AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.19 /5 (sur 669 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Swansea , le 25/08/1949
Biographie :

Martin Amis est un romancier britannique.

Il est le fils du romancier et chroniqueur Kingsley Amis (1922-1995). Après une courte période à la Westminster School, il obtient son diplôme de l’Exeter College, à Oxford. Il entre ensuite au "Times Literary Supplement", et à 27 ans il devient critique littéraire au "New Statesman".

Il se fait très tôt connaître grâce au "Dossier Rachel" ("The Rachel Papers", 1973), roman largement autobiographique qui met en scène une jeunesse désemparée et dorée dans le Londres des années 1970, et qui lui vaut, dix-neuf ans après le fameux "Jim-la-chance" ("Lucky Jim", 1954) de son père, le prix Somerset-Maugham 1974.

Suivent plusieurs romans : "Poupées crevées" ("Dead Babies", 1975), "Réussir" ("Success", 1978), "D'autres gens" ("Other People", 1981), "Money, Money" (1984), "London Fields" (1989), "L'Information" (1995), "Night Train" ("Train de nuit", 1997), "Chien jaune" ("Yellow Dog", 2003), "Lionel Asbo, l’état de l’Angleterre" (2012), "La Zone d'intérêt" (2014), une histoire d’amour dans un camp de concentration couronnée, en France, par le prix du meilleur livre étranger 2015.

Une production diversifiée qui emprunte aux formats de la nouvelle, de la saga et du thriller, et qui se double par ailleurs d'une floraison de chroniques publiées en revues (notamment le New Statesman, l'Observer, Vogue, Esquire).

Assimilé au mouvement dit d'Anticipation sociale, le travail de Martin Amis se focalise sur les excès apparents de la société occidentale capitaliste, dont il perçoit et satirise l’absurdité par le grotesque et la caricature. "Le Times" l’a désigné en 2008 comme étant l’un des 50 plus grands écrivains britanniques depuis 1945.

"Le Dossier Rachel" a été adapté au cinéma en 1989 et "London Fields" en 2018, avec Amber Heard, Billy Bob Thornton, Theo James, Jim Sturgess, Johnny Depp.

Martin Amis est rentré en Angleterre en septembre 2006 après avoir passé deux ans et demi en Uruguay avec sa deuxième épouse, l’écrivain Isabel Fonseca (1961), et leurs deux filles.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
SÉDUCTION FATALE (London Fields) Bande Annonce VF (2019)
Podcasts (3) Voir tous

Citations et extraits (112) Voir plus Ajouter une citation
Martin Amis
colimasson   08 juin 2013
Martin Amis
Un roman commence comme un rêve et s'achève comme un combat de boxe. Au départ un frisson : quelque chose vient, que je ne connais pas ; allons voir. A l'arrivée, un soupir exténué : ce n'était que ça.



-Le Point n°2124-
Commenter  J’apprécie          200
Yassleo   20 octobre 2015
La zone d'intérêt de Martin Amis
Lorsque l'avenir se penchera sur les Nationaux-Socialistes, il les trouvera aussi exotiques et improbables que les carnivores de la Préhistoire (ont-ils vraiment pu exister, le vélociraptor, le tyrannosaure?). Ni humains ni mammifères.
Commenter  J’apprécie          170
GabySensei   24 août 2015
La zone d'intérêt de Martin Amis
"Oh, nous remporterons la victoire, Kommandant, déclara-t-il à l'heure du déjeuner, au Mess des officiers. Le soldat allemand n'a que mépris pour les conditions objectives.

- Certes, mais quelles sont-elles ?

- Eh bien, l'ennemi nous surpasse en nombre. Sur le papier. Ach, mais 1 soldat allemand vaut 5 soldats russes. Nous avons le fanatisme et la volonté. Ils ne nous arrivent pas à la cheville en matière d'implacable brutalité.

- En êtes-vous sûr, Prufer ? Une résistance obstinée...

- Ce n'est pas comme en France ou aux Pays-Bas, Sturmbannfuhrer. Des nations civilisées. Le cran et la décence de s'incliner devant une puissance supérieure. Les Russes sont des Tartares et des Mongols. Ils se battent jusqu'à la mort." Prufer se gratta le cuir chevelu. "Ils sortent des égouts la nuit, un couteau entre les dents.

- Des asiatiques. Des bêtes. Alors que nous sommes encore bridés par notre mentalité chrétienne. Qu'est-ce que ça signifie pour la IVe armée, Hauptsturmfuhrer, et pour l'Opération Blue ?

- Avec notre zèle ? La victoire sans l'ombre d'un doute. Elle mettra un peu plus de temps à venir, voilà tout.

- J'entends dire que nous manquons de ravitaillement. La pénurie...

- C'est vrai. Il n'y a presque plus de carburant. Ou de nourriture. Ils mangent les chevaux.

- Et les chats, m'a-t-on rapporté.

- Non, ils ont terminés les chats. Cette situation est temporaire. Tout ce qu'ils ont à faire, c'est reprendre la base aérienne de Gumrak. D'ailleurs les privations ne posent aucun problème aux hommes de la Wehrmacht.

- On raconte aussi que la maladie sévit. Et ils n'ont pas beaucoup de médicaments, j'imagine.

- Il fait -30° mais ils ont des tas de vêtements chauds. Dommage qu'il y ait les poux. Et ils doivent être vigilants. Il y a peu, Irmfried s'est réveillé en pleine nuit : une énorme souris avait rongé ses chaussettes et s'attaquait à ses orteils. Il ne s'en était pas aperçu à cause des engelures. Oh, et les munitions. Ils manquent de munitions.

- Aïe, bon Dieu, comment allons-nous vaincre sans munitions ?

- Pour un soldat allemand, ces difficultés sont immatérielles.

- Ne risquent-ils pas d'être encerclés ?

- Les lignes allemande sont imprenables." Après une pause gênée, prufer déclara : "Cela dit, à la place de Joukov, je foncerais sur les Roumains.

- Ach, Joukov est un moujik. Il est bien trop stupide pour y penser. Il n'arrive pas à la cheville d'un stratège allemand. Dites-moi, comment se porte Paulus ?

- Sa dysenterie ? Il est encore alité, Sturmbannfuhrer. Mais écoutez-moi monsieur. Même s'il était techniquement possible de nous encercler, Joukov est incapable d'arrêter Manstein. Le Generalfeldmarschall Manstein percera ses lignes sans mal. Et ses 6 divisions renverseront la vapeur.

- Comme vous l'avez dit vous-même, euh, Wolfram, la défaite est une impossibilité biologique. Comment pourrions-nous être défaits par ce ramassis de Juifs et de péquenauds ? A d'autres !"



(P240)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
littlecat   24 septembre 2015
La zone d'intérêt de Martin Amis
Un convoi de 1000 ? Voyons, ils n'étaient pas plus de 100 ! Quant à la Selektion : seule une poignée d'entre eux avait plus de 10 ans et moins de 60 ; et même les jeunes adultes étaient déjà, façon de parler, sélectionnés. Tenez, par exemple. Cet homme a la trentaine et un torse de taureau, certes, mais il a aussi un pied bot. Et cette demoiselle, plutôt musclée, est en parfaite santé, assurément, mais elle est enceinte. Tous les autres : minerves et cannes blanches.
Commenter  J’apprécie          130
EffeLou   27 octobre 2014
Chien Jaune de Martin Amis
Mais je vais à Hollywood mais je vais à l'hôpital, mais tu viens en premier mais tu viens en dernier, mais il est grand mais elle est petite, mais vous restez dressés mais vous vous abaissez, mais nous sommes riches mais nous sommes pauvres, mais ils trouvent la paix mais ils trouvent...

Xan Meo alla à Hollywood. Et, quelques minutes plus tard, avec une vitesse urgente, et accompagné de hurlements choriques de souffrance électrifiée, Xan Meo alla à l'hôpital. La faute à la violence masculine.



«Moi je m'en vais, je sors, dit-il à son épouse américaine, Russia.

- Ooh, dit-elle en le prononçant comme le où français.

- Pas longtemps. Je les baignerai. Et je leur lirai aussi quelque chose. Et puis je préparerai le dîner. Et puis je remplirai le lave-vaisselle. Et puis je te ferai un bon massage du dos. D'accord ?

- Et moi, je peux venir ? demanda Russia.

- Je préférerais rester seul.

- Tu veux dire que tu préférerais être seul avec ta copine.»

Xan savait que ce n'était pas là une accusation sérieuse. Mais il se composa un air brimé (un tassement du front) avant de dire, pas pour la première fois, et sincèrement, pour autant qu'il le sache : «Je n'ai pas de secrets pour toi, ma petite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Pavlik   30 avril 2015
Les Monstres d' Einstein de Martin Amis
Parfois quand je songe au danger de New York, je regarde la ville qui s'étale sous mes yeux : on la dirait mi-construite, mi-détruite, la moitié (peut-être la base) de quelque chose de plus grand déchiré en deux, effiloché, vibrant, humide de pluie ou de liquide à souder. Et je me dis alors : vous voulez me faire croire que ça, c'est censé être une communauté ?
Commenter  J’apprécie          130
Renod   07 octobre 2015
La zone d'intérêt de Martin Amis
Il était une fois un roi qui demanda à son magicien préféré de confectionner un miroir magique. Dans ce miroir, on ne voyait pas son reflet. On y voyait son âme : il montrait qui l’on était vraiment.



Le magicien ne pouvait pas le regarder sans détourner les yeux. Le roi ne pouvait pas le regarder. Les courtisans ne pouvaient pas le regarder. On promit une récompense, une malle pleine de joyaux, à tout citoyen de cette paisible contrée qui pourrait le regarder pendant soixante secondes sans détourner les yeux. Pas un seul n’y parvint.



Pour moi, le KZ* est ce miroir. Le KZ* est ce miroir, avec une différence : ici, on ne peut pas détourner les yeux.



(KZ = Konzentrationslager, camp de concentration)
Commenter  J’apprécie          110
Yassleo   20 octobre 2015
La zone d'intérêt de Martin Amis
Pardon, [...] mais impossible n'est pas SS. Ce mot ne figure pas dans notre lexique.
Commenter  J’apprécie          120
leluez   21 octobre 2016
D'autres gens de Martin Amis
Elle apprit vite que les titres étaient souvent trompeurs. Certains livres étaient morts, ils étaient vides, il n’y avait vraiment rien dedans. Mais d’autres étaient vivants : ils s’emparaient de vous, semblaient contenir toutes choses, comme des oracles, des alephs. Et quand elle se commandait de se réveiller tôt, ils étaient encore ouverts sur la table, bien conscients de leur pouvoir, et ils attendaient tranquillement.
Commenter  J’apprécie          100
Martin Amis
Jacopo   10 décembre 2019
Martin Amis
L'intelligence est foncièrement démocratique.
Commenter  J’apprécie          111
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature anglaise : XVIIIème ou XIXème siècle ?

Orgueil et préjugés - Jane Austen

18ème siècle
19ème siècle

20 questions
9 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature anglaise , 19ème siècle , 18ème siecleCréer un quiz sur cet auteur
.. ..