AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.19 /5 (sur 125 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) : 1957
Biographie :

À la fois historien de formation passé par Oxford, directeur des programmes historiques de la BBC et auteur de documentaires télévisés couronnés partout dans le monde, Laurence Rees en utilise les témoignages et les sources pour écrire des livres qui - tel Auschwitz: les nazis et la solution finale - sont «une contribution unique et considérable à la compréhension de l'histoire».

Source : www.librairiepantoute.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Laurence Rees   (6)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
bibiouest   01 mai 2018
Holocauste : Une nouvelle histoire de Laurence Rees
Hitler savait que la propagande nazie influencerait plus facilement des enfants impressionnables que des adultes, a priori moins malléables. Pour ceux-ci, il pouvait s'avérer plus difficile -mais pas impossible- de réconcilier leur compréhension intellectuelle de la théorie antisémite nazie avec les rencontres qu'ils pouvaient eux-même dans la vie avec des juifs allemands. Karl Boehm-Tettelbach,par exemple, jeune officier de la lutfwaffe en 1935 avait de bonnes raisons d'éprouver de la gratitude pour un juif allemand, car c'est un juif allemand qui lui avait porté secours le jour où son avion s'était écrasé dans un champ. L'ayant convié à dîner pour le remercier, il avait été fort surpris quand l'homme lui avait "soudain dit qu'il était juif" et lui avait demandé s'il avait "peur d'être avec des juifs". Boehm-Tettelbach répondit qu'il n'avait pas peur : l'homme ne lui avait-il pas sauvé la vie? "C'était la première fois que je réalisais qu'il pouvait se passer quelque chose avec les juifs", dit Boehm-Tettelbach " A Berlin, en particulier, se souvient-il, [Les nazis] affirmaient que la plupart des avocats étaient juifs, et quand ils annonçaient qu'il y avait trop d'avocats, on comprenait ce que cela signifiait. Mais ce n'est pas parce qu'on est antisémite qu'on veut tuer les gens. On peut ne pas les fréquenter en société, ou ne pas les aimer beaucoup, mais ça ne veut pas dire qu'on va les tuer" Tout en étant "navré" pour les Juifs allemands après les lois de Nuremberg, Bohem-Tettelbach reconnaît que cela ne le "préoccupait pas beaucoup".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
bibiouest   29 avril 2018
Holocauste : Une nouvelle histoire de Laurence Rees
Armon Tamir (a grandi en Allemagne dans les années 1920 1930):

"Les allemands n'ont pas de tradition démocratique. Ils n'en ont jamais eu. Jamais jusqu'ici les citoyens, en Allemagne, ne se sont battus pour la démocratie."....

"Les nazis sont apparus dans le contexte des années 20, après une guerre mondiale perdue, quand le peuple allemand, opprimé et humilié, allait en titubant d'une crise économique à une autre. Le contexte était vraiment très favorable. Il fallait désigner un responsable. Et tout l'antisémitisme des nazis tient en réalité dans ces mots : le juif est coupable de tout, toujours."
Commenter  J’apprécie          272
Hulot   03 mars 2021
Auschwitz : Les nazis et la "solution finale" de Laurence Rees
Dans une communication de Bayer aux autorités d'Auschwitz, on peut lire :



" Le convoi de 150 femmes est arrivé dans de bonnes conditions. Nous n'avons pu cependant obtenir de résultats concluants parce qu'elles sont mortes au cours des expériences. Nous vous serions reconnaissants de bien vouloir nous envoyer un autre groupe de femmes, en même quantité et au même prix ".



Ces femmes coutèrent chacune 170 Reichsmarks à Bayer.
Commenter  J’apprécie          226
Hulot   04 mars 2021
Auschwitz : Les nazis et la "solution finale" de Laurence Rees
La mort prévisible de 30 millions de gens n'aurait pas seulement un avantage immédiat pour l'avancée de l'armée allemande en URSS ; à long terme, elle profiterait aussi à la population du Reich.



Moins de bouche à nourrir en URSS, c'était la possibilité d'acheminer davantage de vivres à l'Ouest et cela faciliterait aussi la germanisation rapide des territoires occupés.



30 millions était aussi le chiffre estimé de " bouches " inutiles à nourrir, ce fameux excédent démographique.
Commenter  J’apprécie          202
Hulot   01 mars 2021
Auschwitz : Les nazis et la "solution finale" de Laurence Rees
Le gouvernement slovaque accepta de payer aux Allemands 500 Reichsmarks pour chaque juif déporté à condition qu'ils ne remissent jamais les pieds en Slovaquie et que les Allemands ne fissent valoir aucun droit sur les biens laissés derrière eux.



Les Slovaques, dont le chef de l'Etat était un prêtre catholique, payèrent donc les Allemands pour se débarrasser de leurs juifs.
Commenter  J’apprécie          195
bibiouest   01 mai 2018
Holocauste : Une nouvelle histoire de Laurence Rees
Beaucoup d'Allemands ordinaires ne se sont intéressés que de loin aux mesures prises contre les juifs. Ce qui leur importait bien d'avantage, c'était la réduction massive du nombre de chômeurs - de six million en 1933 à un million en 1936- qui suivit l'accession d'Hitler au pouvoir. Même si les nazis manipulèrent un peu les chiffres- les femmes, par exemple, furent retirées des statistiques-, le succès était incontestable.
Commenter  J’apprécie          180
Hulot   01 mars 2021
Auschwitz : Les nazis et la "solution finale" de Laurence Rees
Hitler avait annoncé son désir d'un " jardin d'Eden " allemand à l'Est.



Dès lors, l'exécution des femmes et enfants fut à l'ordre du jour, la persécution des juifs par les nazis entre dans une phase conceptuelle entièrement différente.



Il n'était pas possible de prétendre qu'un bébé représentait une menace.



Désormais, un soldat allemand allait viser un petit enfant et appuyer sur la détente.
Commenter  J’apprécie          182
Hulot   05 mars 2021
Auschwitz : Les nazis et la "solution finale" de Laurence Rees
Pour le ministère public ouest-allemand si un SS n'avait pas occupé un poste à responsabilité ou été directement engagé dans la tuerie, il échappait généralement aux poursuites.



C'est ainsi que sur les 6500 SS qui ont " travaillé " à Auschwitz et qui ont survécu, 85 % n'ont jamais été punis.
Commenter  J’apprécie          160
capillo   09 mai 2022
Auschwitz : Les nazis et la "solution finale" de Laurence Rees
L'homme a profondément besoin de croire qu'il y a une justice dans la vie, que les innocents sont finalement récompensés et les coupables chatiés. Or, on ne trouve guère de consolation dans cette histoire. L'exemple le plus fletrissant de l'absence de rédemption reste dans le sol de Birkenau, dans cette terre que les habitants du pays remuèrent après la guerre en quête d'objets de valeur, dans le plus grand cimetière de l'histoire du monde. Cette terre, et la Vistule voisine où des masses de cendres ont été déversées, est la dernière demeure de plus d'un million d'êtres humains dont nous ne saurions entendre le témoignage.
Commenter  J’apprécie          10
capillo   09 mai 2022
Auschwitz : Les nazis et la "solution finale" de Laurence Rees
Après une attente de cinquante-trois ans - cinquante-trois années au cours desquelles, chaque fois que le téléphone sonnait ou qu'une lettre arrivait, elle priait le ciel que ce fût pour lui donner des nouvelles d'Édith -, après avoir enduré tous ces tourments émotionnels, elle découvrit que sa sœur n'avait vécu que quelques jours après leur séparation. Alice l'avait protégée tout au long de leur déportation depuis la Hongrie, à Auschwitz, au cours de la marche de la mort et au milieu des maladies et de la famine de Bergen-Belsen, mais les nazis avaient quand même fini par la tuer.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Titres à compléter [3] (littérature)

Ténèbres, ????? moi la main (Dennis Lehane)

donnez
prenez
tendez

12 questions
108 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , roman , théâtre , culture littéraireCréer un quiz sur cet auteur