AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.9 /5 (sur 421 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 29/07/1805
Mort(e) à : Cannes , le 16/04/1859
Biographie :

Alexis-Henri-Charles Clérel, comte de Tocqueville, généralement appelé Alexis de Tocqueville, est un philosophe politique, homme politique, historien et écrivain français.

Le jeune Alexis fréquente le collège de Metz. De 1820 à 1826, il fait ses études de droit et est nommé juge auditeur à Versailles en 1827.

En 1831, il est envoyé pour étudier le système carcéral américain, modèle possible pour remplacer le vieux système français mais, en fait, comme le révèle sa correspondance, il entend examiner le système politique. Il obtient en 1835 un prix Montyon pour son livre "La Démocratie en Amérique".

Député de 1839 à 1851, il est ministre des Affaires étrangères en 1849, et est incarcéré pendant quelques jours suite au coup d'Etat de 1851. Il rédige "L' Ancien Régime et la Révolution", dont le début paraîtra en 1856. Il y juge la noblesse française, qui n'a pas su s'adapter, à ses yeux, comme l'avait fait la noblesse britannique.

En 1857, il voyage en Angleterre pour préparer une suite à "L'Ancien Régime et la Révolution", mais n'a le temps que de rassembler des notes. En octobre 1858, il part avec sa femme pour Cannes où il meurt de la tuberculose.
+ Voir plus
Source : evene.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jean-Damien Mazaré présente le livre « La Démocratie tout en dissertations » - Prépas scientifiques - Programme 2019-2020 des éditions Dunod. Vous y trouverez 20 sujets de dissertations commentées et corrigées, et l?essentiel des connaissances à maitriser sur les quatre ?uvres au programme de 2019. Les deux pièces d?Aristophane : « Les Cavaliers » et « L?Assemblée des femmes », « de la Démocratie en Amérique » d?Alexis de Tocqueville, et « le Complot contre l?Amérique » de Philip Roth. Les grandes problématiques vous aideront à entrer dans les ?uvres et vous pourrez vous entrainer à mémoriser les citations clés. Vous trouverez également des conseils de méthodologie de la dissertation en plus des 20 dissertations intégralement rédigées, avec une analyse du problème posé, introduction, développement, transition et conclusion. --- Découvrez le livre : https://www.dunod.com/prepas-concours/democratie-tout-en-dissertations-prepas-scientifiques-programme-2019-2020-tout-en ********************************* Retrouvez-nous sur : --- https://www.dunod.com --- Facebook : https://www.facebook.com/editionsdunod/ --- Twitter : https://twitter.com/DUNOD --- Instagram : https://www.instagram.com/bienetredunod/
+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (292) Voir plus Ajouter une citation
Alexis de Tocqueville
Nastasia-B   31 août 2013
Alexis de Tocqueville
En politique, ce qu'il y a de plus difficile à apprécier et à comprendre c'est ce qui se passe sous nos yeux.
Commenter  J’apprécie          1102
Nastasia-B   14 novembre 2015
De la démocratie en Amérique de Alexis de Tocqueville
Ce qu'il y a de plus difficile à apprécier et à comprendre c'est ce qui se passe sous nos yeux.
Commenter  J’apprécie          720
Alexis de Tocqueville
Nastasia-B   25 septembre 2013
Alexis de Tocqueville
La Providence n’a créé le genre humain ni entièrement indépendant, ni tout à fait esclave. Elle trace, il est vrai, autour de chaque homme, un cercle fatal dont il ne peut sortir ; mais, dans ses vastes limites, l’homme est puissant et libre ; ainsi des peuples.
Commenter  J’apprécie          660
Alexis de Tocqueville
palamede   29 mai 2019
Alexis de Tocqueville
En politique, la communauté des haines fait presque toujours le fond des amitiés.



(Souvenirs)
Commenter  J’apprécie          661
Alexis de Tocqueville
strummer   15 février 2014
Alexis de Tocqueville
Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux.
Commenter  J’apprécie          651
Alexis de Tocqueville
Nastasia-B   24 septembre 2013
Alexis de Tocqueville
Je remonte de siècle en siècle jusqu’à l’Antiquité la plus reculée ; je n’aperçois rien qui ressemble à ce qui est sous mes yeux. Le passé n’éclairant plus l’avenir, l’esprit marche dans les ténèbres.
Commenter  J’apprécie          561
Alexis de Tocqueville
Nastasia-B   17 janvier 2015
Alexis de Tocqueville
En matière de presse, il n'y a certainement pas de milieu entre la servitude et la licence. Pour recueillir les biens inestimables qu'assure la liberté de la presse, il faut savoir se soumettre aux maux inévitables qu'elle fait naître.



DE LA DÉMOCRATIE EN AMÉRIQUE.
Commenter  J’apprécie          520
Nastasia-B   16 février 2020
De la démocratie en Amérique, tome 2 de Alexis de Tocqueville
Je pense donc que l’espèce d’oppression, dont les peuples démocratiques sont menacés ne ressemblera à rien de ce qui l’a précédée dans le monde ; nos contemporains ne sauraient en trouver l’image dans leurs souvenirs. Je cherche en vain moi-même une expression qui reproduise exactement l’idée que je m’en forme et la renferme ; les anciens mots de despotisme et de tyrannie ne conviennent point. La chose est nouvelle, il faut donc tâcher de la définir, puisque je ne peux la nommer.

Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde : je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d’eux, retiré à l’écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres : ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l’espèce humaine ; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d’eux, mais il ne les voit pas ; il les touche et ne les sent point ; il n’existe qu’en lui-même et pour lui seul, et, s’il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu’il n’a plus de patrie.

Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l’âge viril ; mais il ne cherche, au contraire, qu’à les fixer irrévocablement dans l’enfance ; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu’ils ne songent qu’à se réjouir. Il travaille volontiers à leur bonheur ; mais il veut en être l’unique agent et le seul arbitre ; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages, que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre ?

C’est ainsi que tous les jours il rend moins utile et plus rare l’emploi du libre arbitre ; qu’il renferme l’action de la volonté dans un plus petit espace, et dérobe peu à peu à chaque citoyen jusqu’à l’usage de lui-même. L’égalité a préparé les hommes à toutes ces choses : elle les a disposés à les souffrir et souvent même à les regarder comme un bienfait.

Après avoir pris ainsi tour à tour dans ses puissantes mains chaque individu, et l’avoir pétri à sa guise, le souverain étend ses bras sur la société tout entière ; il en couvre la surface d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule ; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige ; il force rarement d’agir, mais il s’oppose sans cesse à ce qu’on agisse ; il ne détruit point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation a n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger.

J’ai toujours cru que cette sorte de servitude, réglée, douce et paisible, dont je viens de faire le tableau, pourrait se combiner mieux qu’on ne l’imagine avec quelques-unes des formes extérieures de la liberté, et qu’il ne lui serait pas impossible de s’établir à l’ombre même de la souveraineté du peuple.

Nos contemporains sont incessamment travaillés par deux passions ennemies : ils sentent le besoin d’être conduits et l’envie de rester libres. Ne pouvant détruire ni l’un ni l’autre de ces instincts contraires, ils s’efforcent de les satisfaire à la fois tous les deux. Ils imaginent un pouvoir unique, tutélaire, tout-puissant, mais élu par les citoyens. Ils combinent la centralisation et la souveraineté du peuple. Cela leur donne quelque relâche. Ils se consolent d’être en tutelle, en songeant qu’ils ont eux-mêmes choisi leurs tuteurs. Chaque individu souffre qu’on l’attache, parce qu’il voit que ce n’est pas un homme ni une classe, mais le peuple lui-même, qui tient le bout de la chaîne.

Dans ce système, les citoyens sortent un moment de la dépendance pour indiquer leur maître, et y rentrent.

Il y a, de nos jours, beaucoup de gens qui s’accommodent très aisément de cette espèce de compromis entre le despotisme administratif et la souveraineté du peuple, et qui pensent avoir assez garanti la liberté des individus, quand c’est au pouvoir national qu’ils la livrent. Cela ne me suffit point. La nature du maître m’importe bien moins que l’obéissance.



Chapitre VI : Quelle espèce de despotisme les nations démocratiques ont à craindre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          493
peloignon   20 avril 2013
De la Démocratie en Amérique, tome 1 de Alexis de Tocqueville
Il n'y a, en général, que les conceptions simples qui s'emparent de l'esprit du peuple. Une idée fausse, mais claire et précise, aura toujours plus de puissance dans le monde qu'une idée vraie, mais complexe. De là vient que les partis, qui sont comme de petites nations dans une grande, se hâtent toujours d'adopter pour symbole un nom ou un principe qui, souvent, ne représente que très incomplètement le but qu'ils se proposent et les moyens qu'ils emploient, mais sans lequel ils ne pourraient subsister ni se mouvoir. Les gouvernements qui ne reposent que sur une seule idée ou sur un seul sentiment facile à définir ne sont peut-être pas les meilleurs, mais ils sont à coup sûr les plus forts et les plus durables.
Commenter  J’apprécie          473
Alexis de Tocqueville
Piatka   23 octobre 2019
Alexis de Tocqueville
L’histoire est une galerie de tableaux où il y a peu d’originaux et beaucoup de copies.
Commenter  J’apprécie          492
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Alexis de Tocqueville (1015)Voir plus


Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur
.. ..