AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.48 /5 (sur 125 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lyon , le 01/12/1978
Biographie :

Enfant, Michèle n’aimait ni les livres, ni l’école jusqu’à ce qu’un ouvrage magique tombe entre ses mains : l’Histoire d’Helen Keller.
Ce récit la bouleverse et la transforme en amoureuse de la lecture. Elle dévore tout, de Molière à Stephen King, en passant par quelques Harlequin.
À partir de ce moment, elle n’a plus qu’une envie : plonger de l’autre côté du décor et devenir autrice. Pendant plusieurs années, elle s’épanouit dans le scrapbooking et acquiert une réputation internationale. Mais c’est avec l’écriture de son premier manuscrit qu’elle se révèle et se sent enfin elle-même !
Avec un style accrocheur et dynamique, elle livre un roman, Mémoire d'ange aux éditions du Gâteau sur la Cerise, où se mêle son goût du fantastique et sa sensibilité, donnant une vraie dimension à ses personnages.
Aujourd’hui autrice pour la jeunesse, au cœur de la Savoie, Michèle n’en a pas moins le goût de la lecture et tient un blog littéraire où elle donne ses coups de coeur : http://www.inmybookworld.com/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Michèle Beck   (16)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
Chrichrilecture   22 novembre 2020
La fille au sac de plumes de Michèle Beck
Il me raconte des anecdotes, des galères qu'il a vécues et la bonté des gens. Leur générosité.

C'est ce qu'il ma frappé tout au long de ces années sur les routes. Peu importe le pays, peu importe la culture;

Je ne peux qu'acquiescer. Je le découvre chaque jour depuis que j'ai commencé mon périple. Depuis deux semaines que je suis sur les routes, comme dit Dias, j'ai reçu plus de marques de générosité qu'au cours de ma vie entière.
Commenter  J’apprécie          100
Chrichrilecture   20 novembre 2020
La fille au sac de plumes de Michèle Beck
A quoi bon vivre une vie, surtout une qu'on n'aime pas, si c'est pour que tout s’arrête du jour au lendemain. Comme pour Tommy, Constance et les jumelles.

Partir, il faut que je parte.

Mon sac est lourd, mais par rapport au poids que je porte sur mon cœur, mon estomac, mes poumons, ma vie partout en moi, il est tellement léger.

Je suis déjà morte.
Commenter  J’apprécie          100
LiliMatoline   15 août 2019
La fille au sac de plumes de Michèle Beck
Chapitre 3 :

Maintenant

«...Trop occupée à vérifier ma liste, je mets du temps à remarquer le silence inhabituel de ma mère.

— J’ai pris ma décision, je lui annonce, redoutant malgré moi ce silence. Je vais à Saint-Jean-de-Luz.

— Pourquoi là-bas ? s’étonne ma mère, qui recouvre immédiatement contenance. Tu n’as pas de voiture, et si tu espères que ton père et moi allons te payer le train…

— Je n’ai pas besoin de vous.

— Qui finance cet appartement ?

Je me précipite dans l’entrée pour chercher les clés et les jette à ma mère.

— Reprends-le ton appart !

Puis je me change pour une tenue sportive : pantalon de course, veste avec bandes fluorescentes, baskets.

— J’irai en marchant, je lui annonce au cas où elle ne l’aurait pas encore compris.

Elle ricane méchamment.

— Tu ne t’entraînes plus depuis des mois, depuis que…

— Tais-toi !

C’est sorti violemment, un cri rageur dont je ne me sentais même pas capable. Mes mains tremblent, j’essaie de les ignorer. Ma mère, c’est plus difficile.

— Non, je ne me tairais pas, j’ai déjà perdu un fils pour un accident stupide ! Qu’est-ce que vous avez dans la tête, bon sang ! Qu’est-ce qui ne va pas chez vous ? On vous a tout donné, et c’est comme ça que vous nous remerciez ?

Ma poitrine me fait souffrir. Je ne veux pas penser à eux, pas maintenant. Comme toujours, ma mère dicte sa loi, y compris pour mes émotions.

— Les accidents stupides, ça arrive tous les jours, dis-je pour essayer de me calmer.

Je parviens à reprendre mon souffle en m’occupant l’esprit et les mains. J’ajoute dans mon sac le peu de nourriture transportable présente dans mes placards. Pas grand-chose, c’est vrai que je ne me suis pas entraînée depuis longtemps et n’ai donc pas eu besoin de refaire mon stock. Tout de même quelques barres protéinées, des pâtes de fruits. Je suis en train de remplir ma gourde d’eau quand ma mère me rejoint dans la cuisine :

— Si tu fais ça, c’est fini. Tu seras morte pour ton père et moi, comme ton frère.

Je passe mon sac sur mes épaules, tout en essayant de retenir les larmes qui me montent aux yeux. Je les ravale et elles tombent dans ma gorge et m’accablent encore un peu plus.

À quoi bon vivre une vie, surtout une qu’on n’aime pas, si c’est pour que tout s’arrête du jour au lendemain. Comme pour Tommy, Constance et les jumelles.

Partir, il faut que je parte.

Mon sac est lourd, mais par rapport au poids que je porte sur mon cœur, mon estomac, mes poumons, ma vie, partout en moi, il est tellement léger.

— Je suis déjà morte.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ReveursEtMangeursDePapier   30 août 2017
Mémoire d'ange, tome 1 de Michèle Beck
Il est fou s'il s'imagine une seule seconde pouvoir lui échapper. Elle n'a rien d'autre à faire qu'à lui sourire, et son cœur s'emballe. Est-ce que ce sont ses sentiments qu'il sent se réveiller au fond de lui, ou bien le démon qui s'empare de son âme?
Commenter  J’apprécie          30
Marlene_lmedml   19 octobre 2019
La fille au sac de plumes de Michèle Beck
— Si tu fais ça, c’est fini. Tu seras morte pour ton père et moi, comme ton frère.



Je passe mon sac sur mes épaules, tout en essayant de retenir les larmes qui me montent aux yeux. Je les ravale et elles tombent dans ma gorge et m’accablent encore un peu plus.



À quoi bon vivre une vie, surtout une qu’on n’aime pas, si c’est pour que tout s’arrête du jour au lendemain. Comme pour Tommy, Constance et les jumelles.



Partir, il faut que je parte.



Mon sac est lourd, mais par rapport au poids que je porte sur mon cœur, mon estomac, mes poumons, ma vie, partout en moi, il est tellement léger.



— Je suis déjà morte.
Commenter  J’apprécie          20
LiliMatoline   15 août 2019
La fille au sac de plumes de Michèle Beck
Chapitre 1 :

Maintenant

« J’émerge difficilement, la voix de ma meilleure amie encore présente dans la tête.

« À la fin, c’est toujours l’amour qui gagne. »

Combien de fois a-t-elle prononcé cette phrase ? Difficile à dire, elle me la sortait à tout bout de champ. Constance était une grande rêveuse. Elle avait foi en tout : en son mari, en ses parents, en l’humanité, et même dans sa bonne étoile. Cette stupide étoile. Elle avait foi en moi aussi.

Une nausée familière prend forme dans le creux de mon estomac. J’ai juste le temps de me précipiter dans la salle de bain pour vomir. Le reflet que me lance le miroir est violent. Effrayant. Je ne reconnais plus ces longs cheveux châtain terne ni ces yeux marron sans éclat. Sans vie. Je ne reconnais plus cette femme.

Je n’ai pas dû boire assez hier soir pour m’assommer. J’ai encore rêvé d’elles.

Constance. Diana. Ella. La douce Ella qui demandait toujours à sa mère d’acheter de la chantilly pour sa tata.

La bile remonte dans ma gorge et se déverse dans le lavabo, laissant une brûlure sur son passage.

Je m’affale sur le carrelage frais de la salle de bain et me roule en boule en espérant que la douleur finisse par disparaître. Mais je sais qu’elle ne s’en ira pas. Jamais …»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
limaginarium   13 avril 2018
Mémoire d'ange, tome 1 de Michèle Beck
- Les mâchoires d’un alligator sont faites pour broyer les os, et celles de Manea n’avaient gouté qu’au moelleux des marshmallows. Je suis finalement parvenue à remplacer cette addiction par une autre, bien plus pratique.



- Man-eater, prononce Matthew d’un air horrifié. Le mangeur d’homme.



Sabine sourit, dévoilant ses dents blanches, excepté une qui est noire.



- Garde tes jugements pour toi.



- Ce sont des meurtres, dit Matthew.



- Non, je me débarrasse des déchets et de façon écologique.
Commenter  J’apprécie          10
LiliMatoline   03 juin 2019
Full contact : Sauvage comme un boxeur, tendre comme un homme de Michèle Beck
Prologue :

… quoi qui l’arrive ?

Kara

«…Tandis que je la lis en retenant mes larmes, recroquevillée au fond du canapé, un coussin serré contre moi, je comprends enfin la nature de ce sentiment qui est né en moi, provoquant une peur plus grande que celle que mon frère m’inspire.

J’ai supporté ses reproches, ses coups quand je désobéissais − puisque je les méritais, comme il me le répétait. Je pensais qu’avec le temps ça finirait par lui passer et qu’il serait plus indulgent avec moi. Jusqu’où peut-on aller par amour, même si c’est pour protéger ceux que nous aimons ?

J’ai la réponse sur ce bout de papier. Elle est si loin, pourtant elle continue de veiller sur moi.

Il ne me laissera jamais vivre ma vie, il me tiendra enfermée jusqu’à ce que je meure ou qu’il me brise complètement. Ces règles n’ont pas été là pour me mettre à l’abri, mais pour le protéger, lui, et me garder sous sa coupe.

J’essuie les larmes qui ont finalement coulé, et prends une grande inspiration. Dans mon estomac, des bulles apparaissent et explosent pour se disperser dans tout mon corps, lui insufflant une force nouvelle.

Je vais me souvenir de ces règles, quoi qu’il arrive, et grâce à elles, je serai enfin libre.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ReveursEtMangeursDePapier   30 août 2017
Mémoire d'ange, tome 1 de Michèle Beck
Je me retrouve nez à nez avec la bête. Je tombe en arrière, plaquée au sol par la peur. Elle avance son museau ravagé vers moi, tandis que je recule en me traînant par terre. Un long filet de bave rouge coule de sa gueule envahie par les vers. Ses muscles tressautent, elle saigne abondamment. Je pointe le canon droit devant moi et tire en fermant les yeux. Plusieurs fois. Jusqu'à ce que le chargeur se vide...
Commenter  J’apprécie          10
matchoumaya   29 août 2021
Full contact de Michèle Beck
Ma mère me l'avait fait comprendre dès le début : tu es assez stupide pour écarter les cuisses et te retrouver enchaînée à vie avec un enfant, alors tu assumeras jusqu'au bout.



Je l'ai prise au mot, et je n'ai jamais compté sur elle, que ce soit pour le garder ou pour les frais que ça demande d'élever un enfant. J'ai même accouché seule.
Commenter  J’apprécie          10

Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura