AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.02 /5 (sur 161 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Wimbledon, Londres , le 24/07/1895
Mort(e) à : Deia, Majorque, Espagne , le 07/12/1985
Biographie :

Robert Ranke Graves est un poète et romancier britannique.

Son père, Alfred Perceval Graves, poète irlandais, composait des chansons; son grand-père, Charles Graves, évêque de Limerick, avait été professeur de mathématiques à l'Université de Dublin et était une autorité en matière d'histoire ancienne irlandaise.

Dans la famille de sa mère, Amalia von Ranke, allemande, se trouve aussi un historien célèbre, Léopold von Ranke, père de l'histoire moderne en Allemagne.

Élevé à Oxford, il fut brutalement jeté en 1914 dans la Première Guerre mondiale en qualité d'officier au régiment royal des fusiliers gallois. Marié en janvier 1918, il divorce de sa femme Nancy Nicholson en 1929.

Écrivain anglais, homme célèbre dans les pays anglo-saxons, son œuvre immense a été relativement peu traduite, bien qu'il ait écrit et publié depuis 1916 plus de cent trente ouvrages.

Graves est un humaniste célèbre, un critique, un essayiste, un romancier puisant son inspiration dans les civilisations de la Grèce et de la Rome antiques, avant tout un poète. Un poète s'efforçant de renouer avec ces cultures pour retrouver, comme en témoigne notamment "La Déesse blanche" (The White Goddess, 1948), aujourd'hui édité sous le titre "Les Mythes celtes", le lien qui existe entre mythe et poésie.

Il a aussi publié en 1929 ses souvenirs, essentiellement de la Première Guerre mondiale, dans "Good-Bye to All That" (Adieu à tout cela). Ce titre désabusé est justifié à la fin de l'avant-dernier chapitre dans lequel il évoque très brièvement son divorce d'avec sa femme Nancy.

"Les Mythes grecs" (Greek Myths, 1955), sont appréciés essentiellement pour leur exhaustivité, leur ambition en étant de recenser l'ensemble des mythes dans les différentes versions connues, selon les sources, depuis l'Antiquité.

Mais Graves est surtout connu pour sa biographie historique "Moi, Claude" (I, Claudius, 1934). Un feuilleton télévisé britannique en a été tiré, "Moi Claude empereur" (1976), avec l'acteur Derek Jacobi dans le rôle de Claude.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Robert Graves   (25)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (63) Voir plus Ajouter une citation
torpedo   05 mai 2022
Fairies and Fusiliers de Robert Graves
Double red daisies



Double red daisies, they’re my flowers,

Which nobody else may grow.

In a big quarrelsome house like ours

They try it sometimes—but no,

I root them up because they’re my flowers,

Which nobody else may grow.



Claire has a tea-rose, but she didn’t plant it;

Ben has an iris, but I don’t want it.

Daisies, double red daisies for me,

The beautifulest flowers in the garden.



Double red daisy, that’s my mark:

I paint it in all my books!

It’s carved high up on the beech-tree bark,

How neat and lovely it looks!

So don’t forget that it’s my trade mark;

Don’t copy it in your books.



Claire has a tea-rose, but she didn’t plant it;

Ben has an iris, but I don’t want it.

Daisies, double red daisies for me,

The beautifulest flowers in the garden.
Commenter  J’apprécie          140
Nastasia-B   30 novembre 2013
Le Grand Livre vert de Robert Graves
Un jour, Jack alla jouer au grenier et il y trouva un grand livre vert caché sous un vieux sac dans un coin. Il ramassa le grand livre vert et se mit à le lire. Il espérait avoir trouvé un livre de contes, mais c'était cent fois mieux. Ses yeux s'écarquillaient à mesure qu'il lisait. Le grand livre vert était rempli de formules magiques.
Commenter  J’apprécie          120
Robert Graves
Deuxpetitesvagues   07 juin 2021
Robert Graves
Toute forme d'art est une tentative pour rationaliser un conflit d'émotions dans l'esprit de l'artiste.
Commenter  J’apprécie          130
Anassete   09 octobre 2015
La Toison d'Or de Robert Graves
"J'aimerais bien te faire connaître les Mossynoïciens du littoral de la mer Noire, dit-il, leurs demeures de bois, leurs fils obèses et tout tatoués, nourris de gâteaux de châtaignes. Ils vivent à la frontière des Amazones, qui sont aussi étranges qu'eux... Quant aux Grecs, voici comment ils raisonnent. Puisque les femmes dépendant des hommes pour procréer - car ce n’est pas le vent qui à lui seul peut les féconder comme il féconde les juments d'Ibérie, - les hommes sont plus importants que les femmes.



- Mais c’est un argument stupide, s'écria la Nymphe. Autant prétendre que ce picot de pin est plus important que moi-même puisque je m'en sers pour me curer les dents. C'est la femme, et non l'homme, qui compte ; c’est elle l'agent et lui toujours l'instrument. Elle ordonne, il obéit. N'est-ce pas la femme qui choisit l'homme, le séduit par son parfum suave, l'amène à se coucher sur le dos dans le sillon et, le chevauchant comme elle le ferait d'un cheval sauvage dompté par elle, prend son plaisir et, quand elle a fini, le laisse gisant comme un mort ? N'est-ce pas la femme qui règne dans la cavernes et, lorsqu’un de ses amants la mécontente par sa paresse ou son caractère hargneux, n'est-ce pas encore elle qui lui réitère, par trois fois, l'ordre de ramasser tous ses effets et d'aller rejoindre sa confrérie ?



- Les coutumes des Grecs sont exactement à l'opposé, se hâta de dire Ancée à voix basse. [...]"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
letita2sable   25 juillet 2013
Les mythes grecs de Robert Graves
Je me suis efforcé pour chaque mythe de réunir en un récit harmonieux tous les éléments dispersés, en indiquant les variantes peu connues.
Commenter  J’apprécie          70
tristantristan   03 août 2019
Moi, Claude, empereur, tome 2 : Claude, empereur malgré lui de Robert Graves
Il y a tout d'abord les vauriens au coeur de pierre, dont Macron, le commandant des gardes sous les règnes de Tibère et de Caligula, était un exemple frappant.

p. 16 éd. Gallimard, 1978
Commenter  J’apprécie          60
torpedo   05 mai 2022
Fairies and Fusiliers de Robert Graves
Two Fusiliers



And have we done with War at last?

Well, we've been lucky devils both,

And there's no need of pledge or oath

To bind our lovely friendship fast,

By firmer stuff

Close bound enough.



By wire and wood and stake we're bound,

By Fricourt and by Festubert,

By whipping rain, by the sun's glare,

By all the misery and loud sound,

By a Spring day,

By Picard clay.



Show me the two so closely bound

As we, by the wet bond of blood,

By friendship blossoming from mud,

By Death: we faced him, and we found

Beauty in Death,

In dead men, breath.
Commenter  J’apprécie          41
Woland   10 avril 2017
Moi, Claude, empereur, tome 1 de Robert Graves
[...] ... Moi, Tibère-Claude-Drusus-Nero-Germanicus, etc, (je ne veux pas vous infliger dès maintenant tous mes titres), connu tout récemment encore de mes amis et de mes proches sous les noms de "Claude l'Idiot", "Claude le Bègue", "Clau-clau-claude", ou à tout le moins de "Pauvre oncle Claude", je m'apprête aujourd'hui à écrire l'étrange histoire de ma vie. Je partirai de ma plus tendre enfance et continuerai d'année en année jusqu'au tournant fatidique d'il y a huit ans où, à l'âge de cinquante-et-un ans, je me suis trouvé empêtré dans la "mauvaise passe dorée" dont je n'ai jamais su me tirer depuis lors.



Ceci n'est pas, loin de là, mon premier livre. La littérature, et en particulier le métier d'historien que j'ai étudié à Rome avec les meilleurs maîtres, ont été pendant trente-cinq ans ma seule occupation et mon seul intérêt. Que mes lecteurs ne s'étonnent donc pas de l'habileté de mon style : c'est bien Claude lui-même qui écrit, et non pas son secrétaire ou l'un de ces annalistes officiels à qui les hommes publics racontent leurs souvenirs dans l'espoir que la rhétorique saura suppléer à la pauvreté du sujet et la flatterie voiler les vices. Ici, je le jure par tous les dieux, je suis moi-même mon secrétaire et mon annaliste : j'écris ces lignes de ma main ; et quelle faveur pourrais-je, en me flattant, attendre de moi-même ?



Ce n'est pas non plus la seule histoire de ma vie que j'aie écrite. J'en ai fait une autre, en huit volumes, destinée aux archives de la ville. C'est une grande machine ennuyeuse, dont je n'ai jamais fait grand cas, et que j'ai entreprise seulement à la requête publique. Pour dire vrai, j'avais à ce moment-là, c'est-à-dire il y a deux ans, bien autre chose à faire. J'ai dicté la plus grande partie des quatre premiers volumes à mon secrétaire grec en lui recommandant de ne rien y changer, sinon, quand c'était indispensable, pour équilibrer les phrases ou supprimer des contradictions et des redites. Mais j'avoue que presque toute la seconde moitié de l'ouvrage, et même quelques chapitre du début, ont été composés sur mes données par ce Polybe. (Je lui ai moi-même, quand il n'était qu'un petit esclave, donné le nom du célèbre historien.) Et il a modelé si exactement son style sur le mien qu'une fois l'ouvrage achevé, personne n'aurait pu les distinguer l'un de l'autre. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
19chantal   19 octobre 2014
Le Grand Livre vert de Robert Graves
Maintenant, je suis certain que vous avez dû rêver, dit Jack. Les lapins ne chassent pas les chiens.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaoui   27 juillet 2014
Moi, Claude, empereur, tome 1 de Robert Graves
Les douces paroles chassent la colère : le pardon amollit le cœur le plus dur… Je ne veux pas dire qu’on doive absoudre tous les criminels sans exception : il est des cas de dépravation incurable qu’il faut extirper sans délai, comme un cancer, du corps politique.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Première ou Dernière (Complétez le titre #2)

La .... Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules / Philippe Delerm

Première
Dernière

20 questions
18 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur