les choses pouvaient dégénérer très rapidement, et cela expliquait cette ambiance courtoise. Une société armée, songea Hanson, est une société polie.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

La ferme des animaux

Qui est Mr Jones en Russie?

le tsar Nicolas I
le tsar Nicolas II
Trotski
Lénine

8 questions
1341 lecteurs ont répondu
Thème : La ferme des animaux de George OrwellCréer un quiz sur cet auteur