AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.83 /5 (sur 356 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Château de la Possennière, près de Vendôme , le 11/09/1524
Mort(e) à : Prieué de Saint-Cosme, Tourainer , le 27/12/1585
Biographie :

Pierre de Ronsard est un poète français.

Il est d'abord page de beaucoup d'aristocrates, dont le fils du roi François Ier. Il se destinait à la carrière de militaire et de diplomate, ayant déjà été secrétaire de l'ambassadeur Lazare de Baïf; mais une grave maladie le rend à demi-sourd; il doit donc réorienter son avenir.

Le 6 mars 1543, il est tonsuré au Mans. Des bénéfices ecclésiastiques lui assurent un revenu régulier qui lui enlève tout souci matériel; ce qui lui vaut de consacrer sa vie à la poésie.

Il s'installe à Paris en 1544. C'est là qu'il contribue à former la Pléiade, groupe d'écrivains qui se donnent comme mission d'enrichir la langue française et de créer une véritable littérature française. Grand humaniste, il devient le poète le plus important du groupe avec Joachim du Bellay, qui rédige en 1549 "Défense et Illustration de la langue française".

Ronsard ne fait pas d'études littéraires régulières, il apprend sous l'influence de beaucoup d'écrivains, d'abord auprès de l’helléniste français Jean Dorat qu'il a comme maître, au collège de Coqueret.

Il fréquente des poètes, des humanistes, des clercs, des gens de cour; il y participe activement à la vie des premiers salons et à l'activité de l'Académie de poésie et de musique, créée par Jean Antoine de Baïf. Il devient en 1558 poète officiel de la cour, avec le titre de conseiller et d'aumônier ordinaire du roi.

Grand humaniste, il veut une poésie inspirée de l'antiquité tant au niveau des thèmes qu'au niveau de la mythologie; il renoue avec Homère, Virgile et Horace.

Auteur d’une œuvre vaste qui s'est porté aussi bien sur la poésie engagée et officielle dans le contexte des guerres de religions avec Les "Hymnes" et les "Discours" (1555-1564), que sur l’épopée avec "La Franciade" (1572) ou la poésie lyrique avec les recueils "Odes" (1550-1552) et "Amours" (Les Amours de Cassandre, 1552 ; Les Amours de Marie, 1555 ; Sonnets pour Hélène, 1578).
+ Voir plus
Source : www.bacdefrancais.net
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Pierre de RONSARD – Grand commentaire biographique (France Culture, 1974) Une émission spéciale, par Olivier d’Horrer, diffusée le 12 octobre 1974 sur France Culture à l’occasion du 450ème anniversaire de la naissance du poète.

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (156) Voir plus Ajouter une citation
Pierre de Ronsard
domisylzen   24 novembre 2016
Pierre de Ronsard
Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :

cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.
Commenter  J’apprécie          732
Pierre de Ronsard
Ode   16 mai 2013
Pierre de Ronsard
Comme on voit sur la branche au mois de mai la rose,

En sa belle jeunesse, en sa première fleur,

Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,

Quand l'Aube de ses pleurs au point du jour l'arrose ;



La grâce dans sa feuille, et l'amour se repose,

Embaumant les jardins et les arbres d'odeur ;

Mais battue ou de pluie, ou d'excessive ardeur,

Languissante elle meurt, feuille à feuille déclose.



Ainsi en ta première et jeune nouveauté,

Quand la Terre et le Ciel honoraient ta beauté,

La Parque t'a tuée, et cendre tu reposes.



Pour obsèques reçois mes larmes et mes pleurs,

Ce vase pleine de lait, ce panier plein de fleurs,

Afin que vif et mort ton corps ne soit que roses.
Commenter  J’apprécie          573
Pierre de Ronsard
Piatka   18 décembre 2016
Pierre de Ronsard
MADRIGAL



Si c'est aimer, Madame, et de jour, et de nuit

Rêver, songer, penser le moyen de vous plaire,

Oublier toute chose, et ne vouloir rien faire

Qu'adorer et servir la beauté qui me nuit :



Si c'est aimer que de suivre un bonheur qui me fuit,

De me perdre moi même et d'être solitaire,

Souffrir beaucoup de mal, beaucoup craindre et me taire,

Pleurer, crier merci, et m'en voir éconduit :



Si c'est aimer que de vivre en vous plus qu'en moi même,

Cacher d'un front joyeux, une langueur extrême,

Sentir au fond de l'âme un combat inégal,

Chaud, froid, comme la fièvre amoureuse me traite :



Honteux, parlant à vous de confesser mon mal !

Si cela est aimer : furieux je vous aime :

Je vous aime et sait bien que mon mal est fatal :

Le coeur le dit assez, mais la langue est muette.
Commenter  J’apprécie          510
Pierre de Ronsard
Eve-Yeshe   12 septembre 2014
Pierre de Ronsard
Chanson



Le printemps n’a point tant de fleurs,

L’autonne tant de raisins meurs,

L’esté tant de chaleurs halées,

L’hyver tant de froides gelées,

Ny la mer a tant de poissons,

Ny la Beauce tant de moissons,

Ny la Bretaigne tant d’arenes,

Ny l’Auvergne tant de fonteines,

Ny la nuict tant de clairs flambeaux,

Ny les forests tant de rameaux,

Que je porte au coeur, ma maistresse,

Pour vous de peine et de tristesse.



Pierre de Ronsard, Second livre des Amours
Commenter  J’apprécie          401
araucaria   27 août 2013
Les Amours de Pierre de Ronsard
A Cassandre



Mignonne, allons voir si la rose

Qui ce matin avoit desclose

Sa robe de pourpre au Soleil,

A point perdu ceste vesprée

Les plis de sa robe pourprée,

Et son teint au vostre pareil.



Las ! voyez comme en peu d'espace,

Mignonne, elle a dessus la place

Las ! las ses beautez laissé cheoir !

Ô vrayment marastre Nature,

Puis qu'une telle fleur ne dure

Que du matin jusques au soir !



Donc, si vous me croyez, mignonne,

Tandis que vostre âge fleuronne

En sa plus verte nouveauté,

Cueillez, cueillez vostre jeunesse :

Comme à ceste fleur la vieillesse

Fera ternir vostre beauté.
Commenter  J’apprécie          390
Pierre de Ronsard
domisylzen   27 novembre 2016
Pierre de Ronsard
Ha ! que je porte et de haine et d'envie



Ha ! que je porte et de haine et d'envie

Au médecin qui vient soir et matin

Sans nul propos tâtonner le tétin,

Le sein, le ventre et les flancs de m'amie !



Las ! il n'est pas si soigneux de sa vie

Comme elle pense, il est méchant et fin :

Cent fois le jour ne la vient voir, qu'à fin

De voir son sein qui d'aimer le convie.



Vous qui avez de sa fièvre le soin,

Je vous supplie de me chasser bien loin

Ce médecin, amoureux de m'amie,



Qui fait semblant de la venir panser :

Que plût à Dieu, pour l'en récompenser,

Qu'il eût mon mal, et qu'elle fût guérie !

Commenter  J’apprécie          330
Pierre de Ronsard
BazaR   06 janvier 2019
Pierre de Ronsard
Il ne faut s'ébahir, disaient ces bons vieillards

Dessus le mur Troyen, voyants passer Hélène,

Si pour telle beauté nous souffrons tant de peine,

Notre mal ne vaut pas un seul de ses regards.



Toutefois il vaut mieux, pour n'irriter point Mars,

La rendre à son époux, afin qu'il la ramène,

Que voir de tant de sang notre campagne pleine,

Notre haure gagnée, l'assaut à nos remparts.



(extrait d'un poème inspiré d'un passage du chant III de l'Iliade)
Commenter  J’apprécie          330
Pierre de Ronsard
Kickou   20 mars 2018
Pierre de Ronsard
A l’homme qui est né

Peu de temps est donné

Pour se rire et s’ébattre.

Nous l’avons cependant :

Qu’allons-nous attendant ?

Un bon jour en vaut quatre.
Commenter  J’apprécie          300
Pierre de Ronsard
Eve-Yeshe   28 décembre 2014
Pierre de Ronsard
Sonnet à Marie



Je vous envoie un bouquet que main

Vient de trier de ces fleurs épanouies ;

Qui ne les eût à ce vêpres cueillies,

Chutes à terre elles fussent demain.



Cela vous soit un exemple certain

Que vos beautés, bien qu’elles soient fleuries,

En peu de temps cherront, toutes flétries,

Et, comme fleurs, périront tout soudain.



Le temps s’en va, le temps s’en va, ma dame

Las ! le temps, non, mais nous nous en allons,

Et tôt serons étendus sous la lame ;



Et des amours desquelles nous parlons,

Quand serons morts, n’en sera plus nouvelle.

Pour c’aimez-moi cependant qu’êtes belle.

Commenter  J’apprécie          240
Pierre de Ronsard
Alfaric   22 octobre 2015
Pierre de Ronsard
texte de Ronsard appelant à la paix durant la première guerre de religion :



Dès longtemps les écrits des antiques prophètes,

Les songes menaçant, les hideuses comètes,

Nous avoient bien prédit que l’an soixante-deux

Rendroit de tous côtés les Français malheureux

Tués, assassinés ; mais pour n’être pas sages,

Nous n’avons jamais cru à ces divins présages.



Morte est l’autorité ; chacun vit en sa guise ;

Au vice déréglé la licence est permise ;

Le désir, l’avarice et l’erreur incensés

Ont sens dessus dessous le monde renversé

Ont fait des lieux sacrés une horrible voirie,

Une grange, une étable et une porcherie,

Si bien que Dieu n’est sûr en sa propre maison :

Au ciel est revolée et justice et raison

Et en pleur place, hélas ! règnent le brigandage

La force, le harnois, le sang et le carnage.



Tout va de pis en pis : le sujet a brisé

Le serment qu’il devait à son roi méprisé ;

Mars enflé de faux zèle et de vaine apparence

Ainsi qu’une furie agite notre France.



Qui, farouche à son prince, opiniâtre suit

L’erreur d’un étranger qui folle la conduit

Tel voit-on le poulain dont la bouche trop forte

Par bois et pas rochers son écuyer emporte

Et malgré l’éperon, la houssine, et la main

Se gourme de sa bride, et n’obéit au frein :

Ainsi la France court en armes divisées

Depuis que la raison n’est plus autorisée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Labyrinthe: C'est le Pérou et ce n'est pas le Pérou!

La Maison verte

Julio Cortazar
Gabriel Garcia Marquez
Augusto Roa Bastos
Mario Vargas Llosa

15 questions
12 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , bande dessinée , cinema , poésieCréer un quiz sur cet auteur