AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.34 /5 (sur 1033 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Reims , le 20/09/1947
Biographie :

Patrick Poivre, dit Patrick Poivre d'Arvor, souvent surnommé PPDA, est un journaliste et écrivain français.

En 1970, âgé de 22 ans, il intègre le Centre de formation des journalistes (CFJ) pour devenir journaliste. Il en sera diplômé l'année suivante.

En 1971, il est lauréat du concours « Envoyé spécial » de France Inter. Il y commence sa carrière de journaliste sous la direction de Roger Gicquel. Il est chargé des journaux du matin et de la revue de presse. Il devient ensuite grand reporter.

Présentateur du journal télévisé d'Antenne 2 de 1976 à 1983, il devient le présentateur-vedette du journal télévisé de 20 heures de TF1 de 1987 à 2008 et un personnage majeur du paysage audiovisuel français que ce soit en tant qu'interviewer ou animateur de diverses émissions littéraires.

Il inspire la création en 1988 du personnage de PPD, la marionnette centrale de l'émission de Canal+, Les Guignols de l'info.

Depuis janvier 2014, il anime tous les soirs une nouvelle tranche d'information à Radio Classique entre 19 h et 20 h.

Également écrivain, Patrick Poivre d'Arvor a publié une soixantaine d'ouvrages.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Dans La Grande Librairie François Busnel reçoit : Delphine de Vigan, Les Heures souterraines (JC Lattès) Véronique Ovaldé pour Ce que je sais de Vera Candida (L'Olivier) Patrick Poivre d'Arvor pour Fragments d'une femme perdue (Grasset) Justine Lévy pour Mauvaise Fille (Stock)


Citations et extraits (226) Voir plus Ajouter une citation
sweetlullaby   02 janvier 2011
Fragments d'une femme perdue de Patrick Poivre d'Arvor
J'ai des morceaux de toi dans le cœur, dans l'âme et sur la peau. Quand d'autres ne laissent que le vide, de toi je garde tout, j'ai toujours tout gardé.
Commenter  J’apprécie          350
KATE92   31 janvier 2013
Petit homme de Patrick Poivre d'Arvor
« Maman est morte. J'en suis sûr. Papa m'a juste dit qu'elle avait disparu. Mais je sais trop ce que veut dire disparaître en langage adulte. Ils racontent tous cela, les grands, pour maquiller la mort. Pourtant, mon père n'a pas l'air trop triste. J'ai donc fait comme lui, pour ne pas le contrarier. Je n'en pense pas moins, cette histoire me chiffonne... La preuve : Papa est fébrile, il s'agite dans tous les sens, il est étrange avec ses amis. Il est sur le pied de guerre. Je sens confusément que nom sommes en partance. Pour où ? J'ai oublié de vous dire que je vais sur mes quatre ans. Je sais, je ne les fais pas, on me donne sept ans d'âge mental, l'âge de raison. »
Commenter  J’apprécie          290
Satine   24 décembre 2010
Les enfants de l'aube de Patrick Poivre d'Arvor
Tu m’as décroché mes étoiles. Tu as donné de grands coups de hache dans notre amour. Tu m’as cassé mon rêve. Tu m’as sonné comme un boxeur. Je ne marche pas encore sur les genoux, mais j’ai les chevilles en coton. Tout se dérobe. Je ne sais plus où aller. Je me cogne. La seule porte de sortie, c’est toi, et c’est fermé. J’ai voulu cent fois courir parce que je te voyais, mais, comme dans les aéroports, les baies étaient en verre épais. Ca fait mal quand on croit décoller et qu’on se les prend de plein fouet. On tombe comme les chevaux dans les abattoirs sous le coup bien placé d’un maillet. Tout s’écroule à cette seconde, tu meurs debout, le décor s’effondre ; les jambes rentrent dans la tête, la tête s’enfonce dans le sol. Et si, par hasard, tu en réchappes, c’est pour mourir quelques mètres plus loin, devant une autre porte vitrée.

De l’autre côté, il y avait ces avions qui partaient, ces bonheurs qui s’agitaient, ces amours qui se bécotaient au grand jour. Tout cela, je le vois encore. Le regard est vitreux et l’esprit est déjà épais, mais je devine confusément ces vies, ces silhouettes, la tienne bien sûr parmi elles. Tu vas sans doute passer devant la porte. Tu vas dire « oh ». Et presque en même temps tu me reprocheras le trouble que cette fin misérable va t’apporter. Tu vas m’en vouloir parce que tu ne pourras pas t’agenouiller. Il y a trop de monde autour de toi, trop de badauds pour regarder ce corps recroquevillé. Tu ne voudras pas donner notre fin en spectacle. Et puis tu diras « Mais je lui avais dit de ne pas venir. Il est fou. Il me fait mal autant qu’à lui. Nous aurions parlé chez moi, loin des autres. J’aurais fait le ménage dans cette vie que je viens de vivre et dont il se faisait une montagne. Beaucoup de choses seraient parties d’elles-même. Et puis qu’est-ce qu’il est allé s’imaginer… »

Beaucoup trop, c’est sûr. Mais, quand tu vivais cette vie-là, tu la vivais sans moi. Il t’en restera des morceaux qui ne m’appartiendront jamais. Moi, j’attendais ton retour. Tu l’as cent fois différé. Peut-être as-tu réussi à te construire une indépendance, mais pendant ce temps-là, moi, je fabriquais ma dépendance. Et ma dépendance me minait. Elle s’en prenait à mon amour. D’heure en heure, elle devenait suicidaire. Il y a déjà deux nuits que je suis en dessous du degré zéro, de la joie de vivre. Deux nuits pendant lesquelles des millions de trains sont passés sur les rails qui cisaillent ma poitrine. Des trains cons, pleins de clichés et de fausses idées sur toi, plein de reproches injustifiés et d’accusations sans fondements. Mais aussi des beaux trains, des trains bleu ciel, purs comme mon absolu, des trains qui passent sans faire de bruit mais qui découpent la nuit avec de longs couteaux affilés. Les chairs repoussent ensuite, les cicatrices sont propres, mais elles restent là, à jamais, pour témoigner.

Et pendant ces deux nuits, pendant cette troisième qui s’achève, toi, tu vivais, tu ne comprenais rien. Toi qui d’habitude sens si bien les choses, tu me laissais dépérir sur pied. Sans doute pensais-tu ne pas vraiment nous abîmer. Tu ne pensais pas à mal puisque tu n’en faisais pas. Et peut-être te disais-tu que cette séparation nous tonifierait, que tu serais moins fragile et que ce temps passé loin de moi te donnerait la force d’exister, entière face à mes exigences . Exigences démesurées… Qu’est-ce que je donne en échange ?

Et bien, je te donne ça, cette lettre, le gouffre de mes sentiments, ma mort qui calmera mes tourments absurdes. Je te jure que j’aurais préféré te donner ma raison, ma vie, tous mes espoirs. Car tout ce que tu as à me dire est sûrement plein de beautés, de sincérité. Tu vas me dire que tu m’aimes. Mais tu n’as pas besoin de moi. Ou si peu. Tu sais te suffire de toi-même. Notre amour t’a semblé doux. Pas plus. C’était peut-être nouveau pour toi. Mais je ne t’ai pas manqué. Ou si peu…

Croire ou bien douter de toi ? Qui vient de me quitter ? Qui a menti ? Une heure d’extase et déjà le doute qui me ronge. N’était-ce pas de l’aumône, petit saint-bernard ? Tu as débouché le petit tonnelet de cognac, tu m’as fait une piquouse de petit bonheur, une intraveineuse de ta voix. Tu dois te dire que ça soulage. Que ça prolonge le malade. Et puis tu repars, tu vis. Moi je crève. Je souffle comme un phoque. Quand je pense à toi, il faut que j’inspire un grand coup. Quand je veux te rejeter, il faut que j’expulse… Ca doit bien m’arriver trois-quatre fois par minute… Le crabe que tu m’as mis aux tripes, retire-le. Il me bouffe le foie. Il me rappelle mes angoisses de gosse, cette image de mon bouquin de mythologie grecque, Prométhée enchaîné, dévoré par un vautour.

Mais le vautour, au moins, était à l’extérieur. Cela saignait à l’air libre. C’était de la blessure propre. Mon crabe me mange de l’intérieur. Délivre-moi de mon doute.



Mon amour,

Tu n’as presque jamais répondu à mes lettres. Pour celle-ci tu auras une excuse. Ce n’est pas la première fois que tu me fais mal, mais en partant tu me fusilles. Tu me laisses ce bébé que je vais avoir du mal à aimer tout de suite parce qu’il est le prix d’un échange. Lui contre toi. C’est toi que je voulais. C’est toi qui n’es plus là. J’en crève de douleur. Tu m’aimerais en cet instant parce que je n’ai plus rien d’un romantique à quatre sous. J’ai les yeux secs. Il n’y a plus rien à pleurer en moi. Je t’ai tout donné.

Fallait pas me quitter maintenant.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Patrick Poivre d'Arvor
Iansougourmer   11 juillet 2013
Patrick Poivre d'Arvor
Nous sommes là pour donner une image lisse du monde.
Commenter  J’apprécie          263
KATE92   07 février 2013
Petit homme de Patrick Poivre d'Arvor


Relations père - fils décrites par l'enfant dans le cadre de la séparation de ses parents...

Rien de bien nouveau mais c'est touchant de lire les impressions d'un très jeune enfant.
Commenter  J’apprécie          240
LiliGalipette   11 juin 2012
Les enfants de l'aube de Patrick Poivre d'Arvor
« Le matin du troisième jour, nous avons commencé à comprendre que ce voyage avait un sens et que nous allions beaucoup plus loin que le simple bonheur d’être ensemble. » (p. 94)
Commenter  J’apprécie          240
araucaria   18 janvier 2017
Un héros de passage de Patrick Poivre d'Arvor
Contrairement à ce qu'on dit, les hommes sont souvent plus bavards que les femmes. Ils se vantent à tort et à travers. Ils ont une fâcheuse tendance à réécrire l'Histoire.
Commenter  J’apprécie          240
KATE92   16 juin 2012
Elle n'était pas d'ici de Patrick Poivre d'Arvor
La Baule-Paris, dimanche 19 février



Il est sept heures et demie. Toujours un TGV. Celui-là vient de quitter la ville natale de ta mère. Il se traîne. Peu après Nantes, le haut-parleur interne diffuse une explication administrative : « Un accident de personne vient de se produire sur la voie. » Un accident de personne? Qu'est-ce qu'il raconte ce haut-parleur? Pourquoi cette formule ampoulée, si impersonnelle s'agissant d'une « personne »? Qu'est-ce qui lui est arrivé à cette personne? La même chose qu'à toi, mon amour? Et qu'est-ce qu'ils ont raconté au métro Sablons? Se sont-ils énervés à l'intérieur des wagons? Se sont-ils aperçus qu'au moins, ils étaient vivants, et que ces vies-là, ils en avaient pour des jours entiers, des années entières, à en jouir, à en souffrir peut-être, mais à en profiter? Que ce petit retard que tu leur as occasionné n'est rien au regard de notre attente ce vendredi après-midi? Depuis, j'ai rencontré un ami immobilisé ce jour-là avec sa fille dans cette maudite rame.



Et pourquoi, après tout, cette leçon de morale? Je ne vaux pas mieux que les autres. Je peste à mon tour en ce moment parce que le train a fini par s'arrêter en rase campagne, à quelques centaines de mètre d'un village, La Poissonnière, dont le nom ne me dit rien du tout.



Je râle parce que je vais être en retard, parce que je m'en veux de regarder comme les autres au-dehors, comme si de la nuit pouvait surgir la clé du mystère, une lumière bleutée d'ambulance, des uniformes de pompiers ou de gendarmes...



Et puis, soyons franc, j'enrage parce que, à mes côtés, deux jeunes filles pleines de vie pouffent à s'étrangler, en s'échangeant leurs histoires, en savourant ce moment de grâce supplémentaire, ces dernières heures de complicité avant de regagner Paris, leurs foyers respectifs, leurs parents sur le dos: « Et pourquoi donc arrives-tu si tard? » Je les aime, ces adolescentes qui m'agacent, parce que je les devine, leurs soirées, leurs angoisses, leur famille... Mais je leur en veux de vivre, parce que tu n'es plus là.



Avant, on m'avait raconté, et je l'avais souvent lu dans des romans, que certaines femmes stériles jetaient des regards noirs sur des landaus ou des ventres arrondis. On m'avait dit aussi que des femmes qui venaient de perdre un enfant ne pouvaient plus supporter les cris de ceux des autres. Mesdemoiselles de La Poissonnière, je ne suis pas très fier d'avoir pensé tout cela de vous ce dimanche soir. Et d'avoir changé de compartiment pour ne plus entendre vos rires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
rkhettaoui   03 août 2020
L'ambitieux : roman de Patrick Poivre d'Arvor
En politique comme en matière de communication, la meilleure défense reste encore l’attaque. Ça n’a pas changé depuis L’Art de la guerre. Or là, même si je vous sens tous les deux éprouvés, je voudrais vous rappeler que vous disposez d’un atout majeur : vous savez ce que vous risquez, vous avez identifié le danger. Vous, Jean-Baptiste, vous savez qu’il risque de venir d’une biographie non autorisée qui peut sortir à tout moment parce que l’éditeur cherchera le scandale et l’effet de surprise. Et vous pensez bien qu’il ne va pas vous prévenir. Toi, Charles, tu connais l’influence et le talent de mes consœurs du Monde. Tu subodores qu’elles en savent davantage qu’elles ne l’ont écrit et qu’elles en ont encore sous le pied.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   03 août 2020
L'ambitieux : roman de Patrick Poivre d'Arvor
Il y a des périodes de la vie où tout va bien, où tous les vents sont favorables. Ce sont les plus dangereuses. C’est là qu’on se laisse griser et qu’on peut glisser. Dans ces cas-là, pince-toi pour te réveiller. Car en politique, la roche Tarpéienne est toujours proche du Capitole. Tu es apparu tout à l’heure en pleine lumière. Ils sont déjà en train d’imaginer comment te couper les jarrets pour t’empêcher de courir trop vite. Penses-y.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Patrick Poivre d`Arvor (2134)Voir plus


Quiz Voir plus

PPDA

Quel est le nom de naissance de Patrick Poivre d'Arvor ?

Patrick Poivre
Patrick d'Arvor
Patrick Poivre de Benoist de la Pépinière d'Arvor
Patrick Arvor

8 questions
35 lecteurs ont répondu
Thème : Patrick Poivre d'ArvorCréer un quiz sur cet auteur

.. ..