AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.53 /5 (sur 2069 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Casablanca (Maroc) , le 17/04/1953
Biographie :

Né à Casablanca où il passe son enfance, Pierre Assouline rejoint la France et suit des études secondaires au cours Fidès et au lycée Janson-de-Sailly de Paris. Après des études à l'université de Nanterre et à l'École des langues orientales, il devient journaliste.

Il travaille d'abord pour des agences (Apei, Asa Press, Fotolib) avant d'entrer aux services "étranger" du Quotidien de Paris (1976-1978) puis de France Soir (1979-1983), tout en enseignant au Centre de perfectionnement des journalistes et en collaborant au mensuel L'Histoire (1979).

À partir du milieu des années 1980, il se rapproche du monde littéraire : il écrit plusieurs livres sur l'histoire culturelle récente, à commencer par une biographie de Gaston Gallimard, et devient conseiller littéraire des éditions Balland (1984-1986). Il entre comme journaliste au magazine Lire (1985), dont il devient directeur de la rédaction en 1993.

Homme de radio (France-Inter (1986-1990) ; RTL (1990-1999) ; ponctuellement sur France-Culture), il est également chroniqueur au Monde 2, critique pour Le Nouvel Observateur, et membre du comité de rédaction du mensuel L'Histoire, au Figaro Littéraire, etc.

Par ailleurs, Pierre Assouline est conseiller de la direction du site Les Grands débats et blogueur sur le site La République des livres qu’il a créée en 2005.

Depuis 1997, il est chargé de conférence à l'Institut d'études politiques de Paris, pour le cours de lecture / écriture en première année et l'enquête en master de journalisme.

Le roman "Lutetia" (éditions Gallimard) a obtenu en 2005 le Prix des Maisons de la Presse. Ce roman a inspiré le réalisateur Frédéric Schoendoerffer pour son film Lutetia.

En octobre 2007, Pierre Assouline a obtenu le Prix de la langue française qui récompense "l'œuvre d'une personnalité du monde littéraire, artistique ou scientifique qui a contribué, de façon importante, par le style de ses ouvrages ou son action, à illustrer la qualité et la beauté de la langue française".

C'est en 2012 qu'il intègre l'Académie Goncourt et y devient juré.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (77) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Commandez les coups de coeur de nos libraires sur filigranes.be ! Les livres dans l'ordre : "Le dernier des Camondo" de Pierre Assouline, Éditions Folio "Les Camondo ou L'éclipse d'une fortune" de Nora Seni et Sophie le Tarnec , Éditions Babel "La rafle des notables" de Anne Sinclair, Éditions Grasset "Pourquoi les Juifs ?" de Marek Halter, Éditions Michel Lafon "Je rêvais de changer le monde" de Marek Halter, Éditions J'ai lu "Ellis Island" de Georges Perec, Éditions POL "Il est de retour"de Timur Vermes, Éditions 10/18 "Le charlatan" de Isaac Bashevis Singer, Éditions Stock "La Source" de James A. Michener, Éditions Robert Laffont
+ Lire la suite
Podcasts (24) Voir tous

Citations et extraits (618) Voir plus Ajouter une citation
Pecosa   19 janvier 2018
Retour à Séfarad de Pierre Assouline
Reste à résoudre un dilemme: étant donné que les Espagnols nourrissent un double complexe vis à vis de leurs voisins, qu'ils se croient supérieurs aux Portugais mais inférieurs aux Français, et qu'ils se tiennent entre les deux, ce qui est parfois étrange dans la vie de tous les jours, comment vais-je m'en sortir?
Commenter  J’apprécie          360
luocine   10 août 2009
Le portrait de Pierre Assouline
. ne pas oublier que les gens ne vous pardonneront jamais le bien que vous leur avez fait. C'est là une constante de la loi d'ingratitude... Un bienfait ne reste jamais impuni

Commenter  J’apprécie          340
horline   24 novembre 2007
Lutetia de Pierre Assouline
l'état d'exception que ces années de guerre avaient inscrit dans nos esprits rendaient possibles tant de choses qui nous paraissaient de l'ordre de l'inimaginable.
Commenter  J’apprécie          300
Pecosa   06 mars 2015
Lutetia de Pierre Assouline
"- Vous savez ce que m'a dit le commandant du camp le jour de notre évacuation? (...) " Il était à l'entrée. Les mains sur les hanches, il nous regardait partir pour une marche de la mort. Quand la colonne a brusquement ralenti, je me suis retrouvé nez à nez avec lui. C'est là qu'il m'a dit, avec des accents de sincérité qui me stupéfient encore..."

Il fit une pause, baissa les yeux, incrédule, en secouant la tête: "... J'espère que vous ne garderez pas un trop mauvais souvenir de votre séjour parmi nous. "
Commenter  J’apprécie          280
carre   12 février 2012
La Cliente de Pierre Assouline
Pourquoi ont-ils si peur ? Il s'agissait juste de faire couler un peu d'encre pour rappeler que d'autres avaient fait couler un peu de sang. Rien de plus. Mais on enfermait pour moins que ça. Plutôt que de désespérer, je suivis le conseil d'un poète et laissai infuser davantage.
Commenter  J’apprécie          270
pdemweb1   22 septembre 2014
Le dernier des Camondo de Pierre Assouline
Le 11 Janvier 1924, il rédigea son testament. Ce n'était pas celui d'un homme de soixante quatre ans miné par la maladie, mais celui d'un survivant sans âge guetté par une mélancolie millénaire
Commenter  J’apprécie          260
zabeth55   04 juillet 2012
Le portrait de Pierre Assouline
J’aime la langue française comme seule une étrangère peut l’aimer ; je l’aime pour sa tendresse et pour son exceptionnelle mémoire historique. Mais elle ne se laisse pas facilement habiter ; elle réclame un certain temps avant de permettre à l’étranger de s’y installer.
Commenter  J’apprécie          250
Woland   06 août 2009
Hergé de Pierre Assouline
[...] ... [Hergé] est sincère quand il dit vouloir éviter de passer à la télévision tant il s'y sent mal à l'aise. A chaque fois qu'il a la faiblesse d'accepter, il en revient avec le sentiment d'avoir été piégé, convaincu que nul ne l'a écouté, chacun s'étant accroché à l'apparence plus qu'au fond. Même sa prestation à "Apostrophes" l'a déçu. Cette vieille défiance envers la petite lucarne trouve son origine dans un incident survenu en 1972. Hergé avait été invité à l'émission de Philippe Bouvard à l'occasion du lancement du film, Tintin et le lac aux requins.



- "Qu'est-ce que vous avez fait dans ce film ?" demanda l'animateur à Hergé.



- Eh ! bien, je l'ai supervisé ..."



Quatre fois, Bouvard lui reposa la même question au cours de l'émission. Quatre fois, Hergé lui opposa la même réponse, de plus en plus embarrassée. Les habitués sentaient déjà le vent du boulet. Pas le principal intéressé, encore plus candide qu'à l'accoutumée. Jusqu'à la cinquième et dernière reprise avant le KO final :



- "Alors, monsieur Hergé, en-dehors du requin, qu'est-ce que vous avez fait dans ce film ?"



L'interpellé resta sans voix. Tétanisé. Il ne prononça pas un mot de plus de la soirée, y compris après l'émission. Jamais il ne pardonna à Philippe Bouvard. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
kielosa   11 décembre 2019
Le dernier des Camondo de Pierre Assouline
" Les légendes ne sont pas faites pour être crues, mais pour être racontées. "



(page 72).
Commenter  J’apprécie          250
lexote   16 juillet 2009
La Cliente de Pierre Assouline
Un matin, j'ai eu honte d'être biographe. Honte de mon indiscrétion. Honte de me servir du crédit acquis par mes livres pour m'introduire chez des témoins et leur soutirer des souvenirs qu'ils s'étaient bien juré de ne jamais dévoiler. Honte de trahir leurs confidences, fût-ce pour la cause d'une vérité supérieure. Honte de cette technique éprouvée, mélange de patience et de diplomatie, qui me permettait de m'immiscer dans les archives de particuliers et de m'insinuer dans les moindres replis de leur vie privée. Honte de partager des secrets de famille sans demander l'avis des intéressés. Honte de cette discipline de flic et d'indicateur. Honte de vérifier à chaque fois que l'esprit fouille-merde était la vertu cachée des meilleurs biographes. Honte de trouver quelque volupté à plonger les bras dans les poubelles pour en extirper de misérables indices. Honte de lire des ordonnances de médecins qui détaillaient d'intimes maladies, des relevés de banque qui contredisaient des postures de miséreux, des lettres d'amour qui auraient dû être détruites, des brouillons destinés à n'être jamais déchiffrés. Honte que tout cela parût être une méthode qui portât ses fruits. Honte de toujours raconter le passé des gens pour n'avoir pas à révéler le mien. Honte de gagner ma vie avec celle des autres. Honte de moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Découvrez ses critiques pour le Magazine Littéraire voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Petit hommage au chanteur Christophe

Christophe, né ...

Lucien Ginsburg
Claude Moine
Daniel Bevilacqua
Hervé Forneri

8 questions
16 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanteur , biographie , Chansons françaisesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..