AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 2.86 /5 (sur 324 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Canada , le 08.02.1967
Biographie :

Rachel Cusk est un écrivain britannique, née en 1967, auteur de dix romans (le premier paraît en 1993, Saving Angels), dont quatre ont été traduits en France.

Elle a étudié la langue anglaise au New College de l'Université d'Oxford. Après l'obtention de son diplôme, elle travaille chez un agent littéraire londonien.

En 1993, elle publie son premier roman, Saving Agnes pour lequel elle reçoit le Whitbread First Novel Award.

Élue parmi les vingt meilleurs jeunes romanciers britanniques par le magazine Granta, en 2003, en compagnie de Robert McLiam Wilson, elle a fait parler d’elle en France à la rentrée 2007, avec la parution de Arlington Park (L’Olivier, disponible en Point Seuil), description satirique de la banlieue londonienne, saluée pour son style à la Virginia Woolf revisitée par les Desperate Housewives.

Egypt Farm, publié un an avant Arlington Park en Angleterre, vient de paraître en France, toujours aux éditions de L’Olivier, roman dans une veine tout aussi acerbe et ironiquement désespérée que Arlington Park, mais livrant cette fois un point de vue masculin sur la mécanique des sentiments, le rouage des (des)illusions, la perte des mythologies adolescentes.
+ Voir plus
Source : www.mediapart.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

[Rachel Cusk : Egypt Farm]
Dans un salon de la fondation Deutsch de la Meurthe, à la Cité internationale universitaire de Paris, Olivier BARROT présente le livre de Rachel Cusk "Egypt Farm". Banc titre photo de Rachel Cusk.

Citations et extraits (72) Voir plus Ajouter une citation
Under_the_Moon   07 décembre 2014
Contrecoup de Rachel Cusk
La mère au foyer se dit souvent chanceuse : c'est son pitch, sa réplique, si jamais quelqu'un - une mère qui travaille, par exemple - venait à lui poser la question. (…) Jamais on n'entend un homme dire qu'il a de la chance de pouvoir aller travailler tous les jours. Alors qu'un mère au foyer en parle souvent comme d'un privilège, d'avoir la "permission" d'effectuer des tâches domestiques traditionnelles et tout à fait ordinaires. Elle est sur la défensive, bien sûr - elle ne veut pas qu'on la croie paresseuse ou sans ambition - et comme toute personne sur la défensive, elle dissimule (à peine) un noyau d'agressivité.
Commenter  J’apprécie          200
viou1108   18 décembre 2012
Arlington Park de Rachel Cusk
Pas question! cracha Sara. Aucune chance. Je n'aurai pas d'enfants. Je vivrai seule. Et je ne me marierai jamais jamais. Le mariage est l'autre nom de la haine.
Commenter  J’apprécie          210
viou1108   10 décembre 2012
Arlington Park de Rachel Cusk
Il y a cent ans de cela une femme savait que sa vie serait finie à l'instant où elle serait enceinte.
Commenter  J’apprécie          180
FRANGA   15 septembre 2013
Contrecoup de Rachel Cusk
Quand j'ai revu mon mari pour la première fois après notre séparation, j'ai compris, à mon plus grand étonnement, qu'il me détestait. Je ne l'avais jamais vu détester personne. : c'était comme s'il était empli d'une chose qui n'était pas lui, contaminé, un littoral défiguré par une marée noire. Pendant des mois, une haine noire et toxique avait coulé de la blessure mortelle qu'avait reçue notre mariage, elle avait coulé par toutes les sources et toutes les issues qu'elle trouvait, imprégnait tout, recouvrait les enfants comme le pétrole recouvre la tête duveteuse des oiseaux de mer. Je me souviens qu'à la fin, j'avais l'impression d'être face à une digue cédant peu à peu, la disparition de la courtoisie et de la circonspection, la perte de la civilité et du contrôle de soi : ces moyens de défense semblent définir le noyau formel du mariage, de la relation, exprimer clairement ce qui sépare deux personnes. Sans eux, nous perdrions notre forme. La forme est à la fois sécurité et emprisonnement, ce qui protège et disjoint : la forme, au bout du compte, masque la vérité comme le corps masque le cancer qui le détruira. La forme est rigide, inviolable, terriblement correcte ; c'est son point faible. La forme peut être brisée. Elle tolère la variation mais pas la transgression. Elle peut être brisée, mais à quel prix ? Et en cas de destruction, par quoi la remplace t-on ? La seule alternative à la forme est le chaos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
FRANGA   14 septembre 2013
Contrecoup de Rachel Cusk
Et tu te prétends féministe, me répétait mon mari avec dégoût durant les semaines amères et brutales qui ont suivi notre séparation. Il croyait avoir endossé le rôle de la femme dans notre mariage et semblait attendre que je le défende contre moi-même, l'oppresseur masculin. Il pensait que c'était le rôle de la femme de cuisiner et de faire les courses, d'aller chercher les enfants à l'école. Pourtant, c'était en effectuant ces tâches que je me sentais la plus asexuée. Ma mère ne m'avait pas paru belle dans l'exercice de ses devoirs maternels : ces derniers ne semblaient pas exacerber sa féminité mais au contraire la menacer.
Commenter  J’apprécie          120
FRANGA   14 septembre 2013
Contrecoup de Rachel Cusk
Mais un homme ne commet pas d'hérésie particulière contre son sexe en étant un bon père, et travailler fait partie de la définition du bon père. La mère qui travaille, en revanche, diffame quotidiennement son rôle dans les mythes fondateurs de la civilisation - il n'est donc pas étonnant qu'elle soit un peu tourmentée. Elle essaye de défier sa relation profonde à la gravité. J'ai lu quelque part qu'une station spatiale ne cesse de chuter lentement vers la Terre, et que tous les quelques mois, elle doit être propulsée par une fumée pour s'en éloigner de nouveau. Il en va presque de même pour une femme à jamais soumise à l'attraction imperceptible du conformisme biologique. Sa vie est inexorablement itérative et elle doit dépenser de l'énergie pour rester en orbite. Elle s'exécutera année après année, mais s'il arrive qu'une année, la fusée ne se déclenche pas, alors ce sera la chute.
Commenter  J’apprécie          110
Under_the_Moon   06 décembre 2014
Contrecoup de Rachel Cusk
En fait, j'aurais besoin d'une femme, blague la féministe carriériste et stressée, et tout le monde rit. La plaisanterie montre que les féministes, en cherchant à acquérir les valeurs masculines, ont conduit les femmes au bord de l'exploitation. C'est toute l'ironie. Vous comprenez ? La féministe méprise cette créature idiote et complice, la femme au foyer. Il se peut que sa première action, en tant que féministe, ait été de vouloir libérer sa propre mère femme au foyer, pour découvrir, au bout du compte, que le sauvetage n'était ni demandé ni voulu.
Commenter  J’apprécie          110
Mia   03 avril 2010
Les variations Bradshaw de Rachel Cusk
Il y a bien des années, Tonie est tombée amoureuse de la maison : elle en est tombée amoureuse puis, alors qu'elle apprenait à la connaître, l'amour s'est fractionné jusqu'au jour où le moindre fragment de savoir est devenu plus grand que la part d'affection qui lui était réservée. Voilà le sermon, la leçon à retenir : les faits survivent aux émotions, et le savoir est plus puissant que l'amour. Le nombre de choses à apprendre est infini, mais l'amour n'est qu'un espace à capacité limitée.
Commenter  J’apprécie          100
Luria   27 novembre 2014
Arlington Park de Rachel Cusk
Toute la nuit la pluie tomba sur Arlington Park.

Les nuages arrivèrent de l'ouest : des nuages pareils a de sombres cathédrales, des nuages pareils à des machines, des nuages pareils à des bourgeons noirs fleurissant dans le ciel aride illuminé d'étoiles. Ils arrivèrent sur la campagne anglaise, plongée dans son sommeil agité. Ils arrivèrent sur les collines basses et populeuses où des éparpillements de lumières palpitaient dans l'obscurité. À minuit, ils atteignirent la ville qui scintillait vaillamment dans son bassin provincial. Discrètement, ils s'épanouirent telle une seconde ville aérienne, s'épaississant, s'étendant, dressant leurs monuments sauvages, leurs tours, leurs monstrueux palais de nuages inhabités.
Commenter  J’apprécie          70
Under_the_Moon   06 décembre 2014
Contrecoup de Rachel Cusk
Ai-je été reniée en tant que mère ? Le long pèlerinage de la grossesse accompagné de ses miracles et de ses avilissements, l'apothéose de l'accouchement, le relâchement et la lente reconstruction de chaque recoin de mon univers intime, ces phénomènes que la maternité a déclenchés - tout ceci qui jamais n'est mentionné, oublié délibérément ou l'air de rien avec le temps, cet âge des ténèbres sur lequel je devine à présent que la civilisation de notre famille a été bâtie.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Acrostiche de Sphinx (13).... 💂 📂

"Death on the Nile" :

Le train bleu
Mort sur le nil

8 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : acrostiches , pseudo , littérature anglaise , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..