AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.87/5 (sur 110 notes)

Né(e) à : Neuilly-sur-Seine , le 2/02/1953
Mort(e) à : Paris , le 8/11/2023
Biographie :

Laurent Greilsamer est un journaliste, ancien élève de l'École supérieure de journalisme de Lille1 (49e promotion) Il a été journaliste au Figaro de 1974 à 1976 et au Quotidien de Paris en 1977.
.Il entre au Monde en 1977 où il occupera successivement les postes de grand reporter, de rédacteur en chef de 1994 à 2005, puis directeur adjoint de la rédaction jusqu'en juin 2007. Il est aujourd'hui directeur de collection chez Perrin et enseignant à Sciences-Po.
Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont trois biographies : "Le prince foudroyé : la vie de Nicolas de Staël" en 1998 (prix Elle et grand prix de la Société des gens de lettres), "L'éclair au front : la vie de René Char" et "L'homme du Monde : la vie d'Hubert Beuve-Méry". En même temps qu'un imposant Dictionnaire Michelet, chez Perrin, il a publié "La Favorite" (chez Fayard) , chronique au vitriol des cent jours de Valérie Trierweiler comme première dame

+ Voir plus
Source : SZRAMOWO
Ajouter des informations
Bibliographie de Laurent Greilsamer   (20)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

les matins - Départementales 2015 : les nouvelles cartes du FN .
Hervé le Bras Démographe, Directeur d'études à l'INED, enseignant à l?EHESS Spécialiste en histoire sociale et démographie « La question de l?immigration, c?est terminé. le FN est porté par les inégalités sociales » entretien avec par Eric Fottorino et Laurent Greilsamer va paraître dans le nouveau numéro du journal « le un » Nonna Mayer Politologue Directrice de recherche au CNRS, professeur à Sciences-Po Son article « Quand les femmes s?y mettent » va paraître dans le nouveau numéro du journal « le un ».

+ Lire la suite

Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
Pour être un bon journaliste il ne faut pas ennuyer son lecteur, il faut l'intéresser, l'émouvoir, lui apprendre quelque chose, le distraire, autrement dit être féminin.
Commenter  J’apprécie          2817
Dans la nuit il écrit à sa femme :
« Être innocent, avoir une vie sans tâche et se voir condamné pour le crime le plus monstrueux qu’un soldat puisse commettre, quoi de plus épouvantable !
C’est pour toi seule que j’ai résisté jusqu’au jourd’hui ; c’est pour toi seule que j’ai supporté le long martyre. Mes forces me permettront-elles d’aller jusqu’au bout ? Il n’y a que toi qui puisse me donner du courage.
Commenter  J’apprécie          140
Leur bibliothèque (à Lucie et lui), en expansion permanente, contient les grands classiques de la littérature. Son inclination le porte vers Shakespeare, les romanciers russes, Balzac. Curieusement, il ne supporte pas Baudelaire. La philosophie est aussi très présente, de Platon à Schopenhauer. L’histoire règne cependant en majesté avec de nombreux volumes sur l’histoire militaire, les guerres napoléoniennes, les histoires de France de Michelet, Fustel de Coulanges, Henri Martin.

2105 - [p. 33]
Commenter  J’apprécie          100
Il n’a plus la force d’écrire. Il ne reçoit plus de courrier Tout autour de sa case, un couloir d’une largeur d’un mètre cinquante a été dessiné : il observe de sa lucarne un groupe de bagnards affairé à dresser avec de fûts de bois d’une hauteur de deux mètres cinquante une enceinte autour de sa cellule. Plus de lumière, plus de vue. Le nombre de surveillants affectés à sa garde passe de sept à onze, sans compter les six chiens de garde. Il est privé de liberté, privé de lumière, privé de mouvement, et affamé.
Commenter  J’apprécie          90
4 septembre 1897 – Moi, je ne vis que de ma fièvre, depuis si longtemps, au jour le jour, fier quand j'ai gagné une longue journée de vingt-quatre heures. Je subis le sort sot et inutile du Masque de Fer, parce qu'on a toujours la même arrière-pensée, je te l'ai dit franchement dans une de mes dernières lettres.

2157 – [p. 118/119]
Commenter  J’apprécie          90
Depuis le début, il profite des périodes où on l'autorise à recevoir des livres pour se constituer une bibliothèque. Elle devient son asile. Shakespeare lui permet de se confronter au réel ; Montaigne, son autre dieu, lui montre la voie de la sagesse.
En trois ans, depuis ses premiers tâtonnements à la prison de la Santé, il est parvenu à savoir suffisamment d'anglais pour lire Shakespeare dans le texte. Il exerce sa mémoire en apprenant par cœur de longues tirades d'Hamlet, du Roi Lear. Sa lecture quotidienne des Essais de Montaigne est l'occasion d'une réflexion permanente : il rédige, lui aussi maximes et axiomes, parfois en latin, qu'il inscrit dans ses cahiers d'étude.

2147 – [p. 113]
Commenter  J’apprécie          80
lettre de Romain Gary à Nicolas de Staël
"Cher Monsieur,je viens de voir,chez Rosenberg, vos toiles admirables et je tiens à vous dire le plaisir incessant que je prends à les regarder.Ce qu'une telle simplicité trompeuse peut cacher de finesse et de profondeur,sans parler d'années de travail,ce n'est pas à moi de vous le dire,mais c'est une peinture, en quelque sorte, illimitée, qui vous donne de l'imagination et vous force, vous, simple spectacteur, à avoir du génie. Vous êtes le seul peintre moderne qui donne du génie au spectacteur. Chaque toile ouvre des possibilités de rêve absolument étonnantes."
Commenter  J’apprécie          81
Cela fait plus de eux semaines que le secret tient. Un secret de plomb. Un secret asphyxiant auquel seul Dreyfus et sa famille sont tenus.
Dans l'enceinte de la prison du Cherche-Midi, le détenu 164 resté placé au secret absolu, aveugle et sourd, ligoté, condamné à subir. Son ordre d'arrestation avait été signé avant même qu'il ne s’explique. L’enquête préliminaire a été bouclée sans qu'aucun témoin, à charge ou à décharge, n'ait été entendu par le commandant du Paty de Clam.

2113 - [p. 53]
Commenter  J’apprécie          80
Vous m’avez indiqué mon devoir, cher Maître, et je ne puis m’y soustraire, quelles que soient les tortures qui m’attendent. Vous m’avez inculqué l’espoir, vous m’avez pénétré de ce sentiment qu’un innocent ne peut rester éternellement un condamné, vous m’avez donné la foi.
Merci encore, cher Maître, de tout ce que vous avez fait pour un innocent. […].
Partout où j’irai, votre souvenir me suivra, ce sera l’étoile d’où j’attendrai mon bonheur, c’est-à-dire ma réhabilitation pleine et entière.
Commenter  J’apprécie          80
... avant de terminer les cours de l'Ecole de guerre, il apprend que le général de Bonnefond, membre du jury, l'a saqué au motif que les Juifs n'auraient rien à faire à l'état-major. Cette information le scandalise et le rend littéralement malade. La publication des résultats, en novembre 1892, confirme ses craintes. Ses notes devaient lui valoir de sortir 3e de sa promotion ; il est rétrogradé à la 9e place sur 81.

2095 - [p. 29]
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Laurent Greilsamer (202)Voir plus

Quiz Voir plus

Quiz sur des classiques connus

Victor Hugo:

Atlantide
Notre-Dame de Paris
La mer rouge

20 questions
12443 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..