AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709612968
Éditeur : J.-C. Lattès (28/02/1998)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 15 notes)
Résumé :
"Le besoin de manger et celui de raconter se situaient sur le même plan de primordiale nécessité. J'ai porté à l'intérieur de moi cette impulsion violente, et j'ai écrit tout de suite, dès mon retour. Tout ce que j'avais vu et entendu, il me fallait m'en libérer. De plus, sur le plan moral, civil et politique, raconter, témoigner était un devoir."

Primo Levi définissait ainsi sa mission de survivant.

Cette première biographie, nourrie d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
blanchenoir
  16 mai 2014
Une belle et importante biographie sur Primo Levi de Myriam Anissimov, née en Suisse dans un camp de réfugiés.
Anissimov suit un ordre chronologique et cherche à appréhender en profondeur ce qu'il en a été de la vie de Primo Levi et de sa mort. Des éclairages sont ici essentiels : témoignages de ses proches, les mots de Levi lui-même, la mise en avant de ce qui le porte (la nécessité de raconter, l'Ecriture...)...
De l'enfance Juive sous le fascisme jusqu'au dernier chapitre intitulé le Désespoir, l'auteur met précisément en lumière le parcours d'un optimiste qui connaît finalement la détresse, jusqu'au suicide. C'est sur ce point que je vais m'attarder.
Car le suicide ne serait donc pas l'apanage des pessimistes ?
La figure emblématique de Primo Levi nous montre en effet, que malgré la connaissance intime du "mal" provoqué par l'homme, il est possible de rester attaché à une idée positive de l'homme. Auschwitz n'est pas la défiguration de l'homme. "Si c'est un homme" nous le montre bien : au coeur du "mal radical", le détenu peut sentir des pépites d'humanité qui le feront tenir debout. L'humanisme de Primo Levi est essentiel, sa sensibilité profonde...
Néanmoins, à côté de cet optimisme, la tragédie s'insinue et le désespoir s'installe... Progresse... Agresse...
Le négationnisme fait son apparition.
Témoigner n'est malheureusement pas suffisant pour évacuer ce que "l'homme fait à l'homme"...
Alors, le 11 AVRIL 1987, Primo Levi se donne violemment la mort.
Myriam Anissimov relève justement, à la fin de sa biographie (avant les annexes 1 et 2), "Les vers que Primo Levi se récitait souvent à lui-même (qui) avaient pour titre L'enterrement des morts. " :
"Avril est le plus cruel des mois, il engendre
Des lilas qui jaillissent de la terre morte, il mêle
Souvenance et désir, il réveille
Par ses pluies de printemps les racines inertes.
...
Quelles racines s'agrippent, quelles branches croissent
Parmi les rocailleux débris ? O fils de l'homme,
Tu ne peux le dire ni le deviner, ne connaissant
Qu'un amas d'images brisées sur lesquelles frappe le soleil :
L'arbre mort n'offre aucun abri, la sauterelle aucun répit,
La roche sèche aucun bruit d'eau, point d'ombre
Si ce n'est là, dessous ce rocher rouge
(Viens t'abriter à l'ombre de ce rocher rouge)
Et je te montrerai quelque chose qui n'est
Ni ton ombre au matin marchant derrière toi,
Ni ton ombre le soir surgie à ta rencontre ;
Je te montrerai ton effroi dans une poignée de poussière."
T.S. Elliot : Poésie.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4212
DamienR
  28 février 2012
C'était la première biographie de Primo Lévi. Celle publiée en octobre 2009 par Ernesto Ferrero est plus un essai sur le travail littéraire de l'écrivain. En tout cas, c'est un bon complément de la lecture des grandes oeuvres de Primo Lévi, un aperçu d'ensemble en parallèle de sa vie quotidienne. C'est finalement après les années 50 qu'on en apprend le plus et cela permet de comprendre un certain nombre de ses prises de position. Et enfin si elle ne prétend pas expliquer son suicide en 1987, elle donne au moins des pistes sur sa longue dépression, son environnement familial difficile et peut-être sur des "cas de conscience" conséquents à sa réflexion sur son retour des camps (pour cela il faut lire "Les Naufragés et les rescapés")
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
blanchenoirblanchenoir   03 mai 2014
Elie Wiesel se souvenant de sa première nuit à Auschwitz écrit dans La Nuit :

"Jamais je n'oublierai cette nuit, la première nuit de camp qui a fait de ma vie une nuit longue et sept fois verrouillée. Jamais je n'oublierai ces flammes qui consumèrent pour toujours ma foi. Jamais je n'oublierai ce silence nocturne qui m'a privé pour l'éternité du désir de vivre. Jamais je n'oublierai ces instants qui assassinèrent mon Dieu et mon âme, et mes rêves qui prirent le visage du désert. Jamais je n'oublierai cela, même si j'étais condamné à vivre aussi longtemps que Dieu lui-même. Jamais."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
blanchenoirblanchenoir   01 mai 2014
Cet homme doux, raisonnable et discret, jouissant d'une grande notoriété internationale, choisi une mort violente et théâtrale. Il avait cependant écrit : "Le suicide est un acte médité, un choix non instinctif."
Commenter  J’apprécie          150
blanchenoirblanchenoir   03 mai 2014
Bien des Juifs ont conservé la foi à Auschwitz, et pas seulement ceux dont la vie a été épargnée. Ils vivaient l'extermination de leur peuple, et cependant, croyaient, priaient jusqu'à l'instant de leur mort, et parfois jeûnaient, comme Ezra, le jour de Yom Kippour. Levi n'était pas révolté par le fait qu'on pût encore croire en Dieu à Auschwitz, mais qu'on pût le remercier d'avoir été épargné, quand à des millions de femmes, d'hommes et d'enfants étaient infligée une mort atroce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
Video de Myriam Anissimov (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Myriam Anissimov
Rencontre le 19 décembre 2012 à l'Institut français de Tel Aviv avec Myriam Anissimov , romancière, journaliste et biographe autour de son dernier opus Vassili Grossman, un écrivain de combat (Seuil, 2012). NB désolé pour le son.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
768 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre