AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070653765
Éditeur : Gallimard Jeunesse (06/06/2013)

Note moyenne : 4.4/5 (sur 2719 notes)
Résumé :
Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le j... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (922) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
  07 juillet 2013
Cette année, j'ai la chance d'être chroniqueuse pour Gallimard jeunesse - on lit plus fort et je dois dire que je suis ravie de faire partie de cette belle aventure. Je remercie donc infiniment la maison d'édition pour ce premier livre : La Passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos.
Et je dois dire que cette aventure de chroniqueuse commence très fort pour moi car j'ai eu un vrai coup de coeur pour ce premier ouvrage.
Déjà rien que cette couverture fait rêver! Cette "cité" suspendu dans les airs attire le regard et attise la curiosité.
D'emblée, je me suis prise d'affection pour Ophélie, cette jeune fille naïve et maladroite, passionnée par son métier dans son musée et au pouvoir magique qu'elle possède. En effet, Ophélie peut voyager a travers les miroirs mais aussi et surtout lire l'histoire d'un objet en le touchant de ses mains. Elle vit sur une "arche" ou toute sa famille semble heureuse. Je ne saurais dire vraiment a quelle époque on se situe mais les gens se déplacent en fiacre, les femmes portent d'énormes robes et surtout sont contraintes d'épouser un homme choisi par leur famille. J'ai donc tendance a croire que l'on est dans le passé mais je n'en suis pas sur car il y a aucun indice de temps c'est donc au lecteur de se faire une idée.
En tout cas, j'ai aimé découvrir le petit monde d'Ophélie qui va vite être chamboulé. Elle va vite faire la connaissance de celui qu'on destine à être son époux et le moins qu'on puisse dire c'est qu'au premier abord, il est pas commode. Thorn vient du "pôle", lieu lointain, territoire hostile et froid. Je dis bien au premier abord car tout au long du roman, mon sentiment pour lui a beaucoup changé. Est-il juste un être bourru qui a souffert d'un manque d'amour ou est-il cet homme calculateur et méchant comme le prétendent tous les ennemis de sa famille? Honnêtement en refermant ce premier tome je n'ai toujours pas la réponse et j'espère en apprendre un peu plus sur lui dans les prochains tomes. Mais je dois avouer tout de même que je suis légèrement sous son charme.
Ophélie se retrouve donc a devoir suivre son futur époux au "pôle" et là, je salue l'imagination de l'auteure pour toutes ses merveilleuses descriptions. le "pôle" est un endroit ou sincèrement je n'aimerais pas mettre les pieds ou plutôt devrais-je dire mes après-ski car il y fait une température d'environ -25 degrés. Ensuite toute la société est très hiérarchisé car il s'agit d'une cour ou au sommet trône Farouk. Tous les coups sont donc permis pour s'attirer ses faveurs. Ophélie va l'apprendre a ses dépends : complots, trahisons, meurtres, mensonges sont au rendez-vous et le lecteur est tenu en haleine jusqu'à la dernière page. Je préviens donc tous les futurs lecteurs, en ouvrant ce livre il y a un gros risque d'addiction!
Ma lecture étant fini, je prend un peu de recul et je m'aperçois de l'énorme travail de l'auteure. Son écriture est vraiment très agréable a lire, ses personnages sont très travaillés et surtout la minutie de chaque détail des lieux : le pôle est ses paysages qui ne sont qu'illusions. Je suis vraiment impressionnée.
Vous l'aurez compris, il s'agit d'un univers fantastique mais rien a voir avec la vague Bit-lit a la mode, non ici, j'ai trouvé une grosse ressemblance avec l'univers d'Alice au pays des merveilles (je ne sais pas si je suis la seule) : Farouk a la tête (comme la reine de coeur) et tous ces gendarmes (les petits gardes en forme de carte), Thorn qui est toujours pressé et qui consulte sa montre a gousset sans arrêt et surtout les décors un peu fous et plein de magie.
Pour finir, je trouve que les deux tourtereaux forment un très beau couple même si entre eux se n'est pas toujours facile.... Thorn est très froid mais a un coté très protecteur que j'aime beaucoup. Ophélie elle est assez dur avec lui et j'espère que comme moi elle va vite tomber sous son charme. En tout cas, ça promet de belles pages a venir avec les prochains tomes et je serai sans aucun doute parmi les premiers lecteurs.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1137
Eric76
  28 octobre 2016
Pauvre Ophélie ! Si réservée, si peu sociable, et tellement maladroite… Dissimulée derrière de grandes lunettes rondes et une vieille écharpe revêche, le corps enveloppé par des fringues ternes et démodés, elle a tout l'air d'un sac à patates binoclard. Et toujours à ruminer, toujours à renifler, à avoir le bout du nez rouge, parce qu'elle a attrapé froid… Elle n'a rien de cette légèreté, de cette grâce féminine qui font bondir les coeurs des hommes. D'ailleurs, les hommes, Ophélie s'en fout complètement… Elle est tellement heureuse dans ce musée ombreux où elle exerce le métier de liseuse. D'une simple imposition des doigts sur un objet, elle peut vivre son passé, entrevoir ceux qui l'ont possédé. Des vieux objets, pour la plupart, datant de l'ancienne Terre, avant qu'elle ne s'éparpille en mille morceaux. Accessoirement, elle se déplace en passant à travers les miroirs, ce qui, vous en conviendrez, n'est pas plus bizarre et incompréhensible que de voir par écran interposé, et de lui parler, un ami situé à des milliers de kilomètres de vous…
Ophélie vit dans un monde cohérent dans son étrangeté. Un monde composé de grandes familles, chacune dotées de dons puissants, uniques, et régentées par un Esprit de famille. Ophélie appartient à celle d'Artémis. Si on se côtoie entre membres de différentes familles, on évite de se mélanger…
Mais pas cette fois, où les doyennes de la famille d'Artémis décident de fiancer de force Ophélie à Thorn, membre éminent de celle du pôle. A quelles fins la vendent-elles comme une vulgaire marchandise ? Une fois jetée dans la fosse aux lions, c'est ce que devra découvrir la fragile Ophélie, pleine de regrets et d'amertumes quand elle doit quitter tout ce qu'elle aime.
Le Pôle est un monde terrifiant où tout n'est qu'illusions, mensonges et leurres. Un nid de décadents où rien n'a de sens. On se croirait à la cour du Régent ou de Louis XV où les sans-pouvoirs triment pour servir ces puissants, emperruqués, poudrés, extravagants, pétris de bonnes manières, mais qui derrière les apparences se comportent comme de véritables canailles sans foi ni loi… Pour éviter les faux-pas qui peuvent être fatals dans ce monde plein de duperies, Ophélie peut compter sur deux alliés, ou deux ennemis, allez savoir ? Son fiancé, Thorn, l'incarnation même de l'austérité, et la théâtrale Berenilde, belle comme Vénus, capricieuse, narcissique, et calculatrice…
Ce sont les yeux écarquillés que j'ai suivi les tribulations de notre héroïne si frêle, si gauche, dans cet univers chimérique et truqué. A plusieurs reprises, je me suis demandé, souvent inquiet, parfois amusé, comment elle allait se sortir des guêpiers dans lesquelles son innocence l'avait fourrée. J'ai aimé la description de ce monde baroque et gothique, de ces personnages à plusieurs faces, fragiles et sauvages, tendres et impitoyables, perdus et cyniques.
Le début d'une saga que j'espère flamboyante….
Un beau roman jeunesse qui la pousse, cette jeunesse, jusqu'à 77 ans et plus…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9812
TheWind
  09 mars 2016
Voici un roman fantasy bourré de fantaisie !
Ce roman de littérature jeunesse fantastique peut s'enorgueillir de ne ressembler à aucun autre !
(de tous ceux que j'ai lus, bien évidemment et en la matière, je l'avoue, je ne suis pas une experte!)
On est loin des univers peuplés de guerriers en armure, de dragons ou de créatures monstrueuses, loin des décors moyenâgeux, loin des héroïnes au super-pouvoir, loin des guerres de clans...Et si l'on peut retrouver de tout cela par moments, c'est tellement plus subtile que cela passe inaperçu !
L'art de la subtilité...Je crois que tout tient en ces deux mots.
Christelle Dabos, nouvelle auteure, est une magicienne.
Elle dessine devant nous un monde complètement imaginaire, issu de ses propres rêves, de ses propres chimères, de ses idées vagabondes et le moins que l'on puisse dire, c'est que le lecteur en prend plein les mirettes !
On s'étonne à chaque page de cette imagination débordante où tout semble couler de source...comme dans un rêve.
Mais n'allez pas croire que ce roman ressemble au monde des bisounours. Loin de là !
Bon, d'accord, l'héroïne n'a rien d'une méchante guerrière...On se demande même parfois ce qui a poussé l'auteure à la choisir pour héroïne ! Insignifiante, même pas jolie, maladroite, timide...Bref ! Cette pauvre Ophélie n'a rien pour elle !
M'enfin, si... Elle a un don. Même deux. Elle est liseuse et passe-miroir. Je ne vous en dis pas plus.
Mais sachez que ce don l'entraînera, bien malgré elle, dans des aventures périlleuses.
Bon alors et les méchants ? Ils sont où ? D'ailleurs sont-ils vraiment si féroces ? Et c'est là, toute la force de ce roman pour la jeunesse. Tout au long du premier tome, le lecteur, à l'instar d'Ophélie, ne sait à qui donner sa confiance. Un véritable tour de passe-passe. Des êtres d'une apparence aimable et chaleureuse se révéleront fourbes et cruels, ceux qui semblaient froids et calculateurs trouveront finalement peut-être grâce aux yeux du lecteur...mais rien n'est tout à fait sûr. Autant vous dire qu'Ophélie a bien de l'inquiétude à se faire parmi tous ces gens même pas fiables !
Et c'est tout cela qui m'a tenu en haleine et qui m'a fait dévorer ce roman : ce monde imaginaire incroyablement étonnant, cette héroïne dont on ne donnerait pas cher de sa peau mais qui reste déterminée, tenace et courageuse, mais aussi ces personnages aux multiples visages bien mystérieux qui m'ont fait tourner des pages et des pages dans l'espoir de percer leurs secrets !
Je savais bien que ce roman me plairait au vu des précédentes critiques lues mais cela va même au-delà de mes espérances. Me voilà comblée !
Comblée ? Euh...non pas tout à fait ! Cela supposerait un état de satiété. Ce qui est loin d'être le cas.
Pour preuve : j'ai déjà entamé le second tome !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8311
rubisblue
  04 septembre 2013
Il y a des livres comme ça qui sont tellement EXTRA que vous repoussez pendant des semaines le moment où vous rédigerez une critique. Pourquoi ? Tout simplement parce que vous avez peur de ne pas savoir faire honneur à l'ouvrage. Et pourtant, pendant tout ce temps, l'histoire continue de vous hanter.
C'est le cas de la passe-miroir.
Vous lirez peut-être sur certaines critiques que cette nouvelle saga est à la hauteur de Harry Potter (bien que ça n'ait rien à voir), et oui, ça en a la carrure.
C'est un roman jeunesse aussi complet, riche, original, intéressant, mature, distingué, complexe, magique et époustouflant que les aventures de notre ami lunettes-plus-cicatrice. (Et avec même un démarrage plus dynamique.)
Dès les premières pages, vous allez être stupéfait par la qualité de l'écriture. Dès les premières lignes, vous allez être happé par l'histoire.
Je n'insisterai pas sur l'originalité et le caractère prenant de ce roman, mais je tiens à souligner un peu plus son aspect mature. Si on est bien dans de la littérature jeunesse, notre héroïne si timide et pourtant avec des tripes en acier est un petit bijou de modèle pour la femme intelligente, moderne, fidèle à elle même, effacée et pourtant terriblement présente. L'histoire, elle, oscille entre monde fantasque aux personnages hautement prononcés et rivalités mondaines aux travers sombres à souhait. Une perle, donc. Les amateurs de Game of Thrones retrouveront même le piquant d'obscures guerres de clans, avec une touche si rafraichissante de répartition de pouvoirs (au sens "magique" du terme).
Bref, c'est le phénomène en devenir rayon fantastique, et vous ne devriez passer à côté à aucun prix !
En parlant prix, rappelons aussi qu'il a obtenu le Prix du premier roman jeunesse, ce qui pourrait sembler être un argument commercial comme c'est souvent le cas, mais non. La passe-miroir est juste génial, c'est tout !
(Notez aussi que Christelle Dabos -que je n'ai pas le plaisir de connaître en personne, malheureusement- est un petit bout de femme absolument sympathique, humble, disponible, discrète et tout bonnement épatante !... Pour moi, l'appréciation d'un ouvrage peut être influencé par la personnalité de l'auteur, c'est pour ça que je le précise.)
Bon, alors que reprocher à La passe-miroir ? Personnellement rien. J'ai cru un moment que la timidité et la passivité première de l'héroïne allait vite me courir sur les nerfs, mais pas du tout. Elle s'adapte en restant qui elle est, et le rendu est juste très bon. J'imagine que certaines filles en fleur et adulateurs des passions amoureuses pourraient être déçus par une histoire qui pourrait s'annoncer comme romancée mais qui est bien loin de l'être ! (Yeah, enfin une héroïne qui sert à autre chose que se rouler en boule dans les bois quand son petit copain pailleté va bouffer du chevreuil dans un autre comté !)... Mais à part ça vraiment... le personnage de la soeur un peu trop caricaturalement féminin peut-être ?... Je cherche, je cherche, mais non, j'attends juste le 2e tome avec impatience !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6510
Gwen21
  15 janvier 2019
"La passe-miroir" fait partie de ces romans dont on a forcément entendu parler ou vu la promo dans le métro, à moins de vivre coupé de toute communication médiatique. Peu familière de l'univers "fantasy jeunesse", ma curiosité a été néanmoins éveillée par les nombreux commentaires élogieux sur Babelio mais aussi par ce petit groupe d'adolescents surexcités que j'ai rencontré au Salon du Livre de Montreuil et qui tournait autour des trois tomes grand format comme une meute d'ours autour d'un pot de miel. Ça a été le déclic déterminant : une oeuvre capable d'enthousiasmer ces représentants de la génération Z accusée à raison de se détourner de la lecture, il fallait que je découvre ce phénomène !
Christelle Dabos nous offre un premier roman qui force l'admiration côté style avec un vocabulaire riche et varié, même si j'ai regretté une narration exclusivement déroulée par le regard d'un seul personnage, Ophélie, une anti-héroïne toutefois très convaincante. Je trouve ce procédé lassant quand un roman dépasse les 300 pages. Comme je trouve lassante l'attribution systématique de caractéristiques physiques à un personnage qui ne semble plus se définir que par elles ; fatiguée de lire que Roseline a des dents chevalines, qu'Ophélie grignote les coutures de son gant et que Thorn est démesurément grand.
Ces détails narratifs mis à part, "Les fiancés de l'hiver" se lit très bien et le lecteur se laisse facilement glisser dans le monde magique des arches. Bien que les personnages soient nombreux, on ne se perd jamais dans la foule déchaînée et le récit avance, bon gré mal gré.
Bon gré mal gré car pour moi le principal (voire le seul) défaut de ce roman est son rythme. le récit souffre en effet de vraies longueurs qui justifient complètement que plusieurs lecteurs en aient abandonné la lecture en cours de route. Autant le début est très rythmé, autant l'ennui s'installe lors de l'installation d'Ophélie au Pôle. Heureusement, entre temps, on s'est pris d'affection pour la fragile fiancée maladroite à l'écharpe enchantée et on persévère.
Dans le genre, je situe pour l'instant "La passe-miroir" juste en dessous du "Harry Potter" de J. K. Rowling pour ce qui est de la qualité et de l'originalité du récit, même si la noirceur très réelle du roman me semble moins naturelle et plus affectée que chez le magicien aux lunettes rondes.
Des lunettes, Ophélie en porte aussi et il me semble évident que le magicien susnommé fait partie des nombreuses sources d'inspiration de l'auteur, je ne lui en ferait pas reproche. Ses descriptions évoquent aussi irrésistiblement certains personnages ou caractéristiques de G. R. R. Martin.
Un premier tome qui plante bien le décor, j'attaque le second avec l'espoir d'un rythme plus soutenu et de personnages moins figés dans leurs rôles.

Challenges Séries 2019
Challenge PLUMES FÉMININES 2019
Challenge PAVES 2019
Challenge MULTI-DÉFIS 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          588

critiques presse (4)
LeSoir   04 septembre 2014
Avec «La Passe-Miroir», elle est la digne successeuse de J.K. Rowling. De la fantasy nourrie par les cassures de la vie.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Elbakin.net   29 juillet 2014
La plume de Christelle Dabos est à la hauteur de son univers ambitieux et de ses personnages. Elle insuffle au récit un rythme et des couleurs qui font que l’on ne repose que difficilement cet ouvrage de près de cinq cents pages.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Ricochet   05 septembre 2013
Dès les premières lignes de ce roman, le lecteur de 7 à 77 ans se laissera emporter par une fiction empreinte de fantastique, savamment construite sur un univers à l’architecture complexe certes, mais très cohérente, et aux mœurs aussi déroutantes que captivantes. Impossible donc d’arrêter la lecture de cette narration à l’écriture fluide sans être simpliste.
Lire la critique sur le site : Ricochet
HistoiresSansFin   23 juillet 2013
Avec de belles références à l'univers visuel d'Hayao Miyazaki, ce premier tome est une superbe réussite qui laisse présager un bel avenir à l'auteure. Nous sommes très impatients de lire la suite sur laquelle, l'auteure est en train de travailler actuellement. Une très belle aventure à lire sur le sable, mais attention à l'addiction.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Citations et extraits (273) Voir plus Ajouter une citation
EupheneEuphene   17 janvier 2019
- Vous ne devriez pas laisser votre clef sur la porte. Vous ne connaissez donc pas ce tour qui consiste à la pousser avec une épingle depuis l'autre côté ? On glisse d'abord un papier en dessous, et ensuite il n'y a plus qu'à le tirer vers soi quand la clé est tombée. Si l'espace sous la porte est assez grand, ça marche à tous les coups.
Commenter  J’apprécie          10
alapagedesuziealapagedesuzie   15 janvier 2019
Passer les miroirs, ça demande de s'affronter soi-même. Il faut des tripes, t'sais, pour se regarder droit dans les mirettes, se voir tel qu'on est, plonger dans on propre reflet. Ceux qui se voilent la face, ceux qui se mentent à eux-mêmes, ceux qui se voient mieux qu'ils sont, ils pourront jamais.
Commenter  J’apprécie          80
EupheneEuphene   17 janvier 2019
"Faites vos propres choix, petite demoiselle. Si vous ne prenez pas votre liberté aujourd'hui, il sera trop tard demain."
Commenter  J’apprécie          20
Gwen21Gwen21   14 janvier 2019
- [...] Passer les miroirs, ça demande de s’affronter soi-même. Il faut des tripes, t’sais, pour se regarder droit dans les mirettes, se voir tel qu’on est, plonger dans son propre reflet. Ceux qui se voilent la face, ceux qui se mentent à eux-mêmes, ceux qui se voient mieux qu’ils sont, ils pourront jamais. Alors, crois-moi, ça ne court pas les trottoirs !
Commenter  J’apprécie          90
EupheneEuphene   17 janvier 2019
On la mettait d'abord en cage pour la protéger, puis un jour la cage deviendrait prison.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Christelle Dabos (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christelle Dabos
L'heure du bilan du mois de juillet a sonné ! Venez découvrir les 9 romans qui m'ont accompagné durant ce mois estival :) Merci d'avoir regardé cette vidéo ! Aimez, partagez, ou abonnez vous ;) ca fait toujours plaisir !Plus de vidéos : http://goo.gl/hCnYmr . Déroulez pour plus d'infos :)
? Livres cités - le livre de l'énigme 2 : Bois d'ombres, de Nathalie Dau - Moutons Electriques - Tout au milieu du monde, de Julien Bétan, Mathieu Rivero et Melchior Ascharide - Moutons Electriques - Shades of Magic T1, de VE Schwab - Lumen Edition - Fuite de fluide, de Li Cam - Organic Edition - Un ado nommé Rimbaud, de Sophie Doudet - Edition Scrineo - La passe miroir T1 : les fiancés de l'hiver, de Christelle Dabos - Editions Gallimard - La guilde des marchands de pluie, T1 de Robin Buisson - Edition Amalthée - Ellana T2 : La voie des marchombres de Lylian (BD) - Edition Glenat - Et j'ai dansé pieds nus dans ma tête, d'Olivia Zeitline - Edition Solar
? Me contacter
SITE : http://www.leblogdeptitelfe.fr/ FACEBOOK : http://goo.gl/huya0v TWITTER: https://twitter.com/HelenePtitelfe - @HelenePtitelfe INSTAGRAM: https://instagram.com/leblogdeptitelfe MAIL: contact@leblogdeptitelfe.fr
A bientôt! Hélène
+ Lire la suite
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La Passe-miroir 1.Les fiancés de l'hiver

Quel est le tout premier golem d'Ophélie ?

Ses gants
Son écharpe
Ses lunettes
Un miroir de poche

13 questions
456 lecteurs ont répondu
Thème : La passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiver de Christelle DabosCréer un quiz sur ce livre
.. ..