AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.77 /5 (sur 47 notes)

Nationalité : Roumanie
Né(e) à : Brăila , le 18/10/1907
Mort(e) à : Bucarest , le 29/05/1945
Biographie :

Mihail Sebastian (de son nom patronymique Iosif Hechter) était un écrivain, dramaturge et essayiste roumain d'origine juive.

Après avoir terminé ses études secondaires, Sebastian fit des études de droit, mais fut vite attiré par la vie littéraire intense de la Roumanie. Son roman De două mii de ani ((fr)Depuis deux mille ans), publié en 1934 décrit le dilemme et les crises d'identité d'un jeune juif qui ne cesse de vouloir se comprendre en tant que juif aussi bien que roumain.

Il s'est aussi fait un nom comme essayiste et comme critique littéraire et théâtral. Il a écrit de nombreux articles sur des classiques européens modernes comme Stendhal, Proust, Gide, Joyce, mais également sur des auteurs roumains comme Mircea Eliade, Camil Petrescu, Max Blecher. En 1939, il a publié une monographie sur les échanges épistolaires de Proust qui devait être suivie d'autres livres sur l'auteur français.

L'écrivain a évoqué les événements sociaux et politiques dans son journal intime ; il y relate aussi l'antisémitisme de l'État roumain dans les années 1938-1945, qui a culminé avec l'assassinat d'au moins 200 000 juifs en 1941-1942 sous le gouvernement de Ion Antonescu. Ce journal est un témoignage qui peut être comparé à ceux de Victor Klemperer ou d'Anne Frank.

Sebastian a appartenu à la Jeune Génération roumaine, un groupe d'intellectuels rassemblés autour du philosophe Nae Ionescu et du cercle Criterion. A ce groupe ont appartenu notamment Mircea Eliade, Emil Cioran et Constantin Noica.

Sebastian, qui avait échappé à la déportation, est mort peu après la fin de la guerre d'un stupide accident automobile, renversé par un camion à Bucarest.

Sa nièce, Michèle Hechter est écrivain et traductrice française, auteur d'un ouvrage autobiographique intitulé M. et M. publié en 2000 qui se réfère à son oncle écrivain.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Mihail Sebastian   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Mihail Sebastian, Journal


Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
Tandarica   14 avril 2020
Depuis deux mille ans de Mihail Sebastian
Nous mourons si mal, nous autres ! Les siècles de mort que nous avons traversés ne nous ont même pas appris si peu de chose. Nous vivons mal, mais nous mourons encore plus mal, dans le désespoir, dans la bataille. Nous manquons notre dernière chance de paix, notre unique chance de salut. Triste mort juive de gens qui, n’ayant pas vécu parmi les arbres et les bêtes, n’ont pas pu apprendre la beauté de l’indifférence dans la mort, sa dignité végétale.
Commenter  J’apprécie          151
5Arabella   04 mars 2021
La ville aux acacias de Mihail Sebastian
Si, de retour à D..., Gélou l'avait saluée d'un air indifférent, s'il avait refusé de la voir et n'avait pas voulu l'embrasser, elle n'aurait rien trouvé à lui reprocher car elle n'avait jamais cru un seul instant que son amour de l'été avait pu être autre chose qu'une brève folie à laquelle elle se pliait comme on se plie au vent dont on sait qu'il passera.
Commenter  J’apprécie          140
Tandarica   08 février 2015
Journal 1935-1944 de Mihail Sebastian
Ce qui me réjouit et m’émeut chez lui, ce sont sa jeunesse, son humour, son exubérance, aux ressources encore intactes. Avec quelle foi, avec quelle application il me jouait à l’accordéon toutes sortes de tangos et de fox-trot ! Y a-t-il un effort pour retrouver une joie en vérité irrémédiablement perdue ? Il m’a raconté ses jeux de cet été, avec Geo Bogza, qui était venu le voir. Ils jouaient au bateau. Blecher donnait le signal du départ et Bogza remorquait son lit. Ils avaient placardé un avis sur le mur : “Il est interdit de monter au mât et de cracher d’en haut dans la salle des machines.” Il m’a montré un album de photos. J’ai eu du mal à me retenir de pleurer devant une photo de lui à dix-sept ans – un admirable visage d’adolescent.

– J’étais beau gosse, hein ?

Je suis reparti vers quatre heures. Mais pourquoi n’ai-je pas osé l’embrasser, lui parler davantage, faire un geste fraternel, lui montrer d’une façon ou d’une autre qu’il n’est pas seul, qu’il n’est pas totalement et désespérément seul ?

Pourtant, seul, il l’est.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Tandarica   14 avril 2020
Journal 1935-1944 de Mihail Sebastian
Ce matin, parlant aux élèves de littérature – et de surcroît de littérature roumaine ! – j’ai ressenti encore une fois, mais d’une façon plus aiguë, plus douloureuse que jamais, toute l’inutilité, tout l’absurdité qu’il y avait à nous raccrocher à des choses qui n’ont plus pour nous ni sens ni réalité. J’ai fait passer à mes élèves de 4e une interrogation sur le sămănătorism. En les regardant écrire – penchés sur leurs cahiers, si sérieux ! – j’ai été pris d’une pitié fraternelle à leur égard, pour leur travail, pour leur temps perdu, pour leur jeunesse chaque jour mise à l’épreuve. Il y avait parmi eux tant de garçons dont les parents se sont retrouvés ruinés du jour au lendemain, jetés à la rue, par un simple décret – et eux ils planchaient sur des «problèmes de littérature roumaine ». Grotesque !
Commenter  J’apprécie          122
nath45   05 janvier 2019
Depuis deux mille ans de Mihail Sebastian
Prenez une par une nos institutions, nos idées, nos coutumes, nos marques d’intelligence ou de bêtise, prenez-les une par une et tapez du doigt dessus. Vous constaterez qu’elles sonnent creux. Pourquoi ? Je l’ignore. Par abus d’intelligence peut-être. Je ne plaisante pas. On nous a créé une culture et une civilisation fondées sur l’intelligence en tant que valeur première, ce qui constitue un luxe et’ surtout une audace exagérée. Entre nous et la vie nous avons cru que nous décidions. Tragique orgueil.
Commenter  J’apprécie          110
Tandarica   08 mars 2015
Promenades parisiennes et autres textes de Mihail Sebastian
Un certain après-midi du printemps 1930, à une heure où le soleil m’expulsait de la Bibliothèque nationale (dans le jour filtré, mon pupitre ressemblait à s’y méprendre à une cellule), je me retrouvai dans la rue en train de suivre, par inertie et par distraction, un convoi funèbre. [...] L’homme dont je suivais le cercueil et s’était ouvert les veines et avait écrit avec son sang, sur les murs de sa maison, le nom de la femme aimée. Ensuite, la mort tardant, il s’était pendu. Les journaux en avaient parlé et maintenant, autour de moi, on commentait. [...] J’ignorais tout de la vie de l’homme qu’on enterrait. Je le sentis cependant plus proche, j’imaginai son enfance dans une bourgade juive, je méditai sur son destin d’errant jamais sorti du ghetto, puisque les paroles de Cholem Asch l’y replongeaient à l’ultime minute, là, dans un cimetière parisien. Voilà donc ce qui me lança sur les traces de Pascin.
Commenter  J’apprécie          100
Tandarica   22 juillet 2015
L'Accident de Mihail Sebastian
Au-dessus des Bucegi enneigés, la lune était d'abord d'un jaune invraisemblable, chaud et violent, un jaune qui détonnait dans le crépuscule d'hiver. Plus tard, lorsqu'elle prenait sa clarté spectrale, les vallées devenaient bleues, lacs limpides pétrifiés sous les étoiles.

(page 283)
Commenter  J’apprécie          110
Zazette97   02 juillet 2010
Femmes : Suivi de Fragments d'un carnet retrouvé de Mihail Sebastian
Faire durer! Voyez-vous, cela a dû être dans mes rapports avec Andrei, mais également avec tout le monde et avec la vie-même, mon erreur la plus grave. Faire durer ! Je suis prise d'effroi à l'idée que quelque chose peut être anéanti, qu'un objet, un être humain, un sentiment ou juste une habitude peut disparaître du jour au lendemain; je ne suis obsédée, dans le passage des choses, que par leur éternité possible, par le signe qui pourrait les arrêter, les faire demeurer.

Ce qu'il y avait de déchirant pour moi dans la présence d'Andrei, c'était son air incessant de provisoire, son air de type entré par hasard dans une maison, le chapeau sur l'oreille, sans savoir s'il allait repartir, s'il allait revenir, s'il allait rester. J'étais parfois tentée, de manière puérile, de lui poser la main sur l'épaule et de lui demander le plus sérieusement du monde :



- Tu es là?



N'allez pas croire que mon désir de permanence était tyrannique ou même exigeant.

Je savais bien qu'Andrei devait remuer, trahir et - comment vous l'expliquer? - je pense que c'est précisément pour cela que je l'aimais, car il était du côté du vent et du grand large, tandis que j'étais du côté de l'attente et de l'éternité. p.130
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Tandarica   17 octobre 2015
Depuis deux mille ans de Mihail Sebastian
Je réduisais tout au drame d'être juif, ce qui est peut-être toujours une réalité, mais pas primordiale au point d'annuler ou même d'occulter les tragédies et les comédies strictement personnelles. Je crois que j'étais à deux pas du fanatisme.
Commenter  J’apprécie          100
Tandarica   10 mars 2015
Théâtre : Jouons aux vacances ; L'Etoile sans nom ; Edition spéciale ; L'Ile de Mihail Sebastian
C’est un livre… comment dire ? Pas ordinaire, un livre rare. Je l’ai commandé il y a déjà pas mal de temps à l’étranger… Cet hiver. Mais je craignais qu’il ne soit introuvable. Et puis, hier, le libraire m’a annoncé qu’il venait de le recevoir…
Commenter  J’apprécie          80

CONVERSATIONS et QUESTIONS sur Mihail Sebastian Voir plus
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Premier quizz sur Lady Hélène le club des mauvais jours

Chez qu Helen vit-elle?

Chez ses parents
Chez son oncle et sa tante
Chez ses grands-parents
Elle vit seule

10 questions
36 lecteurs ont répondu
Thème : Lady Helen, tome 1 : Le Club des Mauvais Jours de Alison GoodmanCréer un quiz sur cet auteur

.. ..