AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bernard Sigaud (Traducteur)
EAN : 9782253096757
567 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (20/05/2009)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 17 notes)
Résumé :

L'Afrique noire dans trente ans. Le coeur de la forêt primaire a été dévoré par la Fièvre plastique : une manipulation génétique destinée à faire produire du plastique par des arbres, échappant à tout contrôle, a contaminé la forêt puis les animaux et jusqu'aux humains. Nicholas Hyde a été le témoin d'une escarmouche où la plupart de ses compagnons ont ét&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
finitysend
  25 janvier 2017
Un thriller efficace , en Afrique dans contexte high Tech : Les diables blancs .
C'est un long thriller à la narration intense.
Du fait de la complexité de l'intrigue ,du fait du nombre important de personnages ,du fait de la complexité de l'arrière-plan scientifique et politique :
Il faut peut-être retenir son souffle et être assez endurant pour le savourer.
C'est vraiment une immersion dans une Afrique futuriste et dans un monde sérieusement déroutant ,crédible et inquiétant .
Voilà un thriller efficace avec des personnages très bien construis et remarquablement insérés dans une intrigue très bien ficelée .
Les personnages sont d'une solidité à toute épreuve et c'est remarquable, car ils sont nombreux .
Les thèmes principaux du roman sont l'Afrique ( paysage , colonialisme et néocolonialisme … ) et l'ingénierie génétique .
Le roman pointe les incidences des technologies génétiques qui peuvent se développer dans un avenir prévisible et c''est fait de façon aussi sobre que efficace .
Il nous immerge dans ce continent par le biais d'une vision très objective du néocolonialisme .
Ce point est développé de façon " clinique " : sans clichés idéologiques et sans naïveté ou dramatisation misérabiliste .
Malgré tout il y a encore des valeurs positives mais l'avenir que nous propose l'auteur ne sera pas un long fleuve tranquille ! ... ..
Un must pour les amateurs de thriller et de SF " réaliste
PS : Un roman que je recommande à ceux qui n'ont rien lu de très contemporain en SF .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          482
petitepom
  08 novembre 2012
Je suis déçue par cette lecture; le sujet m'interesse beaucoup, c'est le genre de Sf que j'affectionne, je l'ai déja abordé avec " les hommes dénaturés" de Nancy Kress.
Déja mon livre presente des problèmes de reliure, il me manque des pages, je suis passée de la page 192 à la page 241 sans rien n'y comprendre, une fois que je me suis appercue de cela, j'ai cherché si les pages étaient plus loin mais non, donc j'ai repris ma lecture, certains personnages nouveaux étaient présent mais je me suis dit que je finirais par comprendre leur role. Au début de la 2° partie, voila que j'ai l'impression de lire la même chose, évidement, j'étais de nouveau à la page 241, mon interet pour cette lecture a commencé à s'emietter.
Le sujet principal de ce livre est "les diables blancs", ce roman fait principalement de dialogue est facile à lire mais il avance avec un tel lenteur, sans aborder le sujet qui nous interesse. On tourne autour, au départ, c'est normal, on doit se familiariser avec l'environnement : on apprends que plusieurs laboratoires privés ont fait tout et n'importe quoi pour pallier les problémes de pollution et environementaux ; La société "Oligate" les a tous racheté pour controler les dérives , en plus une grippe noire a décimer la population sur Terre, afin de profiter de plus de liberté, Obligate s"est installé en Afrique , décor du livre.
Le personnage principal, Nicholas, veut faire connaitre la vérité sur les diables blancs, cette partie de l'histoire est, en fait la seul qui est cohérente et prenante, mais là encore elle évolue lentement pollué par des chapitres qui nous parlent toujours de la même chose, il y a peu d'évolutions et de révélations, les dialogues sont monotones ; il faut atttendre la fin du livre pour connaitre la vérité sur les diables blancs, cette vérité est sans surprise, bien sûr, l'interet de cette lecture aurait été la façon donc cette vérité est découverte et là, c'est assez mal mené.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Riduidel
  14 mars 2020
ce roman est assez intriguant.D'abord, parce qu'il place le lecteur de SF que je suis dans un environement inhabituel : l'Afrique du milieu du XXIème siècle.Ensuite parce qu'il traite de thèmes somme toute communs en les prenant "à l'envers".Et enfin parce qu'il utilise une construction tout à fait typique du roman d'aventure/action.Mais reprenons du début.Notre héros s'appelle Nicholas Hyde, il est quasi-légiste, chargé de donner un nom et une mémoire aux innombrables victimes d'un quelconque génocide africain (attention, je ne dis pas ça de manière péjorative, c'est juste le ressenti qu'à le héros de son travail) quand il est victime avec ses collègues d'une attaque étrange, qui va peu à peu le faire tomber dans un complot plutôt étrange. Et si j'en dis plus, je dépasserai les spoilers admissibles ... que je me sens autorisé à lancer à partir de maintenant.Comme je le disais en ouverture, l'oeuvre dans laquelle on plonge est assez intriguante. Une partie de cet aspect provient de la construction même du roman : Nick va se mettre à la recherche de la vérité dans une Afrique où elle est beaucoup plus variable que dans notre vieille Europe. Et bien, sûr, l'un des jeux de l'auteur avec son lecteur sera d'essayer de le perdre dans les circonvolutions de ce complot plutôt mal fagotté visant à masquer quelques traces. Ca n'est pas forcément la chose la plus intéressante dans cette histoire.Ce qui m'a beaucoup plus intéressé, c'est le questionnement constant sur les limites de ce qu'est un humain. Entre Nick lui-même dont on apprend la nature avec beaucoup de retard (mais peu de surprise pour moi, justement à cause de mon historique de lecteur de SF), les aimables et les diables blancs, la question dans ce roman n'est pas de savoir jusqu'où va l'humain dans l'avenir, mais à partir de quel moment on est humain. Je m'explique : ces diables blancs et ces aimab les sont tous les deux des espèces mutant à partir d'êtres humains, mais mutant dans le but de remonter l'arbre de notre évolution. Ainsi, ils essayent initiallement de se rapprocher des australopithèques. Mais sont-ils encore humains ? C'est à mon avis à cette question que ce roman tente de répondre.Hélas, le succès n'est pas forcément au rendez-vous, car dans le même temps l'auteur essaye de dresser un portrait réaliste de l'Afrique, ce qui nuit malheureusement aux visées scientifiques de cet ouvrage.Je dois dire que cet aspect, ainsi que l'écriture assez froide de l'auteur, m'ont conduit à une lecture prudente, au ralenti (comme sur une piste de brousse) de ce roman épais et complexe. Non pas qu'il soit mauvais. Je le trouve même intéressant, en un sens, mais d'un abord très ardu.Bref, un livre à réserver aux amateurs avertis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MarcBibliotheca
  04 janvier 2010
L'Afrique noire en 2040. En plus des incessantes guerres civiles, de terribles guerres civiles l'ont ravagée dont la Fièvre plastique, une manipulation génétique destinée à faire produire du plastique par des arbres, échappant à tout contrôle, a contaminé la forêt puis les animaux et jusqu'aux humains. Et ces terres dévastées ont été recolonisés, non pas par des pays étrangers, mais par d'importantes multinationales spécialisées dans la recherche génétique. Et l'Afrique noire est devenue leur terrain de jeu. le Congo se voit ainsi confié à la société Obligate, une multinationale au pouvoir immense et prête à tout pour développer ses recherches...
Pour la suite : CLIQUEZ sur le LIEN ci-dessous !!!
Lien : http://bibliotheca.skynetblo..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
finitysendfinitysend   09 février 2016
Il y a beaucoup de science pervertie , beaucoup de crimes contre la nature .
Commenter  J’apprécie          140
finitysendfinitysend   09 février 2016
- Un chimpanzé albinos au corps rasé qui a fortement déplu à quelqu’un , dit-il .
Commenter  J’apprécie          120
finitysendfinitysend   08 février 2016
- Ca ne ressemble pas à des marques de morsures humaines
Commenter  J’apprécie          170

autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3235 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre