AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.93 /5 (sur 80 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Sierre (Suisse) , 1943
Biographie :

Myriam Anissimov est née en 1943 dans un camp de réfugiés à Sierre, en Suisse, où ses parents, tous deux originaires de Pologne, se sont réfugiés lors des grandes rafles de Juifs en France, au mois de novembre 1942.
À la Libération, ils retournent à Lyon, où son père, écrivain autodidacte de langue yiddish, s'installe comme artisan tailleur.
Myriam Anissimov passe son baccalauréat de philosophie, étudie la photographie aux Établissements Louis Lumière, et fait ses débuts au théâtre avec Marcel Maréchal, qui vient de fonder le Théâtre du Cothurne.
En 1966, elle arrive à Paris, où elle devient comédienne et travaille notamment avec Philippe Adrien, Robert Wilson, Coluche.
En 1969, la romancière Albertine Sarrazin lui confie les poèmes de jeunesse qu'elle a écrits en prison. Elle enregistre ces poèmes mis en musique chez Polydor, et obtient le Grand Prix du disque de l'Académie Charles Cros. L'année suivante, elle enregistre un nouveau disque avec un texte de Patrick Modiano. Myriam Anissimov publie son premier roman "Comment va Rachel ?" en 1973. Sept romans suivront.
Parallèlement à sa carrière d'écrivain, Myriam Anissimov exerce la profession de journaliste. Elle a donné de grands reportages au magazine "Géo". Elle a été pendant onze ans grand reporter au "Monde de la Musique".
Elle a participé à la création du journal "Actuel". Elle a collaboré à la rubrique littéraire du "Matin", de "Libération", de "F. Magazine", de "Elle", du "Nouvel Observateur". Elle est critique littéraire à "L'Arche" et à l'hebdomadaire "Les Inrockuptibles". Elle est correspondante à Paris du "Giornale della Musica".
Myriam Anissimov a collaboré à la Fondation des survivants de la Shoah de Steven Spielberg en tant qu'"intervieweuse". Elle a été invitée en 1992 par la Maison française de l'université de Columbia pour donner une conférence sur son oeuvre ; ayant publié en 1996 une biographie de Primo Levi, elle a donné un cours sur cet écrivain, en 1997, à l'Institut Yad Vashem (Jérusalem). Plusieurs communications sur ses livres ont été publiées en anglais par Ellen Fine, professeur à New York City College, et par l'université de Floride.
Myriam Anissimov a reçu quatre bourses du Centre national des lettres, qui lui a accordé une année sabbatique en 1995.
Elle a reçu le Prix de la Fondation Anaïs Segalas de l'Académie française. Elle a été nommée chevalier dans l'ordre des Arts et Lettres par le ministère de la Culture en 1992. M.A.

+ Voir plus
Source : http://auteurs.arald.org
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rencontre le 19 décembre 2012 à l'Institut français de Tel Aviv avec Myriam Anissimov , romancière, journaliste et biographe autour de son dernier opus Vassili Grossman, un écrivain de combat (Seuil, 2012). NB désolé pour le son.

Podcast (1)


Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   02 avril 2014
Romain Gary, le caméléon de Myriam Anissimov
Ne dis pas forcément les choses comme elles se sont passées, mais transforme-les en légendes, et trouve le ton de voix qu'il faut pour les raconter.



Romain GARY, La nuit sera calme - cité en première partie
Commenter  J’apprécie          264
Piatka   15 avril 2014
Romain Gary, le caméléon de Myriam Anissimov
Je dis simplement qu'il faut donner une chance à la féminité, ce qui n'a jamais été tenté depuis que l'homme est sur cette terre.



De La nuit sera calme
Commenter  J’apprécie          262
Piatka   07 avril 2014
Romain Gary, le caméléon de Myriam Anissimov
Il avait des manières empreintes d'une certaine brusquerie dont le seul but était d'occulter son extrême vulnérabilité, sa fragilité et surtout sa profonde bonté. Gary revendiquait pour l'homme une appréhension du monde que l'on qualifie habituellement de féminine. La part de féminité était à ses yeux la meilleure ; elle ne devait pas seulement être préservée, mais cultivée comme un des seuls moyens de sauver la civilisation menacée par la brutalité virile.
Commenter  J’apprécie          230
blanchenoir   03 mai 2014
Primo Levi ou la Tragédie d'un optimiste de Myriam Anissimov
Elie Wiesel se souvenant de sa première nuit à Auschwitz écrit dans La Nuit :



"Jamais je n'oublierai cette nuit, la première nuit de camp qui a fait de ma vie une nuit longue et sept fois verrouillée. Jamais je n'oublierai ces flammes qui consumèrent pour toujours ma foi. Jamais je n'oublierai ce silence nocturne qui m'a privé pour l'éternité du désir de vivre. Jamais je n'oublierai ces instants qui assassinèrent mon Dieu et mon âme, et mes rêves qui prirent le visage du désert. Jamais je n'oublierai cela, même si j'étais condamné à vivre aussi longtemps que Dieu lui-même. Jamais."
Commenter  J’apprécie          211
Piatka   13 avril 2014
Romain Gary, le caméléon de Myriam Anissimov
La vérité est que j'ai été très profondément atteint par la plus vieille tentation protéene de l'homme : celle de la multiplicité. Une fringale de vie, sous toutes ses formes et dans toutes ses possibilités que chaque saveur goûtée ne faisait que creuser davantage. Mes pulsions, toujours simultanées et contradictoires, m'ont poussé sans cesse dans tous les sens, et je ne m'en suis tiré, je crois, du point de vue de l'équilibre psychique, que grâce à la sexualité et au roman, prodigieux moyen d'incarnations nouvelles. Je me suis toujours été un autre.



Dans Vie et mort d'Emile Ajar, rédigé quelques mois avant sa mort, au mois de mars 1979
Commenter  J’apprécie          200
Piatka   09 avril 2014
Romain Gary, le caméléon de Myriam Anissimov
Je me suis aperçu en traduisant en français les trois romans que j'ai écrits en anglais que je suis forcé de les changer, de leur donner une autre dimension. Lady L était en anglais un roman léger, un roman d'aventures, avec sans doute une dimension psychique plus profonde, mais latente. J'ai été forcé en français de rendre cette dimension plus explicite, de sortir de la brume anglaise, de définir, creuser, " psychologiser ". La version française de chacun de mes romans anglais est au fond un autre roman. J'ai avec la langue française un rapport tout à fait libre et j'ai souvent voulu la bousculer, lui faire prendre des tournures sciemment adoptées du russe ou du polonais, ou de l'anglais. Mais chaque fois quelque cuistre pédant de critique me reprochait de ne pas savoir le français, alors j'y ai renoncé, un peu par fatigue.



Livres de France mars 1967
Commenter  J’apprécie          190
blanchenoir   01 mai 2014
Primo Levi ou la Tragédie d'un optimiste de Myriam Anissimov
Cet homme doux, raisonnable et discret, jouissant d'une grande notoriété internationale, choisi une mort violente et théâtrale. Il avait cependant écrit : "Le suicide est un acte médité, un choix non instinctif."
Commenter  J’apprécie          150
Piatka   12 avril 2014
Romain Gary, le caméléon de Myriam Anissimov
La provocation est ma forme de légitime défense préférée.



Romain Gary - Chien blanc
Commenter  J’apprécie          121
blanchenoir   03 mai 2014
Primo Levi ou la Tragédie d'un optimiste de Myriam Anissimov
Bien des Juifs ont conservé la foi à Auschwitz, et pas seulement ceux dont la vie a été épargnée. Ils vivaient l'extermination de leur peuple, et cependant, croyaient, priaient jusqu'à l'instant de leur mort, et parfois jeûnaient, comme Ezra, le jour de Yom Kippour. Levi n'était pas révolté par le fait qu'on pût encore croire en Dieu à Auschwitz, mais qu'on pût le remercier d'avoir été épargné, quand à des millions de femmes, d'hommes et d'enfants étaient infligée une mort atroce.
Commenter  J’apprécie          40
jeje_gandhi   23 septembre 2015
Romain Gary de Myriam Anissimov
Pendant l’été 1971, Gary commença à Majorque Europa, un roman ambitieux qui allait lui tenir le plus à cœur. Son origine était l’amour qu’il avait voué à Ilona, qui vivait depuis la fin de la guerre dans un hôpital psychiatrique près d’Anvers…

Les personnages de cette intrigue compliquée sont déplacés sur un échiquier par une main mystérieuse, tandis que l’action se noue dans un palais à Rome. Amer et désespéré, Gary constate que l’Europe, avec ses deux mille ans de culture, a produit Auschwitz : « En effet, s’il veut dire quelque chose, le mot "culture" signifie – ou devrait signifier – un mode de comportement individuel et collectif, une force éthique agissante, à même de pénétrer l’ensemble des rapports humains et des manières de voir. Or, l’histoire de l’Europe prouve que rien de ce genre ne s’est jamais produit, ni n’est susceptible de se produire dans un avenir prévisible. À cet égard, notre héritage spirituel a systématiquement échoué, et souvent de manière monstrueuse. Pour le seul XXème siècle : les holocaustes de la Première et de la Seconde Guerre mondiale ; l’Allemagne hitlérienne ; la France de Vichy qui, en 1942 aura pourvu en Juifs les camps d’extermination nazis, les millions de victimes des purges staliniennes ; Prague plongée dans les ténèbres, l’impitoyable indifférence des dirigeants soviétiques à l’égard des Droits de l’Homme ; ou bien encore –à titre de souvenir personnel- les crânes rasés des femmes qui avaient "collaboré sexuellement" avec les soldats allemands et qu'on avait fait défiler toutes nues dans les rues de France après la libération.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-49618

La femelle du canard?

cane
canne

10 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : facilité , animaux , michael jackson , roman , écoleCréer un quiz sur cet auteur

.. ..