AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.49 /5 (sur 134 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) le : 22 juillet 1946
Biographie :

Paul Jorion est anthropologue et sociologue, spécialisé dans les sciences cognitives et l'économie, né le 22 juillet 1946 en Belgique.
Il a enseigné dans les universités de Bruxelles, Cambridge, Paris VIII et l'université de Californie à Irvine. Il a également été fonctionnaire des Nations-unies (FAO), participant à des projets de développement en Afrique.


Élève de Claude Lévi-Strauss et du mathématicien Georges-Théodule Guilbaud dans ce domaine, Jorion a fait progresser la modélisation algébrique de systèmes de parenté, résolvant en particulier le système matrimonial des Pende du Congo (en collaboration avec Gisèle de Meur et Trudeke Vuyk), et réconciliant plusieurs interprétations contradictoires du système de parenté des Murngin d'Australie (à partir d’une recherche menée en commun avec Edmund Leach, son professeur à l’Université de Cambridge). Il est co-auteur avec Douglas R. White de plusieurs articles relatifs à la formalisation de l’algèbre de la parenté. En 1981, alors qu’il enseigne à Cambridge, il met au point le P-graphe (un type particulier de dual d’un graphe) qui sera utilisé dans l’analyse des réseaux et plus spécialement des généalogies.
En 1984, il publie en collaboration avec Geneviève Delbos La Transmission des savoirs, un ouvrage sociologique et épistémologique consacré à la transmission des savoirs empiriques traditionnels et dont les exemples couvrent la petite pêche, la saliculture et l'ostréiculture. Les auteurs mettent en évidence les contraintes auxquels sont soumis ces savoirs en raison des impératifs de la reproduction de l’unité familiale. Les savoirs traditionnels sont du coup de nature essentiellement privée et portent sur le singulier plutôt que sur l'universel. Les auteurs offrent des exemples de malentendus nés entre praticiens et scientifiques, faute pour ces derniers de comprendre les objectifs propres du savoir empirique : « faire avec » l’ici et le maintenant.


En 1989, Jorion participe aux travaux du laboratoire d'intelligence artificielle des British Telecom, où il développe le logiciel "ANELLA" (Associative Network with Emerging Logical and Learning Abilities) dont l'"intelligence" est guidée par une dynamique d'affect - qui s'avère être également une dynamique de pertinence. Son ouvrage Principes des systèmes intelligents (1990) fait le pari que c'est la psychanalyse qui offrira à l’intelligence artificielle son authentique cadre de référence.


En 1993, Jorion fonde le groupe de recherche appelé "Thé
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Thomas Jorion - Silencio .
Thomas Jorion vous présente son ouvrage "Silencio" aux éditions La Martinière. http://www.mollat.com/livres/silencio-9782732460154.html Notes de Musique : 06 Sewing Song (by Weerthof). Free Music Archive
Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
ErnestLONDON   05 septembre 2017
Se débarrasser du capitalisme est une question de survie de Paul Jorion
Ce n’est donc pas l’Europe en tant que telle qui est cause du malheur des peuples, mais l’idéologie agressive de ceux qui la dirigent et qui au lieu d’unir les nations dans un projet commun les dresses les unes contre les autres et, à l’intérieur de chacun de celles-ci, dresse chaque individu contre tous les autres, sous la bannière inhumaine des dogmes de concurrence-compétition-compétitivité.
Commenter  J’apprécie          152
Walktapus   03 août 2014
La survie de l'espèce de Paul Jorion
(l'épouse du dessinateur à son mari)

- Ah au fait, dans ta métaphore, t'avise pas de me dessiner en plastoc, hein , genre macho man il a tout compris et madame elle suit les lumières de son jules. On n'est plus en 1943.

- B... bien sûr mon amour

- Et t'avise pas non plus de me faire une moustache !

- Bien sûr que non mon amour !
Commenter  J’apprécie          100
LeCombatOculaire   20 mai 2016
Le dernier qui s'en va éteint la lumière de Paul Jorion
Rousseau avait écrit : « Le premier qui, ayant enclos un terrain, s'avisa de dire : "Ceci est à moi", et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, que de guerres, que de meurtres, que de misères et d'horreurs n'eût point épargnés au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le fossé, eût crié à ses semblables : "Gardez-vous d'écouter cet imposteur ; vous êtes perdus, si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que la terre n'est à personne" ».
Commenter  J’apprécie          80
ericlesapiens   07 octobre 2018
Le dernier qui s'en va éteint la lumière de Paul Jorion
Pour Freud, l'homme abandonne une part de sa liberté pour gagner en sécurité et, du coup, tandis que la civilisation progresse, sa satisfaction libidinale doit consentir des sacrifices de plus en plus lourds : plus la sécurité augmente, plus les société peuvent devenir densément peuplées, et plus la satisfaction libidinale se voit frustrée.
Commenter  J’apprécie          80
LeCombatOculaire   20 mai 2016
Le dernier qui s'en va éteint la lumière de Paul Jorion
Hegel : « On recommande aux rois, aux hommes d'Etat, aux peuples de s'instruire principalement par l'expérience de l'histoire. Mais l'expérience et l'histoire nous enseignent que les peuples et les gouvernements n'ont jamais rien appris de l'histoire, qu'ils n'ont jamais agi suivant les maximes qu'on aurait pu en tirer. »
Commenter  J’apprécie          70
alouett   14 novembre 2012
La survie de l'espèce de Paul Jorion
Le but du jeu : le but du jeu du partage du surplus est de partager le surplus le moins possible
Commenter  J’apprécie          80
ErnestLONDON   04 septembre 2017
Se débarrasser du capitalisme est une question de survie de Paul Jorion
S’il n’y a pas de prise de conscience générale, pas de rébellion dans les cinq années qui viennent, c’est cuit pour l’espèce humaine ! Se débarrasser du capitalisme était une question de justice au XIXe siècle, maintenant c’est une question de survie.
Commenter  J’apprécie          70
Mimimelie   13 novembre 2016
Le dernier qui s'en va éteint la lumière de Paul Jorion
La nature ne résout pas les problèmes qui finissent par se poser : elle se débarrasse, dans sa splendide indifférence, de tout ce qui ne marche pas ; elle recommencera plus tard, car sa luxuriance sur une planète comme la Terre est une donnée.
Commenter  J’apprécie          70
alouett   14 novembre 2012
La survie de l'espèce de Paul Jorion
Notez que le terme demandeur d’emploi reflète seulement le point de vue administratif. Si vous demandez à l’administration de faire un truc, vous êtes demandeurs (l’Administration est polie). Mais sur le marché de l’emploi, on devrait plutôt dire que Judith est une offreuse de travail, car elle offre sa capacité de travail à l’humanité. L’humanité n’est pas forcément intéressée. Et pour cause : grâce aux machines, l’humanité a de moins en moins besoin de travail. C’est un de ces problèmes complexes qu’il est plus simple de résoudre en décrétant que c’est la faute à quelqu’un. Dans le cadre de la compétition permanente, malheur au perdant (…). Outre le fait que ça élimine en priorité ceux qu’on estime être les moins utiles, ça incite ceux qui restent, quand on le leur demande gentiment, à courir plus vite
Commenter  J’apprécie          50
michdesol   08 août 2016
Le dernier qui s'en va éteint la lumière de Paul Jorion
Nous pouvons nous identifier à d'autres êtres humains - une disposition qui vient tout naturellement à certains d'entre nous -, mais nous sommes incapables de nous identifier au destin du genre humain tout entier, et donc de nous impliquer pleinement dans sa survie. Nous arrivons à donner un sens à notre propre vie, mais donner un sens à l'histoire de notre espèce dépasse les frontières de notre imagination.
Commenter  J’apprécie          50
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



.. ..