AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

François Rivière (Préfacier, etc.)
EAN : 9782258077904
912 pages
Omnibus (12/06/2008)
3.96/5   81 notes
Résumé :
- L'Inimitable Jeeves
- Allez-y, Jeeves
- Merci, Jeeves
- Ca va, Jeeves ?

Dans une Angleterre éternelle peuplée de jeunes filles énergiques et épuisantes, de tantes redoutables, d'oncles débonnaires et passifs, de toute une galerie de personnages excentriques, domine la figure de Jeeves, le génial et flegmatique majordome du narrateur Bertie Wooster, jeune célibataire oisif et écervelé qui a l'art de se fourrer dans des situati... >Voir plus
Que lire après Jeeves - Intégrale, tome 1Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Un peu de légèreté, en ces temps troublés, c'est une nécessité. La lecture d'un Wodehouse me paraissait être une merveilleuse idée, et, me fiant à l'avis de Keisha, je me suis lancée avec un certain enthousiasme à la suite de l'imperturbable butler qui fit les délices des lecteurs anglais du XXème siècle.

Le premier tome que j'ai acheté chez Omnibus comporte 4 titres. : l'inimitable Jeeves, Allez-y Jeeves, Merci Jeeves et ça va, Jeeves ? Admirez la brièveté et l'efficacité des titres !

Avant toute chose, je vous donne un seul et unique conseil : ne lisez pas les romans d'une traite. le côté répétitif des situations risque fort de vous paraitre longuet et ennuyeux. Je me suis arrêtée au troisième, repue avec comme un mal de coeur tel que celui qu'on ressent quand on s'est gavé de sucreries. Vous voyez ce que je veux dire ?

Dégustés à quelques semaines d'intervalle, ces 4 premiers épisodes sont rafraichissants et fort plaisants.

Je présente l'un des tandems les plus connus de la littérature britannique : d'abord, le flegmatique Jeeves, dont l'intelligence est largement supérieure à celle de son "maître", le farfelu et stupide Bertie Wooster, jeune célibataire ne faisant rien de ses dix doigts, fortune oblige. Ce dernier à l'art de se fourrer dans des situations inconfortables, parce qu'il a toujours la faiblesse de vouloir aider l'un de ses amis. En général, les amis en question sont encore plus bêtes que lui, surtout si une demoiselle est en jeu. le seul espoir de cette bande d'écervelés réside en la personne de Jeeves, dont l'humour pince-sans-rire, les nombreuses relations et un sens inné de la débrouillardise permettent à l'incorrigible Bertie d'échapper à n'importe quel désastre domestique ou imbroglio amoureux.

Et franchement, beaucoup de chapitres sont réellement réjouissants, et je me suis surprise à sourire bêtement presque tout au long de ma lecture. Entre les excentricités de Bertie (le réveil du matin est toujours un événement mémorable, du même que le choix de ses costumes), sa mauvaise foi, la stupidité de ses amis et ses quelques escarmouches avec jeeves (car le digne butler ne se prive pas d'humilier le pauvre Bertie), impossible de ne pas se sentir joyeux et léger. Et ma foi, c'est bien tout ce que je demande actuellement à mes lectures !

PS : imaginez ma joie lorsque j'ai découvert l'existence d'une série tv des années 90 avec Stephen Fry dans le rôle de Jeeves et Hugh Laurie dans celui de Wooster ! ça doit être quelque chose...
Commenter  J’apprécie          110
Recommandé par jeeves_wilt, j'ai découvert il y a peu de temps Wodehouse et son humour anglais. Une belle découverte !
J'ai lu pour le moment "L'inimitable Jeeves", premier des 4 opus proposés dans cet ouvrage.
La construction des chapitres est répétitive : elle met en scène le narrateur Bertie Wooster, riche jeune homme anglais pas toujours très malin, qui doit venir en aide à son ami Bingo Little, encore moins malin et qui se met toujours dans des situations délicates, en général des affaires de coeur. La situation empire généralement et c'est Jeeves, le majordome de Wooster, discret, intelligent et efficace qui parvient à régler la situation, souvent au dépend de son maître.
Ce qui fait tout l'intérêt de cette lecture, c'est la relation entre Jeeves et Wooster (on ne sait plus vraiment qui est le maître...), et la plume de l'auteur pour nous raconter cela. Que c'est drôle ! On ne peut s'empêcher de sourire à chaque page ! Il suffit de lire quelques chapitres et on est souriant et détendu...
A lire pour tout ceux qui cherchent un billet de bonne humeur !
Commenter  J’apprécie          140
Coup de coeur pour humoriste « glacé et sophistiqué » - merci Gottlieb pour la formule ! -
D'abord, le nom de l'auteur qui semble à lui seul une invention tout à fait britannique pour ses sortes de roman du début du XXe siècle, les personnages que l'on peut retrouver dans des « romans pour dames » de Somerset Maugham ou même quelquefois d'Agatha Christie lorsqu'on s'enfonce dans la campagne anglaise… Trêve de suspense, il s'appelle Pelham Grenville Wodehouse, P-G - prononcer à l'anglaise, of course–pour les intimes et les couvertures où l'on manque de place pour le titre.
S'ensuit toute une série de romans où le personnage principal est le valet, inégalable de perfection, d'intelligence et d'entregent, qui répond au doux prénom de Jeeves ! Autour de lui gravite un tas d'incapables, aristocrates plus ou moins désargentés, parasites, prisonniers d'un conformisme étroit et stupide où une simple veste blanche pour un dîner devient un Hiroshima diplomatique, où la futilité le dispute à la bêtise, mais tout cela avec un humour et un sens du rebondissement tout à fait divertissant.
Un regard tendre, ironique et drôle sur la bonne société anglaise. Un couple irrésistible : Bertram Wooster et son valet Jeeves, débrouillard et diplomate, flegmatique et génial, qui aide son jeune et riche maître à se sortir des situations  impossibles dans lesquelles il se met.. Heureusement Jeeves est là et il est maître de toutes les situations, attentif au bien-être de chacun, aux lubies des uns comme aux chagrins d'amour des autres.
Évasion garantie pour qui aime le délicat fumet d'un thé de Chine dans une porcelaine anglaise avec quelques délicieux scones, de la whipped cream et de la confiture de framboise.
Lien : https://collectifpolar.blog/..
Commenter  J’apprécie          110
J'ai eu un peu de mal à entrer dans tous ces romans à la suite. Trop prévisible, trop de redites, un milieu trop superficiel, etc. Et puis plus on en lit plus on en rit, c'est vraiment le comique de répétition qui prend le dessus, On a envie de retrouver Jeeves comme on retrouve les petites bandes dessinées d'une seule ligne en bas de certains journaux. Pour se délasser après une journée d'hiver, légèreté bienvenue! Merci Jeeves.
Commenter  J’apprécie          10
Depuis que j'ai découvert les aventures de Jeeves et de Wooster je m'imaginais une série filmée, tant les petites histoires sont d'un réalisme "so british" ; Je ne m'étais pas trompée : http://www.youtube.com/watch?v=eqvddpX1uYA et suite !
Commenter  J’apprécie          01

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Eh bien, il n'y avait plus qu'une chose à faire, et je la fis. Je ne dis pas que cela ne me fit pas mal, mais il n'y avait pas d'alternative.
-Jeeves, dis-je, ces guêtres.
-Oui, Monsieur ?
-Vous les détestez vraiment ?
-Intensément, Monsieur.
-Vous ne pensez pas qu'avec le temps vous pourriez changer d'avis ?
-Non, Monsieur.
-Très bien, alors. Très bien. N'en dites pas plus. Vous pouvez les brûler.
-Merci beaucoup, Monsieur. Je l'ai déjà fait. Ce matin, avant le petit déjeuner. Un gris uni est beaucoup plus seyant, Monsieur. Merci, Monsieur. (P234)
Commenter  J’apprécie          30
Un type étonnant, ce Jeeves, décidément. La compétence incarnée. Je l'ai dit et je le répète. Prenez un petit exemple : tous les autres valets que j'ai eus ne pouvaient pas s'empêcher de faire irruption dans ma chambre, le matin, alors que j'étais encore endormi, me causant bien des souffrances. Jeeves, lui, semble savoir à quel instant précis je m'éveille, par une sorte de télépathie.
Commenter  J’apprécie          21
C’est une des caractéristiques du kleptomane, comme tu le sais sans doute, d’être incapable de distinguer la valeur intrinsèque des objets. Il chipera un vieux manteau aussi facilement qu’une bague ornée d’un diamant, ou une pipe valant quelques shillings avec le même empressement qu’une bourse pleine d’or.
Commenter  J’apprécie          00
- Quelle est la probabilité pour qu'un cobra morde Harold, Jeeves ?
 -  Faible, j'imagine, Monsieur. Et si cela se produisait, connaissant ce garçon comme je le connais, c'est uniquement pour le serpent que je me ferais du souci.
-  Cependant, restons vigilants, Jeeves.
- Très certainement, Monsieur.
Commenter  J’apprécie          00
Je m'abstins de rire, mais j'entendis distinctement deux de mes côtes flottantes qui larguaient leur amarres sous l'effort.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Pelham Grenville Wodehouse (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pelham Grenville Wodehouse
Bande annonce de la série Blandings, adaptation des romans de PG Wodehouse
autres livres classés : humour britanniqueVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (209) Voir plus



Quiz Voir plus

Jeeves

Quel est la profession de Jeeves ?

Jardinier
Valet
Chauffeur
Médecin

10 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Jeeves de Pelham Grenville WodehouseCréer un quiz sur ce livre

{* *}