AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207032429X
Éditeur : Gallimard (01/10/1987)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 22 notes)
Résumé :


Ce livre fait suite aux Dix-huit leçons sur la société industrielle et à La lutte de classes. Il traite de deux régimes typiques de la civilisation moderne, l'un que j'appelle constitutionnel-pluraliste et l'autre que je caractérise par la prétention d'un parti au monopole de l'activité politique.

La comparaison entre les régimes politiques, à la différence des comparaisons entre les économies, met surtout en lumière des différences. L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
candlemas
  25 mars 2018
J'ai déjà eu l'occasion de manifester mon admiration pour Raymond Aron et son analyse pertinente de nos sociétés contemporaines, à la fois comme philosophie, politologue et sociologue. Qu'on adhère ou non à ses engagements politiques, sa connaissance très fine de Marx, Weber, Sartre ou Clausewitz, alliée à une vision pluridisciplinaire, lui permettent de rester pertinent en 2017. Il y a notamment beaucoup à tirer de cette réflexion de 1958-1959, remaniée en 1965, en appliquant à notre contexte politique, économique, social et institutionnel actuel (Cf à ce propos l'excellent article de Libé : http://www.liberation.fr/debats/2017/07/02/raymond-aron-avait-raison-helas_1581053 ).
La première partie de l'ouvrage reprend une définition de concepts-clés, à commencer par les différents sens de la politique, ainsi que la mise en perspective du lien entre la superstructure que constituent les régimes institutionnels et l'infrastructure économique et sociale, cela dans une perspective historique.
Elle se conclut par un dégagement des principes essentiels, au sens de Montesquieu, du régime démocratique et du régime totalitaire. le premier se caractériserait par le respect de la légalité et l'esprit de compromis, perdant son essence s'il ne parvient pas à se maintenir entre ces deux principes, basculant soit dans la corruption, soit dans la démagogie, soit dans les deux. le second repose sur la foi dans le parti, sur la domination idéologique par un parti se disant révolutionnaire. L'ordre social y est alors fondé sur le sentiment d'impuissance des masses, la croyance en un grand dessein, et la peur imposée aux opposants. Aron nuance toutefois le propos en affichant les biais, variantes, espaces d'interprétation possibles entre les régimes réels et ces "modèles".
Les deux chapitres suivants reprennent de manière dialectique oppositions et spécificités de chaque régime, à partir de l'observation sociologique des régimes existants au début des années 60. Quel dommage que R. Aron ne soit plus là pour analyser avec autant de finesse les spécificités et déviances de la Russie de Poutine, de la Chine de XI Jiping, de l'Amérique de Trump ou de la France de Macron, ou des phénonèmes comme l'Etat Islamique.
Il en résulte que l'analyse de R. Aron dans cet ouvrage mériterait une actualisation. Nombre de commentaires sont toujours utiles au lecteur pour interpréter l'actualité, mais le système aronien tel que posé est un peu daté. En outre, cet ouvrage présuppose d'avoir intégré -ce qui n'était pas mon cas quand je l'ai lu- les fondements de sa pensée. Aussi, il me semble utile de se familiariser d'abord par la lecture d'autres ouvrages, comme Les Etapes de la Pensée Sociologique, avant celui-ci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
candlemascandlemas   25 mars 2018
J'ai déjà eu l'occasion de manifester mon admiration pour Raymond Aron et son analyse pertinente de nos sociétés contemporaines, à la fois comme philosophie, politologue et sociologue. Qu'on adhère ou non à ses engagements politiques, sa connaissance très fine de Marx, Weber, Sartre ou Clausewitz, alliée à une vision pluridisciplinaire, lui permettent de rester pertinent en 2017. Il y a notamment beaucoup à tirer de cette réflexion de 1958-1959, remaniée en 1965, en appliquant à notre contexte politique, économique, social et institutionnel actuel (Cf à ce propos l'excellent article de Libé : http://www.liberation.fr/debats/2017/07/02/raymond-aron-avait-raison-helas_1581053 ).

La première partie de l'ouvrage reprend une définition de concepts-clés, à commencer par les différents sens de la politique, ainsi que la mise en perspective du lien entre la superstructure que constituent les régimes institutionnels et l'infrastructure économique et sociale, cela dans une perspective historique.

Elle se conclut par un dégagement des principes essentiels, au sens de Montesquieu, du régime démocratique et du régime totalitaire. Le premier se caractériserait par le respect de la légalité et l'esprit de compromis, perdant son essence s'il ne parvient pas à se maintenir entre ces deux principes, basculant soit dans la corruption, soit dans la démagogie, soit dans les deux. Le second repose sur la foi dans le partie, sur la domination idéologique par un parti se disant révolutionnaire. L'ordre social y est alors fondé sur le sentiment d'impuissance des masses, la croyance en un grand dessein, et la peur imposée aux opposants. Aron nuance toutefois le propos en affichant les biais, variantes, espaces d'interprétation possibles entre les régimes réels et ces "modèles".

Les deux chapitres suivant reprennent de manière dialectique oppositions et spécificités de chaque régime, à partir de l'observation sociologique des régimes existants au début des années 60. Quel dommage que R. Aron ne soit plus là pour analyser avec autant de finesse les spécificités et déviances de la Russie de Poutine, de la Chine de XI Jiping, de l'Amérique de Trump ou de la France de Macron, ou des phénonèmes comme l'Etat Islamique.

Il en résulte que l'analyse de R. Aron dans cet ouvrage mériterait une actualisation. De nombreux commentaires et nombre d'explications sont toujours utiles au lecteur pour interpréter l'actualité, mais le système aronien tel que posé est un peu daté. En outre, cet ouvrage présuppose d'avoir intégré -ce qui n'était pas on cas quand je l'ai lu- les fondements de sa pensée. Aussi, il me semble utile au lecteur de lire d'abord son ouvrage sur les Etapes de la Pensée Sociologique, avant celui-ci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
candlemascandlemas   29 août 2018
Les partis sont des groupements volontaires plus ou moins organisés, qui prétendent, au nom d’une certaine conception de l’intérêt commun et de la société, assurer seuls ou en coalition, les fonctions de gouvernement
Commenter  J’apprécie          220
Lire un extrait
Videos de Raymond Aron (118) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raymond Aron
L'abécédaire de Raymond Aron Raymond Aron Responsable(s) : Dominique Schnapper, Fabrice Gardel Editions de l'Observatoire, (février 2019)
Résumé Une sélection de textes rendant compte de la pluralité des intérêts de l'intellectuel français dont l'?uvre a marqué l'histoire culturelle et politique du XXe siècle. © Electre 2019
Dans la catégorie : Régimes démocratiquesVoir plus
>Science politique>Types d'Etats et de gouvernements>Régimes démocratiques (48)
autres livres classés : analyse politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
415 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre