AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213704511
Éditeur : Fayard (01/03/2017)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Une machine à concentrer la richesse, laissant une poignée de vainqueurs face à une armée de vaincus : voilà ce qu’est devenu le capitalisme. L’État-providence n’aura duré qu’une saison, la révolution technologique en cours réduit le marché de l’emploi.
Le court-termisme règne en maître, la défense de privilèges aussi exorbitants que médiocres bloque toute tentative de sauvetage.
La finance et l’économie pouvaient être réformées au lendemain de l’effon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ErnestLONDON
  07 septembre 2017
Anthropologue et sociologue de formation, Paul Jorion a travaillé dans l'intelligence artificielle comme ingénieur, puis a effectué une incursion dans le monde de la finance au département de la gestion du risque de la banque Countrywide, pour concevoir des algorithmes dont la complexité dépassait les compétences des économistes ou des comptables, encouragé par Claude Lévi-Strauss, son maître, qui voyait là une occasion unique pour qu'un anthropologue pénètre dans ce milieu.
(...)
De même que le progrès technologique et la mécanisation du travail ces dernières décennies, la robotisation et la logiciélisation à venir provoqueront une destruction de l'emploi car le profit que représente la diminution du travail, est confisqué par certains au dépendant d'autres. La rareté entraîne une baisse des salaires jusqu'en deçà du minimum de subsistance, et une augmentation de la précarité, une « ubérisation » de l'économie. Paul Jorion considère comme insoluble le problème du chômage. La seule solution serait d'accepter la mécanisation du travail tout en veillant à ce que son bénéfice aille dans un pot commun pour servir la communauté dans son ensemble. « S'il n'y a pas de prise de conscience générale, pas de rébellion dans les cinq années qui viennent, c'est cuit pour l'espèce humaine ! Se débarrasser du capitalisme était une question de justice au XIXe siècle, maintenant c'est une question de survie. » ajoute-t-il.
(...)
Animé par une lucidité et un sentiment d'urgence inflexibles, il alerte et prescrit des remèdes. Il ne reste plus qu'à appliquer le traitement.
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          154
reve2003
  09 mars 2018
J'ai lu avec difficulté parfois ce livre qui est, somme toute, très intéressant. Ce sont les théories bancaires qui m'ont le plus rebutées. En effet, l'auteur démontre la faiblesse du système et pour cela il nous explique ce qui a réellement provoqué la crise économique et les pistes pour y remédier.
Commenter  J’apprécie          62
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
ErnestLONDONErnestLONDON   05 septembre 2017
Ce n’est donc pas l’Europe en tant que telle qui est cause du malheur des peuples, mais l’idéologie agressive de ceux qui la dirigent et qui au lieu d’unir les nations dans un projet commun les dresses les unes contre les autres et, à l’intérieur de chacun de celles-ci, dresse chaque individu contre tous les autres, sous la bannière inhumaine des dogmes de concurrence-compétition-compétitivité.
Commenter  J’apprécie          152
ErnestLONDONErnestLONDON   04 septembre 2017
S’il n’y a pas de prise de conscience générale, pas de rébellion dans les cinq années qui viennent, c’est cuit pour l’espèce humaine ! Se débarrasser du capitalisme était une question de justice au XIXe siècle, maintenant c’est une question de survie.
Commenter  J’apprécie          70
reve2003reve2003   09 mars 2018
Et ce que l'on voit maintenant avec "l’uberisation" de l'économie, c'est que les salaires tombent en deçà du salaire de subsistance, en mettant en concurrence tous ceux qui peuvent faire quelque chose.
Commenter  J’apprécie          10
reve2003reve2003   09 mars 2018
La formule de la règle d'or implique qu'aussitôt que le coupon moyen de la dette souveraine d'une nation dépasse le taux de croissance de son économie le rapport dette/PIB se dégrade inéluctablement.
Commenter  J’apprécie          10
reve2003reve2003   09 mars 2018
La mécanisation est un progrès collectif. Mais, si elle est confisquée par quelques-uns en opprimant tous les autres, ce n'est plus un progrès.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Paul Jorion (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Jorion
Thomas Jorion - Silencio .Thomas Jorion vous présente son ouvrage "Silencio" aux éditions La Martinière. http://www.mollat.com/livres/silencio-9782732460154.html Notes de Musique : 06 Sewing Song (by Weerthof). Free Music Archive
autres livres classés : anticapitalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
407 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre