AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.52 /5 (sur 2284 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Casablanca, Maroc , le 17/04/1953
Biographie :

Pierre Assouline est un journaliste, chroniqueur de radio, romancier et biographe français.

Il rejoint la France et suit des études secondaires au cours Fidès et au lycée Janson-de-Sailly de Paris. Après des études à l'Université de Nanterre et à l'École des langues orientales, il devient journaliste. Il travaille d'abord pour des agences (Apei, Asa Press, Fotolib) avant d'entrer aux services "étranger" du "Quotidien de Paris" (1976-1978) puis de "France Soir" (1979-1983), tout en enseignant au Centre de perfectionnement des journalistes et en collaborant au mensuel L'Histoire (1979).

À partir du milieu des années 1980, il se rapproche du monde littéraire : il écrit plusieurs livres sur l'histoire culturelle récente, à commencer par une biographie de Gaston Gallimard, et devient conseiller littéraire des éditions Balland (1984-1986). Il entre comme journaliste au magazine "Lire" (1985), dont il devient directeur de la rédaction en 1993. Sa biographie d'Albert Londres lui a valu le prix de l'essai décerné par l'Académie française (1989).

Homme de radio (France-Inter (1986-1990) ; RTL (1990-1999) ; ponctuellement sur France-Culture, il est également chroniqueur au Monde, critique pour Le Nouvel Observateur, et membre du comité de rédaction du mensuel L'Histoire, au Figaro Littéraire, etc. Par ailleurs, Pierre Assouline est conseiller de la direction du site Les Grands débats et blogueur sur le site La République des livres qu’il a créée en 2005.

Depuis 1997, il est chargé de conférence à l'Institut d'études politiques de Paris, pour le cours de lecture / écriture en première année et l'enquête en master de journalisme.

Son roman "Double vie" (Gallimard, 2001) a reçu le prix des libraires la même année. "Lutetia" (Gallimard) a obtenu en 2005 le Prix des Maisons de la Presse.

En octobre 2007, Pierre Assouline a obtenu le Prix de la langue française qui récompense "l'œuvre d'une personnalité du monde littéraire, artistique ou scientifique qui a contribué, de façon importante, par le style de ses ouvrages ou son action, à illustrer la qualité et la beauté de la langue française".

"Les vies de Job" lui valent le prix Méditerranée 2011 ainsi que le prix Prince-Pierre-de-Monaco 2011. C'est en 2012 qu'il intègre l'Académie Goncourt et y devient juré.

blog officiel : https://larepubliquedeslivres.com/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Pierre Assouline   (81)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (77) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Commandez les coups de coeur de nos libraires sur filigranes.be ! Les livres dans l'ordre : "Le dernier des Camondo" de Pierre Assouline, Éditions Folio "Les Camondo ou L'éclipse d'une fortune" de Nora Seni et Sophie le Tarnec , Éditions Babel "La rafle des notables" de Anne Sinclair, Éditions Grasset "Pourquoi les Juifs ?" de Marek Halter, Éditions Michel Lafon "Je rêvais de changer le monde" de Marek Halter, Éditions J'ai lu "Ellis Island" de Georges Perec, Éditions POL "Il est de retour"de Timur Vermes, Éditions 10/18 "Le charlatan" de Isaac Bashevis Singer, Éditions Stock "La Source" de James A. Michener, Éditions Robert Laffont

+ Lire la suite
Podcasts (25) Voir tous


Citations et extraits (681) Voir plus Ajouter une citation
Pecosa   19 janvier 2018
Retour à Séfarad de Pierre Assouline
Reste à résoudre un dilemme: étant donné que les Espagnols nourrissent un double complexe vis à vis de leurs voisins, qu'ils se croient supérieurs aux Portugais mais inférieurs aux Français, et qu'ils se tiennent entre les deux, ce qui est parfois étrange dans la vie de tous les jours, comment vais-je m'en sortir?
Commenter  J’apprécie          370
luocine   10 août 2009
Le portrait de Pierre Assouline
. ne pas oublier que les gens ne vous pardonneront jamais le bien que vous leur avez fait. C'est là une constante de la loi d'ingratitude... Un bienfait ne reste jamais impuni

Commenter  J’apprécie          360
migdal   20 avril 2021
Tu seras un homme, mon fils de Pierre Assouline
Je veux croire que mon admiration m'aveuglait. Kipling n’était pas mon ami, mais je lui appliquais un principe d’amitié jadis édicté par un moraliste : quand un ami est borgne, il faut le regarder de profil. Ses défauts étaient manifestes, mais je me les dissimulais, ce qui suspendait pour un temps le jugement critique qui m’aurait fait m'écarter de lui. Un ami, un vrai et de longue date, à qui je m’ouvrais de mon attitude en précisant que son antisémitisme m'embarrassait, me reprit aussitôt: «Un défaut, vraiment ?» Plutôt que de Kipling, c'est de cet ami que je me suis éloigné.
Commenter  J’apprécie          340
migdal   17 avril 2021
Tu seras un homme, mon fils de Pierre Assouline
Si (Kipling) avait écrit ce poème pour une fille plutôt que pour un fils, ça aurait tenu en une seule ligne : "Si tu sais être belle, tu seras une femme, ma fille" ... » :



Le débat ne menaçait pas de dégénérer, comme souvent, mais plutôt de se dégrader. D'autant qu'au moment où nous nous levions de nos chaises pour partir, la voix, jusqu'alors allongée sur un canapé, passa devant moi et me décocha un : «Allez, Lambert, inutile de péter plus haut que ton cul, on n’est jamais que des petits profs... » qui me glaça. Plus j’écoutais certains d'entre eux, plus je me disais qu'on peut passer une vie à enseigner sans jamais rien apprendre.
Commenter  J’apprécie          310
migdal   18 avril 2021
Tu seras un homme, mon fils de Pierre Assouline
Il s'appelait John comme tout le monde, ou presque. C'est aussi qu'à peu de chose près il était comme tout le monde, ou presque. Mais comme il est compliqué de devenir le fils de son père ! Je le dis pour lui sans m'exclure de ce défi qu'on se lance à soi-même. Moi, c'était comme si j'avais perdu mon père.



Le sien s'appelait Rudyard comme personne, ou presque, car ses parents s’étaient rencontrés près du lac Rudyard, dans le Staffordshire.
Commenter  J’apprécie          310
Pecosa   06 mars 2015
Lutetia de Pierre Assouline
"- Vous savez ce que m'a dit le commandant du camp le jour de notre évacuation? (...) " Il était à l'entrée. Les mains sur les hanches, il nous regardait partir pour une marche de la mort. Quand la colonne a brusquement ralenti, je me suis retrouvé nez à nez avec lui. C'est là qu'il m'a dit, avec des accents de sincérité qui me stupéfient encore..."

Il fit une pause, baissa les yeux, incrédule, en secouant la tête: "... J'espère que vous ne garderez pas un trop mauvais souvenir de votre séjour parmi nous. "
Commenter  J’apprécie          290
horline   24 novembre 2007
Lutetia de Pierre Assouline
l'état d'exception que ces années de guerre avaient inscrit dans nos esprits rendaient possibles tant de choses qui nous paraissaient de l'ordre de l'inimaginable.
Commenter  J’apprécie          300
migdal   17 avril 2021
Tu seras un homme, mon fils de Pierre Assouline
(Aux funérailles de Rudyard Kipling le 23 janvier 1936)

...

Cette toule était venue honorer le plus grand poète de l'Empire britannique, l'intransigeant défenseur d'un ordre menacé, le conservateur absolu de la tradition le plus libre et le plus indépendant qui fût, le conteur qui avait enchanté l'enfance de chacun, le lauréat du prix Nobel de littérature, l'homme connu pour sa notoriété, ou tout simplement un Anglais ordinaire de génie, qui sait. Dans sa bénédiction, le doyen de Westminster loua en lui le prophète de tant de générations. Chacun donnait l'impression d'avoir perdu un ami proche. Ces gens à la mine grave, murés dans la peine sinon dans le chagrin d'un moment fraternel, se recueillaient.



(cinq jours après, le 28 janvier 1936, funérailles de George V)
Commenter  J’apprécie          260
carre   12 février 2012
La Cliente de Pierre Assouline
Pourquoi ont-ils si peur ? Il s'agissait juste de faire couler un peu d'encre pour rappeler que d'autres avaient fait couler un peu de sang. Rien de plus. Mais on enfermait pour moins que ça. Plutôt que de désespérer, je suivis le conseil d'un poète et laissai infuser davantage.
Commenter  J’apprécie          270
kielosa   11 décembre 2019
Le dernier des Camondo de Pierre Assouline
" Les légendes ne sont pas faites pour être crues, mais pour être racontées. "



(page 72).
Commenter  J’apprécie          270

Découvrez ses critiques pour le Magazine Littéraire voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Amélie Nothomb en titres

Hygiène de ...

l'endormi
l'assassin
l'anodin
l'ennemi

10 questions
519 lecteurs ont répondu
Thème : Amélie NothombCréer un quiz sur cet auteur

.. ..