AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.59 /5 (sur 433 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 19/03/1937
Biographie :

Michel Winock est un historien français spécialiste de l’histoire de la République française, des mouvements intellectuels, de l'antisémitisme, du nationalisme et des mouvements d'extrême droite en France.

Il a fait ses études secondaires au lycée Lakanal puis il a suivi les cours d'Hypokhâgne par correspondance tout en travaillant d'abord dans la maison d'import-export Compagnie du Niger Français, filiale de Lever, puis comme répétiteur.

Agrégé d'histoire (1961), il obtient son doctorat en Histoire du XXe siècle avec une thèse intitulée "Crises et idées de crise en France (1871-1968)", soutenue à l'Institut d'études politiques en 1987.

Il commence sa carrière de professeur d'histoire-géographie dans l'enseignement secondaire. La création de l'université de Vincennes au lendemain de la réforme Edgar Faure (1968) lui ouvre les portes de l'enseignement supérieur.

Il est élu à Sciences Po Paris où il commence en 1979 sa carrière de maître-assistant puis de professeur (après y avoir été maître de conférence à Paris VIII). Il donne également des cours à l'étranger.

Il est professeur des universités en histoire contemporaine à l'Institut d'études politiques de Paris, où il a enseigné, entre autres, l'histoire des idées politiques.

Parallèlement, Michel Winock mène une carrière dans l'édition : membre de la revue "Esprit" à partir de 1964, il devient conseiller puis directeur littéraire aux Éditions du Seuil. Un an après son départ d'Esprit, il fonde en 1978 la revue "L'Histoire" avec pour ambition de rendre accessible au grand public les meilleurs travaux de la recherche historique.
Il est auteur de plusieurs articles pour des quotidiens ou hebdomadaires. Il a dirigé avec Jacques Julliard le "Dictionnaire des intellectuels français" (1996).

Auteur de nombreux ouvrages, Michel Winock est aujourd'hui l'un des historiens français les plus prolifiques et les plus estimés.
Il est notamment l’auteur du "Siècle des intellectuels" (1997), pour lequel il a reçu le prix Médicis 1997 dans la catégorie essai, des "Voix de la liberté" (2001), salué par l'Académie française, et de "Madame de Staël", prix Goncourt de la biographie 2010.

+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
A l'occasion du salon "Rendez-vous de l'histoire" à Blois, rencontre avec Michel Winock autour de son ouvrage "Les figures de proue de la gauche depuis 1789" aux éditions Perrin. Rentrée sciences humaines 2019. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2326535/les-figures-de-proue-de-la-gauche-depuis-1789 Note de musique : © Scott Holmes Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Podcasts (6) Voir tous

Citations et extraits (84) Voir plus Ajouter une citation
Harioutz   10 mai 2018
Mai 68 de Michel Winock
Discours de Charles de Gaulle (Paris, 30 mai 1968)



Françaises, Français,

Étant le détenteur de la légitimité nationale et républicaine, j'ai envisagé depuis vingt-quatre heures toutes les éventualités sans exception qui me permettraient de la maintenir. J'ai pris mes résolutions. Dans les circonstances présentes, je ne me retirerai pas. J'ai un mandat du peuple, je le remplirai. Je ne changerai pas le Premier ministre, dont la valeur, la solidité, la capacité méritent l'hommage de tous.

Il me proposera les changements qui lui paraîtront utiles dans la composition du gouvernement. Je dissous aujourd'hui l'Assemblée nationale.

J'ai proposé au pays un référendum qui donnait aux citoyens l'occasion de prescrire une réforme profonde de notre économie et de notre université et en même temps de dire s'ils me gardaient leur confiance ou non par la seule voix acceptable, celle de la démocratie.

Je constate que la situation actuelle empêche matériellement qu'il y soit procédé. C'est pourquoi j'en diffère la date.

Quant aux élections législatives, elles auront lieu dans les délais prévus par la Constitution à moins qu'on entende bâillonner le peuple français tout entier en l'empêchant de s'exprimer en même temps qu'on l'empêche de vivre, par les mêmes moyens qu'on empêche les étudiants d'étudier, les enseignants d'enseigner, les travailleurs de

travailler.

Ces moyens, ce sont l'intimidation, l'intoxication et la tyrannie exercées par des groupes organisés de longue main en conséquence et par un parti qui est une entreprise totalitaire même s'il a déjà des rivaux à

cet égard.

Si donc cette situation de force se maintient, je devrais pour maintenir la République prendre, conformément à la Constitution, d'autres voies que le scrutin immédiat du pays.

En tout cas, partout et tout de suite, il faut que s'organise l'action civique. Cela doit se faire pour aider le gouvernement d'abord, puis localement les préfets devenus ou redevenus commissaires de la République dans leurs tâches qui consistent à assurer autant que possible l'existence de la population et à empêcher la subversion à tout moment et en tout lieu.

La France, en effet, est menacée de dictature. On veut la contraindre à se résigner à un pouvoir qui s'imposerait dans le désespoir national, lequel pouvoir serait alors évidemment essentiellement celui du vainqueur, c'est-à-dire celui du communisme totalitaire.

Naturellement, on le colorerait pour commencer

d'une apparence trompeuse en utilisant l'ambition et la haine de politiciens au rancart, après quoi ces

personnages ne pèseraient pas plus que leur poids qui ne serait pas lourd.

Et bien, non ! La République n'abdiquera pas, le peuple se ressaisira. Le progrès, l'indépendance et la paix l'emporteront avec la liberté !

Vive la République ! Vive la France !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Michel Winock
Under_the_Moon   01 mai 2019
Michel Winock
Le désaccord social [à l'époque du front populaire]restait, jusqu'au coeur de la coalition des gauches, un des moteurs principaux de l'histoire politique.

Ce triple clivage - constitutionnel, social et religieux -, ces trois démons de la discordance n'ont cessé de fragiliser la république représentative, favorisant le multipartisme, cassant les majorités, provoquant les colères de la rue. Même les régimes apparemment stable (III°, IV°, V° République) n'ont pas échappé aux crises nées de la défiance vis-à-vis du fonctionnement démocratique.





Article "Gilets jaunes, les racines historiques" dans l'Histoire n°456, février 2019)
Commenter  J’apprécie          140
Fortuna   19 juin 2018
Décadence fin de siècle de Michel Winock
L’optimisme républicain n’est pas le lot des écrivains « fin de siècle ». Dans l’année précédant la mort de Victor Hugo, un soleil noir se lève sur leurs œuvres. Les perversions sexuelles, le dérèglement des mœurs dans la haute société, la naissance d’une nouvelle Eve, la stérilité de l’Androgyne, toutes les monstruosités se déploient derrière le miroir de la modernité, rejetée, vitupérée, haïe. « Tout décade », tout est bouleversé, et les artistes alimentent leurs créations fuligineuses du Grand Dégoût du siècle. C’est aussi une peur sous-jacente, celle de la multitude, de la « vile multitude », comme disait Adolphe Thiers, par laquelle pourrait bien se préparer, en cette heure crépusculaire, le dernier acte de la Civilisation.
Commenter  J’apprécie          120
SZRAMOWO   15 février 2016
Journal politique. La République gaullienne, 1958-1981 de Michel Winock
Année 1969

Dimanche 16 novembre

La livraison d'Esprit de novembre présente un remarquable ensemble de textes sur la "contestation en URSS", qui témoignent du beau combat que mène actuellement toute une partie de l’intelligentsia "soviétique". Contre les réalités d'un régime totalitaire en pleine contradiction avec ses principes fondamentaux et constitutionnels, ils font face. Précisément, ce mouvement, clandestin par la force des choses, s'appuie sur une connaissance parfaite de la Constitution soviétique, pour défendre la liberté d'expression et les autres libertés prétendues légales. Une littérature clandestine - les samizdats - se répand : une nouvelle génération , qui n'a pas connu la terreur stalinienne, ose affronter la raison d'Etat. Le procès inique de Siniavski et Daniel, l'intervention des chars soviétiques pour briser le "Printemps de Prague" ont provoqué des critiques, voire des manifestations. Des écrivaines courageux osent affronter leurs juges et leurs procureurs la tête haute. Il faut retenir ces noms : Guinzbourg, Litvinov, Boukovski, Galanskov, Grigorenko, lesquels, parmi d'autres, honorent un esprit de liberté, qu'on désespère si souvent de rencontrer chez les hommes formés par l'URSS. Plus profondément, il se peut que les bases mentales du régime soviétique commencent à s'effondrer : les jeunes gens qui ont forgé leurs premières réflexions au moment de la déstalinisation constituent la première génération du doute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Carosand   02 avril 2012
Madame de Staël de Michel Winock
Mais il y avait dans sa gaieté, un certain charme indéfinissable, une sorte d'enfance et de bonhomie qui captivait le coeur en établissant momentanément entre elle et ceux qui l'écoutaient une intimité complète, et qui suspendait toute réserve, toute défiance, toutes ces restrictions secrètes, barrières invisibles que la nature a mises entre tous les hommes et que l'amitié elle-même ne fait point disparaître tout à fait.
Commenter  J’apprécie          100
Aela   26 juillet 2018
Les années Mitterrand. Journal Politique, 1981-1995 de Michel Winock
La Yougoslavie s'enfonce dans la guerre civile, les Serbes et les Croates s'affrontent dans diverses régions (1991). Or il existe une relation de causalité entre la fin de la guerre froide et l'explosion des nationalismes en Yougoslavie: le bras de fer interminable entre Américains et Soviétiques retenait serrés les maillons de l'immense filet des nationalités, qui manifestent aujourd'hui leur quête de souveraineté.
Commenter  J’apprécie          90
Carosand   04 avril 2012
Madame de Staël de Michel Winock
J'ai écrit pour me retrouver, à travers tant de peines, pour dégager mes facultés de l'esclavage des sentiments, pour m'élever jusqu'à une sorte d'abstraction qui me permit d'observer la douleur en mon âme, d'examiner en mes propres impressions les mouvements de la nature morale, et de généraliser ce que la pensée me donnait d'expérience.
Commenter  J’apprécie          90
Pixie-Flore   03 janvier 2013
La fièvre hexagonale. Les grandes crises politiques, 1871 à 1968 de Michel Winock
L'expérience internationale prouve qu'il n'y a pas de différence de nature entre la démocratie bourgeoise et le fascisme. Ce sont deux formes de la dictature du Capital. Le fascisme naît de la démocratie bourgeoise. Entre le choléra et la peste, on ne choisit pas.
Commenter  J’apprécie          80
Pixie-Flore   08 février 2013
La fièvre hexagonale. Les grandes crises politiques, 1871 à 1968 de Michel Winock
Entre le 17 juin et le 11 juillet, le Maréchal prononce cinq discours qui livrent les idées générales de ce qui va s'appeler l’État français. ''C'est à un redressement intellectuel et moral'', selon l'expression de Renan après la défaite de 1871, que les Français sont conviés. ''L'esprit de jouissance'' avait fait tout le mal; l'heure était à ''l'esprit de sacrifice''.
Commenter  J’apprécie          70
Pixie-Flore   13 octobre 2012
La fièvre hexagonale. Les grandes crises politiques, 1871 à 1968 de Michel Winock
S'il fallait justifier mon choix - l'étude des spasmes, des ruptures, des fractures plutôt que celle des continuités, des structures, des régularités - je dirais que l'étude des divisions passées contribue, mieux que les discours unanimistes, à l'élaboration d'un ''vouloir-vivre-ensemble''.
Commenter  J’apprécie          70
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..