AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Découvrez les meilleures listes de livres


A Détroit
Liste créée par Pecosa le 10/06/2020
31 livres. Thèmes et genres : états-unis , détroits , michigan , romans policiers et polars , roman noir



1. Juke Box Cadillac
Doug Allyn
4.00★ (12)

Detroit, dans les années 1960. Les immigrants venus du Sud continuent d?affluer, attirés par les offres d?emplois des usines automobiles et par l?espoir d?une vie meilleure. Ils fuient la cueillette du coton, la misère et le racisme. Ils apportent leurs âmes blessées depuis des générations, leur souffrance? et leur musique : le blues. Une musique du c?ur, fondatrice d?une grande partie de la culture américaine, mais surtout une musique noire, pivot d?une formidable évolution sociale et culturelle. C?est à Detroit que son installés les célèbres studios Motown. Flairant la mine d?or, des criminels infiltrent le monde de cette musique populaire et révolutionnaire.Métropole industrielle rayonnante, Detroit est aussi une ville de gangsters. Tommy DeMeo, jeune voyou blanc à l?enfance malheureuse et sans avenir, y débarque, fuyant sa province profonde. Il a déjà connu la taule et semble voué à y retourner tôt ou tard. Tommy DeMeo aime le blues, les voitures d?époque, les calandres chromées, les carrosseries rutilantes, les moteurs V8. Il aime aussi Martika, une chanteuse noire au destin tragique. Sera-t-il, comme tant d?autres, sauvé par la musique ?Doug Allyn, né en 1942, a été lauréat de nombreux prix : le prestigieux Edgar, le Robert L. Fish du Meilleur premier roman décerné par les Mystery Writers of America, l?International Crime Readers? Award, le Derringer Award et le Ellery Queen Readers? Award. Il vit dans le Michigan.
2. Les chiens de Détroit
Jérôme Loubry
3.76★ (1945)

2013, à Détroit. Cette ville qui a été la gloire de l?Amérique n?est plus qu?une ruine déserte, un cimetière de buildings. Cette nuit-là, la jeune inspectrice Sarah Berkhamp mène le groupe d?intervention qui encercle une maison et donne l?assaut. Mais aucun besoin de violence, le suspect attend, assis à l?intérieur. Il a enlevé cinq enfants. Et il est sans doute le Géant de brume, le tueur insaisissable qui a laissé derrière lui sept petits corps, il y a quinze ans. Alors pourquoi supplie-t-il Sarah : « Aidez-moi? » ? L?histoire s?ouvre donc avec l?arrestation du coupable. Et pourtant, elle ne fait que commencer. À Détroit, personne n?est innocent?
3. Dieu reconnaîtra les siens
Elmore Leonard
3.62★ (58)

Drôle de paroissien que le père Terry Dunn, arrivé au Rwanda pour assister son oncle et finalement prendre sa place au moment où débutait le génocide des tutsis. Après avoir administré la justice de Dieu à sa façon, ce missionnaire fumeur de marijuana retourne à Détroit afin de lever des fonds pour ses " petits païens ", mais il va aussi devoir rencontrer le procureur. Car avant son départ pour l'Afrique, Terry était accusé de complicité dans un trafic de cigarettes. Heureusement son frère avocat cherche à l'innocenter, avec l'aide de la ravissante Debbie, une enquêtrice qu sort tout juste de prison pour avoir voulu écraser son escroc de mari. Entre Debbie et le père Dunn, le courant va passer. A haute tension, comme toujours chez Elmore Leonard. Riche en situations rocambolesques et en personnages hors du commun, ce roman joyeusement " amoral " affirme avec une ironie décapante la grandeur des êtres humains
4. Inconnu 89
Elmore Leonard
3.60★ (37)

Jack Ryan, huissier travaillant pour les tribunaux de Detroit, est doué pour retrouver les personnes disparues - surtout celles qui aimeraient le rester. Un "conseiller en investissement" aux allures de malfrat lui propose une grosse somme pour localiser un minable nommé Robert Leary, alias Bobby Lear. Mais cette mission conduit Ryan dans un lit où il ne devrait pas se trouver... S'il ne surveille pas ses arrières, il risque lui aussi d'être porté disparu, et pour de bon. Un bijou littéraire édité dans une nouvelle traduction intégrale, signé par le père de Jackie Brown et de l'incomparable marshal Raylan Givens.
5. Les fantômes de Detroit
Elmore Leonard
3.39★ (34)

INSPECTEUR À LA BRIGADE DES CRIMES SEXUELS, CHRIS MANKOWSKI REÇOIT LA PLAINTE D'UNE Dénommée Ginger Jones, qui affirme avoir été violée, lors d'une soirée, par le milliardaire Woody Ricks. En entendant ce nom, Mankowski est assailli par les fantômes des sixties. A cette époque, les frères Ricks, Woody et Mark, s'encanaillaient dans les mouvements contestataires... avant de retourner sagement leur veste. Aujourd'hui, Woody vit confortablement sur les cinquante millions de dollars hérités de sa mère ; mark, qui n'a eu droit à presque rien, veut la peau de son frère. pour compléter le tableau, deux anciens terroristes, arrêtes en 1978, réclament vengeance, persuadés qu'ils ont été dénoncés par Woody et Mark. Voici réédité l'un des romans de la série qu'Elmore Léonard a consacrée à la ville de Detroit.
6. Mr Paradise
Elmore Leonard
3.12★ (47)

Drôle d'avocat que ce Mr Paradise, de son vrai nom Tony Paradiso. A son âge, il n'exerce plus et jouit d'une fortune considérable qui lui permet de s'offrir de petits plaisirs dispendieux, comme ces jeunes personnes que lui ramène Montez Taylor, son homme de confiance. Montez est un ancien " client ", Mr Paradiso l'a jadis tiré d'un mauvais pas. Aujourd'hui, le très cool Montez recrute les jeunes femmes qui viennent, le temps d'une soirée, exécuter un numéro de majorettes de chaque côté de l'écran géant sur lequel l'ex-avocat regarde les matchs de l'Université du Michigan, son équipe de football préférée. Pas de quoi fouetter un chat. Non, mais de quoi tuer un homme, car le soir où Chloé - une habituée des soirées de Mr Paradise - arrive avec son amie Kelly, les choses tournent mal. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, Mr Paradise et l'une des deux filles ont été abattus. Deux balles chacun. Quand l'inspecteur Frank Delsa débarque sur les lieux, il ne croit guère à l'hypothèse d'un cambriolage avorté, que Montez, toujours aussi cool, essaie de lui vendre. Il comprend que les cartes sont brouillées et les dés pipés. Il ne soupçonne pas encore à quel point.
7. La loi de la cité
Elmore Leonard
3.70★ (161)

Parce qu'il se fait une régle de sortir vainqueur de tout défi, Clement tue sauvagement les deux occupants d'une voiture qui entravé la circulation sur l'une des nombreuses autoroutes de Detroit. Parce qu'il est le défenseur de la justice, le sergent Raymond Cruz, de la police judiciaire, se lance à la poursuite du meurtrier. Dans la chasse à l'homme qui s'engage,le serviteur de la loi se transforme en justicier implaccable et le sens du devoir en désir de vengeance. Crime et châtiment à la façon d'Elmore Léonar, qui signe un roman noir magistral récompensé par le grand prix de littérature policière en 1986
8. Il était une ville
Thomas B. Reverdy
3.56★ (780)

Ici, les maisons ne valent plus rien et les gens s'en vont, en les abandonnant purement et simplement ; la ville est en lambeaux. Nous sommes à Detroit en 2008 et une blague circule : que le dernier qui parte éteigne la lumière. On dirait que c'est arrivé. C'est dans cette ville menacée de faillite qu'Eugène, un jeune ingénieur français, débarque pour superviser un projet automobile. C'est dans un de ces quartiers désertés que grandit Charlie, Charlie qui vient, à l'instar de centaines d'enfants, de disparaître. Mais pour aller où, bon Dieu, se demande l'inspecteur Brown chargé de l'enquête. C'est là, aussi, qu'Eugène rencontrera Candice, la serveuse au sourire brillant et rouge. Et que Gloria, la grand-mère de Charlie, déploiera tout ce qui lui reste d'amour pour le retrouver.
9. L'accro
Donald Goines
4.02★ (112)

Terry et Teddy sont deux jeunes des ghettos noirs de Detroit. Teddy connaît Porky, un dealer d'héroïne qui va initier Terry à la drogue. Lentement mais sûrement, elle s'accroche. Elle quitte ses parents, laisse tomber son travail et finit sur le trottoir... L'accro n'est pas un livre de plus sur la drogue écrit par un ancien camé devenu pour l'occasion homme de lettres. Dans le cas de Goines, on se trouve devant l'exemple rarissime d'une double vie : drogué et maquereau le jour, écrivain le soir. Mais face à un livre d'une telle trempe, on ne peut que se dire que Donald Goines est d'abord un écrivain, et quel écrivain !
10. Justice blanche, misère noire
Donald Goines
4.14★ (78)

hester Hines est un Noir de Detroit jadis jugé pour meurtre et acquitté. Au volant de sa vieille Ford déglinguée, il grille un feu et se fait arrêter par la police. Comme il est déjà fiché, l'inspection est minutieuse et un flic découvre un pistolet dans la voiture. Arrêté, Chester est incarcéré en attendant son jugement. Dans sacellule, les détenus noirs font la loi et abusent sexuellement des Blancs, ce qui ne lui plaît guère. Jusqu'au jour où un maton décide d'intervenir et fait sanctionner plusieurs prisonniers sous l'accusation de sodomie. Bientôt jugé et condamné à une lourde peine, Chester n'est pas au boutde son calvaire...Noir de Detroit, proxénète, dealer, trafiquant et consommateur de drogue plusieurs fois emprisonné, Donald Goines a écrit une douzaine de romans au style épuré et d'un indéniable réalisme. Le présent roman, publié en 1973, est une impitoyable description de l'univers carcéral, des brimades sordides enduréespar les détenus les plus faibles et des rapports de domination racistes qui se trouvent inversés en prison. C'est aussi un virulent pamphlet à propos du système de libération sous caution qui bafoue les droits des plus pauvres et singulièrement ceux de la communauté noire.--Claude Mesplède
11. Street Players
Donald Goines
4.42★ (16)

Earl the Black Pearl est un maquereau de Detroit au sommet de sa gloire. Vêtements luxueux et voyants, Cadillac, penthouse, il a réussi et il en est fier. Il rencontre Vickie, une jeune beauté, et la met sur le trottoir. Sa seule erreur est de tomber vraiment amoureux d'elle.
12. Vendeurs de mort
Donald Goines
3.61★ (18)

Le grand Kenyatta continue à faire le ménage dans le ghetto de Detroit. C'est la guerre avec les gros dealers de came. Benson et Ryan, le flic noir et le flic blanc, tentent d'arrêter l'hécatombe mais Kenyatta a réussi à acheter la liste des revendeurs de poudre et Kingfisher est en haut de la liste. Ce sera sanglant...
13. Le dernier coup de Kenyatta
Donald Goines
4.17★ (8)

Après le massacre d'une grande partie de seshommes, à Detroit, Kenyatta a trouvé refuge à Los Angeles et reconstitué son organisation. Il travaille avec Elliot Stone, membre d'un organisme fédéral, qui doit lui fournir des documents sur l'identité du gros bonnet du trafic de drogue dans les écoles et les lycées de Watts. Mais Stone est grièvement blessé par des tueurs et les documents brûlent dans l'incendie deson bureau. Kenyatta décide alors d'infiltrer le réseau. L'opération provoque des règlements de comptes qui attirent logiquement l'attention de Benson et Ryan, les deux flics de Detroit qui ont juré de faire tomber le leader noir. S'inscrivant dans la lutte des Afro-Américains pour le respect de leurs droits civiques et contre la pauvreté pendant les années soixante-dix, Le dernier coup de Kenyatta est un roman brut de décoffrage dans la lignée d'Enfant de putain et de Street Players.
14. Daddy cool
Donald Goines
3.60★ (26)

Plus connu par ses clients sous le nom de Daddy Cool, Larry Jackson est capable d'appuyer sur une gâchette ou de lancer un couteau sans jamais sourciller. Tout ce qui compte pour lui, c'est le fric et sa gamine de fille, Janet. Mais quand Janet tombe aux mains d'un jeune mac beau parleur, Daddy Cool voit rouge, tout rouge...
15. Enfant de putain
Donald Goines
3.77★ (33)

Quand on s'appelle Putasson (Whoreson) et qu'on est né dans le ghetto noir de Detroit, d'une mère prostituée et d'un père inconnu, on est, à la lettre, un « enfant de putain ». Quoi d'étonnant si vos rêves de gosse se cristallisent sur des montres en diamant, des Cadillac longues comme des corbillards, des costumes à 500 dollars et tout ce qui fait la panoplie du maquereau. Enfant de putain est un chapitre de l'histoire de la libre entreprise et du rêve américain, raconté, à leur manière, par les personnages de Donald Goines.
16. Eux
Joyce Carol Oates
3.80★ (487)

Maureen Wendall et son clan : une famille ordinaire éprouvée par trente ans de drames et de combats, dans cette ville de Détroit qui semble faire écho à toutes les crises de l'Amérique, de la grande Dépression aux émeutes raciales de 1967.
17. Middlesex
Jeffrey Eugenides
4.23★ (1942)

Quelle différence y a-t-il entre une jeune paysanne grecque fuyant Smyrne incendiée par les Turcs en 1922, et une lolita américaine qui découvre, à l'âge de quinze ans, qu'elle est aussi un garçon ? Deux générations. C'est en effet ce qui sépare Desdemona et Cal, la grand-mère et la petite-fille. C'est aussi la durée dans laquelle s'inscrit cette extraordinaire saga gréco-américaine. Mi-épopée (à la troisième personne), mi-roman d'apprentissage (à la première), ce livre est un hybride. Tout comme son héros ?héroïne, qui connaît la joie ? et la douleur ? d'appartenir aux deux sexes, avant d'opter définitivement pour celui qui lui convient. Des collines d'Asie Mineure aux villas cossues de Grosse Pointe, du fracas des canonnières dans le Bosphore aux explosions des grenades lacrymogènes dans les rues de Detroit, du ragtime au rock'n'roll, un demi-siècle d'Histoire se déroule sous nos yeux. Pour aboutir à ce conte de fées moderne : la transformation d'une teenager en un personnage mythologique.
18. Détroit
Fabien Fernandez
3.78★ (91)

Malmenée par les rixes des gangsters, les liquidations judiciaires et les combats de chiens, Detroit observe ses habitants parcourir son ossature de métal et de goudron, guette celui qui la sauvera de sa lente décrépitude. Pendant qu?Ethan, jeune journaliste new-yorkais fasciné par cette ville au passé industriel et musical glorieux, explore les quartiers de Motor City jusque dans ses bas-fonds, Tyrell attend fébrilement le moment où, son année de lycée terminée, il pourra enfin prendre son envol. Mais victime d?accès de colère incontrôlés, il peine à éviter les heurts avec les membres des Crips et l?expulsion scolaire. Quand ses recherches mettent Ethan sur la piste d?un détournement de fonds au sein de l?établissement de Tyrell, il soupçonne rapidement que l?affaire est sérieuse? Tous deux vont s?opposer comme ils le peuvent aux gangs qui règnent en maîtres à Motown. Nul ne sera épargné.
19. Les monstres
Lauren Beukes
3.34★ (125)

Même les tueurs ont des rêves. Detroit. Le corps d'un jeune garçon est retrouvé mutilé, la moitié supérieure entremêlée avec celle d'un cerf. L'inspectrice Gaby enquête : qui peut bien être à l'origine de cette sculpture macabre ? Pendant ce temps, sa fille, Layla, qu'elle délaisse trop souvent, se met en tête de débusquer des pervers sur Internet avec sa meilleure amie. Gaby ne se doute pas un instant que Layla est à deux doigts de se retrouver entre les mains du psychopathe, un fou qui se rêve artiste...
20. Apportez-moi la tête de Lennie Jack
Vern E. Smith
3.00★ (6)

Willis McDaniel est un des hommes les plus dangereux de Detroit. Il a le monopole du trafic d'héroïne et les moyens de le conserver. Pour oser s'attaquer à lui, il faut une grande inconscience, un plan minutieusement préparé et des appuis solides. C'est le cas de Lennie Jack, un petit dealer de vingt-six ans, vétéran du Vietnam et bien décidé à prendre la place de McDaniel. Première phase : détourner une importante livraison d'héroïne sans trop de pertes. Deuxième phase : s'emparer du territoire ennemi. C'est là que les choses se compliquent. Poursuivi à la fois par les hommes de McDaniel et par des flics corrompus, Lennie Jack comprend que sa vie ne vaut plus grand-chose. Le massacre commence. C'est en se passionnant pour le marché de l'héroïne que Vern E. Smith a eu l'idée de ce roman, parce qu'il avait " découvert toute une microsociété, à la fois effrayante et fascinante - des vies tout simplement extraordinaires ". Avec leurs vestes en vison blanc, leurs bottines rouges et leurs costumes bleu lavande, les voyous décrits par Smith font penser aux gangsters juifs immortalisés par Isaac Babel.
21. La maison des Turner
Angela Flournoy
3.15★ (231)

Cela fait plus de cinquante ans que la famille Turner habite Yarrow Street, rue paisible d'un quartier pauvre de Detroit. La maison a vu la naissance des treize enfants et d'une foule de petits-enfants, mais aussi la déchéance de la ville et la mort du père. Quand Viola, la matriarche, tombe malade, les enfants Turner reviennent pour décider du sort de la maison qui n'a désormais plus aucune valeur, la crise des subprimes étant passée par là.
22. N'ayez crainte !
Peter Leonard
3.41★ (21)

Détroit. Karen, mannequin d'une trentaine d'années, s'est fait flouer par son ex, Samir, un riche Irakien propriétaire d'épiceries fines - et aussi prêteur sur gages. Elle l'a quitté et il refuse de lui rendre les 300 000 dollars qu'elle lui a confiés.Quand une nuit, deux petites frappes font irruption chez Lou Starr, le nouveau compagnon de Karen - un Grec à moumoute bedonnant -, pour le délester des 9 600 dollars qu'il vient de gagner au casino, Karen a une idée... Elle leur fait miroiter une petite fortune s'ils l'aident à cambrioler la maison de Samir.Pour mener à bien l'opération, elle engage aussi une brute mal dégrossie tout juste sortie de prison. Et, bizarrement, le cambriolage part en vrille. Samir plonge dans le coma, l'un de ses employés est tué. Seul point positif, ils ont récupéré le coffre-fort.Mais quand ils l'ouvrent : il est vide ! Dispute, suspicion, un mort. Karen prend alors la poudre d'escampette. Persuadés qu'ils se sont fait berner, les deux survivants se lancent à sa recherche. Mais ils ne sont pas les seuls à vouloir lui mettre la main dessus. Un neveu de Samir, deux Irakiens et un ancien flic veulent aussi le magot.
23. Detroit, dit-elle
Marianne Rubinstein
3.86★ (18)

L'auteure témoigne de la désindustrialisation de la ville de Détroit, où elle a séjourné. Elle décrit les étapes de son déclin, les délocalisations, la crise des subprimes, l'exode des résidents blancs, le surendettement, etc. Parallèlement à la découverte de cette dévastation urbaine, elle affronte un cancer. Elle interroge les dérèglements du capitalisme comme une maladie en mutation constante.
24. Dope à Détroit
Loren D. Estleman
3.00★ (4)

Quand il neige dans le Michigan,ça dure des mois et des mois.Il n'y a pas que les voitures qui dérapent.Certaines personnes aussi.Des jeunes surtout.Et le seul soleil qu'ils connaissent leur vient de Colombie sous forme de petits sachets.C'est le soleil de la mort.
25. L'Exécuteur, tome 19 : Débâcle à Detroit
Don Pendleton
2.62★ (20)

Lorsque la Mafia avait provoque la mort de la mère, du père et de la s?ur de Mack Bolan, elle ignorait une chose : au Viêt nam, ses copains avaient surnommé Mack Bolan, le tireur d'élite, L?EXÉCUTEUR. La vengeance de Mack Bolan était simple et féroce : TUER.TUER.TUER. Guetteur guetté, se dit-il. Cela ne le gênait pas. Il avait tout fait afin de provoquer cette situation. Elle le réjouissait plutôt. Il se trouvait sur le pont supérieur d'un cabin cruiser qui ondulait doucement sur les vaguelettes du lac Saint-Clair à environ trois cents mètres de la plage, l'?il vissé au puissant télescope de nuit. En face de lui, une poignée de villas riveraines jetait des lueurs dorées qui se réfléchissaient sur la surface du lac. Changeantes étincelles lumineuses qui ajoutaient leur clarté particulière à la pénombre. Une villa surtout l'intéressait. Elle était bien gardée. Les sentinelles l'avaient aperçu dès son approche, s'étaient inquiétés de sa présence depuis son arrêt.
26. L'exécuteur, tome 155 : Big Bang à détroit
Don Pendleton
Quand Mack Bolan arriva sans crier gare à Detroit, il s'aperçut que la mafia l'y avait précédé. L'homme qu'il était venu débusquer pour lui faire cracher ce qu'il savait sur l'Organisation était déjà en train de crever. L'Exécuteur devait pourtant absolument remonter la filière et ce, de toute urgence, s'il voulait éviter que le sang de milliers d'innocents ne coule dans les caniveaux de la ville.
27. Détroit : pas d'accord pour crever : Une révolution urbaine
Dan Georgakas
Detroit, 1968. En dépit des belles intentions de la gauche libérale, les conditions de vie, de travail et d'éducation étaient si rudes pour les noirs que la Ligue des travailleurs noirs révolutionnaires trouva un public tout acquis. La ville s'enlaidissait toujours davantage, au physique comme au moral. Elle détenait le record national de violence. Celle qui s'était autoproclamée «l'arsenal de la démocratie» durant la Seconde Guerre mondiale était surnommée dans les journaux «Murder City, USA». Encore et encore, alors que les politiques libérales échouaient dans les écoles, les usines et la rue, la réalité que les noirs et leurs alliés avaient à affronter, c'étaient les revolvers et les matraques de la police. Créée par des ouvriers noirs de l'industrie automobile, la Ligue des travailleurs noirs révolutionnaires a réuni dans la lutte noirs et blancs, ouvriers et intellectuels, hommes et femmes. Son ancrage à Detroit, incarnation par excellence de la faillite du capitalisme industriel et de l'abandon de toute une population par les élites politiques et économiques, en fait un exemple unique d'expérience de résistance syndicale, politique et culturelle. Pour l'historien Manning Marable, biographe de Malcolm X, plus encore que les organisations de lutte pour les droits civiques ou que le Black Panther Party, la Ligue est «l'expression la plus marquante de la pensée noire d'extrême gauche et de l'activisme des années 1960». Devenu un classique aux Etats-Unis, ce livre est le premier à paraître sur ce sujet en français.
28. Notown
Sophie G. Lucas
4.80★ (8)

Cette ville qui rétrécit et n'a plus assez de force pour entretenir la fiction ou éteindre les incendies c'est Detroit.
30. Détroit
Arthur Hailey
3.61★ (70)

Suggestion de perlaa
31. Là où nous dansions
Judith Perrignon
3.90★ (501)

Detroit, 2013. Ira, flic d’élite, contemple les ruines du Brewster Douglass Project où s’est déroulée son enfance. Tant d’espoirs et de talents avaient germé entre ces murs qu’on démolit. Tout n’est plus que silence sous un ciel où planent les rapaces. Il y a quelques jours, on y a découvert un corps – un de plus. Pour trouver les coupables, on peut traverser la rue ou remonter le cours de l’Histoire. Quand a débuté le démantèlement de la ville, l’abandon de ses habitants ? La prose puissante de Judith Perrignon croise ici les voix, les époques, les regards, l’histoire d’une ville combative, fière et musicale que le racisme et la violence économique ont brisée.
Commenter  J’apprécie          3212

Ils ont apprécié cette liste




{* *}