AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253032247
Éditeur : Le Livre de Poche (16/05/2002)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.37/5 (sur 309 notes)
Résumé :
« Au commencement, une histoire de globules rouges et de globules blancs qui jouent à la bataille navale... » Le petit Alexis lit les premières pages du carnet intime de son père. Ce dernier, Tristan, s'est suicidé sans le vouloir sous les yeux de son fils, lui laissant comme seul compagnon de route le récit de sa vie. Atteint à 15 ans d'une terrible maladie du sang, Tristan fut envoyé dans un sanatorium en Suisse. Il y rencontra Camille, une jeune Anglaise de 16 an... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  04 mars 2019
Un enfant ne devrait jamais avoir à assister à cela : à savoir le suicide d'une père, et dotant plus si ce dernier ignore tout des motivations de ce dernier, ignore presque tout de sa vie passé, jusqu'à ignorer même comment sa mère et lui s'étaient rencontrés. Et pourtant, c'est ce qui arrive à Alexis, notre jeune protagoniste, et no pas héros de cet ouvrage car celui qui est concerné est bien celui qui tente de mettre fin à ses jours. N'ayant jamais trouvé les mots pour expliquer à Alexis sa seule et unique véritable histoire d'amour qu'il a entretenu jadis avec sa mère, c'est au travers de petits livrets que Tristan, le père de ce dernier, le lui explique. Jadis, il avait séduit, sa mère, Camille, de la même façon, au travers de lettres enflammées, tout comme leur relation. Confronté trop tôt à la paternité, de plus, sans l'âtre aimé, car il devra l'affronter seul (je ne vous dis pas tout mais, j'ai bien indiqué "drame" dans les étiquettes de ce livre, donc attendez-vous à verser quelques larmes), Tristan a grandi bien trop vite mais ce qu'il aura vécu avec Camille, lui, restera indestructible, la preuve réincarné par le personnage d'Alexis mais le dépasse également car ce que ces deux personnages ont vécu dépasse bien plus un simple amour de jeunesse : c'est tout simplement le Grand Amour et peu importe l'âge que l'on a et qu'on d'ailleurs nos jeunes tourtereaux dans cette fiction d'ailleurs. Cet amour-là, on ne le vit qu'une fois dans une vie et même si au final, on en ressort parfois profondément meurtri (eh oui, il n'y a pas que dans la vraie vie que ces dernières peuvent mal finir, cela arrive parois dans les romans, la preuve ici), ce que l'on aura eu la chance de vivre, lui, ne s'oubliera jamais et c'est un peu de tout cela que Tristan essaie de faire savoir à son fils, afin qu'il puisse un jour lui pardonner ce qu'il s'apprête à faire.
Un roman qui se lit très vite et malgré une écriture fluide et légère, un ouvrage aussitôt lu aussitôt oublié (enfin, non, là je suis un peu dure mais cependant pas très loin de la vérité). A découvrir mais je peux vous assurer que celui-ci ne m'ayant pas laissé des souvenirs ineffaçables, je suis très vite passé à autre chose (trop tôt dirais_je même mais peut-être est-ce dû à mon état un peu comateux du moment, me remettant à peine d'une grippe qui m'a cloué au lit durant plusieurs jours) et c'est dommage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
LiliGalipette
  11 juin 2012
Alexis assiste au suicide de son père, Tristan. Il ne lui reste qu'un carnet dans lequel Tristan raconte son histoire avec Camille. C'est ainsi que l'enfant découvre l'amour de ses parents.
Tristan est un adolescent malade qui se complaît dans la douleur. « Tristan, si tu t'arrêtes de pleurer, mon vieux, appuie là où tu souffres, et, tu verras, cela repartira tout seul. Cela te va si bien à l'âme et au teint de te sentir seul au monde, malheureux comme les pierres. » (p. 19) Envoyé dans un sanatorium suisse, le garçon rencontre Camille, malade comme lui. Mais l'adolescente ne se laisse pas vaincre sans combattre. Avide de vivre et de ressentir, elle séduit Tristan et l'entraîne dans une passion ravageuse. L'adolescent écrit avec fièvre des déclarations brûlantes et exaltées. Désormais, il ne veut plus vivre que pour Camille. « Je sais que je vais mourir avant les autres. Mais je voudrais que ce soit avec vous. Ou après vous avoir connue. Brûlez-moi. » (p. 48)
Tristan et Camille sont des enfants que la maladie a fait grandir trop vite. Comment rester enfant quand la mort risque de vous saisir avant vos vingt ans ? Il faut que tout aille plus vite et plus fort. À 15 et 16 ans, ils ne sont plus innocents. Alors que Tristan est prêt à tout donner, Camille affirme une indépendance têtue. « Don't be jealous, darling. Les autres, c'est du pipi. Mais je suis sur un nuage. On ne m'attrape pas. Let me fly. » (p. 85) Pour préserver leur amour, les adolescents fuguent. Cette parenthèse volée au temps et aux adultes est à la fois une épreuve et une récompense. « le matin du troisième jour, nous avons commencé à comprendre que ce voyage avait un sens et que nous allions beaucoup plus loin que le simple bonheur d'être ensemble. » (p. 94) À s'aimer si fort, Tristan et Camille font un enfant. Mais la naissance du petit Alexis sera la fin de Camille.
Ce roman a tout pour être très émouvant, mais je ne suis décidément pas faite pour les amours adolescentes et les fugues. J'y ai retrouvé ce qui m'avait déplu dans E=mc², mon amour de Patrick Cauvin ou L'attrape-coeur de Salinger. Mon adolescence a été trop sage, voire trop morne, pour que je vibre au récit des exaltations d'autres adolescents. Voici un roman qui devrait plaire à de jeunes lecteurs. Pour moi, c'est décidément trop tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
olivberne
  04 octobre 2012
On dira ce qu'on voudra sur PPDA, lorsque j'ai lu ce roman, j'avais treize ans et il a été une véritable claque de ma jeunesse. Je trouvais cela bien écrit, l'histoire larmoyante et déchirabte et surtout l'amour des deux personnages si fort, dans les têtes comme dans les corps. Je ne sais pas si aujourd'hui je le lirai avec la même passion. Il a les défauts et les atouts d'un premier roman. Il surprend, il attire, mais il s'adresse à une catégorie de lecteurs. Si vous aimez les belles histoires d'amour, les chagrins et les introspections, si vous êtes resté adolescent, rêveur et idéaliste, ce roman est fait pour vous.
A noter qu'une pâle adaptaption télévisée a été faite récemment, enlevant toute la subversion de l'écriture à la première personne.
Commenter  J’apprécie          170
bgn
  13 juillet 2013
Superbe livre ! Magnifique ! A lire et à re-lire sans modération. C'est de la littérature comme on aimerait en lire plus souvent. Merci Mr. PPDA !
Commenter  J’apprécie          110
Jean-Daniel
  08 septembre 2016
Il m'est difficile d'avoir un avis tranché sur ce livre. Lorsque je l'ai lu, j'ai été déçu. J'attendais certainement trop de PPDA que je voulais découvrir en temps qu'auteur et que je lisais donc pour la première fois. C'est assez bien écrit et parfois émouvant, mais ce livre a les défauts d'un premier roman rédigé par un adolescent, il peut donc tout à fait plaire ou au contraire laisser totalement indifférent. Avec du recul, je suis plus indulgent, l'histoire peut intéresser les lecteurs aimant les belles histoires d'amour entre adolescents.
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
SatineSatine   24 décembre 2010
Tu m’as décroché mes étoiles. Tu as donné de grands coups de hache dans notre amour. Tu m’as cassé mon rêve. Tu m’as sonné comme un boxeur. Je ne marche pas encore sur les genoux, mais j’ai les chevilles en coton. Tout se dérobe. Je ne sais plus où aller. Je me cogne. La seule porte de sortie, c’est toi, et c’est fermé. J’ai voulu cent fois courir parce que je te voyais, mais, comme dans les aéroports, les baies étaient en verre épais. Ca fait mal quand on croit décoller et qu’on se les prend de plein fouet. On tombe comme les chevaux dans les abattoirs sous le coup bien placé d’un maillet. Tout s’écroule à cette seconde, tu meurs debout, le décor s’effondre ; les jambes rentrent dans la tête, la tête s’enfonce dans le sol. Et si, par hasard, tu en réchappes, c’est pour mourir quelques mètres plus loin, devant une autre porte vitrée.
De l’autre côté, il y avait ces avions qui partaient, ces bonheurs qui s’agitaient, ces amours qui se bécotaient au grand jour. Tout cela, je le vois encore. Le regard est vitreux et l’esprit est déjà épais, mais je devine confusément ces vies, ces silhouettes, la tienne bien sûr parmi elles. Tu vas sans doute passer devant la porte. Tu vas dire « oh ». Et presque en même temps tu me reprocheras le trouble que cette fin misérable va t’apporter. Tu vas m’en vouloir parce que tu ne pourras pas t’agenouiller. Il y a trop de monde autour de toi, trop de badauds pour regarder ce corps recroquevillé. Tu ne voudras pas donner notre fin en spectacle. Et puis tu diras « Mais je lui avais dit de ne pas venir. Il est fou. Il me fait mal autant qu’à lui. Nous aurions parlé chez moi, loin des autres. J’aurais fait le ménage dans cette vie que je viens de vivre et dont il se faisait une montagne. Beaucoup de choses seraient parties d’elles-même. Et puis qu’est-ce qu’il est allé s’imaginer… »
Beaucoup trop, c’est sûr. Mais, quand tu vivais cette vie-là, tu la vivais sans moi. Il t’en restera des morceaux qui ne m’appartiendront jamais. Moi, j’attendais ton retour. Tu l’as cent fois différé. Peut-être as-tu réussi à te construire une indépendance, mais pendant ce temps-là, moi, je fabriquais ma dépendance. Et ma dépendance me minait. Elle s’en prenait à mon amour. D’heure en heure, elle devenait suicidaire. Il y a déjà deux nuits que je suis en dessous du degré zéro, de la joie de vivre. Deux nuits pendant lesquelles des millions de trains sont passés sur les rails qui cisaillent ma poitrine. Des trains cons, pleins de clichés et de fausses idées sur toi, plein de reproches injustifiés et d’accusations sans fondements. Mais aussi des beaux trains, des trains bleu ciel, purs comme mon absolu, des trains qui passent sans faire de bruit mais qui découpent la nuit avec de longs couteaux affilés. Les chairs repoussent ensuite, les cicatrices sont propres, mais elles restent là, à jamais, pour témoigner.
Et pendant ces deux nuits, pendant cette troisième qui s’achève, toi, tu vivais, tu ne comprenais rien. Toi qui d’habitude sens si bien les choses, tu me laissais dépérir sur pied. Sans doute pensais-tu ne pas vraiment nous abîmer. Tu ne pensais pas à mal puisque tu n’en faisais pas. Et peut-être te disais-tu que cette séparation nous tonifierait, que tu serais moins fragile et que ce temps passé loin de moi te donnerait la force d’exister, entière face à mes exigences . Exigences démesurées… Qu’est-ce que je donne en échange ?
Et bien, je te donne ça, cette lettre, le gouffre de mes sentiments, ma mort qui calmera mes tourments absurdes. Je te jure que j’aurais préféré te donner ma raison, ma vie, tous mes espoirs. Car tout ce que tu as à me dire est sûrement plein de beautés, de sincérité. Tu vas me dire que tu m’aimes. Mais tu n’as pas besoin de moi. Ou si peu. Tu sais te suffire de toi-même. Notre amour t’a semblé doux. Pas plus. C’était peut-être nouveau pour toi. Mais je ne t’ai pas manqué. Ou si peu…
Croire ou bien douter de toi ? Qui vient de me quitter ? Qui a menti ? Une heure d’extase et déjà le doute qui me ronge. N’était-ce pas de l’aumône, petit saint-bernard ? Tu as débouché le petit tonnelet de cognac, tu m’as fait une piquouse de petit bonheur, une intraveineuse de ta voix. Tu dois te dire que ça soulage. Que ça prolonge le malade. Et puis tu repars, tu vis. Moi je crève. Je souffle comme un phoque. Quand je pense à toi, il faut que j’inspire un grand coup. Quand je veux te rejeter, il faut que j’expulse… Ca doit bien m’arriver trois-quatre fois par minute… Le crabe que tu m’as mis aux tripes, retire-le. Il me bouffe le foie. Il me rappelle mes angoisses de gosse, cette image de mon bouquin de mythologie grecque, Prométhée enchaîné, dévoré par un vautour.
Mais le vautour, au moins, était à l’extérieur. Cela saignait à l’air libre. C’était de la blessure propre. Mon crabe me mange de l’intérieur. Délivre-moi de mon doute.

Mon amour,
Tu n’as presque jamais répondu à mes lettres. Pour celle-ci tu auras une excuse. Ce n’est pas la première fois que tu me fais mal, mais en partant tu me fusilles. Tu me laisses ce bébé que je vais avoir du mal à aimer tout de suite parce qu’il est le prix d’un échange. Lui contre toi. C’est toi que je voulais. C’est toi qui n’es plus là. J’en crève de douleur. Tu m’aimerais en cet instant parce que je n’ai plus rien d’un romantique à quatre sous. J’ai les yeux secs. Il n’y a plus rien à pleurer en moi. Je t’ai tout donné.
Fallait pas me quitter maintenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
lutiniellelutinielle   12 septembre 2012
Lettre-miroir de Camille à Tristan :

Un mot sur la compromission, Tristan.
De compromettre, tu as gardé ce qu'il y a de plus con : promettre. Ah ! ça, pour promettre, il promet.. Et, comme petit poisson veut devenir grand, il s'arme et en même temps il s'affadit. Pour ne pas être mangé, pour ne pas être montré du doigt, pour ne pas être péché parce que trop gros ou trop brillant, il se fond dans la masse, il louvoie, il évite les extérieurs. Petit poisson-mouton. Moyen poisson-mouton. Gros poisson-mouton. ça y est, mon gros, t'as bien négocié. t'es compromis jusqu'à l'arête.
J'ai mon Littré sur la table. Le vieux me dit que compromettre c'est d'abord mettre un terme de droit : "S'engager par acte à s'en rapporter au jugement d'un arbitre sur un objet de litige." C'est clean, rien à dire. Une autorité qui tranche, des moutons qui suivent...
Mais c'est après que ça dérape.
"Compromettre.2. v.a.fig. Mettre en compromis, c'est-à-dire remettre à la décision d'autrui et par conséquent exposer à quelque atteinte. Compromettre sa dignité. Compromettre les intérêts de quelqu'un." Ouille, ouille, ouille, démasqué, les petits moutons. On était bien peinards, on s'en rapportait au jugement d'au arbitre et tout d'un coup on s'en remet à la décision d'autrui. On a cédé du terrain. La volonté et la dignité en prennent pour leur compte.
Mais ce n'est pas fini. Il faut aller jusqu'au bout de l'infamie :
"Compromettre.3. Mêler quelqu'un dans une affaire de manière à l'exposer à des embarras ou à des préjugés."
ça y est, le tournant est pris. Jusqu'alors on se laissait mener par le bout du nez, ou du cœur, ou de la lâcheté. Maintenant on fait du mal, exprès. Le ver est dans le fruit. Il n'y a plus qu'à retourner le canon du revolver contre soi :
"Se compromettre, v. refl.S'exposer à des embarras, à des périls."
Oui Tristan, c'est comme ça. Littré dit qu'une femme se compromet lorsqu'elle expose sa réputation. Ou qu'un homme se compromet lorsqu'il engage une lutte avec un adversaire indigne de lui...
N'oublie pas.
Moi, maintenant, je suis au-dessus de cela.

Camille
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lanto_OnirinaLanto_Onirina   17 décembre 2013
Tu m'as décroché mes étoiles. Tu as donné de grands coups de hache dans notre amour. Tu m'as cassé mon rêve. Tu m'as sonné comme un boxeur. Je ne marche pas encore sur les genoux, mais j'ai les chevilles en coton. Tout se dérobe. Je ne sais plus où aller. Je me cogne. La seule porte de sortie, c'est toi, et c'est fermé. J'ai voulu cent fois courir parce que je te voyais, mais, comme dans les aéroports, les baies étaient en verre épais. Ça fait mal quand on croit décoller et qu'on se les prend de plein fouet. On tombe comme les chevaux dans les abattoirs sous le coup bien placé d'un maillet. Tout s'écroule à cette seconde, tu meurs debout, le décor s'effondre ; les jambes rentrent dans la tête, la tête s'enfonce dans le sol. Et si, par hasard, tu en réchappes, c'est pour mourir quelques mètres plus loin, devant une autre porte vitrée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
SatineSatine   15 mai 2011
Mon amour,
Tu n’as presque jamais répondu à mes lettres. Pour celle-ci tu auras une excuse. Ce n’est pas la première fois que tu me fais mal, mais en partant tu me fusilles. Tu me laisses ce bébé que je vais avoir du mal à aimer tout de suite parce qu’il est le prix d’un échange. Lui contre toi. C’est toi que je voulais. C’est toi qui n’es plus là. J’en crève de douleur. Tu m’aimerais en cet instant parce que je n’ai plus rien d’un romantique à quatre sous. J’ai les yeux secs. Il n’y a plus rien à pleurer en moi. Je t’ai tout donné.
Fallait pas me quitter maintenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LiliGalipetteLiliGalipette   11 juin 2012
« Le matin du troisième jour, nous avons commencé à comprendre que ce voyage avait un sens et que nous allions beaucoup plus loin que le simple bonheur d’être ensemble. » (p. 94)
Commenter  J’apprécie          240
Videos de Patrick Poivre d'Arvor (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Poivre d'Arvor
Dans La Grande Librairie François Busnel reçoit :
Delphine de Vigan, Les Heures souterraines (JC Lattès) Véronique Ovaldé pour Ce que je sais de Vera Candida (L'Olivier) Patrick Poivre d'Arvor pour Fragments d'une femme perdue (Grasset) Justine Lévy pour Mauvaise Fille (Stock)
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

PPDA

Quel est le nom de naissance de Patrick Poivre d'Arvor ?

Patrick Poivre
Patrick d'Arvor
Patrick Poivre de Benoist de la Pépinière d'Arvor
Patrick Arvor

8 questions
35 lecteurs ont répondu
Thème : Patrick Poivre d'ArvorCréer un quiz sur ce livre
.. ..