AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.36/5 (sur 362 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) le : 23/04/1955
Biographie :

Paul James McAuley est un botaniste et auteur de science-fiction britannique. Diplômé en biologie et docteur en botanique, McAuley a longtemps travaillé comme chercheur universitaire, notamment à Oxford et UCLA, ainsi qu'en tant que professeur à l'Université de St. Andrews. De par sa formation, l'auteur écossais écrit surtout de la hard science, traitant de sujets tels que les biotechnologies, les uchronies et univers parallèles, les voyages dans l'espace...

Paul J. McAuley commence par écrire un space opera se déroulant dans un futur lointain, "Quatre-cent milliards d'étoiles" dont "Secret Harmonies" et "La lumière des astres" continuent d'explorer la trame et qui a remporté le "Philip K. Dick Memorial Award". Un autre de ses romans, "Fairyland", a également remporté en 1995 le "Arthur C. Clarke Award" du meilleur roman de SF publié en Grande-Bretagne ainsi que le "John W Campbell Award" du meilleur roman.

On lui doit également un roman mi fantasy steampuck mi policier se déroulant dans l'Italie de la Renaissance, "Les conjurés de Florence", ainsi que plusieurs nouvelles, dont une parue dans le cadre de l'anthologie "Divergences 001" consacrée aux uchronies et dirigée par Alain Grousset.


Blog : http://www.unlikelyworlds.blogspot.com
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Paul J. McAuley   (25)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
Tu sais ce qui me manque le plus ? demanda Ritchy. Le porc. Le bacon et les saucisses. Le jambon. Il paraît que les Allemands essayent de cloner des cochons résistants à la grippe. Si c'est vrai, j'espère qu'ils vont se grouiller.
Commenter  J’apprécie          300
Poussé par la marée et un vent vif, un amas d’herbe-bulle traversa le Flot durant la nuit pour s’échouer au nord de l’île. Lucas entreprit peu après l’aube de le ratisser pour aller le jeter, brouettée après brouettée, dans une des fosses à compost où il se décomposerait en un engrais liquide saturé de nutriments. L’adolescent redescendait ainsi, pour la trentième ou quarantième fois, le raidillon qui menait à la rive, quand il aperçut quelqu’un en train de marcher sur l’eau avec des gestes de skieur de fond : Damian, qui franchissait le bras de mer séparant l’île des citernes flottantes et cabanes en pilotis de la ferme crevetticole que possédait son père. Il était encore tôt, mais il faisait déjà chaud. Une superbe journée de septembre, sans le moindre nuage dans le dôme bleu du ciel.
(Incipit)
Commenter  J’apprécie          287
Ils s'enfoncèrent ainsi dans la brume. Les petits bruits qu'ils produisaient paraissaient amplifiés, intimes. De temps à autre, Lucas passait la main par-dessus bord pour recueillir au creux de sa paume un peu d'eau qu'il goûtait. Il expliqua à Damian que l'eau douce se mêlait difficilement à l'eau salée: tant qu'elle restait douce, ils demeuraient sur la rivière et ne devraient de fait rencontrer aucun obstacle. Damian sembla sceptique, mais haussa les épaules quand Lucas le mit au défi de trouver un meilleur moyen de s'orienter dans ce brouillard sans s'échouer sur un banc de vase.
Commenter  J’apprécie          280
-Il y a longtemps les guerres etaient livrées sur un champ de bataille choisi par les deux camps. Leurs armées s'y donnaient rendez-vous. Se mesurait l'une à l'autre.
Commenter  J’apprécie          290
Sous la lumière diffuse de l'énorme soleil blaffard , tout était carmin et vermillon , mais le projecteur tournant du coopter révélait ... la fantastique dentelle bleu turquoise et jaune des falaises ... les dunes constellées de mika . Sous une autre lumière ce monde aurait peut-être été beau , mais sous le regard torve de la naine rouge , il n'était que lugubre .
Commenter  J’apprécie          210
« E.T. go home.
— Comment ça ?
— C’est ce qu’on écrivait partout, à l’époque. Y compris en lettres de trente mètres de haut sur la piste principale de l’aéroport de Luton. On a aussi creusé des fossés de la forme des lettres, dans les South Downs, on les a remplis de gazole auquel on a mis le feu. Ça se voyait de l’espace. Histoire de faire savoir aux inhumains qu’ils n’étaient pas les bienvenus… Que nous n’avions pas besoin d’eux. »

Commenter  J’apprécie          170
- Ca ne ressemble pas à des marques de morsures humaines
Commenter  J’apprécie          190
Le ciel cramoisi était traversé d'un horizon à l'autre de torsades oranges blafardes annonçant une tempête .
Commenter  J’apprécie          180
Il y a beaucoup de science pervertie , beaucoup de crimes contre la nature .
Commenter  J’apprécie          160
Cette créature n'a pas de tête , ou alors le troisième anneau , là où se trouve la bouche . Vous voyez les clichés ? Chaque anneau est très nettement autonome . Chacun possède un système nerveux , mais on ne voit pas de moelle épinière , juste quelques connexions entre les anneaux . Peut-être que ces modules sont des ganglions , peut-être pas , je vous le dirais plus tard . À mon avis ça fonctionne en raiseau .
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Paul J. McAuley (483)Voir plus

Quiz Voir plus

Peintures

Qui a peint le célèbre tableau "Naissance de Vénus" ?

M. Grünewald
Véronèse
Giotto
Botticelli

12 questions
116 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}