AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.95/5 (sur 569 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 19/03/1937
Biographie :

Michel Winock est un historien français spécialiste de l’histoire de la République française, des mouvements intellectuels, de l'antisémitisme, du nationalisme et des mouvements d'extrême droite en France.

Il a fait ses études secondaires au lycée Lakanal puis il a suivi les cours d'Hypokhâgne par correspondance tout en travaillant d'abord dans la maison d'import-export Compagnie du Niger Français, filiale de Lever, puis comme répétiteur.

Agrégé d'histoire (1961), il obtient son doctorat en Histoire du XXe siècle avec une thèse intitulée "Crises et idées de crise en France (1871-1968)", soutenue à l'Institut d'études politiques en 1987.

Il commence sa carrière de professeur d'histoire-géographie dans l'enseignement secondaire. La création de l'université de Vincennes au lendemain de la réforme Edgar Faure (1968) lui ouvre les portes de l'enseignement supérieur.

Il est élu à Sciences Po Paris où il commence en 1979 sa carrière de maître-assistant puis de professeur (après y avoir été maître de conférence à Paris VIII). Il donne également des cours à l'étranger.

Il est professeur des universités en histoire contemporaine à l'Institut d'études politiques de Paris, où il a enseigné, entre autres, l'histoire des idées politiques.

Parallèlement, Michel Winock mène une carrière dans l'édition : membre de la revue "Esprit" à partir de 1964, il devient conseiller puis directeur littéraire aux Éditions du Seuil. Un an après son départ d'Esprit, il fonde en 1978 la revue "L'Histoire" avec pour ambition de rendre accessible au grand public les meilleurs travaux de la recherche historique.
Il est auteur de plusieurs articles pour des quotidiens ou hebdomadaires. Il a dirigé avec Jacques Julliard le "Dictionnaire des intellectuels français" (1996).

Auteur de nombreux ouvrages, Michel Winock est aujourd'hui l'un des historiens français les plus prolifiques et les plus estimés.
Il est notamment l’auteur du "Siècle des intellectuels" (1997), pour lequel il a reçu le prix Médicis 1997 dans la catégorie essai, des "Voix de la liberté" (2001), salué par l'Académie française, et de "Madame de Staël", prix Goncourt de la biographie 2010.

Entre novembre 2014 et octobre 2015, il copréside avec le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone la Mission sur l'avenir des institutions dite mission Bartolone-Winock, qui dans un rapport fait 17 propositions pour réformer les institutions de la Cinquième République.


+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Michel Winock   (81)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Par Annette WIEVIORKA, directrice de recherche émérite au CNRS Tout historien, et même préhistorien, établit un lien avec "ses" morts dont il tente de restituer l'histoire, de la Lucy d'Yves Coppens aux morts qui sont ses contemporains. L'opération historiographique a souvent été décrite, de Jules Michelet à Michel de Certeau, comme opération de résurrection des morts et oeuvre de sépulture de ces morts qui hantent notre présent. Il y a aussi d'autres morts. Ceux des siens qui sont autant de dibbouk pour l'historien parce qu'ils ont orienté sa vie. Ce sont des morts fauchés avant d'avoir été au bout de leur vie, des morts scandaleuses. "Je suis le fils de la morte". Ce sont les premiers mots de l'essai d'égo-histoire de Pierre Chaunu. Ces morts nourrissent les récits familiaux, devenu un nouveau genre historique, de Jeanne et les siens de Michel Winock (2003)("La mort était chez nous comme chez elle") à mes Tombeaux (2023). Les morts de la Shoah occupent une place tout à la fois semblable et autre. C'est la tentative d'éradiquer un peuple, la disparition du monde yiddish dont ceux qui en furent victimes prirent conscience alors même que le génocide était mis en oeuvre. Ecrits des ghettos, archives des ghettos, rédaction de livres du souvenir, ces mémoriaux juifs de Pologne écrits collectivement pour décrire la vie d'avant, recherche des noms des morts, plaques, murs des noms, bases de données.... Toute une construction mémorielle. Vint ensuite le temps du "je"(qui n'est pas spécifique à cette histoire) , celui des descendants des victimes, deuxième, troisième génération, restituant l'histoire des leurs. Chaque année, plusieurs récits paraissent, oeuvres d'historiens ou d'écrivains, qui usent désormais des mêmes sources, témoignages et archives, causant un trouble dans les genres.

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (140) Voir plus Ajouter une citation
Ce qui nous guette, nous menace et bientôt nous exclura si nous refusons d'y entrer au pas cadencé, c'est "l'Usine universelle, l'Usine intégrale" que l'ingénieur flanqué du banquier ou du commissaire du peuple est en train de construire.
Cette société sans but -- sinon de durer le plus longtemps possible -- aura pour terme " le total asservissement de l'individu, son écrasement".

Bernanos
Commenter  J’apprécie          274
Depuis l’élection présidentielle de 2017, l’opposition, morcelée, incertaine, malmenée par les extrêmes, n’apparaît plus comme une solution de rechange. Il est clair que le néobonapartisme, qu’on a baptisé « monarchie républicaine », a perdu de son charme. Nous ne sommes plus au temps de la guerre d’Algérie. La société française a sensiblement muté. La ­verticalité du pouvoir a été assumée par Emmanuel ­Macron, en 2017 ; il doit en rabattre. Le désir de participation à l’élaboration de la loi se manifeste par l’intermédiaire de maintes associations, par le canal des réseaux sociaux, par les constantes mobilisations. Plus éduqué qu’il y a soixante ans, le peuple veut prendre la parole, et pas seulement glisser un bulletin de vote dans l’urne tous les cinq ans. 
Commenter  J’apprécie          214
Les écrivains du XIXème, eux aussi, "s'engagent"- et c'est tout le propos de notre récit. Ils s'engagent pour ou contre la liberté, pour ou contre la monarchie ou la République, pour ou contre le socialisme. Mais si maints, d'entre eux construisent encore des châteaux en Espagne, la plupart s'assignent le devoir de participer à l'action. Ils briguent des sièges parlementaires, deviennent parfois même ministres, voire chefs de gouvernement. Dans cette société censitaire, et de toute façon élitaire, même après l'instauration du suffrage universel, ils entendent assumer leurs responsabilités et leurs convictions. Aristocrates de naissance ou aristocrates du savoir et du talent, ils estiment que, s'ils pensent et commentent la politique, il leur faut aussi la faire.
Commenter  J’apprécie          180
Le régime bonapartiste reprend le mouvement de la monarchie absolue : guerre aux corps intermédiaires ! plus d'égalité promise et moins de liberté offerte ! centralisation accentuée ! et des fonctionnaires partout, plutôt que des élus !
Commenter  J’apprécie          160
Différentes causes de la montée du nationalisme en 1905 :

La France est menacée de mort, selon Maurras, minée de l'intérieur, à la fois par ses institutions parlementaires, par les boulversements économiques et sociaux, la dégradation de l'ancienne société, la ruine de la famille , la déchristianisation...

De plus on ne doit pas oublier les colères d'une France déçue, celle d'un peuple qui n'a rien reçu de cette République, trop bourgeoise, dans laquelle il avait placé tant d'espérance...
Commenter  J’apprécie          152
Michel Winock
Le désaccord social [à l'époque du front populaire]restait, jusqu'au coeur de la coalition des gauches, un des moteurs principaux de l'histoire politique.
Ce triple clivage - constitutionnel, social et religieux -, ces trois démons de la discordance n'ont cessé de fragiliser la république représentative, favorisant le multipartisme, cassant les majorités, provoquant les colères de la rue. Même les régimes apparemment stable (III°, IV°, V° République) n'ont pas échappé aux crises nées de la défiance vis-à-vis du fonctionnement démocratique.


Article "Gilets jaunes, les racines historiques" dans l'Histoire n°456, février 2019)
Commenter  J’apprécie          140
Michel Winock
A propos des arts et du fascisme :

Le fascisme devient la vérité. Une vérité d’État exclusive, inconciliable. Le contrôle policier des publications, la censure des productions culturelles vont de pair avec la mise en pratique d'une éthique d’État. Le régime dit non seulement le bien et le mal, il dit aussi le beau et le laid. Outre les éléments doctrinaux du nationalisme et du racisme, le fascisme divulgue les canons d'un environnement littéraire et artistique conforme à son idée de renaissance.

Extrait de "Le fascisme en 7 points" dans "L"Histoire n°94 : la révolution fasciste"
Commenter  J’apprécie          140
L’optimisme républicain n’est pas le lot des écrivains « fin de siècle ». Dans l’année précédant la mort de Victor Hugo, un soleil noir se lève sur leurs œuvres. Les perversions sexuelles, le dérèglement des mœurs dans la haute société, la naissance d’une nouvelle Eve, la stérilité de l’Androgyne, toutes les monstruosités se déploient derrière le miroir de la modernité, rejetée, vitupérée, haïe. « Tout décade », tout est bouleversé, et les artistes alimentent leurs créations fuligineuses du Grand Dégoût du siècle. C’est aussi une peur sous-jacente, celle de la multitude, de la « vile multitude », comme disait Adolphe Thiers, par laquelle pourrait bien se préparer, en cette heure crépusculaire, le dernier acte de la Civilisation.
Commenter  J’apprécie          130
Les élections ont prouvé que la poussée nationaliste est beaucoup plus compacte, beaucoup plus dense, beaucoup plus serrée, beaucoup plus carrée qu'on ne s'y attendait. Les querelles individuelles des principaux antisémites et des principaux nationalistes ne peuvent nous masquer le danger antisémite et nationaliste.

Charles Péguy ///// 1902
Commenter  J’apprécie          130
Année 1969
Dimanche 16 novembre
La livraison d'Esprit de novembre présente un remarquable ensemble de textes sur la "contestation en URSS", qui témoignent du beau combat que mène actuellement toute une partie de l’intelligentsia "soviétique". Contre les réalités d'un régime totalitaire en pleine contradiction avec ses principes fondamentaux et constitutionnels, ils font face. Précisément, ce mouvement, clandestin par la force des choses, s'appuie sur une connaissance parfaite de la Constitution soviétique, pour défendre la liberté d'expression et les autres libertés prétendues légales. Une littérature clandestine - les samizdats - se répand : une nouvelle génération , qui n'a pas connu la terreur stalinienne, ose affronter la raison d'Etat. Le procès inique de Siniavski et Daniel, l'intervention des chars soviétiques pour briser le "Printemps de Prague" ont provoqué des critiques, voire des manifestations. Des écrivaines courageux osent affronter leurs juges et leurs procureurs la tête haute. Il faut retenir ces noms : Guinzbourg, Litvinov, Boukovski, Galanskov, Grigorenko, lesquels, parmi d'autres, honorent un esprit de liberté, qu'on désespère si souvent de rencontrer chez les hommes formés par l'URSS. Plus profondément, il se peut que les bases mentales du régime soviétique commencent à s'effondrer : les jeunes gens qui ont forgé leurs premières réflexions au moment de la déstalinisation constituent la première génération du doute.
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Michel Winock (866)Voir plus

Quiz Voir plus

le Roi Arthur de Michael Morpurgo

Pourquoi le jeune garçon se retrouve-t-il piégé au milieu de l'océan?

Il voulait aller pêcher à la crevette
il voulait assister aux grandes marées d'équinoxe de printemps
il voulait accéder au rocher de Great Ganilly pour remporter son pari

20 questions
3726 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}