AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.51 /5 (sur 48 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Boulogne-Billancourt , le 26/08/1976
Biographie :

Nicolas Bouzou est un essayiste français spécialisé dans l'économie.

Il est diplômé de l'Université Paris-Dauphine et est titulaire d'un master de finance de l'IEP de Paris. Il a été pendant six ans analyste en chef de l'institut de prévisions Xerfi. Depuis 2006, il fondé sa propre entreprise, Asterès, une société d'analyse économique et de conseil.

Ses travaux portent sur la croissance, la politique économique, l'organisation territoriale et la santé. Il est directeur d'études et enseignant en MBA au sein de l’École de Droit et de Management à l'Université Paris II Assas.

Il est également vice-président du cercle Turgot qui regroupe des dirigeants de grandes entreprises et des responsables politiques. Il a été membre du Conseil d'Analyse de la Société auprès du Premier Ministre en 2011. Il fait partie du groupe Keyser Söze qui se réunit autour de Jacques Attali.

Il a présenté pendant 3 ans, chaque matin une chronique économique dans la Matinale de Canal Plus, puis dans la Team Toussaint sur I-télé jusqu'en juin 2014.

En 2015, il a cofondé le Cercle de Belém, un groupe de réflexion libéral et progressiste.

Il est notamment contributeur régulier pour Le Figaro, Les Échos, le Financial Times (Royaume-Uni) et Le Temps (Genève).

Nicolas Bouzou est l’auteur d’une douzaine d’ouvrages dont le très remarqué "Le travail est l’avenir de l’homme" (2017) et "La comédie (in)humaine" (2018), co-écrit avec Julia de Funès, qui détaille toutes les dérives du monde de l'entreprise contemporain.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Entreprises: "La comédie inhumaine", quand le management mène à la perte de sens...


Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
deuxquatredeux   07 septembre 2018
La comédie (in)humaine de Nicolas Bouzou
La plupart des dirigeants perçoivent le caractère singulier de la période que nous traversons, qui exige des capacités d’adaptation extraordinaires. La convergence du numérique, de la robotique et de l’intelligence artificielle (IA) génère une destruction créatrice schumpétérienne potentiellement porteuse de progrès à condition que les institutions, publiques comme privées, soient flexibles, tournées vers l’avenir et capables de donner du sens à l’action. Les dirigeants d’entreprise sont toujours les premiers à reprocher aux États la fossilisation de l’économie due à des réglementations trop strictes, appliquées de façon bureaucratique, et à une fiscalité trop lourde. Ces critiques sont, la plupart du temps, parfaitement fondées. Le souci, c’est que les entreprises font elles-mêmes parfois partie du problème. En effet, un certain nombre de celles avec lesquelles nous travaillons sont bureaucratiques, rigides, organisées en silos. Leur management est perméable aux théories à la mode mais fait l’impasse sur des notions comme l’autonomie, le courage et le sens. Elles invoquent le bonheur mais oublient la convivialité qui naît de la volonté de participer à un projet qui fait sens. Bien souvent, ni les dirigeants ni les managers ne sont capables d’expliquer le projet de l’entreprise. C’est à croire qu’il n’en existe pas d’autres qu’augmenter les profits et satisfaire les actionnaires. Au mieux évoque-t-on parfois la nécessité de «  mieux répondre aux attentes du client  ». Le sens reste opaque, l’innovation «  définalisée  ». C’est un peu moins vrai dans les start-up, dont la raison d’être est souvent de changer le monde. Les start-up sont encore trop jeunes pour avoir fabriqué une bureaucratie sclérosante. Mais rigidités, organisation et management absurde constituent la réalité de la majorité des «  entreprises installées  » qui vantent la transformation et l’innovation, qui enragent de ramer dans des sociétés à l’arrêt, mais qui participent largement de cet engourdissement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Nicolas Bouzou
BRAEM   16 mai 2020
Nicolas Bouzou
Certains estiment que la crise économique liée au coronavirus est tellement grave qu'elle justifierait de laisser de côté quelque temps la politique de transition écologique. Je pense exactement l'inverse. En matière écologique, le devoir nous commande d'accélérer.

Dans le journal "Le Soir"
Commenter  J’apprécie          80
Filox   01 mai 2016
On entend l'arbre tomber mais pas la forêt pousser de Nicolas Bouzou
Au fond l'essentiel est d'être utile. Il n'y a pas de fatalité à ce que le capitalisme navigue en pilote automatique, pas de fatalité à ce que les moyens dévorent les fins. Le monde de la technique peut redevenir le monde du sens. Pourquoi ce qui a été possible avant la Première guerre mondiale ne le reviendrait il pas ? ... Nous pouvons entrer dans l'ère de la confiance raisonnée et du sens... C'est une nouvelle alliance qui est nécessaire, entre pouvoirs publics, territoires, secteur privé, monde associatif, afin de se mobiliser pour donner du sens, car savoir ce que l'on fait est utile , inhibe les peurs et décourage la fatigue.

Nous qui vivons dans les pays riches ne seront pas aux premières loges de cette renaissance, c'est quelque part vers les rives du Pacifique qu'il faut s'envoler.

Mais le cœur de l'économie monde diffuse ses effets en cercles concentriques. Les pays qui acceptent la destruction créatrice connaîtront une nouvelle jeunesse, où qu'ils se situent.

Commenter  J’apprécie          40
Filox   26 avril 2016
On entend l'arbre tomber mais pas la forêt pousser de Nicolas Bouzou
Pour comprendre l'économie, connaître l'histoire de Venise pourrait presque suffire. C'est l'histoire d'une ville créée contre les éléments naturels, où la foi dans l'avenir déplace des montagne ( construire une ville sur pilotis, pensez donc ! ), où l'opulence se conjugue peu à peu au beau, où l'esprit d'aventure sert la croissance, où l'Etat aide l'économie dans l'entraver, où le confort de l'UE en arrogance puis en déclin. En ce début de XXI e siècle, l'économie mondiale ressemble à Venise à ses débuts. L'économie européen mime peut être Venise à son declin. Certains pays pourraient vite être engloutis dans la vase. Les économies émergentes, Chine, Inde, Brésil et beaucoup d'autres conservent l'esprit des pionniers vénitiens, qui pensaient qu'il était possible en alignant des milliers de pali (pieux en bois ) de bâtir une ville sur l'eau.
Commenter  J’apprécie          40
Filox   17 avril 2016
Le grand refoulement de Nicolas Bouzou
Les français sont devenus tristes, tendus, nerveux parfois agressifs. ... La France souffre d'une dépression nerveuse collective...Les français souffrent d'une hypertrophie de leur inconscient car ils refoulent l'inacceptable : ils ont trahis la France. La France est une idée. C'est l'idée de l'égalité républicaine qui laïcise l'idée chrétienne de la dignité des hommes.... Depuis une vingtaine d'années les français ont trahis la promesse d'une république solidaire . Il es évident qu'un enfant de chômeur ou qu'un petit fils d'immigré musulman est désavantagé par rapport à la moyenne de la population. Il est certain que l'ami d'un professeur de médecine est mieux soigné . Il est sur qu'un enfant de haut-fonctionnaire trouve un stage facilement. Nous refoulons cette trahison parce que nous en sommes coupables. ..Dans tous les pays du monde il y a un moment ou l'autre des problèmes . Chaque nation à dû batailler contre le chômage, le décrochage scolaire ou l'état envahissant . Mais la France est le seul dans lequel on refuse de nommer les problèmes pour commencer à les régler.

Ce qui a sauvé l'Allemagne, l'Angleterre ou la Suède du déclin c'est d'avoir réussi à défouler, c'est à dire de prendre conscience des maux et du fait qu'ils viennent de soi, pas des autres : étrangers, marchés, immigrés, concurrents proches ou lointains. Seul ce défoulement pourrait redonner aux français la joie de vivre, l'entrain et le sourire ...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          33
Filox   17 avril 2016
Le grand refoulement de Nicolas Bouzou
Moi je n'invente rien. j'ai lu et travaillé. L'éducation fait l'objet d'intenses recherches qui associent neurologues, psychologues, et économistes, ce qui a permis à l'OCDE de spécifier les compétences du XXI ème siècle : plasticité, capacité d'interaction, initiative, esprit critique et créativité. L'acquisition de ces connaissances n'est possible que si l'on sait lire, écrire et compter. Les systèmes éducatifs ont généralement été construits verticalement et sont devenus de Lourdes bureaucraties qui ne sont pas préparés à transmette ces compétences ...
Commenter  J’apprécie          30
Filox   17 avril 2016
Le grand refoulement de Nicolas Bouzou
Proust : la vérité de l'homme se reflète moins dans ses paroles , l'intérieur de sa maison ou son entourage proche, que dans l'écriture, le seul moment de solitude absolue, de face à face avec soi-même , qui fait rejaillir les profondeurs de l'âme sur la page.
Commenter  J’apprécie          30
Filox   29 avril 2016
On entend l'arbre tomber mais pas la forêt pousser de Nicolas Bouzou
Du choc de croissance, dû à l'imprimerie :

Au moment où l'imprimerie fut employée, une foule de copistes durent rester inoccupés : car on peut estimer qu'un seul ouvrier imprimeur fait autant de besogne sue deux cent copistes. Il faut donc croire que 199 ouvriers sur 200 restèrent dans ouvrage. Et bien, la facilité de lire les ouvrages imprimés, plus grande que pour les ouvrages manuscrits , le bas prix auquel les livres tombèrent, l'encouragement que cette invention donna aux auteurs pour en composer en bien plus grand nombre ; toutes ces causes firent qu'au bout de très peu de temps, il y eu plus d'ouvriers imprimeurs employés qu'il n'y avait auparavant de copistes .

Jean Baptiste say 1803



Commenter  J’apprécie          20
Filox   17 avril 2016
Le grand refoulement de Nicolas Bouzou
Les français sont devenus tristes, tendus, nerveux parfois agressifs. ... La France souffre d'une dépression nerveuse collective...Les français souffrent d'une hypertrophie de leur inconscient car ils refoulent l'inacceptable : ils ont trahis la France. La France est une idée. C'est l'idée de l'égalité républicaine qui laïcise l'idée chrétienne de la dignité des hommes.... Depuis une vingtaine d'années les français ont trahis la promesse d'une république solidaire . Il es évident qu'un enfant de chômeur ou qu'un petit fils d'immigré musulman est désavantagé par rapport à la moyenne de la population. Il est certain que l'ami d'un professeur de médecine est mieux soigné . Il est sur qu'un enfant de haut-fonctionnaire trouve un stage facilement. Nous refoulons cette trahison parce que nous en sommes coupables. ..Dans tous les pays du monde il y a un moment ou l'autre des problèmes . Chaque nation à dû batailler contre le chômage, le décrochage scolaire ou l'état envahissant . Mais la France est le seul dans lequel on refuse de nommer les problèmes pour commencer à les régler.

Ce qui a sauvé l'Allemagne, l'Angleterre ou la Suède du déclin c'est d'avoir réussi à défouler, c'est à dire de prendre conscience des maux et du fait qu'ils viennent de soi, pas des autres : étrangers, marchés, immigrés, concurrents proches ou lointains. Seul ce défoulement pourrait redonner aux français la joie de vivre, l'entrain et le sourire ...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Filox   01 mai 2016
On entend l'arbre tomber mais pas la forêt pousser de Nicolas Bouzou
La foi dans un avenir meilleur a disparu sous l'effet des passions, des sentiments et des idées mal étayés. Or, sans cette croyance aucun avenir heureux n'est possible..... C'est pourquoi le rôle essentiel des économistes mais aussi des intellectuels au sens large consiste à mobiliser les sciences sociales , l'histoire , la philosophie pour montrer que le monde dispose , pour la première fois dans l'histoire de l'humanité , du potentiel humain qui lui permettra de résoudre les problèmes de pauvreté , de santé et d'environnement..... L'innovation procède par vagues, et ces vagues ressemblent à un tsunami.

Nécessité fait loi. L'économie prime le droit, la politique et même les idéologies....Point besoin d'imaginer de nouveaux concepts pour penser ce nouveau monde, tout est déjà chez Smith, Ricardo, Schumpeter, Marx, Darwin, Tocqueville, car des mondes nouveaux, l'histoire en a déjà abordé plusieurs, a la fin du Moyen-âge, après les révolutions anglaises et françaises des XVII et XVIII ème siècle, à la Belle Époque... Mais pour

Tolérer cette époque difficile il faut se convaincre qu'une fois cette transition passée, c'est un avenir glorieux qui attend l'humanité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Rum, Sodomy and the lash

À qui doit-on la grande enquête vaticane parue sous le titre « Sodoma » ?

Theodore Mac Carrick
Carlo Maria Vigano
Frédéric Martel

9 questions
7 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , Moeurs et coutumesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..