AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.03/5 (sur 1000 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Pueblo (Colorado) , le 24/02/1943
Mort(e) à : Salida (Colorado) , le 30/11/2014
Biographie :

Fils d'un pasteur méthodiste et d'une enseignante, il étudie à la Nebraska Weslayan University où il obtient son diplôme.

Avant de devenir écrivain, Haruf a travaillé dans de nombreux endroits, y compris un élevage de poulets dans le Colorado, un chantier de construction dans le Wyoming, un hôpital de réadaptation, à Denver, dans un hôpital de Phoenix, une bibliothèque présidentielle dans l'Iowa, en tant que professeur d'anglais avec le Corps de la Paix en Turquie. Kent Haruf a connu quasiment dix années de passage à vide après la publication d’un premier roman dans les années 1980.

Le succès est arrivé en 1999 avec Le Chant des plaines (Robert Laffont, 2001) acclamé par la critique, plébiscité par les lecteurs dans le monde entier et lauréat de nombreux prix littéraires.

Kent Haruf a reçu le Prix de Dos Passos de littérature en 2006.

Il est mort en 2014, quelques mois avant la parution de son dernier roman Nos âmes la nuit.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Kent Haruf   (6)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Kent Haruf speaks about his novel "Plainsong".


Citations et extraits (137) Voir plus Ajouter une citation
Il commençait à faire chaud. Mi-juillet. Le ciel sans nuages, les blés le long de la route d'ores et déjà coupés, le chaume bien régulier et parfaitement taillé, le maïs, plus loin, s'étirant en rangées vert foncé. Une belle et torride journée d'été.
Commenter  J’apprécie          412
Je me demandais si vous accepteriez de venir chez moi de temps en temps pour dormir avec moi.
Quoi ? Qu’entendez-vous par là ?
J’entends par là que nous sommes seuls tous les deux. Ça fait trop longtemps que nous sommes sans personne. Des années. La compagnie me manque. À vous aussi, sans doute. Je me demandais si vous accepteriez de venir dormir avec moi certaines nuits. Discuter.
Il la dévisagea, l’observant, curieux à présent, circonspect.
Vous ne dites rien. Est-ce que je vous aurais coupé le sifflet ? dit-elle.
Commenter  J’apprécie          355
Il ne s’agit pas de sexe. Ce n’est pas comme ça que je vois la chose. Je crois que j’ai perdu tout élan sexuel il y a longtemps. Je parle de passer le cap des nuits. Et d’être allongée au chaud sous les draps, de manière complice. D’être allongés sous les draps ensemble et que vous restiez la nuit. Le pire, ce sont les nuits. Vous ne trouvez pas ?
Commenter  J’apprécie          333
Il franchit la porte et traversa l'allée jusqu'à son pick-up. Un vieux Dodge rouge passé avec l'aile arrière gauche toute cabossée. Le temps était clair, le jour étincelant, il était encore tôt, l'air était frais et piquant et Guthrie eut un bref sentiment d'élévation et d'espoir. Il prit une cigarette dans sa poche, l'alluma et resta un moment à contempler le peuplier argenté. Puis il monta dans le pick-up, démarra, descendit l'allée jusque dans Railroad Street et remonta les cinq ou six pâtés de maisons vers Main. Derrière lui le pick-up soulevait une nuée poussiéreuse et les grains suspendus en l'air brillaient comme des paillettes d'or dans le soleil.
Commenter  J’apprécie          311
Tu m'as fait du bien. Que demander de plus ? Je suis un être meilleur que je ne l'étais avant. C'est grâce à toi.
Commenter  J’apprécie          320
Holly vient pour le week-end du Memorial Day. Je crois qu’elle veut me botter les fesses.
Comment cela ?
Je crois qu’elle a eu vent de notre histoire. Je crois qu’elle veut que je me tienne bien.
Et vous en pensez quoi ?
De bien me tenir ? Mais je me tiens bien. Je fais ce dont j’ai envie et ça ne fait de mal à personne. J’espère d’ailleurs que c’est vrai pour vous aussi.
Ça l’est.
Commenter  J’apprécie          300
Je me demandais si vous accepteriez de venir chez moi de temps en temps pour dormir avec moi.
Quoi ? Qu’entendez-vous par là ?
J’entends par là que nous sommes seuls tous les deux. Ça fait trop longtemps que nous sommes sans personne. Des années. La compagnie me manque. À vous aussi, sans doute. Je me demandais si vous accepteriez de venir dormir avec moi certaines nuits. Discuter.
Commenter  J’apprécie          280
C'était une belle femme, il avait toujours trouvé. Elle avait des cheveux bruns quand elle était plus jeune, mais ils étaient blancs aujourd'hui et courts. Elle avait encore une silhouette harmonieuse, juste un peu lourde au niveau de la taille et des hanches.
Commenter  J’apprécie          280
Les filles c'est différent. Elles veulent des choses. Elles ont besoin de choses régulièrement. Pourquoi, parce qu'une fille a des objectifs que toi et moi on peut même pas imaginer. Elles ont des idées dans la tête que toi et moi on peut même pas supposer.
Commenter  J’apprécie          212
Sur les hautes plaines la campagne redevenait verte, et le temps commençait à se réchauffer, et elle resta rivée à la fenêtre, regardant la sauge et les saponaires dispersées en tâches sombres dans les pâturages, les premières étoiles des boutelones et des fléoles des prés.
Commenter  J’apprécie          200

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Kent Haruf (1024)Voir plus

Quiz Voir plus

Essayistes

Lequel de ces deux livres a été publié en premier ?

Critique de la raison dialectique (J.-P. Sartre)
De l'esprit des lois (C. de Montesquieu)

15 questions
20 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..