AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782080419293
450 pages
Flammarion (22/03/2023)
3.63/5   47 notes
Résumé :
Non content d'être l'un des réalisateurs les plus talentueux et adulés de sa génération, Quentin Tarantino est peut-être le cinéphile qui sait le mieux parler de films et transmettre sa passion incandescente pour le cinéma. Ayant fréquenté dès son plus jeune âge les salles obscures, c'est au Hollywood des années soixante-dix, celui de ses années décisives de formation, qu'il consacre plus particulièrement Cinéma spéculations - un director's cut aussi intellectuellem... >Voir plus
Que lire après Cinéma spéculationsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Depuis l'âge de sept ans, Quentin Tarantino fréquente assidument les salles de cinéma. C'est le début des années 70 ; l'époque où le Nouvel Hollywood remplace le Vieil Hollywood ; celle où les réalisateurs de l'establishment, les John Ford, Howard Hawks, George Cukor, Blake Edwards, William Wyler et tant d'autres encore sont placardisés par des cinéastes plus jeunes, anti-establishment, qui veulent prendre le contrôle d'Hollywood et de leurs films pour mettre fin au diktat et à l'hégémonie des grands studios. Ils ont pour nom Robert Altman, Bob Rafelson, Hal Hashby, Paul Mazursky, Arthur Penn, Sam Peckinpah, Mickael Ritchie, William Friedkin, John Cassavetes pour ne citer que les plus célèbres. Ils posent leur vision anti-fasciste et anti-raciste de la société américaine, trop souvent cachée par l'hypocrisie des studios durant l'âge d'or du cinéma. Ils sont bientôt suivis par les "Movie Brats" selon la dénomination due à Mickael Pye et Linda Myles, auteurs d'un essai critique pour désigner cette nouvelle génération de jeunes réalisateurs qui les premiers ont fait des études de cinéma, les Francis Ford Coppola, Brian de Palma, Steven Spielberg, Georges Lucas, Martin Scorsese, Peter Bogdanovich, John Milius, Paul Schrader... Nous pouvons, sans crainte de nous tromper, affirmer que ce sont eux qui ont donné à l'auteur de Pulp Fiction l'envie de faire des films.
Dans les cinémas de quartier, les drive in ou les grindhouse, il découvre les films d'exploitation qui ont remplacé les série B et qui vont le marquer, avec une prédilection pour les sous-genres que sont la Blaxploitation, le Slasher, le vigilante movie et le revengeamatic. En cinéphile averti, QT commente avec un talent mâtiné de mauvaise foi parfois ou à tout le moins de parti-pris (qu'on lui pardonne bien volontiers eu égard à son immense culture cinématographique) quelques films de ces années-là et dont la chronique constitue le découpage de l'ouvrage en chapitres qui se terminent sur un page noire comme un fondu. Entre films cultes comme Bullit (1968), L'Inspecteur Harry (1971), Délivrance (1972) et Taxi Driver (1976) et longs métrages moins connus comme Echec à l'organisation (1973), Soeurs de Sang (1973), Daisie Miller (1974), Légitime Violence (1977), La Taverne de l'Enfer (1978) et Massacres dans le Train Fantôme (1981) en passant par les références cinématographiques que sont Guets apens (1972), L'Evadé d'Alcatraz (1979) et Hardcore (1979), que Quentin Tarantino passe en revue dans un style oralisant qui donne à sa prose un aspect dynamique et vivant, l'auteur raconte le cinéma avec ses anecdotes, sa technique et ses intentions. Il se raconte aussi dans ce livre qui clame son amour du cinéma et qui permet au lecteur d'apprendre beaucoup de choses sur le 7ème Art. Malgré la présence d'un index général des noms propres et d'un index des films cités, j'aurai personnellement aimé trouvé une table des matières et surtout davantage de photos dans cet ouvrage. Leur absence n'a pas entaché mon plaisir de lecture mais coûte au deuxième livre de Tarantino après la novélisation de Once Upon A Time... in Hollywood sans doute une demi-étoile.... sur son Walk of Fame.
Commenter  J’apprécie          90
Plongé dans le bocal, dans les films, depuis sa jeune enfance grâce à sa mère qui l'emmenait dès ses huit ans aux cinémas de quartier, Tarantino s'est construit au fil des ans une abyssale culture cinématographique. Il nous entraine à sa suite dans cette construction, avec parfois des remises en cause de ses premiers jugements. Les différentes facettes des films, leurs cohérences, leurs ratés sont évoqués avec humour, nostalgie et indulgence. Il donne l'impression, ce doit être le cas de tout connaitre et de tous les connaitre : scénaristes, chefs op, compositeurs, metteurs en scène, producteurs… et bien sûr acteurs et actrices. Pour quelques-uns de ses films “cultes”, ceux qui l'ont impressionné et construit, on vit le cheminement depuis le livre (parfois), le scénario (avec n versions), les décisions, le choix des metteurs en scène, des acteurs, les clashes, les refus de certains (avec les regrets postérieurs) … Il se livre aussi à l'exercice consistant à répondre à la question “Et si xx avait eu le rôle ?” Il y répond avec humour ou reste dans l'expectative. Bref, un grand moment pour les lecteurs cinéphiles et une incitation à le devenir pour les modestes adeptes des salles obscures.
Commenter  J’apprécie          40
Le livre de Tarantino : c'est vraiment le pied

S'il y a un bien un réalisateur mondialement connu, même des moins cinéphiles de ce monde, c'est bien Quentin Tarantino.

Réalisateur de Pulp Fiction, Kill bill et bien d'autres, il s'est vite placé au rang de réalisateur culte. Mais en plus d'être le cinéaste adulé et acclamé qu'il est, Tarantino est un vrai passionné de cinéma et c'est ce qu'il réussit à transmettre dans ce livre.

« À compter de ce jour, j'ai passé plus ou moins toute ma vie à aller voir des films et à en faire en essayant de recréer l'expérience du visionnage du tout nouveau film avec Jim Brown, un samedi soir, dans un cinéma de 1972 »,

Il revient sur ces premières expériences dans les salles obscures dans le Hollywood des années 70, les films qu'ils l'ont forgé, influencé, permis d'être ce qu'il est aujourd'hui
Entre anecdotes de fabrication, histoires personnelles, critiques de films et analyses rigoureuses, Tarantino transmet avec une générosité immense sa passion pour le 7ème art au lecteur, et ça en devient véritablement jouissif.

On voit le cinéphile précoce et aguerri naître, grandir et absorber chaque film qu'il voit pour à chaque fois en retirer le bon et le mauvais.

De plus, les films recommandés sont pour la plupart très bons, donc cela peut donner des envies à certains, et puis, un film recommandé par Tarantino, ça donne toujours envie. Impossible de ne pas avoir envie de voir L'Inspecteur Harry,. La Horde sauvage ou MASH de Robert Altman après avoir lu les passages super enthousiastes de QT dans son livre. J'ai beaucoup apprécié ce livre, très inspirant.

C'est quand même fou à quel point Tarantino arrive vraiment à faire passer son envie de cinéma, surtout le segment floyd qui parle du pourquoi il a eu envie d'écrire ses propres scénarios, un passage plutôt touchant que je vous laisserais découvrir.

Un très bon essai, qui fait sacrément monter la hype pour son ultime film. chronique de Lucas 17 ans
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          37
Quentin Tarantino connu pour son cinéma à base d'hémoglobine et de cruauté déjantée et sadique se livre dans cet ouvrage autobiographique dont le ton ne déçoit pas.

Passant en revue les films qui ont marqué son enfance et son adolescence, il brosse le tableau d'une industrie, de ses hommes (scénaristes, acteurs, réalisateurs, critiques), de son publics et, au final, développe le panorama d'une industrie cinématographique avec une dimension surprenante pour nous, Français. C'est peut être là que le bât blesse. Car il faut être très américain pour se sentir concerné par ce texte. C'est d'ailleurs la raison de l'ambiguïté de ce titre, rédigé à l'anglo-saxonne mais avec des accents comme s'il s'agissait de mots français.

L'iconoclaste Tarantino n'a pas son pareil pour remettre les films qui l'ont marqué dans le contexte de leur époque. Pour lui, le cinéma n'est pas qu'une oeuvre d'art ou de divertissement. Il exprime les peurs et les fantasmes de la société américaine et c'est sans doute là aussi l'essentiel de sa force. A force d'avalanches d'anecdotes et de noms (26 pages d'index pour vous donner une idée !!!) qui donnent le tournis, il donne les clés de films et apporte un éclairage sur des cartons ou des bides fabuleux.

Pour les amateurs de films américains, uniquement et pour ceux qui font vivre l'exception culturelle française dans le cinéma pour qu'ils trouvent le goût de raconter des histoires et de les mettre sur pellicule et, enfin, touchent leur public, pas des subventions publiques.
Lien : https://thomassandorf.wordpr..
Commenter  J’apprécie          40
C'est un livre intéressant si l'on veut en apprendre plus sur l'enfance et la cinéphilie de Quentin Tarantino, mais il est dommage que la période qu'il a choisi, le Nouvel Hollywood, soit l'une des plus analysées dans la littérature cinéphile. Les films dont il parle, tout le monde en a parlé avant lui. Mais l'analyse qu'il en fait reste brillante, car le cinéaste a accès à quasiment toutes les ressources dont il a besoin, y compris les personnes qui ont fait les films dont il parle.
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (3)
LesEchos
16 mai 2023
Alors qu'il prépare, officiellement, un ultime long-métrage, Quentin Tarantino publie un essai touchant sur le cinéma… mais surtout sur sa vie.
Lire la critique sur le site : LesEchos
LaLibreBelgique
16 mai 2023
Dans son livre “Cinéma Spéculations”, le cinéaste décortique ses films préférés, trame de son cinéma.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Bibliobs
20 mars 2023
Dans « Cinéma spéculations » (Flammarion), l’encyclopédique Tarantino se penche sur les titres fondateurs de sa cinéphilie tout en nous replongeant dans l’époque où il les a découverts. A chaque film, son chapitre mêlant coulisses, analyse historique, critique et digressions personnelles, étayées par quelques témoignages recueillis au fil du temps auprès de ses confrères.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
À compter de ce jour, j’ai passé plus ou moins toute ma vie à aller voir des films et à en faire en essayant de recréer l’expérience du visionnage du tout nouveau film avec Jim Brown, un samedi soir, dans un cinéma de 1972 .
Commenter  J’apprécie          91

Videos de Quentin Tarantino (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Quentin Tarantino
Cinéma spéculations - Quentin Tarantino
autres livres classés : cinemaVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (131) Voir plus



Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
7079 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..