AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.94 /5 (sur 437 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Beyrouth, Liban , le 29/12/1967
Biographie :

Olivier Karali alias Olivier Ka aussi connu sous le pseudonyme de Kaaaa ou Kââââ est un écrivain et scénariste de bande dessinée français.

Il est le fils de Paul Karali (Carali) et de Anne Duguël (Gudule).

Sa famille arrive à Paris en 1970. Animateur de deux radios parisiennes à 16 ans, régisseur de plateau dans un théâtre à 17 ans, il s'essaye à la photogravure à 18 ans, devient vendeur de crêpes sur les plages bretonnes à 20 ans.

Un an plus tard, il est embauché comme claviste aux éditions Publications Nouvelles. En 1990 il entre comme rédacteur chez Joystick. Il a aussi travaillé pour un service de minitel rose et écrit des lettres de femmes pour des revues érotiques.

En 1982 Carali crée Le petit psikopat illustré qui deviendra Le psikopat en 1989 auquel Olivier Ka participe activement pour devenir rédacteur en chef adjoint de mai 1991 à novembre 2000. En 1993 il crée le magazine "Bigre!" qui durera seulement 3 numéros.

Il a aussi écrit un roman "Je suis venu te dire que je suis mort" (Coll. Révolver fantastique), un recueil de nouvelles et plusieurs livres pour enfants.

Depuis 1999 il chronique également les Bandes Dessinées pour le journal l'Humanité.

En 2006, son album "Pourquoi j'ai tué Pierre" reçoit le prix du public et prix "essentiels" du festival de la B.D. d'Angoulème 2007.

Après avoir vécu dans la campagne d'Angers et à Bordeaux, il réside désormais dans le sud de la France avec sa femme et leurs deux filles.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Revivez la cérémonie de remise des prix du festival Quai des Bulles 2018, animée par Alfred et Olivier Ka. © Quai des Bulles
Citations et extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
marina53   29 octobre 2015
Janis est folle de Olivier Ka
- Vous n'avez jamais eu envie d'aller voir ailleurs ?

- Où ça ?

- Je ne sais pas... à la montagne ? Changer de paysage, quoi. (…)

- Non. Ailleurs, c'est comme ici.

- Il y a des ailleurs très différents.

- Je ne crois pas. Où qu'on se trouve, on est toujours dans sa carcasse.
Commenter  J’apprécie          420
Windvaan   18 juin 2013
Une maman tout entière de Olivier Ka
Je lui ai demandé : "Pourquoi tu veux maigrir ?"

"Pour être plus jolie" elle m'a répondu.

C'est idiot. Elle ne sera pas plus jolie,

elle sera moins grosse, c'est tout.

Et moins tendre, et moins moelleuse.

Commenter  J’apprécie          302
Ziliz   28 octobre 2015
Janis est folle de Olivier Ka
Depuis le début, je me demande pourquoi Janis la laisse parler. Pourquoi elle ne l'envoie pas balader. Et je comprends, en fait. C'est parce que la femme en face de nous est pleine de détresse. Ma mère ne peut pas s'empêcher d'aider les gens en détresse. Les fragiles, les boiteux, les accidentés, les perdus, les malheureux. Elle les attire, elle les porte sur son dos, jusqu'à ce que leur poids trop important la fasse plier. Après, c'est à moi de la ramasser.

(p. 38)
Commenter  J’apprécie          220
Ziliz   29 octobre 2015
Janis est folle de Olivier Ka
[...] maman ne supporte pas les enfants exigeants, ceux qui réclament, qui somment, qui ordonnent. Dès qu'elle est en présence d'un de ceux-là, dans la rue, ou chez des amis, elle me dit : "Il mérite un bon coup de pied au cul qui le ferait décoller de trois mètres, celui-là." Et je me doute que c'est exactement ce qu'elle pense, à l'instant. "Vole, gamin ! Vole !"

(p. 133-134)
Commenter  J’apprécie          210
Ziliz   30 octobre 2015
Janis est folle de Olivier Ka
Devant nos difficultés à communiquer, et pour combler le vide, les parents de Fleur parlent d'eux, de leur mode de vie, d'harmonie et d'équilibre, de décroissance et de partage, de consommation folle et des ressources limitées de la planète.

C'est étonnant parce que je suis d'accord avec tout ce qu'ils disent, et pourtant je ne peux pas m'empêcher de trouver leur discours formaté, artificiel, prémâché, comme s'ils récitaient des préceptes appris par coeur. Tout en les écoutant parler, je me dis que ça doit être rassurant de savoir à ce point comment se comporter dans la vie, quelle position adopter exactement, quel avis avoir sur les choses. Je suppose que les militants politiques ou les adeptes d'une religion doivent jouir du même sentiment : être convaincu, voilà un état confortable.

(p. 78-79)
Commenter  J’apprécie          190
Shan_Ze   22 septembre 2016
Pourquoi j'ai tué Pierre de Olivier Ka
Je me trimballe un spleen permanent.

Et puis, j'ai honte.

Honte de m'être fait croire, pendant des années, que ce qui m'est arrivé n'est pas grave.
Commenter  J’apprécie          190
manU17   25 novembre 2013
Pourquoi j'ai tué Pierre de Olivier Ka
Les vieux sont amusants. Ils ont des tronches pas possible. A la sortie de la messe, ils forment des petits groupes et ils parlent en chuchotant et en secouant doucement la tête. Je les trouve à la fois tristes et rigolos.
Commenter  J’apprécie          180
marina53   26 octobre 2012
Pourquoi j'ai tué Pierre de Olivier Ka
Tu avais du pouvoir sur moi... Tu en as joué, abusé... Les mômes c'est de la pâte à modeler... tu poses tes doigts, l'empreinte reste. Tu m'as manipulé... Tu as brisé quelque chose en moi... définitivement.
Commenter  J’apprécie          170
Nadael   04 mai 2016
Quand je serai très très vieux de Olivier Ka
«  Quand je serai très très vieux, que j'aurai au moins...61 ans, je resterai en pyjama toute la journée, J'interdirai qu'on utilise l'eau pour se laver (il faut l'économiser !!), j'étalerai mes crottes de nez sous les rampes des escaliers et… je péterai dans les ascenseurs. Je ne toucherai pas à ma soupe ni à mes brocolis ni à mon poisson, je serai tout maigre, je dirai que je n'ai pas faim, c'est tout ! Personne ne m'obligera à manger! »
Commenter  J’apprécie          150
Ziliz   28 octobre 2015
Janis est folle de Olivier Ka
- Un jour ou l'autre les parents et les enfants deviennent des étrangers, c'est comme ça. On a beau être en osmose, il arrive toujours un moment où on s'éloigne et ça ne peut se passer que dans la douleur. Plus on a été proches, plus c'est difficile à vivre, d'ailleurs. J'ai un fils de trente-cinq ans. On était les meilleurs amis du monde, durant son enfance et son adolescence. Aujourd'hui, ça fait huit ans qu'on ne s'est pas adressé la parole. Ni lui ni moi ne savons réellement pourquoi. On s'en veut pour trop de choses, je suppose. Il y a eu trop de non-dits entre nous, et on n'est pas foutus de dire précisément ce qu'on se reproche. Mais une chose est sûre : on s'aime et on n'est plus capables de se le dire, ni l'un ni l'autre.

(p. 111-112)
Commenter  J’apprécie          140
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les auteurs jeunesse

Quel livre n’est pas de René Goscinny ?

Le petit Nicolas
Astérix et Obélix
La guerre des boutons
Lucky Luke

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , écrivainCréer un quiz sur cet auteur