AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.23 /5 (sur 198 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Hauts-de-Seine , le 24/08/1971
Biographie :

Si Desproges revêtait ses plus beaux atours pour agacer la libido d'un Exbrayat ayant viré sa cuti, le résultat de telles amours coupables aurait sans doute donné une calamité biblique comme l'est Nick Gardel.
Ni Rasta ni danseur de Tango, le type s'ingénue à valser avec les mots. Son quadrille lexical n'a aucun sens, mais il lui arrive de lorgner du côté des aînés illustres. Ça tombe bien, Nick Gardel est né dans les années 70, élevé par des tontons, biberonné au Bebel magnifique ou marginal et il balance des mandales comme Lino.

Mais, chez lui, point de nostalgie, le verbe se mâchonne avec des pâtes et des potes, entre Brassens et Thiéfaine.
Le noir et le polar n'ont qu'à bien se tenir, c'est avec le sourire qu'il les alambique. Le roman de gare y retrouvera au moins ses lettres de noblesse.


+ Voir plus
Source : Nick Gardel
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

http://www.passion-bouquins.com http://www.facebook.com/pages/Blog-Passion-Bouquins/327561607257926 26e salon du livre de Colmar 2015. Entretien avec Nick Gardel, auteur alsacien, pour son dernier roman Mal placé


Citations et extraits (69) Voir plus Ajouter une citation
chevalierortega33   28 décembre 2015
Fourbi étourdi de Nick Gardel
– Les gens pour qui je bosse, si tu les enfumes de deux cent

mille, on retrouve tes meilleurs morceaux dans les chenils du

coin et le reste sur des broches à Kebab...
Commenter  J’apprécie          70
collectifpolar   02 septembre 2019
Morts chroniques de Nick Gardel
« Moi je vous parle de l’autre frustrée de Lilolivres. Encore une engeance, tiens ! La version féminine du pitbull. Plus adhésive qu’une teigne ! Sincèrement, ça valait ce tombereau de menaces ? Qu’est-ce que j’avais fait en définitive ? J’avais remis à sa place une analphabète incapable de distinguer un participe passé d’un infinitif ! Tout juste capable de produire laborieusement une fiche de lecture digne d’un CE2 sur l’autre guignol qui écrit ses romans à l’emporte-pièce et est obligé de foutre en couverture des photos de chatons avec des bonnets péruviens pour vendre sa soupe fade. »
Commenter  J’apprécie          40
Cigale17   14 octobre 2019
Laisse tomber de Nick Gardel
La patience n’est pas une vertu première de l’âge. Peut-être un réel sentiment d’urgence qui vous fait percevoir le temps qui passe comme du temps qui reste. (p. 41)
Commenter  J’apprécie          50
collectifpolar   23 août 2019
Morts chroniques de Nick Gardel
Un forain la prend dans ses bras tatoués, pour apaiser ses tremblements. Elle s’effondre en larmes contre son épaule. À moins d’un mètre, l’énorme réchaud ronronne encore. Il aurait fallu l’éteindre. Encore que ça n’aurait pas changé grand-chose.

La foule a convergé entre les baraques et les attractions. Habituée au sensationnel, elle hésite entre la surprise et le dégoût. Dans le chaudron, dans l’odeur du sucre cuit, le caramel rouge qui bout mollement à grosses bulles pâteuses a englué un corps. Plongé tête la première dans le sirop épais jusqu’à la poitrine. Seules deux jambes dépassent de la masse poisseuse, la peau brûlée contre le cuivre bouillant du chaudron.

Des jambes de femme.

D’une femme qui, plus jamais, ne s’amusera à se faire peur.

Plus jamais.
Commenter  J’apprécie          30
collectifpolar   23 août 2019
Morts chroniques de Nick Gardel
Celle qui hurle n’a pas quinze ans.

Son cri n’a rien à voir avec ceux qui s’amusent à se faire peur ou ont présumé de leur courage. Ici ça hurle quand la valse des manèges s’accélère, quand les pistons hydrauliques propulsent hors de la pesanteur, quand les spirales aériennes vrillent les tripes.

Ici ça hurle quand on gagne, ça hurle quand on perd. Ça hurle pour passer au-dessus du vacarme général. Ça hurle de joie, ça hurle du plaisir d’avoir peur. Mais jamais de terreur.

Alors quelle est l’attraction capable de produire un tel hurlement d’effroi ? Un hurlement continu, de terreur pure. Un hurlement qui se brise puis reprend de plus belle, hystérique. Un hurlement qui tétanise la fête foraine
Commenter  J’apprécie          30
Ariane84   27 juin 2017
Droit dans le mur de Nick Gardel
Comment font les gens qui n'ont que ça comme horizon ? Sans cesse un truc à démonter, plâtrer, poncer, enduire, tailler, remonter. Un festival d'infinitif pour une sinécure qui ne s'arrêtait jamais. L'infinitif à l'infini.
Commenter  J’apprécie          40
chevalierortega33   28 décembre 2015
Fourbi étourdi de Nick Gardel
Voilà deux heures qu’il zappait comme un éperdu

entre les presque quatre cents chaînes que lui offrait son abon-

nement satellite et il n’avait rien trouvé qui puisse lui accaparer

la rétine plus de quelques secondes sans faire naître un ennui

abyssal. Il avait tout passé en revue, du championnat de criquet

indien à la culture de l’orchidée épiphyte d’Amazonie, sans ou-

blier une rediffusion d’époque d’un épisode de Chéri Bibi. Les

novellas brésiliennes ou turques ne l’avaient pas enchanté plus

que les mille et un accommodements du bacalhau portugais. On

avait tenté dans toutes les langues de rendre son cerveau dispo-

nible pour y fourrer des yaourts, du soda ou de la lessive, une vie

meilleure s’offrait à lui pleine d’oligo-éléments protecteurs, de

complexes à l’oxygène actif propre ou de phares directionnels

révolutionnaires. Le royaume du superlatif lui avait ouvert ses

portes et il n’avait pas eu la force mentale d’en franchir le seuil.

Même les programmes pornos qui demandaient un déblocage du

contrôle parental l’avaient laissé de marbre, désir et télécom-

mande en berne. Il en était rendu à regarder les couleurs hypno-

tiques de la faune menacée de la barrière de corail au milieu des

reliefs d’un en-cas hypercalorique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolar   23 août 2019
Morts chroniques de Nick Gardel
La fête foraine.

Paradis clinquant pour quelques euros à chaque fois. Personne n’y croit, tous font semblant. Tous sont là pour emmagasiner des émotions, se construire des souvenirs. Dans une cacophonie de flashs et de décibels.

C’est l’enfer du « trop ». Trop fort, trop haut, trop gras, trop sucré. Ça tombe bien, « trop » est le mot préféré des mômes qui s’agglutinent en grappes.

Parce que cette attraction, elle est trop bien, ce truc est trop bon.

Trop top.

Grave trop !
Commenter  J’apprécie          30
collectifpolar   23 août 2019
Morts chroniques de Nick Gardel
Le cri a figé les boniments des bateleurs et les exclamations du public. Déjà des forains bousculent les badauds. Ils se précipitent, le visage grave, redoutant un drame. Le spectre de l’accident a gommé leurs sourires d’apparat. Ils craignent la catastrophe, la rupture d’un manège, la chute d’une nacelle, le déraillement d’un wagonnet.

Quand ils découvrent la gamine, elle est agenouillée dans l’herbe. Elle pleure, sidérée.

Elle ne crie plus.
Commenter  J’apprécie          30
vero95270   28 décembre 2019
Morts chroniques de Nick Gardel
- Ça c’est sa PAL. Pile à lire, avant que tu ne demandes. Elle classait directement les titres à leur place mais elle prenait soin de les mettre en évidence.

- Attends, à la louche il y a plus de cent titres dans cet état ! Qui achète des bouquins alors qu’il a déjà autant de choses à lire ?

- Tu t’attaques à l’un des mystères les mieux gardés de l’univers mon pauvre Miguel, répond en riant Eliane
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Citations humoristiques ...

-Ah ! Dans ce cas, prenez un peu de kouign amann, c'est léger ! - Joli biscuit, drôle de nom. - Kouign veut dire "gâteau", amann, "beurre". C'est une spécialité de Douarnenez. Ce qui était bien, c'était que la recette était incluse dans le nom. Ils proposaient aussi une spécialité plus courante : l'andouille de Guéméné. Les marchands ambulants en vendaient un peu partout à Paris. Sauf devant l'hôtel de Rohan-Guéméné, sur la place Royale : le prince de Guéméné goûtait mal d'entendre sous ses fenêtres les cuisiniers crier "Andouille de Guéméné !" Indice : du chou-fleur

Tout va très bien Madame la Comtesse ! de Francesco Muzzopappa
Au service secret de Marie-Antoinette : L'enquête du Barry de Frédéric Lenormand
Tous tes secrets de Lisa Jewell
Le mystère de Roccapendente de Marco Malvaldi

12 questions
13 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , humour , citations philosophiquesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..